En direct
Best of
Best of du 4 au 10 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

02.

Emmanuel Macron osera-t-il annoncer l’obligation du port du masque dans les lieux publics ?

03.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

04.

La France des caïds : l’inquiétante porosité du grand banditisme

05.

Donald Trump veut-il mettre en faillite Xi Jinping et la Chine ?

06.

Energie : l’Allemagne prend le risque mal maîtrisé de l’hydrogène

07.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

01.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

02.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

03.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

04.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

05.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

06.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

01.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

02.

Ces dénis grandissants de réalité qui asphyxient nos libertés

03.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

04.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

05.

Un commissariat au plan, c’est la cerise sur le gâteau... Pour les chefs d’entreprise, le comble du ridicule

06.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

ça vient d'être publié
décryptage > International
Que fait la France - trop souvent et encore seule - au Sahel ?

De sommets en sommets : un même constat d’indéniables résultats opérationnels mais inachevés et perturbés par l’absence de cohésion politique

il y a 2 min 42 sec
décryptage > Culture
Disraeli Scanner

La vérité nous rendra la liberté

il y a 30 min 10 sec
décryptage > Politique
La menace droite

La droite, seule menace aux yeux d’Emmanuel Macron

il y a 1 heure 22 min
décryptage > Politique
La voie du nord

Cette autre France qu’entend incarner Xavier Bertrand pour ne pas se laisser asphyxier par Emmanuel Macron

il y a 2 heures 4 min
light > Religion
Religion
Transformation de Sainte-Sophie : le pape François se dit "très affligé"
il y a 11 heures 11 min
pépite vidéo > Culture
Indignation sur les réseaux sociaux
Relâchement ? : des milliers de personnes réunies pour le concert du DJ The Avener à Nice
il y a 12 heures 26 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

La France des caïds : l’inquiétante porosité du grand banditisme

il y a 19 heures 58 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Covid-19 : la société française face au confinement

il y a 21 heures 2 min
décryptage > Culture
Il faut que tout change pour que tout change

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

il y a 21 heures 35 min
décryptage > International
Lion-dragon deal

Comment la politique iranienne de Trump a jeté Téhéran dans les bras de Pékin

il y a 22 heures 34 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

La seule chose à relocaliser d’urgence ? C’est une intelligence de la proximité

il y a 14 min 49 sec
décryptage > Consommation
"Végécovid"

Coronavirus : la pandémie entraîne une chute de la consommation de viande sans précédent depuis des décennies

il y a 45 min 58 sec
décryptage > Economie
Atlantico Business

Emmanuel Macron osera-t-il annoncer l’obligation du port du masque dans les lieux publics ?

il y a 1 heure 47 min
décryptage > Politique
Pour une meilleure action publique

Plan de relance : ces erreurs de la stratégie gouvernementale qui risquent de nous coûter cher

il y a 2 heures 15 min
pépites > France
Sentiment d'abandon
Carlos Ghosn critique l’attitude de la France et estime avoir été "abandonné"
il y a 11 heures 40 min
pépite vidéo > Santé
Geste symbolique
Coronavirus : Donald Trump porte un masque en public pour la première fois
il y a 12 heures 55 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Elections municipales 2020 : la démocratie à l’épreuve du coronavirus

il y a 20 heures 45 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

Crise du coronavirus aux Etats-Unis : une mise à l’épreuve des valeurs fondamentales de la société américaine

il y a 21 heures 18 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Bernard Plessy : "Travaux et jours dans la Grèce antique" (éditions Paradigme), grandeur du "petit peuple"

il y a 22 heures 6 min
décryptage > Economie
Effet boule de neige

Covid, moins d'habits, plus de chômage !

il y a 23 heures 20 sec
Enseignements

Covid-19 : Une pandémie étrangement similaire à la grippe russe de 1889

Publié le 22 mai 2020
Des chercheurs ont récemment identifié que la fameuse grippe avait été détectée comme un coronavirus. Voilà les leçons que nous pouvons tirer de la durée et du règlement de la crise à l’époque.
Patrick Zylberman
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Patrick Zylberman est professeur émérite d’histoire de la santé à l’Ecole des hautes études en santé publique (Université Sorbonne-Paris-Cité). Il est l’« invité permanent » du Centre Virchow-Villermé (CVV : Paris-Descartes/Berlin-La Charité), et l’un...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Des chercheurs ont récemment identifié que la fameuse grippe avait été détectée comme un coronavirus. Voilà les leçons que nous pouvons tirer de la durée et du règlement de la crise à l’époque.

Atlantico.fr : La pandémie de grippe « russe » a tué plus d’un million de personnes à travers le monde de 1889 à 1890. Elle constitue une importante source d’information car elle est la première pandémie à avoir été scientifiquement étudiée. Où a-t-elle commencé et pourquoi a-t-elle été si importante ? 

Patrick Zylberman : Comme son nom l’indique, elle serait originaire de Russie. Elle est sans doute apparue, en mai 1889, en Asie centrale, probablement en Ouzbékistan, alors un des maillons de l’empire russe. La région a été le contexte du premier cas détecté, ce qui ne veut pas dire nécessairement du cas zéro. Il peut y avoir eu des cas antérieurs qui ont échappé à notre connaissance. Les médecins notaient certains signes habituels à la grippe, forte fièvre, sueurs profuses, mais pas de signes respiratoires. Alors, grippe ? Malaria ? Dengue ? On ne sait.

L’important avec la grippe « russe » est son caractère global. C’est la toute première fois que l’on a pu démontrer l’authentique globalité d’une pandémie grippale. Saint-Pétersbourg, Berlin, Paris, Londres, Dublin, Boston, Chicago, Inde, Afrique, la grippe « russe » a fait le tour du monde.

