En direct
Best of
Best of du 16 au 22 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

02.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

03.

Ces technologies inquiétantes qui ont envahi le monde du travail depuis la pandémie

04.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

05.

Harry & Laeticia Hallyday ont le blues sous le soleil de LA, Vanessa Paradis l’a pour Johnny D.; Laura Smet enceinte; Stéphane Plaza ne sait pas faire sa toilette seul; Zahia milliardaire (vraiment ?); Olivier Sarkozy & Mary-Kate Olsen : sanglant divorce

06.

Camelia Jordana accuse la police française de "massacrer quotidiennement des gens pour leur couleur de peau"

07.

Tempête d’argent gratuit… et de prélèvements en vue

01.

Loi Avia : la mort d’une liberté

02.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

03.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

04.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

05.

Coronavirus : Combien de temps faut-il vraiment aux malades pour s’en remettre ?

06.

Tempête d’argent gratuit… et de prélèvements en vue

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

03.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

04.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

05.

Euro-miracle ? Comment ne pas louper le tournant historique que Macron et Merkel proposent à l’Europe

06.

Mais au fait, quel est le plan des « anti-mondialisation-libérale » pour empêcher des dizaines de millions de personnes dans le monde de retomber dans la grande pauvreté ?

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Et passe le souffle des dieux, ainsi était l'An Mil" de Philippe Séguy : une épopée envoûtante, Bataille d'Hastings, Tapisserie de Bayeux, druides contre chrétiens et... amour toujours !

il y a 8 min 36 sec
Vigilance
La Californie fait face à une importante vague de chaleur
il y a 1 heure 35 min
pépites > Justice
Moteurs truqués
Dieselgate : la justice condamne Volkswagen à rembourser partiellement un client
il y a 3 heures 5 min
pépite vidéo > Insolite
La grande évasion
Saturne, "l'alligator d'Hitler", est mort au zoo de Moscou à l'âge de 84 ans
il y a 4 heures 24 min
décryptage > Europe
Disraeli Scanner

La réindustrialisation de l’Europe suite au COvid-19. Sera-t-elle centrée sur l’Allemagne ou également répartie entre les nations d’Europe ?

il y a 6 heures 8 min
décryptage > France
Ils sont des dizaines de milliers à l’écouter

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

il y a 6 heures 37 min
décryptage > High-tech
Zoom

Voilà à quoi nous expose l’extension du domaine du virtuel pendant la pandémie

il y a 7 heures 23 min
décryptage > Politique
Prolétaires de Tourcoing, unissez-vous

Le camarade Darmanin réclame "une politique pour le peuple" ! Parce qu'avant c'était une politique pour les riches ?

il y a 8 heures 16 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Guerre commerciale : Donald Trump argue du coronavirus pour relancer les hostilités avec Pékin

il y a 8 heures 29 min
pépite vidéo > International
Add Oil
Hong Kong : les manifestations reprennent, cette fois contre un projet de loi sur la sécurité imposé par la Chine
il y a 1 jour 32 min
pépites > Santé
Réforme
Plan Ségur de la santé : Edouard Philippe promet des changements rapides et annonce une hausse des salaires "significative"
il y a 31 min 30 sec
pépites > Justice
Colère des syndicats
Déclarations de Camélia Jordana : Christophe Castaner ne saisira pas la justice
il y a 2 heures 27 min
pépites > Santé
Bilan de la crise
François Hollande reconnaît une "part de responsabilité dans la situation de l’hôpital"
il y a 3 heures 44 min
décryptage > International
Vague épidémique

Le Brésil, nouvel épicentre du Covid-19 ?

il y a 5 heures 51 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Ces technologies inquiétantes qui ont envahi le monde du travail depuis la pandémie
il y a 6 heures 22 min
décryptage > Politique
Encore des mots, toujours des mots…

Les mots-clés du macronisme post-covid décrivent-ils sa réalité ?

il y a 7 heures 2 min
décryptage > Santé
Pandémie

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

il y a 7 heures 52 min
décryptage > Consommation
Crash

Energie : la plus grande chute de la demande depuis la crise des années 30 redéfinit les marchés

il y a 8 heures 17 min
décryptage > Economie
Automatisation

Post-pandémie : cette fois-ci, les robots pourraient vraiment remplacer de très nombreux emplois salariés

il y a 8 heures 41 min
light > Culture
Visites
Déconfinement : quels sont les musées français qui ont rouvert ?
il y a 1 jour 1 heure
© Francois Mori / POOL / AFP
© Francois Mori / POOL / AFP
17 mai 1940

