En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

03.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

04.

La dette européenne s’arrache comme des petits pains. Mais il y a une très mauvaise nouvelle derrière la bonne

05.

Et le vilain petit secret des athlètes des épreuves d'ultra-endurance n'est pas de savoir mieux supporter la douleur

06.

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

07.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

05.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 13 min 22 sec
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 1 heure 33 min
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 4 heures 17 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 4 heures 32 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 4 heures 47 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 5 heures 45 sec
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 5 heures 38 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 5 heures 42 min
décryptage > Politique
On y pense à l’Elysée

Etrangers fichés S : vers un Guantanamo à la française ?

il y a 5 heures 47 min
décryptage > Economie
Phénoménale dette

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

il y a 5 heures 47 min
décryptage > Politique
Indirect

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

il y a 33 min 39 sec
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 1 heure 39 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 4 heures 24 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 4 heures 35 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 4 heures 56 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 5 heures 35 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseil à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 5 heures 42 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’Occident : un coupable idéal aux yeux de la pensée décoloniale

il y a 5 heures 46 min
décryptage > Economie
L'impossible Budget 2021

Récession Covid : le grand écart s'accentue entre ceux qui vont bien et ceux qui coulent

il y a 5 heures 47 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Sublime royaume" de Yaa Gyasi : de la relation mère-fille entre science et spiritualité, un roman qui ne peut laisser indifférent

il y a 18 heures 39 min
© The Dorothea Lange Collection, the Oakland Museum of California, City of Oakland. Gift of Paul S. Taylor
© The Dorothea Lange Collection, the Oakland Museum of California, City of Oakland. Gift of Paul S. Taylor
Développement

Espoir pour la génération coronavirus ? Les enfants de la crise des années 30 sont devenus des adultes plus forts

Publié le 22 mai 2020
Selon une étude sur l'impact de la crise des années 30 sur l'éducation des enfants, des chercheurs ont constaté que les enfants sont en réalité devenus des adultes plus forts. Qu'est ce que cela nous apprend de notre éducation actuelle, de l'impact psychologique du coronavirus sur les jeunes générations et sur notre tendance à surprotéger les enfants ?
Jean Chambry
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean Chambry est pédopsychiatre et chef de pole au GHU Psychiatrie Neurosciences de Paris.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon une étude sur l'impact de la crise des années 30 sur l'éducation des enfants, des chercheurs ont constaté que les enfants sont en réalité devenus des adultes plus forts. Qu'est ce que cela nous apprend de notre éducation actuelle, de l'impact psychologique du coronavirus sur les jeunes générations et sur notre tendance à surprotéger les enfants ?

Atlantico.fr : Dans une analyse qui étudie l'impact de la crise des années 30 sur l'éducation des enfants, des chercheurs ont constaté que les enfants sont devenus des adultes plus forts. Qu'est-ce qui explique cela ? Qu'est-ce que cela nous apprend de notre éducation actuelle, notre tendance à surprotéger les enfants les rend-ils trop fragiles ?

Jean Chambry : L’enfant se construit à partir de ce que lui renvoie son environnement. Si les adultes le considèrent comme un être qui nécessite une surproduction  il intériorise une représentation de lui fragile. Il absorbe les angoisses que les adultes projettent sur lui. Il est très important que les adultes fassent confiance aux compétences adaptatives de l’enfant pour l’aider à se construire une image de lui solide.

Nous ne savons pas grand chose pour le moment des effets du coronavirus sur les enfants mais on sait déjà que l’impact psychologique, lui, sera important. Comment la crise et les angoisses qu’elle procure joue-t-elle sur le développement du caractère ?

Le développement du caractère est un phénomène complexe qui repose à la fois sur des aspects neurodéveloppementaux (Génétique, épigénétique,…) et environnementaux. On peut donc s’interroger sur l’effets du contexte épidémique comme l’un des facteurs parmi de nombreux autres facteurs ayant contribué au développement de l'enfant. Cependant, les conséquences les plus importantes concernent l’impact sur la représentation de soi. L’être humain a la particularité d’ avoir une conscience réflexive, c’est à dire qu’à partir de 2,5 ans/ 3 ans, il a accès à un vécu identitaire. Il se répond à la question qui je suis. Cette représentation est issue des interactions avec l’environnement. C’est à dire que les adultes sont un miroir pour l’enfant. En conclusion pour répondre à cette question, tout va dépendre de comment les adultes ont vécu ce moment et comment ils ont impliqué l’enfant dans tout ce qui s’est passé. En fonction de la façon les adultes de l’entourage de l’enfant ont géré leurs propres angoisses, les conséquences sont totalement différentes.

Lorsque l’on compare notre situation aux précédentes à l'aide des études publiées sur celles-ci, on constate que le marasme économique a amené certains grands succès. Des enfants ont su saisir les opportunités offertes par la situation pour devenir des adultes plus rapidement. Qu’est ce que leur ont apporté les crises ?

Je ne partage pas ce point de vue et ce n’est pas ce que je vois dans mon environnement professionnel ou amical. Devenir adulte repose sur la capacité à se faire confiance et à pouvoir se sentir responsable de ses actes. Ces compétences sont liées en grande partie aux capacités de l’entourage à répondre aux besoins de l’enfant, ce qui lui permet d’acquérir une sécurité affective. On rencontre parfois des enfants pseudomatures qui peuvent faire illusion mais qui ont renoncé à une part de leur vie affective pour survivre. Le risque de décompensation (dépression, troubles anxieux, addictions) au cours de leur vie d’adulte est alors grand.

De nombreuses études confirment que la privation matérielle a moins d’impact sur les enfants que l’on ne peut penser. Leur contact direct avec la réalité va même mettre un terme à cette adolescence à long terme que l’on constate chez les générations actuelles. Quels avantages une jeune génération peut gagner d’une crise à l’exception d’une guerre ?

Effectivement, ce n’est pas le matériel qui permet à l’enfant de se développer mais la disponibilité de l’adulte à son égard et les expériences de plaisir partagés. Quand l’enfant ressent que le parent a du plaisir avec lui, c’est une expérience fondatrice dans la construction identitaire. L’adolescence interminable est liée aux difficultés des adultes à faire confiance aux adolescents et à les placer dans des situations où ils doivent être responsables d’eux-mêmes. En cela, la situation de crise est une excellente occasion de leur faire confiance.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ganesha
- 22/05/2020 - 14:22
Ce que ne dit pas cet article !
Les enfants nés dans les années 30, après avoir connu les angoisses d'une guerre mondiale, ont pu ensuite jouir du plaisir et des joies des Trente Glorieuses et du Baby-Boom.
Dans l'ensemble, beaucoup ont été de bons parents, et ils ont même pu aider leurs enfants, lorsque ceux-ci ont été confrontés aux difficultés causées par le Libéralisme dans les années 80.
La génération née dans les années 90 a hérité d'une planète complètement à la dérive : ils devront trouver en eux-mêmes l'énergie pour surmonter cette épreuve.
Première étape : un bon choix électoral !