En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

La dette européenne s’arrache comme des petits pains. Mais il y a une très mauvaise nouvelle derrière la bonne

04.

Et le vilain petit secret des athlètes des épreuves d'ultra-endurance n'est pas de savoir mieux supporter la douleur

05.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

06.

La Corée du nord craint que des nuages de sable venant de Chine ne soient porteurs du coronavirus

07.

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

05.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 6 min 41 sec
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 2 heures 49 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 3 heures 5 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 3 heures 19 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 3 heures 33 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 4 heures 11 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 4 heures 15 min
décryptage > Politique
On y pense à l’Elysée

Etrangers fichés S : vers un Guantanamo à la française ?

il y a 4 heures 20 min
décryptage > Economie
Phénoménale dette

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

il y a 4 heures 20 min
light > Politique
"Make America Great Again"
L'expert en sécurité Victor Gevers serait parvenu à se connecter au compte Twitter de Donald Trump en devinant son mot de passe
il y a 18 heures 10 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 12 min 4 sec
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 2 heures 57 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 3 heures 8 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 3 heures 29 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 4 heures 7 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseil à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 4 heures 14 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’Occident : un coupable idéal aux yeux de la pensée décoloniale

il y a 4 heures 19 min
décryptage > Economie
L'impossible Budget 2021

Récession Covid : le grand écart s'accentue entre ceux qui vont bien et ceux qui coulent

il y a 4 heures 20 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Sublime royaume" de Yaa Gyasi : de la relation mère-fille entre science et spiritualité, un roman qui ne peut laisser indifférent

il y a 17 heures 12 min
pépites > Santé
IHU Mediterranée
Covid-19 : l’Agence du médicament refuse d’autoriser massivement l’hydroxychloroquine
il y a 18 heures 45 min
© DOUGLAS MAGNO / AFP
Un chercheur chinois travaille sur le vaccin contre la CoVid19
© DOUGLAS MAGNO / AFP
Un chercheur chinois travaille sur le vaccin contre la CoVid19
Économie

La guerre mondiale des vaccins n‘aura pas lieu mais la spéculation financière est déjà débridée

Publié le 21 mai 2020
Alors qu’on pensait qu’il fallait au minimum entre 18 mois et 3 ans pour disposer d’un vaccin, on s’aperçoit que le sprint est lancé pour un marché qui sera très certainement décevant. En attendant, tout le monde spécule.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors qu’on pensait qu’il fallait au minimum entre 18 mois et 3 ans pour disposer d’un vaccin, on s’aperçoit que le sprint est lancé pour un marché qui sera très certainement décevant. En attendant, tout le monde spécule.

Il y a plus de quinze ans, le grand patron français d’une grande entreprise pharmaceutique devenue multinationale expliquait que la préoccupation de la planète toute entière était de trouver des remèdes au virus du sida. « Nous mettrons beaucoup de temps à trouver un vaccin, mais nous réussirons à trouver des traitements ».

Aujourd‘hui, quinze plus tard et 38 millions de victimes dans le monde, l’industrie pharmaceutique a découvert des traitements qui garantissent qu’un malade infecté du virus HIV ne pourra pas mourir du sida... mais la même industrie n’a toujours pas découvert un vaccin. 

Le vaccin, dans la gamme des produits de santé, est un des produits les plus difficiles à mettre au point et à commercialiser parce que le vaccin est finalement beaucoup moins rentable pour l’industrie que le traitement. 

Le vaccin, s‘il est bon, c’est une dose, une injection et le patient sera protégé toute sa vie. Alors que le traitement, il faut le prendre toute sa vie durant une fois par jour, parfois plus. 

Avec le Covid-19, il y a fâcheusement un grand risque qu'il se passe ce qu’il s’est passé avec le sida il y a quinze ans. Beaucoup de communication, beaucoup de spéculation financière et au final, assez peu de résultat. 

Ce qui s’est joué cette semaine donne un aperçu des enjeux et des montages plus ou moins responsables que les grands labos et les Etats préparent pour répondre à l’inquiétude populaire.

On a vu cette semaine un laboratoire américain, Moderna, commencer les premiers tests de validation pour un vaccin qui pourrait être mis à la disposition des systèmes de santé vers la fin de l’année. Du coup, l’action de la société a grimpé de 20% en quelques heures alors qu’elle était déjà orientée à la hausse depuis le début de l’épidémie. Ses trois animateurs, chercheurs et fondateurs, ont engrangé plus d’un milliard de dollars chacun. 

