En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

02.

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Les investissements s’effondrent et signent la fin d’une mondialisation effrénée… Sauf pour la Chine, grande gagnante de la crise

05.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

06.

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

07.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Covid-19 : l’Agence du médicament refuse d’autoriser massivement l’hydroxychloroquine

ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Pensées aux victimes
Attaque à Nice : l’Assemblée nationale observe une minute de silence
il y a 17 min 24 sec
décryptage > Société
Second Impact du Covid-19

Petits conseils pour gérer son anxiété face à une actualité déprimante et angoissante

il y a 59 min 23 sec
décryptage > Santé
Bis repetita

Isolement des cas positifs : le ratage massif qu’Emmanuel Macron feint de ne pas voir (et qui pourrait faire échouer le 2ème déconfinement)

il y a 2 heures 7 min
pépites > France
Enquête en cours
Attaque à l'arme blanche à Nice, l'auteur a été interpellé
il y a 2 heures 45 min
décryptage > International
Mais qu'est-ce qu'ils allaient faire dans cette galère ?

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

il y a 4 heures 8 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les investissements s’effondrent et signent la fin d’une mondialisation effrénée… Sauf pour la Chine, grande gagnante de la crise

il y a 4 heures 11 min
pépites > Europe
UE
L’eurodéputé Pierre Larrouturou débute une grève de la faim pour réclamer une taxe sur la spéculation financière
il y a 14 heures 25 min
pépites > Politique
"Tester, alerter, protéger"
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce l’instauration d’un reconfinement national dès vendredi
il y a 15 heures 25 min
light > France
Festivités annulées
Lyon : la Fête des Lumières 2020 n'aura pas lieu
il y a 20 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Impossible" de Erri de Luca : huis-clos entre un accusé et son juge. Un roman puissant lu par deux comédiens talentueux

il y a 21 heures 33 min
décryptage > Consommation
Leçons du 1er confinement

Pénuries de (re)confinement : voilà ce que vous devriez acheter pour affronter novembre (et non, on ne vous parle pas de papier toilette)

il y a 43 min 31 sec
décryptage > France
Pression sur l'exécutif

Meurtre de Samuel Paty, islam et liberté d’expression : réseaux sociaux arabes, élites anglo-saxonnes, l’étau fatal qui étrangle la France

il y a 1 heure 38 min
décryptage > Economie
"Quoi qu'il en coûte"

Reconfinement : le prix que nous sommes prêts à payer pour sauver une vie est-il en train de flamber ?

il y a 2 heures 36 min
décryptage > Santé
"Tester, alerter, protéger"

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

il y a 3 heures 31 min
décryptage > France
Non, non et non

La phrase terrible du président du CFCM : "il faut savoir renoncer à certains droits"...

il y a 4 heures 9 min
pépites > France
Coronavirus
La France et l'Europe débordées par le virus : l'Hexagone se reconfine mais laisse ses établissements scolaires ouverts, nouvelles restrictions en Allemagne pendant un mois
il y a 4 heures 28 min
pépite vidéo > France
Pays confiné jusqu’au 1er décembre
Reconfinement et nouvelles mesures : retrouvez l’intégralité de l’intervention d’Emmanuel Macron
il y a 14 heures 38 min
pépites > Economie
Impact de la crise
Celio va fermer 102 magasins en France, 383 emplois sont menacés
il y a 18 heures 40 min
light > Culture
Amoureux des mots
Mort d'Alain Rey à l'âge de 92 ans
il y a 20 heures 41 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"ADN" : Maïwenn en quête de ses racines algériennes dans une autofiction comique et volcanique...

il y a 21 heures 55 min
© CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP
© CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP
Déconfiné

Allergie à la critique : LREM semble avoir oublié de déconfiner sa culture démocratique

Publié le 17 mai 2020
Les critiques de l’opposition sur la gestion de la crise par le gouvernement ont été mal reçues par l'exécutif. Stanislas Guerini, délégué général d’En Marche, a notamment qualifié l’opposition de "charognards de l’information". Pourquoi ce gouvernement accepte-t-il si mal les reproches de la part de l’opposition ?
Christophe de Voogd
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe de Voogd est normalien et docteur en histoire, spécialiste des idées et de la rhétorique politiques qu’il enseigne à Sciences Po et à Bruxelles. Dernier ouvrage paru : « Réformer : quel discours pour convaincre ? » (Fondapol, 2017)...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les critiques de l’opposition sur la gestion de la crise par le gouvernement ont été mal reçues par l'exécutif. Stanislas Guerini, délégué général d’En Marche, a notamment qualifié l’opposition de "charognards de l’information". Pourquoi ce gouvernement accepte-t-il si mal les reproches de la part de l’opposition ?