Suite à cela, comment s’est-elle propagée et comment les autorités ont-elle réagi ? 

Les épidémiologistes remarquent des premiers cas d’infection respiratoire en septembre 1889, au sud de l’Oural. Depuis l’Oural, l’infection s’est disséminée vers l’Europe occidentale et ses ports par le rail et les voies navigables et vers l’est à pied et à cheval, et aussi via la navigation à vapeur qui contamine les ports et leurs arrière-pays. Elle a atteint Vladivostok puis Tokyo. Les bateaux à vapeurs allaient partout, on partait de Russie pour aller à Hambourg et de Hambourg on prenait le bateau pour débarquer à New-York avec la grippe russe. La seule grande route qui a joué un rôle dans la contamination est la route allant de la Russie méridionale vers la mer d’Oman (actuel Pakistan) via l’Iran. Une des routes importantes de l’expansion de l’empire russe.

Grâce au développement de ces moyens de transport et leur vitesse progressive le virus a pu se propager partout. Si les taux de mortalité en Europe sont restés modérés, avoisinant les 1% (Pays-Bas) ou 1,6% (France), l’excédent de mortalité en revanche est élevé : 60 000 personnes sont décédées en France, 66 000 en Allemagne, 4 500 aux Pays Bas. En Europe (partie européenne de la Russie comprise) la mortalité moyenne a évolué entre 0,7 et 1% ; entre 270 000 et 360 000 personnes sont décédées en Europe sur 360 millions d’habitants. 

Face cette rapidité de la propagation, les autorités ne savaient pas très bien quoi faire face à la pandémie. N’oublions pas que le virus de sera identifié qu’en 1933. En 1918, on cherchera à comprendre les caractères spécifiques, déroutants par leur violence même, de la vague automnale de la grippe, et l’on on ne penchera alors sur la grippe « russe » de 1889-1890. Et c’est grâce à ce travail de comparaison entre les deux pandémies que les médecins prendront conscience de la « nouveauté » de la grippe « espagnole ». 

Quelles sont alors les différences intéressantes pour comprendre notre virus aujourd’hui ? 

Difficile d’établir un parallèle. A la fin du XIXe siècle on ne peut parler de gestion de la pandémie. Le virus circule sans que l’on ait rien à lui opposer, la pharmacopée se réduit à de l’aspirine et quelques anti-pyriques (pour faire tomber la fièvre). Un seul conseil prévaut, qui est de se mettre au lit pendant plusieurs jours avec des grogs sans quitter la chambre. 

On a essayé de gérer les choses en 1918, sans vraiment y parvenir. On a tenté de limiter les rassemblements, de fermer les théâtres ; pour ne pas peser davantage sur le moral de la population (avec la guerre et, depuis le début de 1918 les bombardements) on a dû renoncer. L’ancêtre du ministère de la Santé, intitulé : ministère de l’Hygiène, a été créé fin janvier 1920, après la pandémie. Certaines stratégies, telles que l’isolement des malades à un stade précoce, étaient parties des moyens de lutte contre l’épidémie. Nous n’aurions rien à y changer aujourd’hui.  

Il y a eu des récurrences de la grippe russe. Celle de 1892 a été beaucoup plus sévère que la vague initiale. A Londres, par exemple, en 1891, la mortalité se monte à plus du double de son niveau de 1889-90.. Comme en 1957-58 et 1968-69, les personnes âgées n’ont été que légèrement touchées en 1889-90 ; elles le seront plus sévèrement au cours des récurrences de l’infection en 1891-95 et en 1899-1901.

Savions-nous qu’elle se propageait d’une telle manière ? 

La grippe « russe » a définitivement ancré dans le savoir des médecins et des autorités que la grippe est une maladie contagieuse, se transmettant de personne à personne, sans un réservoir animal. L’idée n’était pas unanimement acceptée jusque-là par l’opinion médicale.

Une autre chose intéressante que nous a appris la grippe « russe » tient à sa diffusion selon un schéma fortement hiérarchisé, des grandes villes vers les plus petites, et vers les zones rurales où, même dans les régions densément peuplées, la grippe ne se déclare qu’avec un ou deux mois d’écart par rapport aux villes les plus importantes.

Qu’avons-nous découvert sur le virus de la grippe russe, et que cela nous a-t-il permis de comprendre ?

Grâce à des études séro-archéologiques réalisées au lendemain des deux dernières pandémies grippales du XXème siècle, la grippe « asiatique » de 1957-59 et la grippe de Hong Kong de 1968-70, on est à peu près certain aujourd’hui que la souche en circulation en 1889-1890 était H3N2, et non H1N1. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
evgueniesokolof
- 23/05/2020 - 17:02
Il est une chose que je ne saisis pas
L'auteur parle de 60 000 morts en France et d'un taux de mortalité de 1% .
Tout le monde , même Ganesha, aura compris que ce taux est calculé par rapport aux malades - donc 6 millions et non par rapport à la population qui doit avoisiner les 40 millions
L'auteur rappelle utilement qu'à l'époque il n'y a rien: ni lits, ni masques, ni chloroquine ni même Jérôme Salomon....
-Je n'ai pas totalement les chiffres en tête mais 1% aujourd'hui, cela ferait 3 millions de malades: si c'est beaucoup moins, la comparaison n'a pas de sens!le taux de mortalité est plus élevé et le virus plus virulent !
-si en revanche, la comparaison est fondée et s'il y a eu 60 000 morts sans aucune mesure de confinement et sans massacrer l'économie, alors la France de Ferry et Clemenceau était gouvernée par des gens infiniment moins cons que ceux que nous subissons aujourd'hui!