Bataille de France : l’étrange commémoration

Publié le 17 mai 2020
Le président de la République commémore, ce dimanche, la bataille de Montcornet lors la Seconde Guerre mondiale où Charles de Gaulle s’est illustré en tentant une contre-attaque contre l’armée allemande, le 17 mai 1940. Le "en même temps" a encore frappé ! Emmanuel Macron voudrait transformer le gaullisme en vichysme.
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le président de la République commémore, ce dimanche, la bataille de Montcornet lors la Seconde Guerre mondiale où Charles de Gaulle s’est illustré en tentant une contre-attaque contre l’armée allemande, le 17 mai 1940. Le "en même temps" a encore frappé ! Emmanuel Macron voudrait transformer le gaullisme en vichysme.

Le « en même temps ».  a encore frappé ! Emmanuel Macron voudrait transformer le gaullisme en vichysme. 

La mise en scène présidentielle de soi, c’est la seule politique d’Emmanuel Macron

Certains s’étonnaient ces derniers jours que le Président de la République ait tendance à multiplier les apparitions médiatiques et les mises en scène de soi au fur et à mesure que son bilan de la lutte contre le COVID 19 apparaît pour ce qu’il est, désastreux. 

Il y a d’abord une composante de plus en plus évidente. Pour Emmanuel Macron, la vie politique n’est pas seulement à mettre en scène, comme l’avaient pensé ses prédécesseurs. Non la mise en scène, c’est la politique. Il n’y a plus de politique, il n’y a que du théâtre. Un personnage de Pirandello en politique. 

Le président avait annoncé, en arrivant à l’Elysée, que sa parole serait rare. Il voulait rendre de la « verticalité » à la fonction présidentielle. Et certains s’étonnent qu’il n’ait pas tenu plus que quelques semaines, son verbe ayant rapidement coulé à flot. On ne résout la contradiction qu’en voyant que la première annonce était une pose théâtrale. Elle n’avait pas de substance, pas plus que les mise en scène ultérieures. Dès le début, nous avons affaire à une mise en scène: le président sortant de la nuit pour venir saluer, avec la pyramide du Louvre en décor, ses partisans massés devant l’arc de triomphe du Carrousel. D’emblée, le président élu signifiait qu’il n’y aurait que du décor. Ses trois prédécesseurs s’étaient longuement fait filmer traversant Paris en voiture immédiatement après le résultat; ils s’étaient rendus soit dans un QG de campagne soit dans un carrefour de la circulation automobile (La Concorde pour Sarkozy, la Bastille pour Hollande); Macron, lui, préférait un endroit isolé, un décor sans vie. D’emblée il signifiait que le réel n’avait aucune importance, sauf quand il était révolu et pouvait être manipulé. Regardez comme cet homme aime à se faire filmer seul et à distance. 

C’est à se demander si Emmanuel Macron au fond, n’a pas trouvé dans le confinement la réalisation de son rêve en termes de communication. Le pays est à l’arrêt. Et plus le confinement et la crise qui en découlent durent, plus il trouve d’occasion de se mettre en scène. Quand de simples citoyens viennent interrompre la mise en scène, il n’aime pas cela - voir ses réactions  face au personnel de La Pitié-Salpêtrière lors de ses deux visites à quelques semaines d’intervalle.    Le Président veut être seul, comme le 8 mai 2020, lors de la célébration. Il n’avait pas à serrer les mains. Il gratifiait des figurants - mais ils auraient pu être des personnage de cire ou des statues de pierre - de quelques paroles. D’ailleurs, le monologue qu’il a préféré ce jour-là, c’est celui qu’il a mené avec la statue du Général de Gaulle, auquel il a donné rendez-vous à Moncornet. 

Se rendre à Moncornet pourrait être l’occasion de s’interroger sur l’incapacité française, en 1940 comme en 2020 - toutes proportions gardées - à organiser la bataille, à mobiliser la société, à protéger ceux qui se battent. En 2020 comme en 2040, les hommes de troupes (aujourd’hui ce sont les médecins et les infirmiers) ont été privés des moyens de se battre vraiment. Pour un ou deux succès tactiques on a eu une défaite stratégique. Evidemment, cela voudrait dire qu’Emmanuel Macron se demande comment il a été le Paul Reynaud de cette nouvelle bataille de France, entrevoyant des décisions à prendre (annuler les élections municipales, soutenir Didier Raoult) mais se révélant finalement profondément velléitaire. Mais ne croyez pas que le chef des opérations en 2020 soit traversé du moindre doute ! Non, il se rend à Montcornet car il pense y avoir identifié une séquence qui ressemble à la sienne. Regardez, même de Gaulle, il y a eu un moment où il était impuissant. Car, on est bien d’accord, Montcornet ce n’est pas une victoire? Le site de l’Elysée le dit d’ailleurs pour expliquer aux français ce qu’est Moncornet : « Les Français font face à des difficultés techniques et à l’absence de moyens de communication. La 4è division cuirassée  (commandée par de Gaulle) n’a pas d’autre choix: elle doit se replier face à l’ennemi ». Et la morale de cette histoire: « Si la France ne sortira pas (sic !) victorieuse de cette bataille, le moral des troupes en ressortira meilleur ! ». 

