En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Regardez bien cette affiche : Auschwitz est de retour…

02.

Ce que le nouveau record atteint par le Bitcoin préfigure pour l’avenir du système bancaire

03.

Les 5 plus grosses fortunes mondiales préfigurent ce que sera notre mode de vie sur la planète au cours du 21e siècle

04.

Michel Onfray a contracté la Covid-19

05.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

06.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

07.

Valery Giscard d’Estaing aura donné son dernier grand entretien à…

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

03.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

04.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

05.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

06.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

01.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

02.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

03.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

04.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Socle citoyen : l’Assemblée nationale vote pour l’exploration d’un revenu universel qui ne dit pas son nom mais demeure une très bonne idée

ça vient d'être publié
décryptage > Europe
Vision européenne

Valéry Giscard d'Estaing : « Brexit ou pas, l'Europe à 28 n’est pas gouvernable sans réformes profondes... »

il y a 2 min 18 sec
pépites > Finance
L'après coronavirus
Coronavirus et économie : la fin du «quoi qu’il en coûte» divise l'entourage présidentiel
il y a 33 min 26 sec
décryptage > International
En avant-première pour vous

Le dernier film du Mossad : « Bons baisers de Téhéran »

il y a 58 min 15 sec
décryptage > Economie
Atlantico Business

Crise économique : l‘OCDE prévoit que la planète va se redresser en 2021... sauf l’Europe qui restera à la traîne. Mais pas par hasard

il y a 1 heure 8 min
pépites > Politique
Disparition
Mort de l'ancien président de la République Valéry Giscard d'Estaing à l’âge de 94 ans
il y a 10 heures 18 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Voir le jour" de Marion Laine : si le quotidien du personnel hospitalier m’était conté…

il y a 14 heures 41 min
pépites > Société
L’amour aux temps du Coronavirus
Covid-19 : un Français sur trois serait sur un site de rencontres depuis le premier confinement
il y a 15 heures 23 min
pépites > Santé
« The Wuhan files »
La rédaction de CNN dévoile le contenu de documents chinois confidentiels qui révèlent les erreurs commises par la Chine lors de l’apparition du Covid-19
il y a 16 heures 55 min
pépites > France
Dissolution
BarakaCity dénonce le gel « illégal » de ses avoirs par l'Etat
il y a 19 heures 49 min
pépites > Santé
Covid-19
Coronavirus ; la commission d’enquête parlementaire évoque des manquements des pouvoirs publics avant et pendant la crise sanitaire
il y a 21 heures 9 min
décryptage > Politique
Mort de l'ancien chef de l'Etat

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

il y a 30 min 14 sec
décryptage > Politique
Restrictions et nouvelles mesures

Et maintenant les skieurs... Qui arrêtera le gouvernement dans sa folle (et sanitairement vaine) dérive sur les libertés publiques ?

il y a 39 min 36 sec
décryptage > Sport
Ligue des Champions

Manchester United - PSG : 1-3 Paris s'impose dans le théâtre des rêves et reprend la tête de son groupe

il y a 59 min 54 sec
décryptage > Politique
VGE

Valery Giscard d’Estaing aura donné son dernier grand entretien à…

il y a 1 heure 12 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Mindhunter" de David Fincher : entretiens avec des tueurs en série

il y a 14 heures 21 min
light > Culture
Monuments parisiens
Déconfinement : la Tour Eiffel va rouvrir dès le 16 décembre
il y a 14 heures 56 min
pépites > Santé
Endiguer la pandémie
Vaccin contre la Covid-19 : Boris Johnson attendra son tour
il y a 15 heures 52 min
light > Santé
Etat de santé
Michel Onfray a contracté la Covid-19
il y a 18 heures 8 min
pépites > Economie
Pas de cadeau
Le gouvernement ne devrait pas revaloriser pas le Smic en plus de la hausse automatique selon Jean Castex
il y a 20 heures 24 min
décryptage > Société
Moyen de transport idéal pendant la crise du Covid ?

Les e-scooters et autres trottinettes électriques sont-ils une bonne affaire pour l’environnement (et pour les entreprises qui les louent ) ?

il y a 21 heures 24 min
© LUDOVIC MARIN / AFP
© LUDOVIC MARIN / AFP
Education Nationale

Jean-Michel Blanquer réactionnaire ? Quand les accusations de hauts fonctionnaires de l’Education nationale révèlent surtout l’ampleur des dégâts causés par les idéologues qui ont miné le ministère depuis des décennies

Publié le 16 mai 2020
Des hauts fonctionnaires du ministère de l’Education Nationale ont récemment signé une tribune dans laquelle ils dénoncent le « projet réactionnaire » de Jean-Michel Blanquer.
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Des hauts fonctionnaires du ministère de l’Education Nationale ont récemment signé une tribune dans laquelle ils dénoncent le « projet réactionnaire » de Jean-Michel Blanquer.

Atlantico : En quoi la phraséologie des critiques faites à Jean-Michel Blanquer montre-t-elle davantage les défauts de l’Éducation Nationale telle qu’elle fonctionne depuis plusieurs décennies que ceux du projet du ministre en tant que tel ?

