En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

02.

Bombe à retardement ? La pandémie a fait chuter les transferts d'argent vers les pays d’origine des immigrés comme jamais auparavant

03.

Affaire Epstein : Ghislaine Maxwell détiendrait plusieurs vidéos d'actes pédophiles commis chez le milliardaire Jeffrey Epstein

04.

Les bonnes surprises (cachées) du déconfinement pourraient permettre une reprise plus rapide que prévue

05.

Horizon 2022 : le sondage qui (re)douche les espoirs de la droite LR

06.

HATVP : Pénélope Komitès, adjointe d'Anne Hidalgo, aurait oublié de déclarer 250.000 euros et évoque une "erreur"

07.

Le camping-car, star de l’été 2020

01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

03.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

04.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

05.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

06.

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

03.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

04.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

05.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

06.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un garçon sur le pas de la porte" de Anne Tyler : quand la petite vie pépère d’un quadragénaire se déglingue... un petit bijou intimiste et amusant

il y a 1 heure 5 min
pépite vidéo > Politique
Débuts difficiles
Eric Dupond-Moretti a été chahuté par les députés pour ses premiers pas à l’Assemblée nationale
il y a 1 heure 56 min
pépite vidéo > Politique
Cap pour la fin du quiquennat
Remaniement : retrouvez l'entretien du Premier ministre Jean Castex sur RMC - BFMTV
il y a 2 heures 42 min
décryptage > Politique
Intentions de vote

Horizon 2022 : le sondage qui (re)douche les espoirs de la droite LR

il y a 4 heures 30 min
décryptage > France
Moyen sûr de voyager

Le camping-car, star de l’été 2020

il y a 5 heures 37 min
décryptage > Europe
Vers une nouvelle crise politique ?

Irlande du Nord : l’IRA va-t-elle déterrer la hache de guerre ?

il y a 6 heures 28 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les bonnes surprises (cachées) du déconfinement pourraient permettre une reprise plus rapide que prévue

il y a 7 heures 42 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Dé mem brer" de Joyce Carol Oates : un excellent recueil de 7 nouvelles cinglantes à propos de 7 femmes presque ordinaires

il y a 21 heures 19 min
pépites > International
Contaminations
Coronavirus au Brésil : le président Jair Bolsonaro a été testé positif
il y a 22 heures 6 min
light > Politique
Génération Covid
Emmanuel Macron a félicité les nouveaux bacheliers avec un message sur TikTok
il y a 23 heures 33 min
pépites > Economie
Mesure d'urgence
La région Ile-de-France cesse de payer la RATP et la SNCF, en l'absence d'aide de l'Etat
il y a 1 heure 20 min
pépites > Politique
Déclarations
HATVP : Pénélope Komitès, adjointe d'Anne Hidalgo, aurait oublié de déclarer 250.000 euros et évoque une "erreur"
il y a 2 heures 16 min
décryptage > Politique
Remaniement

Les gouvernements passent, la haute administration demeure (au pouvoir)

il y a 3 heures 18 min
décryptage > Politique
Adieu robe noire

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

il y a 5 heures 22 min
décryptage > Economie
Marchés financiers

Ces investisseurs de la Tech qui semblent revenus à l’euphorie pré-bulle de l’an 2000

il y a 6 heures 1 min
décryptage > Politique
Leçons du remaniement

Alerte enlèvement : mais à quoi sert le MoDem ?

il y a 7 heures 9 min
décryptage > Economie
Impact du coronavirus

Bombe à retardement ? La pandémie a fait chuter les transferts d'argent vers les pays d’origine des immigrés comme jamais auparavant

il y a 7 heures 57 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Contre les barbares" de Maurizio Bettini : un roman d’apprentissage bien sombre et trop prévisible malgré des personnages campés avec talent

il y a 21 heures 31 min
light > Justice
Bombes à retardement
Affaire Epstein : Ghislaine Maxwell détiendrait plusieurs vidéos d'actes pédophiles commis chez le milliardaire Jeffrey Epstein
il y a 22 heures 34 min
pépites > Politique
Confiance des citoyens ?
Remaniement : les Français approuvent le choix des ministres du gouvernement de Jean Castex mais ne se font pas d'illusion sur la politique qu'ils mèneront
il y a 1 jour 24 min
© LOIC VENANCE / AFP
© LOIC VENANCE / AFP
Séquelles

Coronavirus : Combien de temps faut-il vraiment aux malades pour s’en remettre ?

