En direct
Best of
Best of du 4 au 10 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

02.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

03.

Energie : l’Allemagne prend le risque mal maîtrisé de l’hydrogène

04.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

05.

Catherine Deneuve achète tout en liquide, Laura Smet encaisse le cash de Laeticia, Patrick Bruel dépense le sien pour Clémence; Paris Hilton pour son chien; Jean-Michel Blanquer quitte sa (2ème) femme, Johnny Depp cassait les affaires de Vanessa Paradis

06.

Un commissariat au plan, c’est la cerise sur le gâteau... Pour les chefs d’entreprise, le comble du ridicule

07.

Quand la novlangue de la Mairie de Paris se traduit en réalité cauchemardesque

01.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

02.

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

03.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

04.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

05.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

06.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

01.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

02.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

03.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

04.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

05.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

06.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

ça vient d'être publié
pépites > Education
Génération Covid-19
Bac 2020 : 95,7 % de réussite après la première session de rattrapage
il y a 8 heures 59 min
pépite vidéo > France
Mort du conducteur agressé
Bayonne : Gérald Darmanin promet des mesures pour les chauffeurs de bus de toute la France
il y a 9 heures 50 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

L’instinct de survie : cet atout majeur de l’espèce humaine pour surmonter ses peurs, les obstacles et les accidents de la vie

il y a 16 heures 42 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Retour de l’Etat de droit : la difficile et délicate mission de la lutte contre le narcobanditisme

il y a 17 heures 48 min
décryptage > Economie
Marché du travail

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

il y a 18 heures 35 min
décryptage > Santé
Lutte contre la Covid-19

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

il y a 19 heures 49 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Catherine Deneuve achète tout en liquide, Laura Smet encaisse le cash de Laeticia, Patrick Bruel dépense le sien pour Clémence; Paris Hilton pour son chien; Jean-Michel Blanquer quitte sa (2ème) femme, Johnny Depp cassait les affaires de Vanessa Paradis
il y a 20 heures 30 min
007
L'espion égyptien qui travaillait dans l'entourage d'Angela Merkel a été démasqué
il y a 1 jour 12 heures
light > Science
Une vie de chien
Non, l'âge humain de votre chien ne se multiplie pas par sept
il y a 1 jour 13 heures
pépites > Economie
L'euro fort
L'Irlandais Paschal Donohoe prend la tête de l'Eurogroupe
il y a 1 jour 15 heures
pépites > France
Viviane Lambert
L’émotion de la mère de Vincent Lambert, un an après la mort de son fils
il y a 9 heures 26 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Elections municipales 2020 : comment la candidature de Rachida Dati a assuré la survie de la droite à Paris

il y a 16 heures 11 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

Comment le coronavirus a bouleversé et totalement relancé la course à la Maison Blanche entre Joe Biden et Donald Trump

il y a 17 heures 24 min
décryptage > Environnement
Stratégie gouvernementale

La récession économique n’empêchera pas le gouvernement de mettre en oeuvre son programme (de punition) écologique

il y a 18 heures 11 min
décryptage > Environnement
Carburant du futur ?

Energie : l’Allemagne prend le risque mal maîtrisé de l’hydrogène

il y a 19 heures 6 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Un commissariat au plan, c’est la cerise sur le gâteau... Pour les chefs d’entreprise, le comble du ridicule

il y a 20 heures 19 min
décryptage > Environnement
Gaspillages

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

il y a 20 heures 45 min
pépites > Justice
Le retour de la justice
Le parquet de Paris enquête sur les fraudes au "chômage partiel"
il y a 1 jour 13 heures
pépites > France
Rénovation vintage
C’est officiel : la flèche de Notre-Dame de Paris sera reconstruite à l’identique
il y a 1 jour 15 heures
pépites > France
Fin de partie
L'état d'urgence sanitaire prend fin aujourd'hui, qu'est ce que cela signifie ?
il y a 1 jour 15 heures
© JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP
© JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP
Wiki Agri

La belle image dégagée par les agriculteurs pendant le confinement va-t-elle freiner l'agribashing ?

Publié le 17 mai 2020
Les agriculteurs font partie de ces quelques corporations qui n'ont pas arrêté de travailler pendant la période du confinement. Pour autant, peut-on dire avec certitude que leur image renouvelée pour assurer leurs services envers la société sera suffisamment pérenne pour faire cesser toute velléité d'agribashing ?
Antoine Jeandey
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Antoine Jeandey est rédacteur en chef de WikiAgri, pôle multimédia agricole composé d’un magazine trimestriel et d’un site internet avec sa newsletter d’information. Lancé en début d’année 2012, WikiAgri a pour philosophie de partager, avec les...
Voir la bio
WikiAgri
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
WikiAgri est un pôle multimédia agricole composé d’un magazine trimestriel et d’un site internet avec sa newsletter d’information. Il a pour philosophie de partager, avec les agriculteurs, les informations et les réflexions sur l’agriculture. Les...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les agriculteurs font partie de ces quelques corporations qui n'ont pas arrêté de travailler pendant la période du confinement. Pour autant, peut-on dire avec certitude que leur image renouvelée pour assurer leurs services envers la société sera suffisamment pérenne pour faire cesser toute velléité d'agribashing ?