Mais cette semaine, on a aussi appris que l’Amérique de Donald Trump avait préacheté les vaccins que Sanofi a promis de sortir dans les six mois. Devant l’émotion suscitée en France et l’onde de choc dans les milieux politiques, les dirigeants de Sanofi ont démenti l'information en disant que tout le monde serait servi équitablement, mais personne ne les a crus quand on a su que la recherche avait été principalement financée par des fonds américains. 

Cette semaine encore, Emmanuel Macron et Angela Merkel ont annoncé ensemble leur intention commune de créer une industrie du médicament à l’échelle européenne. 

Quant aux Chinois, ils ont essayé de se situer au-dessus de la mêlée en affirmant haut et fort qu’ils donneront au monde entier l’accès à leurs vaccins. Il faut croire qu‘ils ont beaucoup de choses à se faire pardonner pour faire preuve d’une telle mansuétude. 

Pour terminer, on a compris que Donald Trump menaçait de couper les vivres à l’OMS, l’Organisation mondiale de la santé, si cette institution internationale ne parvenait pas à découvrir les origines du Covid-19 et surtout, à confondre les coupables qui, pour lui, sont forcément chinois. 

Difficile de ne pas penser que tous ces protagonistes ne préparent pas une guerre mondiale du vaccin.

D’autant que l’enjeu sanitaire est évident parce que si les pays déconfinent progressivement aujourd’hui, le virus n’a pas disparu pour autant et va nous obliger à se protéger tant qu’on n’aura pas de traitement efficace ou mieux, un vaccin. Cette pandémie étant mondiale, plus de 7 milliards d’êtres humains vont avoir besoin de se protéger. Avec des milliards de doses. L’enjeu sanitaire a donc engendré un enjeu économique et financier considérable, sans parler de l’enjeu politique.  Le pays qui aura le vaccin le premier verra son crédit politique grimper à l’échelle planétaire.

 Cette partie de Monopoly industriel et financier risque quand même de se transformer en partie de poker menteur. 

La mise au point d’un vaccin coute extrêmement cher :  au bas mot 2 milliards de dollars. Parce que la mise au point, la validation du vaccin et sa fabrication demandent des armées de chercheurs pendant plusieurs années. Parce qu’il faut être absolument sûr qu’il fonctionne. Et s’il fonctionne bien, on ne vendra qu‘une injection par personne. 

Pour tous les labos du monde, il y a des médicaments beaucoup plus rentables. Tout ce qui touche aux maladies cardio-vasculaires par exemple, ou à la lutte contre le cancer. 

Plus qu’avec le sida, le Covid-19 fait courir d’immenses risques financiers aux industriels, aux investisseurs et Etats qui sont appelés à l’aide pour le financement. En plus, le grand gagnant sera le premier, à condition que le virus ne disparaisse pas (or ça peut arriver). On a plein d’exemples. Il faut aussi que le virus ne mute pas sinon le vaccin ne marche plus. 

A la table de poker, il y aurait actuellement plus de 100 entreprises ou laboratoires qui auraient déclaré vouloir développer des projets. En dehors de Moderna, américain qui a pris tout le monde de court cette semaine en expliquant que les équipes étaient quasiment prêtes à sortir le vaccin, les très gros labos qui sont dans la course, sont aussi les plus connus : 

Glaxo un champion de l’antibiotique, le Clamoxil c’est lui.

Merckx, un allemand. 

Pfizer un américain installé dans le monde entier, très en pointe sur les anticancéreux mais aussi le fabricant du viagra entre autres 

Johnson et Johnson, américain et Sanofi-pasteur d’origine française 

Dans les très gros, des américains, des anglais, un français et un allemand. Et par ailleurs trois laboratoires chinois.  

Alors dans la perspective de cette bataille, on sait qu‘il y a eu des alliances scientifiques et financières (par exemple entre Sanofi et des laboratoires américains) mais ce qui est intéressant, c’est que la course se déroule sur des terrains différents 

1er terrain : celui de la recherche, il y a une assez bonne solidarité des chercheurs du monde entier. Les gouvernements n’en parlent pas parce qu’ils veulent se réserver le bon rôle, mais il existe une internationale de la recherche scientifique en matière de santé. C’est une valeur commune.  Ça veut dire que tout le monde va trouver au même moment. Mais ça ne signifie pas que les résultats financiers seront partagés, ni même que les tous les pays seront servis équitablement. 

2e terrain de compétition, très réelle cette fois, qui porte sur la concurrence pour trouver des capitaux, et comme a priori, le vaccin est mal aimé des analystes financiers qui considèrent qu‘il est moins rentable qu‘un traitement, il faut que chacun aille chercher des investisseurs. Et du coup, on va chercher des fonds publics. 