Publié le 22 mai 2020
En fonction de l'évolution du patient, les conséquences et le temps nécessaire pour se rétablir du coronavirus varient. Les patients touchés par le coronavirus et qui développent des formes graves peuvent conserver de lourdes séquelles et nécessitent une convalescence entre trois à huit semaines.
Stéphane Gayet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Stéphane Gayet est médecin des hôpitaux au CHU (Hôpitaux universitaires) de Strasbourg, chargé d'enseignement à l'Université de Strasbourg et conférencier. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En fonction de l'évolution du patient, les conséquences et le temps nécessaire pour se rétablir du coronavirus varient. Les patients touchés par le coronavirus et qui développent des formes graves peuvent conserver de lourdes séquelles et nécessitent une convalescence entre trois à huit semaines.

 

Atlantico.fr : Combien de temps prend la récupération après avoir été atteint de symptômes bénins de la Covid-19 ?

Stéphane Gayet : Voilà une question pleine d'intérêt. La CoVid-19 – il est toujours bon de rappeler que c'est le nom de la maladie et non pas celui du virus, qui est appelé SARS-CoV-2, par analogie avec le SARS-CoV du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS ou en anglais SARS) chinois de 2002-2003 – a été considérée par certains chefs d'état imprégnés de démagogie, comme une sorte de grippe banale et bénigne. Aujourd'hui, la vérité est que la CoVid-19 tue beaucoup et pas uniquement des vieillards, se complique fréquemment de thromboses (« caillots »), tant artérielles que veineuses, et tant microscopiques diffuses que macroscopiques dans des vaisseaux de petit à moyen calibre, évolue dans près de 5 % des cas vers une insuffisance respiratoire aiguë et laisse des séquelles plus ou moins sévères et durables après guérison.

Dans les données statistiques nationales et mondiales dont on nous abreuve chaque jour ou presque, il n'est question que des nombres de personnes infectées – et non pas contaminées, erreur sémantique fréquente – et des nombres de personnes décédées de la maladie. On ne parle jamais des convalescents ni des séquelles persistantes après la convalescence.

La guérison d'une maladie infectieuse exprime le fait d'avoir vaincu l'agression microbienne. Un malade est guéri lorsque son infection a cessé et qu'il est de ce fait hors de danger. Il n'a plus de symptômes (ce que l'on ressent, mais que les autres ne peuvent pas constater) ni de signes (ce que tout le monde peut constater) de la maladie évolutive. La guérison est une notion essentiellement médicale : le médecin annonce au malade qu'il est guéri, il prononce la guérison et l'écrit dans son dossier. Quand la maladie infectieuse est fébrile, la chute de la fièvre annonce en général la guérison ; sur le plan biologique, c'est particulièrement la normalisation de la concentration sanguine de la protéine C réactive ou en anglais CRP. Mais cela ne signifie nullement que le patient ait recouvré la santé.

Selon l'Organisation mondiale de la santé ou OMS, la santé est « Un état de complet bien être sur tous les plans ». Or, pour une maladie infectieuse, entre la guérison médicale et le retour à l'état de santé antérieur à la maladie, il s'écoule une période plus ou moins longue, appelée convalescence ou analepsie : on parle de rétablissement des forces, de récupération.

On sait qu'après une grippe saisonnière avec des symptômes et des signes marqués, après une gastroentérite aiguë sévère à norovirus, après une mononucléose infectieuse, après une sinusite bactérienne suppurante et fébrile, après une hépatite virale ictérique (avec « jaunisse ») …, on n'est pas en pleine forme et loin de là, dès que l'infection a cessé d'évoluer : une convalescence, parfois courte, mais une convalescence tout de même, est nécessaire sur le plan physiologique. Quand la convalescence n'en finit pas, c'est-à-dire quand certains symptômes ou signes persistent longtemps, on parle de séquelles ; elles peuvent n'être que temporaires, ou au contraire être durables ou persistantes, voire plus ou moins définitives.

Or, les médecins ont trop souvent tendance à ne considérer que la guérison médicale, car pour eux elle représente un succès thérapeutique. Mais que devient le patient après la guérison médicale ? (« Vous êtes guéri, vous n'avez plus rien », peut-on entendre souvent ; et certains d'ajouter « Il faut vous reposer », phrase médicale typique et sempiternelle…).

Et précisément après une CoVid-19, la pleine santé n'est pas tout de suite au rendez-vous, bien loin de là.

Avec la CoVid-19, la durée et le résultat de la convalescence varient largement en fonction de l'âge, de l'état de santé antérieur et bien sûr de la gravité de la maladie.

On peut parler de forme bénigne de la maladie quand aucune hospitalisation n'a été nécessaire, ni aucune prise en charge médico-paramédicale quotidienne à domicile. Les principaux symptômes et signes sont : un mal de gorge, une toux sèche, une fatigue, de la fièvre et des douleurs musculaires ou parfois articulaires ; une céphalée (mal de tête) et des troubles digestifs (douleurs abdominales hautes, perte d'appétit, diarrhée modérée) sont également fréquents.