Les signaux contraires remarqués ces derniers jours montrent que la réponse à cette question n'est pas du tout évidente.

Les aspects positifs existent, et sont nombreux. Mais à chaque fois, un détail au moins vient altérer sa pertinence.

Une communication forte émanant du microcosme agricole...

Le premier exemple est que les agriculteurs font partie de ceux qui ont conservé leur activité entière pendant le confinement dû au coronavirus, au même titre que les médecins et infirmières (largement médiatisés, et à raison), mais aussi que les éboueurs, les élus et en particulier les maires, certains secteurs de production... Cela n'a pas échappé à nombre de partenaires ou d'acteurs de l'agriculture qui ont largement communiqué sur cet aspect : des fournisseurs telles les marques du machinisme, celles de phytosanitaires ou autres solutions de santé des plantes (par exemple Syngenta dans cette vidéo), certaines coopératives, bien sûr les syndicats agricoles...

Cette communication agricolo-agricole répond à plusieurs objectifs : (1) rappeler pour chacune de ces entités qu'elles sont positionnées aux côtés des travailleurs de la terre dont le courage est (re)mis à jour avec la crise du coronavirus, (2) tenter par cette masse de communication commune d'aller au-delà du monde agricole et donc d'engager un mouvement de société favorable au monde agricole, (3) redonner courage et envie aux paysans pour lesquels on avait surtout parler d'agribashing les mois précédents.

Au-delà, d'autres messages sont adressés par différents représentants professionnels du monde agricole. Certains estiment que la situation a démontré l'importance de vendre et acheter français dans les grandes surfaces, et prônent donc des mesures pérennes dans cette direction, en argumentant sur l'évolution de l'alimentation des Français observée pendant cette crise. D'autres voient dans la période de changements en cours l'opportunité d'une évolution (révolution ?) majeure du système agricole, notamment en rénovant de fond en comble la Pac. Sur ce dernier aspect, bien sûr, les avis sont très différents à l'intérieur du monde agricole.

Par ailleurs, le syndicat majoritaire, la Fnsea, ne cache pas être directement à l'origine de l'initiative ministérielle visant à attirer les inactifs forcés du confinement vers l'agriculture en devenant saisonniers, là où la main-d'oeuvre (ne bénéficiant plus de la libre-circulation européenne) manquait. Cette opération répond à un double objectif : économique pour les producteurs employeurs de main-d'oeuvre et ne pouvant se permettre de laisser leurs cultures sans récolte ; et sociétale, puisque rapprochant des urbains des réalités du terrain agricole. Cela semblait bien vu, mais le résultat n'a pas été à la hauteur des attentes.

... Malheureusement peu suivie au-delà

Selon un communiqué récent de la Fnsea, "cette crise [a] permis la prise de conscience du rôle indispensable des agriculteurs"... Malheureusement, cette affirmation ressemble un peu à la méthode Coué : à force de répéter les choses, on espère qu'elles vont se vérifier. Car qui a réellement montré cette prise de conscience ? Tout ce qui proche du monde agricole, oui, on l'a vu plus haut. Mais au-delà ? A-t-on vu une seule personne applaudir un agriculteur à 20 heures ? Les changements des habitudes alimentaires tiennent-ils d'un néo patriotisme en la matière, d'une volonté réelle de s'orienter vers les circuits courts et d'un esprit de solidarité envers les paysans français, ou à l'inverse d'une obligation compte-tenu de ce qui était disponible dans les linéaires ?

Si l'on prend l'exemple de la communication de Michel-Edouard Leclerc et de ses interventions sur son blog, on remarque qu'il s'est prononcé en faveur de la production locale en plein confinement, mais qu'il revient sur le pouvoir d'achat des consommateurs (qui dit "prix bas" dit concurrence de l'import) dès l'annonce du déconfinement. Il a existé un discours circonstanciel pendant le confinement, tant qu'on avait réellement besoin des agriculteurs français, et pas seulement de la part de Leclerc d'ailleurs.

On peut aussi évoquer le monde politique, et en premier lieu le Président de la République avec plusieurs déclarations en faveur du "made in France" alimentaire. Pour autant il n'a jamais été jusqu'à affirmer qu'il se prononcerait contre l'accord de libre-échange entre l'Europe et les pays du Mercosur, dont on connait les ravages potentiels sur nos productions. Pire même, au-delà des intentions, des actes : un accord a été signé avec le Mexique (porte d'entrée du Mercosur) sans que la France ne s'y oppose, alors que l'élevage va y trouver une concurrence déloyale et de mauvaise qualité sur les importations de viande bovine. Lorsque l'échéance sera venue de se prononcer sur le Mercosur, qui peut penser sérieusement aujourd'hui que la France s'y opposera ? Et lors de la dernière intervention télévisée présidentielle, le mot "agriculture" n'a dû être prononcé qu'une fois, et encore dans une énumération regroupant "ceux qu'il faut caresser dans le sens du poil au cas où".