Atlantico.fr : Les critiques de l’opposition quant à la façon dont le gouvernement a géré la crise ont été mal reçues par ce dernier : Stanislas Guerini, délégué général d’En Marche, a qualifié l’opposition de « charognards de l’information » ; Elisabeth Borne a qualifié de honteux les reproches de Marine Le Pen sur les « aberrations » du déconfinement. 

Pourquoi ce gouvernement accepte-t-il si mal les reproches de la part de l’opposition ? La vision de ce gouvernement de la démocratie est-elle propre aux partis centristes ?

Christophe de Voogd : Permettez-moi d’abord un réflexe d’historien : je n’ai jamais vu de parti au pouvoir, même dans les régimes démocratiques, et surtout en France, qui ait accepté aisément les reproches de l’opposition. Rappelez-vous le mot cinglant de de Gaulle sur « les politiciens au rencart » en 1968, et son Ministre de l’infirmation qui veillait au grain ; ou le « vous avez juridiquement tort parce que vous êtes politiquement minoritaires » d’un dignitaire socialiste en 1981 ; ou encore les sarcasmes de Nicolas Sarkozy à l’égard de la presse d’opposition. Le fait majoritaire de la Vème République, l’élection du Président au suffrage universel, puis l’inversion du calendrier électoral depuis 2002 ont conféré aux gagnants du suffrage une sorte de « surconfiance » en soi et la certitude de détenir la vérité. Plus lointainement, cela renvoie aussi au style intolérant du débat public qui nous caractérise depuis la Révolution, voire à la vérité de droit divin de la monarchie, appuyée sur l’exclusivisme catholique. Nous sommes en cela très différents de la tradition anglaise (et plus largement celle de l’Europe du Nord), où l’opposition a un statut quasi-légal et où ses droits sont respectés dans une approche délibérative de la décision publique.

Il reste que le Pouvoir actuel tranche avec ses prédécesseurs depuis la fin du gaullisme dans ses tentatives pour réduire la liberté d’expression. On l’a vu, bien avant la crise du Covid, avec le décret d’août 2017 (passé inaperçu) sur les propos discriminatoires dans l’espace privé, jusqu’à la récente Loi Avia, en passant par la loi sur les Fake News, ou encore l’idée inouïe d’ériger une sorte d’observatoire gouvernemental de vérification des informations. Et c’est plutôt sur ce point précis que j’interprète votre question sur la « démocratie », dont les libertés publiques ne forment qu’un aspect (décisif à mes yeux, car pilier de l’Etat de droit), à côté du suffrage universel et du respect de la minorité.

Est-ce dû à son positionnement « centriste », comme vous dites ? Je dirais plutôt « central », comme le montre le fameux « en même temps » et la coalition de forces originairement de gauche et de droite dans le macronisme. Les partis centristes partout en Europe sont plutôt des gardiens farouches de la liberté d’expression, comme ils l’ont été aussi en France. J’explique donc cette tentation de contrôler l’opinion, qui « travaille » le Pouvoir actuel, par trois éléments :

1/ Précisément cette alliance de la gauche et de la droite en son sein, qui fait que la culture politique apportée par ces deux courants est globalement peu propice aux libertés : regardez la quasi-unanimité à l’Assemblée pour voter en première lecture la Loi Avia. Le fait est accentué par le déséquilibre net dans la composition du groupe LaREM qui penche clairement à gauche et vient souvent du PS : or, pour la gauche - et c’est ce qui la définit fondamentalement - l’égalité prime sur la liberté. La résistance a fini par venir de la droite, à l’Assemblée et surtout au Sénat, mais une résistance bien tardive et largement tactique.

2/ la pression des groupes du politiquement correct, pour lesquels le pouvoir, au nom du « progressisme », a montré une certaine complaisance : minorités sexuelles, religieuses ou ethniques. Plus exactement, une complaisance à l’égard des lobbies activistes qui prétendent représenter ces minorités, souvent au grand dam de ces dernières. La loi Avia, qui vise à imposer aux réseaux sociaux ce politiquement correct, en est la traduction directe. A mes yeux, le progrès dans toutes nos institutions, des médias aux universités en passant par la culture, de ces lobbies clairement liberticides est l’un des facteurs les plus décisifs et le plus dangereux pour l’avenir des libertés publiques en France. Le pouvoir va-t-il poursuivre dans cette voie ? La scission qui s’annonce au sein de la REM avec le départ d’Aurélien Taché, l’un des phares de ce politiquement correct, va être, à cet égard, très importante à suivre.   

3/le tempérament du Chef de l’Etat qui semble allergique à la critique, comme plusieurs de ses prédécesseurs. Nous retombons là sur les effets pervers de la personnalisation extrême du pouvoir sous la Vème république. L’omniprésente flatterie courtisane, héritage de la monarchie, qui règne autour de tous les présidents, fait le reste. C’est pourquoi, malgré un réel courage pour « aller au feu », courage qui le distingue, là, de nombre de ses prédécesseurs, Emmanuel Macron a vite fait de couper court aux objections et de monopoliser la parole, comme l’a vu lors du Grand débat ou des rencontres avec les Français.