Lorsque la maladie a cessé d'évoluer (plus de fièvre ni de toux et reprise de l'appétit), il faut compter en moyenne encore (au moins) quinze jours de convalescence (selon l'OMS et à partir de données chinoises) et en pratique souvent trois, et même quatre semaines..

En cas de symptômes actifs, mais sans nécessiter de soins intensifs ?

Dans les formes plus sévères de CoVid-19, une aggravation survient sept à dix jours après le début de la maladie, sous la forme d'une gêne respiratoire marquée (dyspnée) ; cette aggravation peut être soudaine. Parmi les malades atteints de cette forme plus sévère, beaucoup pourront être maintenus à domicile, mais moyennant une surveillance médicale et paramédicale quotidienne ; tandis que d'autres devront être hospitalisés (parfois plus pour une raison de contexte du malade que de sévérité de la maladie). L'hospitalisation se fera alors dans un service de médecine, soit une unité de soins standard, soit une unité de soins continus, en fonction de l'état du malade. Une oxygénothérapie au masque sera souvent administrée.

Dans cette forme plus sévère, la convalescence est déjà nettement plus longue : de trois à huit semaines en moyenne ; c'est la fatigue (asthénie) qui est le symptôme le plus tenace et invalidant.

Et en cas de forme sérieuse, voire grave, de la maladie ?

Les formes les plus graves de CoVid-19 comportent plus qu'une simple gêne respiratoire : c'est une insuffisance respiratoire aiguë plus ou moins sévère. Le maintien à domicile n'est pas possible, car ces malades nécessitent toujours au minimum une oxygénothérapie continue au masque et des soins médicaux et paramédicaux aigus, qui comportent naturellement une surveillance pluriquotidienne. Un traitement médical est administré, généralement en perfusion, et une assistance respiratoire mécanique (respirateur) s'impose dans la plupart des cas : soit non invasive (ventilation non invasive au masque ou VNI : pas d'intubation trachéale), soit invasive (ventilation invasive avec sonde d'intubation trachéale, naso-trachéale ou oro-trachéale ; plus tard, parfois une trachéotomie).

Ces malades graves sont hospitalisés, soit en unité de soins continus, soit en réanimation. Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), cela concerne de l'ordre d'un malade CoVid-19 sur 20.

Lorsque ces malades graves sont guéris, ils doivent déjà faire un séjour en service de médecine standard où ils recouvrent peu à peu une autonomie de vie. Mais c'est très long, car les soins intensifs et a fortiori la réanimation affaiblissent considérablement le corps, en plus de la maladie elle-même : les muscles fondent et la fonction respiratoire est bien diminuée.

Étant donné que cette hospitalisation salvatrice a permis à ces malades de rester en vie, mais au prix d'une prise en charge médicale et paramédicale lourde, invasive et agressive, on ne doit pas s'étonner qu'il faille dans ce cas des mois pour récupérer ; c'est pourquoi on compte au minimum six mois de convalescence, et souvent un an, voire un an et demi.

Et sans compter les séquelles durables ou persistantes : dyspnée d'effort (essoufflement pour un effort peu important), toux persistante, asthénie (fatigue), force musculaire nettement diminuée, difficultés à la marche, troubles de la mémoire et désordres psychologiques, ainsi que très souvent une augmentation du besoin en sommeil.

Dans les cas les plus graves, il y a le risque de conserver un handicap respiratoire permanent, sous la forme d'une insuffisance respiratoire chronique, avec souvent la nécessité d'une oxygénothérapie à domicile, voire d'un respirateur à domicile (soit pour une ventilation non invasive au masque ou VNI, soit pour une ventilation invasive avec trachéotomie).

Il serait donc grand temps que l'on cesse de se contenter de parler des malades et des morts de la CoVid-19 : il y a aussi les convalescents et celles et ceux qui conserveront de façon plus ou moins définitive, des séquelles handicapantes.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
007
- 23/05/2020 - 09:08
Test
Que pense le docteur Gayet du commentaire de gc?
gc
- 22/05/2020 - 14:15
Séquelles covid-19
Aussi bien la HAS que l'académie de médecine, ne mettent assez en avant l'intérêt de la sérologie covid-19 pour le suivi des patients atteints sans le savoir.
En effet, la majorité des cas ont été suivi à domicile sans rt-pcr.
On soupçonne la covid de donner des fibroses pulmonaires et par ailleurs, elle a pu être responsable d'atteinte cardiaque.
Toutes les personnes ayant eu un syndrome grippale, une oppression thoracique, une bronchite, .. dans l'hiver, devraient avoir une sérologie covid, suivi à distance, en cas de positivité, d'une exploration fonctionnelle respiratoire, d'un examen cardiaque, et éventuellement imagerie.