En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si l’Univers ne s’expliquait pas par un Big Bang originel mais par un Grand Rebondissement ?

02.

Vaccin contre la Covid-19 : pourquoi les pérégrinations de la recherche russe pourraient se révéler crédibles

03.

Canicule : petite liste des aliments les plus risqués à la consommation quand le thermomètre monte

04.

L’étrange pas de deux d’Emmanuel Macron avec le Hezbollah

05.

Agnès Buzyn pourrait être nommée à la tête d’Universcience

06.

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

07.

Vous avez aimé le # "privilège blanc" ? Vous adorerez le # "privilège juif"

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

03.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

04.

Vaccin contre la Covid-19 : pourquoi les pérégrinations de la recherche russe pourraient se révéler crédibles

05.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

06.

Canicule : petite liste des aliments les plus risqués à la consommation quand le thermomètre monte

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

03.

Relocaliser l’alimentation : une vraie bonne idée ?

04.

Masques et crise de la masculinité : les ingrédients du cocktail explosif de violences en série

05.

Beyrouth : le rêve éveillé de l'Elysée sur l'Orient

06.

Liban : Emmanuel Macron lance un appel à un "profond changement" auprès de la classe politique

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Roumeli - Voyages en Grèce du Nord" de Patrick Leigh Fermor, vagabondage dans une Grèce inconnue des touristes

il y a 11 heures 57 min
light > Culture
Secteur menacé par la crise ?
La fréquentation "s'écroule" au château de Versailles face à l’absence de touristes étrangers
il y a 12 heures 31 min
pépites > Politique
Nouvelle affectation ?
Agnès Buzyn pourrait être nommée à la tête d’Universcience
il y a 14 heures 22 min
light > Media
Nouvelle équipe
Plusieurs départs au sein du magazine Paris Match dont Valérie Trierweiler
il y a 15 heures 31 min
pépites > Politique
Vice-présidente
Joe Biden choisit la sénatrice Kamala Harris comme colistière avant l’élection présidentielle face à Donald Trump
il y a 16 heures 41 min
décryptage > High-tech
Avenir

Comment empêcher la fuite des cerveaux français du numérique ?

il y a 20 heures 10 min
décryptage > Santé
Course contre la montre

Vaccin contre la Covid-19 : pourquoi les pérégrinations de la recherche russe pourraient se révéler crédibles

il y a 20 heures 38 min
décryptage > International
Idéologie

Communisme revisité : ces nouveaux penseurs dont s’inspire Xi Jinping pour diriger la Chine d’une main de fer

il y a 20 heures 56 min
décryptage > International
En même temps à risque

L’étrange pas de deux d’Emmanuel Macron avec le Hezbollah

il y a 21 heures 21 min
pépites > Santé
CORONAVIRUS
Les chiffres qui inquiètent en Ile-de-France
il y a 1 jour 16 heures
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Amazonia" de Patrick Deville, exploration littéraire au coeur du pays d'Aguirre

il y a 12 heures 3 min
pépites > Politique
Démocratie
Biélorussie : Emmanuel Macron exprime sa "très grande préoccupation"
il y a 13 heures 11 min
pépites > Santé
Impact de la catastrophe
Liban : plus de la moitié des hôpitaux de Beyrouth seraient "hors service" après l’explosion
il y a 14 heures 55 min
pépites > Europe
Accident ferroviaire
Un train de passagers déraille en Ecosse, les autorités redoutent un lourd bilan
il y a 16 heures 16 min
pépite vidéo > International
Violence de la catastrophe
Les images de l’explosion à Beyrouth au ralenti
il y a 17 heures 32 min
décryptage > Société
Tout nouveau tout beau

Vous avez aimé le # "privilège blanc" ? Vous adorerez le # "privilège juif"

il y a 20 heures 30 min
décryptage > Science
Espace

Et si l’Univers ne s’expliquait pas par un Big Bang originel mais par un Grand Rebondissement ?

il y a 20 heures 48 min
décryptage > Histoire
Atlantico Business

Les femmes qui ont changé le monde et le cours de l’Histoire. Aujourd’hui, Mata Hari : du mouvement Metoo au Bureau des Légendes

il y a 21 heures 9 min
décryptage > Société
Protection contre le virus

Masques et crise de la masculinité : les ingrédients du cocktail explosif de violences en série

il y a 21 heures 31 min
décryptage > Société
Des mots qui viennent d’ailleurs

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

il y a 1 jour 17 heures
© Valery HACHE / AFP
© Valery HACHE / AFP
France "sous cloche"