Des actes d'agribashing toujours dans l'actualité

Tout récemment, dans le département du Nord, un agriculteur a reçu un coup de poing parce que sa faucheuse faisait trop de bruit. En Haute-Savoie, un arboriculteur a vu 1200 de ses pommiers déracinés en une nuit. Dans le Jura, des coups de fusil ont été tirés sur un tracteur... Ces trois faits ont eu lieu entre le 1er et le 11 mai, alors que nous étions encore en confinement, et donc a priori encore avec l'obligation de "composer" avec les producteurs français pour son alimentation... Et il en existe très certainement d'autres.

Ceci pour dire que le décalage entre agriculteurs et autres acteurs de la société n'a pas cessé en l'espace de quelques semaines. Il ne suffit pas de communiquer sur les bienfaits de l'agriculture pour convaincre, alors que ses méfaits, justifiés ou non, ont été assénés depuis plusieurs années désormais. D'ailleurs, au niveau des médias, et même si c'est contredit ensuite par un agriculteur sur Twitter et Facebook, on note toujours ces mêmes amalgames : un présentateur émérite de Télématin sur France2 estime en plein confinement que si la production de miel promet cette année d'être bonne c'est en raison de la baisse de l'activité agricole... Or c'est l'une des rares qui n'a pas baissé !

Au niveau des paysans, le malaise persiste, encore des suicides

D'ailleurs quelque part les paysans ne sont pas dupes. Une part importante d'entre eux ressentent toujours un malaise tel qu'il peut conduire, dans les cas extrêmes, au suicide. Il y a quelques jours seulement, un nouveau cas était signalé sur Twitter...

Alors bien sûr, on le sait, les causes sont multiples, les principales ne sont pas obligatoirement liées à une actualité générale. Mais le constat demeure : la période du confinement n'est pas ressentie comme propice à une amélioration de la condition humaine des travailleurs de la terre.

Les questions en suspens

Va-t-on réellement vers une alimentation favorisant le "made in France", le "manger local" (ce n'est pas forcément la même chose), ou n'était-ce dû qu'aux circonstances exceptionnelles limitant l'approvisionnement de l'étranger (et du "pas cher") ? Et si l'on parle de "manger local", la bénéficiaire, in fine, ne pourrait-elle pas être l'agriculture urbaine, dont l'essor est évident désormais ?

Le monde agricole en général va-t-il évoluer davantage vers les attentes sociétales, ou au contraire, se sentant (à tort ou à raison donc) conforté, continuer de vouloir imposer sa vision ? Des mots sont lancés, l'on voudrait un pacte avec les citoyens... Mais les infirmières ont-elles eu besoin d'un "pacte" pour s'assurer la sympathie universelle de la nation et de chacune de ses composantes ? N'existe-t-il pas des questions à se poser quant aux pratiques agricoles, lorsque l'on voit se perpétuer, même en période favorable, des actes d'agribashing ?

En liminaire, commence seulement à se poser, tout doucement, le véritable sujet à mettre sur la table, celui de la valeur. Valeur économique, valeur sociétale, valeur éthique, valeur environnementale, valeur humaine... A quelles valeurs obéit notre monde aujourd'hui ? Et dans ce champ de valeurs, comment peut se positionner notre agriculture pour exister en étant en phase avec toutes les autres composantes de la société, tout en préservant une cohérence par rapport à l'existant ?

Aucun débat n'a été lancé dans ce sens, alors que les semaines écoulées prêtaient à la réflexion.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
lasenorita
- 17/05/2020 - 18:08
Il faut continuer à acheter 'français''
A cause de la fermeture de nos frontières (pendant le coronavirus)beaucoup de Français se sont tournés vers les produits locaux,ainsi nous avons pu déguster de délicieuses fraise ''gariguettes'' ,cueillies ''à point..au lieu de ces infâmes fraises espagnoles qui sont cueillies quand elles ne sont pas mûres afin qu'elles puissent voyager..Bien des Français préfèrent manger les produits d'importation parce que ceux-ci sont moins cher que les produits français,c'est un tort:Il faut faire vivre nos agriculteurs (qui ont de bons produits)en achetant ce qu'ils ont récolté..Nos paysans font un travail remarquable,ils font des journées de travail de plus de 8 heures,en été,quand la majorité des Français sont en vacances et se font dorer au soleil! ..Sans nos paysans,nous ne pourrions pas vivre!