En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

02.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

03.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

04.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

05.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

06.

Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"

07.

Pierre Manent : "Nous souffrirons longtemps de la passivité qu’a imposé le gouvernement aux Français avec le Covid"

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

06.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Justice
Alain Griset, ministre des PME, mis en cause par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique pour non déclaration de participations financières
il y a 2 min 26 sec
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 35 min 49 sec
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 58 min 1 sec
décryptage > Environnement
Anticipation

Vers des coupures d’électricité cet hiver ? Ces avertissements que le gouvernement s’est ingénié à ne pas comprendre

il y a 1 heure 33 min
pépites > Politique
Etats-Unis
Donald Trump finit par débloquer le processus de transmission du pouvoir à Joe Biden
il y a 2 heures 18 min
décryptage > Europe
Capital politique en jachère

2020, l'année où l'Union européenne conserva l'approbation d'une majorité d'Européens contre vents et marées... sans rien savoir en faire

il y a 2 heures 43 min
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 15 heures 38 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 17 heures 16 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 20 heures 3 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 21 heures 4 min
pépite vidéo > Politique
Insécurité
Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"
il y a 6 min 13 sec
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 39 min 49 sec
pépites > Santé
Coronavirus
Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"
il y a 1 heure 21 min
décryptage > International
Prévisions

Doubler le PIB chinois d’ici 2035 ? Voilà pourquoi l’objectif de Xi Jinping est un pur fantasme

il y a 2 heures 11 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Bercy force les assureurs à couvrir les risques de pandémie mais pas ceux du Covid. Ce n’est pas gagné

il y a 2 heures 39 min
décryptage > Santé
Tester, tracer, isoler

Covid-19 : mais pourquoi l’isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

il y a 2 heures 47 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 16 heures 9 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 18 heures 2 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 20 heures 43 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 21 heures 50 min
© Michael Kappeler / POOL / AFP
© Michael Kappeler / POOL / AFP
Poker menteur

Angela Merkel prête à envisager des changements de traités européens : bluff allemand ou tournant pour l’Union ?

Publié le 16 mai 2020
Mercredi, devant le Bundestag (la chambre basse du Parlement allemand), Angela Merkel a clamé son attachement indéfectible à la monnaie unique européenne et a plaidé pour une plus grande «intégration» économique et politique de la zone euro.
Christophe Bouillaud
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Bouillaud est professeur de sciences politiques à l’Institut d’études politiques de Grenoble depuis 1999. Il est spécialiste à la fois de la vie politique italienne, et de la vie politique européenne, en particulier sous l’angle des partis.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mercredi, devant le Bundestag (la chambre basse du Parlement allemand), Angela Merkel a clamé son attachement indéfectible à la monnaie unique européenne et a plaidé pour une plus grande «intégration» économique et politique de la zone euro.

Atlantico : Sommes-nous face à une manœuvre de diversion  politique de la part de la chancelière allemande, ou s'agit-il d'un vrai tournant pour l'Europe ?

Christophe Bouillaud : Il faut rappeler que cette déclaration vient après le jugement de la Cour constitutionnelle allemande qui somme la Banque centrale européenne (BCE) de donner de plus amples explications sur la légitimité de son programme dit de « QE » (Quantitative Easing) de 2015. Ce jugement, très dur à la fois pour la BCE et pour la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) accusée de ne pas faire correctement son travail de contrôle de la légalité de l’action de la BCE, peut en effet ouvrir une brèche dans l’édifice européen. En effet, à le suivre, si la BCE n’obtempère pas dans un délai de trois mois en s’expliquant, la Bundesbank devrait suspendre toute activité de type « QE ». La logique de fond de ce jugement, c’est que les épargnants allemands et les personnes qui entendent les représenter à la droite de l’échiquier politique se sentent profondément par la politique d’argent gratuit qu’a mené la BCE pour contrer la possibilité d’une déflation en Europe.

Donc Angela Merkel, comme leader du camp conservateur allemand, peut difficilement rejeter d’un revers de la main  ce jugement de la Cour de Karlsruhe, qui correspond au sentiment de bon nombre de ses propres électeurs, et en même temps, elle se rend bien compte que la zone Euro a besoin d’une BCE qui utilise tous les outils contemporains de la politique monétaire pour maîtriser la situation économique de l’Europe. Elle propose donc en quelque sorte de légaliser complètement ce que fait déjà la BCE par simple pragmatisme et intérêt de survie de l’ensemble européen. Or cette légalisation en peut passer que par une plus grande intégration. C’est d’ailleurs ce que disait la Cour de Karlsruhe en 2009 sur le Traité de Lisbonne.  Elle avait accepté ce Traité, parce qu’il n’allait pas trop loin dans l’intégration fédérale de l’Europe, et elle avait bien précisé que, si les autorités politiques allemandes souhaitaient aller plus loin, il leur faudrait faire très attention à bien exercer leur contrôle sur la délégation ainsi donnée, voire, en cas de passage au vrai fédéralisme européen, consulter directement le peuple allemand sur la question de la perte de sa souveraineté par l’Allemagne.

Je ne crois donc pas qu’A. Merkel tente une manœuvre de diversion, elle constate simplement que nous sommes désormais au pied du mur. Si les Européens veulent une BCE qui puisse gérer l’Euro comme la Fed gère le dollar ou la Banque d’Angleterre la livre sterling, il va falloir justifier légalement dans les traités cette évolution. Or, comme tout le monde – sauf les ordo-libéraux allemands – sait que cette évolution est devenue la condition sine qua non de l’existence même de l’Euro, il faut avancer vers une nouvelle discussion institutionnelle.

Pour évoluer les traités européens nécessitent l'approbation des 27 pays membres. Le souhait d'Angela Merkel est-il seulement réalisable à la vue des forces politiques contraires en présence ?