Insécurité par temps de confinement : les leçons d’une expérience inouïe pour les criminologues

Publié le 20 mai 2020
L'expérience du confinement aura été très instructive. Ce que la criminologie a appris du confinement prendra des mois à se cristalliser, à pouvoir s'écrire. Les principaux enseignements concernent l'emprise territoriale et la réactivité du banditisme périurbain.
Xavier Raufer
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Xavier Raufer est un criminologue français, directeur des études au Département de recherches sur les menaces criminelles contemporaines à l'Université Paris II, et auteur de nombreux ouvrages sur le sujet. Dernier en date:  La criminalité organisée...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'expérience du confinement aura été très instructive. Ce que la criminologie a appris du confinement prendra des mois à se cristalliser, à pouvoir s'écrire. Les principaux enseignements concernent l'emprise territoriale et la réactivité du banditisme périurbain.

La physique connaît les expériences sous "cloches à vide" : par exemple, on créé le vide dans un espace pour y étudier la propagation du son. Pratique bien sûr inaccessible aux sciences humaines, surtout à échelle continentale. Un pays entier - l'Europe même ! - sous cloche à vide ? Les voies et artères d'un pays ; ses espaces urbains ou ruraux ; ses paysages, côtes et mers, vides d'hommes, soixante jours durant ? Impossible - exclu même des songeries hallucinées d'un savant sous LSD ou d'un dictateur mégalomane.

Or c'est que le confinement du 16 mars au 10 juin a soudain (presque) imposé au monde développé. Cas inouï pour la France qui n'a jamais rien subi de tel en trois siècles - sauf peut-être, l'Île-de-France, au début de l'occupation allemande (juin-juillet 1940). 

Immense et inespéré laboratoire, cette France "sous cloche" permet aux sciences humaines ou naturelles de riches observations - l'épidémiologie, bien sûr ; mais période plus féconde encore pour la criminologie. Voici comment et pourquoi.

Discipline transversale, la criminologie intègre d'autres sciences humaines : philosophie (violence... peur...) ; histoire ; psychologie (passage à l'acte du criminel, etc.). Plus la sociologie (étude des entités illicites-clandestines), la statistique (mesure des infractions) ; enfin, la réponse sociale (critique des politiques criminelles, lois pénales, etc.). 

Face aux autres sciences humaines, la criminologie subit cependant une additive et vaste difficulté : sans trêve et de leur mieux, ses sujets d'étude camouflent qui ils sont, ce qu'ils font et ce qu'ils manipulent : flux financiers, biens et services illicites, etc. L'économie ou la psychologie regorgent certes de cas où l'approche du réel est passivement ardue. Mais en criminologie, ce réel est activement caché : là est toute la différence.
Toujours et partout, le crime parasite la société et l'économie légales et légitimes ; le deal de stupéfiants, les vols avec armes, le contrôle des fiefs criminels, le proxénétisme, les effractions, le racket, etc., doivent être noyés dans la foule ; ce d'abord, dans l'espace urbanisé. De même pour toute logistique illicite : comment infiltrer des migrants clandestins en masse, ou des tonnes de stupéfiants, dans des ports confinés ou sur des autoroutes vides ? Impossible bien sûr.

Vides d'habitants, les rues, autoroutes, places et quartiers de la plupart des villes d'Europe, désormais balayés jour et nuit par des caméras de surveillance, rendent l'activité criminelle de voie publique difficile voire impossible.

Pire encore : d'usage imperceptibles sans efforts massifs, ces signaux faibles et ruptures d'ambiance permettant le décèlement précoce des dangers et menaces sont aisés à repérer dans un monde "sous cloche". Ce, en temps quasi-réel, privant le milieu criminel ou terroriste d'un classique atout de décalage temporel : dans le monde "normal", les bandits vont vite et les bureaucraties d'État sont lentes et lourdes. En temps de confinement, rien de tel : tout peut se repérer, et vite.

Ce que la criminologie a appris du confinement prendra des mois à se cristalliser ; à pouvoir s'écrire. D'ores et déjà cependant, deux premier enseignements sur l'emprise territoriale et la réactivité du banditisme périurbain, d'habitude immergé dans des quartiers inaccessibles aux non-résidents et aux forces de l'ordre.