Même de Gaulle fut impuissant. Alors pourquoi ne serais-je pas un nouveau de Gaulle ? 

On ne s’appesantira pas sur l’énorme faute de français du communiqué (le futur après si). Il y a bien plus grave encore que des fautes de grammaire, qui peuvent être pardonnées à Sibeth Ndiaye et toute une génération sacrifiées par la méthode globale d’apprentissage de la lecture et le renoncement à l’enseignement de l’analyse grammaticale et logique dans l’école de la République. Il y a la distorsion de la réalité. Le comportement du président a été en effet profondément défaitiste tout au long de la crise du COVID 19 (absence de commande de masques et de tests, confinement total, capitulation devant les chantages politiques, technocratiques et médiatiques de tous ceux qui ont empêché la méthode Raoult (tests massifs, traitement de la maladie en amont par une combinaison d’un vieux médicament de lutte contre le paludisme et d’un antibiotique) d’être adoptée à l’échelle du territoire). Qu’à cela ne tienne, cet homme pour qui la France n’est qu’une scène et qui se rêve une audience européenne ou mondiale permanente, fait l’amalgame entre le monde d’aujourd’hui et la France de l’époque. La bataille de Montcornet devient la France d’aujourd’hui luttant mais dépassée dans une bataille qui submerge la planète. 

C’est ainsi qu’on écrit, non pas l’histoire de France mais la mise en scène permanente d’Emmanuel Macron par lui-même. « De Gaulle lui-même s’est trouvé impuissant devant des forces qui le dépassaient, quelles que fussent sa lucidité et son talent militaire. Il en va de même pour moi Emmanuel Macron. Ou pour Didier Raoult, que j’ai d’ailleurs soutenu ».  Au bout du compte, une fois compris le mécanisme de la mise en scène théâtrale permanente de soi, qui se développe au mépris de la mission que le président s’est pourtant engagée à remplir, on débouche sur cette absurdité: pour ne pas avoir à sortir de scène trop vite, sous les huées, il faut continuer à noyer les uns et les autres sous un déversement de mots et d’images de soi. Car au fond, c’est bien cela le « en même temps », mettre en regard les choses les plus absurdes pourvu que cela permette de continuer à tenir la scène. Aujourd’hui nous voilà devant une manifestation particulièrement perverse du comportement fondamental d’Emmanuel Macron: il va proclamer qu’au fond on peut être en même temps vichyste et gaulliste. Cela s’appelle le péché contre l’Esprit. Celui qui n’est pas pardonné.  

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (20)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Forbane
- 18/05/2020 - 16:21
Gerint
Regardez Nice et le Var s’en tirent beaucoup mieux que Marseille !
jurgio
- 18/05/2020 - 15:11
Les oreilles d'âne émerge de la peau du lion
On savait déjà que Macron était un bon manipulateur de théâtre d'ombres. C'est la première fois qu'un repli, voire une défaite, remonte le moral !
Comme d'autres, je n'ai pas vu de faute syntaxique avec le futur après "si". L'erreur fréquente est de croire que cette conjonction introduit toujours une stricte condition. C'est même rarement le cas ! Ici, comme souvent, il a une valeur circonstancielle (on trouve la construction en latin classique) et comme il s'agit d'un fait passé, le futur donne à l'événement une connotation déictique (un rapprochement dans le temps, une sorte d'actualisation). Divers auteurs ont employé cette formulation.
Olivier62
- 18/05/2020 - 12:27
Acteur sans substance
Macron fait ce pour quoi il a été mis en place par le système : de la communication à l'état pur, pour faire accepter par les français leur soumission au nouvel ordre mondial de la finance. Il n'est littéralement qu'un acteur et une courroie de transmission au service d'intérêts anti-nationaux. Son hommage à de Gaulle à quelque chose d'obscène, dans la mesure où il fait exactement l'inverse de ce que voulait ce dernier. Il ne s'agit que de glaner un peu de popularité, en faisant croire au con de base que lui aussi est un patriote.