3e terrain, très politique : si on va chercher des fonds publics, on active de fait une compétition entre les Etats pour disposer du vaccin en premier, d’où le travail au niveau européen qui démarre mais avec du retard. D’où l’annonce des Chinois qui donneraient au monde leurs vaccins. D’où l’arrogance américaine qui explique que « si je paie, j’en profite ». 

Au total, le marché des vaccins dont beaucoup pensent que c’est un eldorado, apparaît très souvent comme un champ de mines où on peut aussi se ruiner. Enjeu sanitaire, oui, mais enjeu financier risqué, enjeu industriel risqué parce qu’il faudra fabriquer les milliards de doses et par conséquent, enjeu stratégique. Chaque Etat aurait intérêt à être équipé en masques, en tests et en vaccins. Mais chaque Etat n’en a pas forcément les moyens. 

Aujourd’hui, alors que le virus continue de circuler, les populations attendent bien évidemment le vaccin parce que c’est le seul moyen de se protéger définitivement de ce type de contagion, mais comme souvent une partie non négligeable s’en méfie.  Et c’est d’ailleurs un problème très français. 

La France est le pays au monde où la population se méfie le plus des vaccins et refuse. Entre 25 et 30% renoncent à la vaccination, ce qui fait que depuis trois ans maintenant, on connait une reprise des infections de rougeole et de variole qui est redoutable, au point où il a fallu imposer aux parents la vaccination de leurs enfants, sinon ils ne rentraient pas à l’école maternelle. C’est une question de santé publique. Mais c’est une question compliquée à résoudre dans des pays où la liberté individuelle est sacrée. Où la parole de l’expert n’est pas toujours écoutée. Elle est suspecte. C’est une question de confiance dans le système. Or, les Français ont perdu depuis l’arrivée du coronavirus une grande partie de la confiance qu’ils avaient dans le système de santé. Ils préfèrent se tourner vers les médecines douces, naturelles plutôt que d’accepter les antibiotiques ou les vaccins. Dans la même logique, la même société française oubliera les mesures élémentaires d’hygiène, les gestes barrières, et le port du masque. 

Et comme les Français ne sont pas à une contradiction près, ils se méfient des vaccins mais ne comprennent pas pourquoi une entreprise française ne serait pas tenue de servir en premier son pays. Beaucoup ont critiqué et même vilipendé le gouvernement de ne pas avoir constitué des stocks stratégiques en masques et en tests, et sans doute avaient-ils raison. Mais les mêmes refuseront aujourd’hui de les porter alors qu'ils sont disponibles, comme ils oublieront de respecter les distanciations. Et demain encore, les mêmes refuseront que le vaccin soit obligatoire, et oublieront de se faire vacciner. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Jean-Marc Sylvestre
- 21/05/2020 - 18:35
ca ne me déplaît pas ..
n ‘en déplaise .. aucune raison , je suis entièrement d ‘accord avec vous , je ne comprend d’ailleurs pas votre grogne .. mes propos sur la vaccination sont ambiguïté. Nous somme en france le pays développé au monde qui vaccinons le moins et je trouve cela inquiétant en plus pour des raisons idelologiques , religieuses parfois ; éthiques peut etre mais surtout par bêtise ou manque d’informations . un sondage recent nous apprend que 30 % de la population ne se vaccinera pas contre le covid19 si le vaccin existe. C’est très inquiétant pour tout le monde .
je suis désolé pour la variole , virus dont le vaccin n’est pas obligatoire depuis plus de 10ans a la suite d’un lobbying d’associations auxquelles le ministre de la sante a cede pour de mauvaises raisons . la variole a disparu tant mieux ... mais franchement je suis heureux qu on soit d accord ; merci monsieur qui vous cachez sous le pseudo de Didou 33, et je me demande encore pourquoi ?
Papy Atlantico
- 21/05/2020 - 10:34
N'en déplaise à M Sylvestre,
N'en déplaise à M Sylvestre, il n'y a pas de recrudescence de la variole, car cette maladie a été totalement éradiquée, grâce à la vaccination justement. Le virus de la variole n'existe plus que dans 2 ou 3 laboratoires P4.
La vaccination contre la variole n'est plus d'actualité depuis longtemps.
Par contre, il y a bien une recrudescence de la rougeole, maladie quelques fois mortelle, due au trop faible taux de vaccination. Ceux qui refusent la vaccination mettent leurs jours en danger, ce qui est leur droit, mais mettent aussi les autres en danger, ce qui est inacceptable.