EMPRISE - fin mars, des journalistes veulent jauger le confinement, la vie sociale, etc., d'une cité "chaude" du nord de Marseille. Récit : "Un chouf [guetteur] prévient de notre arrivée... Notre voiture, repérée sur le champ... D'autres "jeunes" observent à distance, prêts à intervenir... Avenue X trois "jeunes" masqués gèrent le barrage... Un journaliste interroge un habitant... Des guetteurs viennent écouter... une dizaine autour de nous, agités, intimidants... Nous partons vite, pourchassés par deux véhicules jusqu'à l'autoroute". Flagrant dans le vide ambiant, tel est le durable ordre paramilitaire imposé à des centaines de quartiers en France ; surtout, ceux restés calmes lors du confinement, du fait justement de l'emprise criminelle. 

Selon le classement même du Renseignement territorial, la France métropolitaine compte 58 quartiers et "grands ensembles" de niveau 1, les "Quartiers sensibles de non-droit" et 160 de niveau 2, les ("Quartiers sensibles très difficiles"). 218 territoires au total dont la moitié au moins subit l'emprise de l'ordre paramilitaire ci-dessus décrit. Ordre qui suppose forcément une hiérarchie, des fonctions distinctes, une planification - la définition même du crime organisé par les instances internationales.  Reste le partage de l'argent illicite généré. Et quel argent ! Pour les demi-grossistes livrant ces territoires par quantités de 50 à 300 kilos, la vente de trois tonnes de cocaïne procure de 70 à 100 millions d'euros. Or notre  myope ministère de l'Intérieur et ses journalistes-chouchous font mine de s'affoler de quelques pétards, d'une agitation somme toute secondaire - mais ignorent au quotidien la présence en France de plus de cent impénétrables fiefs criminels, générant ces fortunes.

RÉACTIVITÉ - En France, le cannabis du Maroc et la cocaïne du nord de l'Amérique latine sont les stupéfiant-rois. Or à la mi-mars, désastre pour les importateurs de ces narcotiques, désormais associés : des frontières bouclée au sud (Maroc, Espagne) et au nord (Pays-Bas, Belgique). Fin des vols internationaux, donc du trafic de "fourmis" infiltrant la cocaïne en France. Le deal de rue s'arrête, hors cités criminalisées. Ailleurs, des dealers et clients sont sous l'œil des caméras, suspectes présences dans le vide ambiant. L'offre et la demande des stupéfiants en panne : fort risque pour les caïds de quartiers où nombre de familles et clans vivent des trafics illicites. Or tous s'adaptent vite au nouvelles "normes de marché" : livraisons pour les "bons" clients ; trafic rabattu sur le fret maritime et les camionneurs qui livrent les populations confinées en biens essentiels. Là, encore et toujours, obligation d'une architecture transnationale hiérarchisée, dotée de capitaux massifs, d'un strict et clandestin partage des tâches ; enfin, d'une capacité de prévision et de réaction aux obstacles, pour maintenir la fluidité du trafic et l'optimale rentrée de l'argent.

Au bout du compte, une emprise et une réactivité hélas supérieures à celle des autorités françaises, regrettent (discrètement) ceux qui, dans l'ombre, pistent ces trafiquants.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
hoche38
- 21/05/2020 - 16:06
C'est Bizance!
Tout ce chiffre d'affaires, exonéré d'impôts et de taxes. La France est encore vraiment le pays de Dieu sur terre.
CORINESBH
- 20/05/2020 - 17:27
Comme d'habitude.....
dès que la police investira les lieux d'un de ces quartier difficile, les médias scruterons à la loupe leurs fait et geste pour considérer ces pauvres crimminels en victimes.
On marche sur la tête depuis des dizaines d'années avec ces populations et aucun gouvernement n'a le courage de mettre un coup de pied dans la fourmillière.
Si au moins on limitait leurs entrées sur le territoire et surtout que la loi française leur soit appliquée comme à n'importe quel citoyen français, mais même pas !!!!
Je ne serai plus là pour le voir, mais je suis curieuse de savoir jusqu'ou cela peut aller.
tubixray
- 20/05/2020 - 14:37
constat accablant
Une vision sélective des méfaits de certains de nos "concitoyens" due au gouvernement et aux médias.
Toutefois, bien des bobos LREM doivent faire partie de ces "bons clients"; un pétard c'est tellement tendance.
La racaille prospère encore et toujours.