En plus de l’allergie du gouvernement à la critique s’ajoute un manque de confiance à l’égard des citoyens. Le gouvernement français est-il en train de fomenter une crise au sein de la démocratie ?

La discussion cède en effet très vite la place à la volonté d’imposer, par la « pédagogie », son point de vue. Et nous trouvons là un aspect fondamental du macronisme : sa filiation saint-simonienne, dont j’ai parlé dès mai 2017, dans vos colonnes et ailleurs. Or Saint-Simon (1760-1825) était tout sauf un homme de dialogue. Pour lui les choses étaient claires : « le maintien des libertés individuelles ne peut être le but du contrat social ». C’est pourquoi je m’évertue à dire que, contrairement à ce qu’on écrit partout, le macronisme n’est pas philosophiquement un libéralisme. Au-delà de l’homme, c’est tout un milieu, lui aussi imprégné de saint-simonisme, la technostructure française, forgée à l’X et /ou à l’ENA, deux écoles dominées historiquement par la philosophie saint-simonienne. Attention : le saint-simonisme n’est pas pour autant une dictature mais il a des potentialités autoritaires incontestables, selon les circonstances.

D’où, en tout cas, une attitude très verticale de ce Pouvoir. Et l’on a pu remarquer qu’à la « défiance ascendante » des Français à l’égard de leurs gouvernants répondait, au moins aussi forte, (en fait ce sont les deux faces de la même médaille), la « défiance descendante » des gouvernants à l’égard du Peuple. Puisqu’il « savent » mieux que nous, à nous de les suivre. La Science est en effet un pilier fondamental du saint-simonisme. L’on a vu à quel point la crise sanitaire a réactivé cette inspiration, du « Conseil » au « consensus scientifique », avec la mise en avant systématique des médecins (ou du moins de certains d’entre eux). Il y a là bien plus qu’un moyen de se « couvrir ». Il y a une confiance dans les « sachants », et entre « sachants ». Car, toujours selon Saint-Simon, les dirigeants possèdent un savoir propre : celui de « l’administration des choses ».

En somme, le manque de confiance à l’égard des citoyens qui se mesure aux injonctions, interdictions et règlementations de tous ordres, et plus encore à un certain « ton du pouvoir », très condescendant, renvoie à des éléments très ancrés dans notre culture politique, que le macronisme porte à leur paroxysme :

  • Notre tradition monarchique qui fait du Chef de l’Etat « le Père de ses sujets ». D’où l’infantilisation des Français.
  • Le saint-simonisme, qui fait du leader (que les saint-simoniens nommaient aussi « le Père »), le Grand Instructeur des humbles. D’où la « pédagogie ».
  • Le tempérament politique des Français en général, plus égalitariste et conformiste que libéral, comme l’a démontré Tocqueville. D’où notre servitude volontaire.

Car, en fin de compte, ne faut-il pas aussi poser la question à l’envers ? Les Français ne sont-ils pas les premiers enclins, surtout en temps de « Grande Peur », à échanger leur liberté pour leur sécurité, réelle ou illusoire ?

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Lou Bïarnès
- 18/05/2020 - 08:56
Les charognards
Leur travail est de débarrasser la nature de la pourriture. Nous y sommes.
Onc Donald
- 17/05/2020 - 20:29
Nous "les charognards"
Un article remarquable de lucidité sur ce qui, insidieusement est en train de se passer : petit à petit la peur nous est instillée et les libertés durement acquises par nos prédécesseurs rognées chaque jour un peu plus! Mazarin disait"laissons les dans l'ignorance ils n'en seront que plus faciles à gouverner" nous pourrions transposer cette phrase et entendre dire "laissons les dans leur peur, ils n'en seront que plus faciles à manipuler".
spiritucorsu
- 17/05/2020 - 20:08
La secte en marche captive de son gourou!(suite et fin)
Dans ces conditions ,on voit mal comment pourrait émerger la moindre volonté d'autocritique,la macronie,son chef et ses adeptes bien avant la crise sanitaire se sont déjà imposés une sorte de confinement permanent par rapport au vulgum pecus comme une caste qui se veut supérieure,se pensant hors d'atteinte,s'affranchissant des lois humaines,des vicissitudes et des aléas de ce monde au point de s'enfermer dans une sorte de cordon sanitaire de la pensée en décrétant des lois liberticides.Comme tous les partis politiques qui s'organise sur la base d'une imposture et de l'autoritarisme ,la secte en marche commence à connaître les ravages des hérésies mortifères avant le stade final très proche où elle sera désignée à la vindicte et à l'opprobre publiques.