En fait, le hiatus reste entier entre des espaces politiques nationaux où s’expriment des voix de plus en plus hostiles à l’idée même de transferts de souveraineté vers l’Union européenne et une réalité économique et financière de la zone Euro qui pousse à l’invention d’instruments d’intégration de plus en plus poussés. De fait, si en 2012 Mario Draghi n’avait pas dirigé le changement de doctrine de la BCE, en poussant de fait les taux d’intérêt à la baisse, y compris ensuite pour les pays les plus endettés, la zone Euro n’existerait plus aujourd’hui. En effet, l’Italie aurait sans doute subi une crise de la dette qui l’aurait rendu insolvable, et aurait incité ses dirigeants à faire défaut sur cette dette, puis à sortir de la zone Euro pour reconstruire une économie sur la base d’une très forte dévaluation de la nouvelle lire, ce qui aurait bien sûr posé le problème de l’intégrité du marché unique, tant le choc économique aurait pu être violent pour d’autres pays compétiteurs restés dans l’Euro.

Ce hiatus, et la mauvaise expérience des années du Traité constitutionnel européen, peuvent inciter au pessimisme sur la possibilité de changer les traités. Mais, inversement, on a vu en 2011-2012, comment des traités à objet limité pouvaient émerger des seules nécessités économiques du moment. A l’époque, il s’agissait de réaffirmer le caractère « ordo-libéral » de l’architecture de l’Union européenne, alors même d’ailleurs que l’on commençait à s’en éloigner en pratique. De manière intéressante, le Royaume-Uni de David Cameron avait été le seul grand Etat à refuser ces nouveaux traités, justement au nom du droit de chaque pays de déterminer pragmatiquement sa politique économique et de ne pas s’en tenir à une application de règles automatiques. A l’inverse de ce renforcement du « paradigme maastrichtien », aujourd’hui, on pourrait imaginer une révision des traités qui réaffirme clairement que la BCE ne doit pas seulement lutter contre l’inflation, préserver à tout prix la valeur de la monnaie, mais qu’elle doit participer pleinement à la réalisation des autres buts de la politique économique, sociale et environnementale de l’Union, comme le plein emploi par exemple, le tout sous le contrôle de la Commission ou d’un cénacle de parlementaires du Parlement européen et des parlements nationaux.

A mon sens, il y a des formules institutionnelles et des formulations dans les traités à trouver qui permettraient d’avancer vers l’intégration sans changer radicalement la pratique actuelle, mais en la rendant plus contrôlée par un pouvoir politique issu des urnes et donc au final plus légitime.  On a pu dire que  Mario Draghi était « Empereur de l’Europe ». C’est assez vrai. On peut trouver cette situation inédite pour un banquier central un peu fort de café comme les juges constitutionnels de Karlsruhe. Mais rien n’empêche de se mettre d’accord entre pays européens pour légaliser et réguler cette situation, parce que, justement, la fin de l’Euro ne parait dans l’intérêt d’aucun pays. Le désordre financier et économique qu’une telle fin mettrait sur le continent serait sans doute le dernier clou dans le cercueil des ambitions européennes.

Quel avenir se dessine pour l'Union européenne après cette prise de position de la chancelière Allemande ?

Même si une telle réforme institutionnelle de l’Union européenne n’aboutit pas dans des délais courts, c’est déjà rassurant qu’Angela Merkel commence à évoquer cette idée pour contrer le trouble jeté dans les esprits et sur les marchés financiers par la décision de la Cour constitutionnelle allemande. Elle rejoint du coup le processus, déjà lancé, en particulier à l’initiative d’Emmanuel Macron, de discussion sur l’avenir de l’Union. Ces discussions qui restaient jusqu’ici dans l’ombre risquent de prendre un tour nouveau.

Par contre, dans le camp conservateur allemand, Angela Merkel risque d’être encore une fois la seule à disposer de cette capacité à concilier l’apaisement des craintes de ses électeurs et la disposition à préserver l’Union européenne et de la renforcer. En principe, c’est vraiment le dernier mandat d’Angela Merkel, et je ne suis pas sûr que son remplaçant ait l’autorité pour avancer vers ce qui apparait inévitable, cette intégration renforcée à laquelle oblige l’Euro.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Guy-André Pelouze
- 18/05/2020 - 11:55
L'Europe fédérale est dans les cercles français un aveu...
Beaucoup encore en france regardent la France comme irréformable. Et si on compte sur la vraie gauche collectiviste et la fausse droite qui s'est avérée être une gauche qui s'excuse de faire aussi bien que la vraie, ils ont raison. Autrement dit la classe politique manque tellement de courage qu'elle voit encore l'Europe fédérale comme la voie de solutions impossible à mettre en oeuvre dans l'état de nos institutions. Mais voilà cela risque d'être une nouvelle illusion. Personne ne libérera la France que les Français eux mêmes. Et c'est urgent. Pourtant si on s'intéresse à cette crise qui succède à l'épidémie on se dit que les solutions d'outre Rhin marchent beaucoup mieux ...


Gré
- 18/05/2020 - 01:49
Un changement des Traités ?
Un changement des Traités ? Pourquoi pas ? Mais il faut voir dans quel sens ... Une plus grande intégration ? Soit une plus grande dissolution et la victoire allemande ? Non merci !
TPV
- 17/05/2020 - 21:38
Bismarck comme modèle
Bismarck a organisé la liquidation de la Prusse pour que celle ci prenne l'hégémonie sur l'Allemagne en se dissolvant. Angela veut organiser la dissolution de l'Allemagne pour en faire une plus grande appelée Europe qui fonctionnera en mode... germanique.