Edouard Husson : En lisant les premiers paragraphes, je me suis demandé si nous allions avoir quelque chose d’intéressant. Le paragraphe « mise au pas », en particulier, met le doigt sur le principal défaut du Ministre: sa tendance au centralisme. Mais la suite du texte est tellement remplie de poncifs et de clichés au service de l’immobilisme qu’on en vient rapidement à se demander si la tendance de Jean-Michel Blanquer à vouloir tout contrôler n’est pas le fruit d’une angoisse assez naturelle pour un vieux connaisseur de l’Education Nationale comme lui: comment faire bouger « le mammouth »? L’expression est d’un autre ministre, il y a vingt ans déjà. Entretemps, il y a eu une petite amélioration du système, entre 2002 et 2012, durant les dix ans où la droite était revenue au pouvoir, avec un enchaînement heureux de ministres de qualité: Luc Ferry, Gilles de Robien, Xavier Darcos, Luc Chatel. C’est dans cette atmosphère que Jean-Michel Blanquer a pu réfléchir aux défis de l’Ecole et imaginer une politique à mener au terme des années désastreuses qu’ont représenté le quinquennat de François Hollande. Entre 2012 et 2017, nous avons assisté en effet à une véritable rechute dans les pires errements des années 1970 aux années 1990: égalitarisme, idéologisation des enjeux, refus de l’évaluation, pédagogisme, abandon de la laïcité face au communautarisme etc....

Les hauts fonctionnaires en question reprochent en particulier au ministre ses « mesures dites « pour la justice sociale » qui ne font qu'augmenter les inégalités sociales devant l'école. » Partie intégrante des principaux enjeux du modèle démocratique de manière générale, l'égalité sociale devant l'école n'a-t-elle pas été surtout entravée par les projets des gouvernements précédents ? Quel bilan peut-on tirer des politiques précédentes dont l'Education Nationale actuelle ne fait qu'hériter ?

 
Les auteurs du texte commencent par vanter leur propre diversité (enseignants, formateurs, chercheurs, inspecteurs etc....) mais très vite il n’y a plus que des « cadres ». On se croirait dans l’Ecole du Parti. Et visiblement nos modernes apparatchiks sont émoustillés de brandir plusieurs fois l'invective « réactionnaire » contre Jean-Michel Blanquer. Réactionnaire sa manière de vouloir utiliser les sciences cognitives alors qu’il s’agit, si c’est bien utilisé, d’un des meilleurs moyens de remettre de la personnalisation dans un enseignement de masse. Toute la politique de Jean-Michel Blanquer s’efforce de remettre l’élève au centre, de lui rendre une personnalité dans un système qui a voulu niveler à tout prix. Eh bien, pour nos auteurs, il est scandaleux de défendre un « nouveau modèle de compétences centré sur l’individu au détriment des valeurs du collectif ». Et le caractère réactionnaire de cette politique se décline: elle est néolibérale, conservatrice, élitiste, inégalitaire, opposée à la démocratisation de l’Ecole.  C’est comme si nos modernes niveleurs n’avaient rien compris de ce qui se passe dans le pays. Au début des années 1960, le Général de Gaulle avait demandé à Georges Pompidou d’orienter les classes d’âge de plus en plus nombreuses vers la formation à des métiers industriels tout en conservant la qualité remarquable de notre enseignement général et en modérant l’augmentation des effectifs allant vers les facultés de sciences humaines. Peu obéissant, Georges Pompidou avait mis sous le coude la réforme demandée, pensant qu’il connaissait mieux les enjeux de l’Education nationale. Le résultat, ce fut non seulement mai 1968 mais l’incapacité de l’Etat à maîtriser la massification, à l’orienter. Les auteurs de ce texte, héritiers de tous les idéologues qui, depuis 1945, ont détruit la culture générale sous prétexte qu’elle était « bourgeoise » et méprisé les métiers manuels parce qu’ils auraient rendu obsolètes leurs bourdieuseries, n’ont même plus l’excuse de la naïveté. Ils ont sous les yeux le désastre d’une nation désindustrialisée et d’une profonde faillite des dirigeants en herbe qui peuplent les rangs de la Macronerie. Eh bien, ils osent s’opposer à ce que les lycées professionnels renforcent leurs liens avec les entreprises et parlent d’une vision « surannée et irréelle de l’apprentissage » ! 

 

Laïcité et citoyenneté sont au cœur des critiques faites à Jean-Michel Blanquer, qui aurait instrumentalisé l’une et vidé l’autre de tout contenu, selon les signataires. Sur ce sujet sensible, les accusations des signataires sont-elles justifiées ? Le ministre de l’Education Nationale est-il responsable de tous les maux qui concernent l’Ecole ?

 
Il faut bien boucler la boucle. Après avoir défendu une approche collectiviste et pédagogiste, après avoir refusé de voir la modernisation ratée des années 1960 à 1990, il s’agit de camoufler l’ultime échec, depuis la fin des années 1980: l’abdication en matière de défense de la laïcité face à l’Islam. Pourtant, le Ministre a toujours été très modéré dans son approche: pourtant les auteurs l’accusent d’avoir fait le lit d’Eric Zemmour (traduisons le « contribuant à une irresponsable hystérisation du débat médiatique sur l’islam »); ou bien ils lui reprochent implicitement de s’appuyer sur les travaux sérieux de Gilles Kepel quand il s’intéresse aux banlieues (« Une instrumentalisation de la laïcité qui s’étend aussi aux questions liées aux banlieues, et au mépris des travaux existant » - entendez l’école de sciences sociale anti-Kepel). Les signataires du texte se placent dans une continuité idéologique où l’on a sciemment rejeté la notion d’intégration à la République par le mérite et la réussite scolaire, par l’instruction civique, par le patriotisme. Je n’ai jamais oublié les propos, tenus en 1994, par mon ancien professeur d’hypokhâgne devenu Inspecteur Général d’histoire; c’était lors d’une conférence dédiée à l’enseignement de la discipline; et il avait expliqué froidement que les programmes scolaires, désormais, ne devaient plus être « gallocentrés ». Traduisez: on ne devait plus mettre la France au coeur de l’enseignement. De la part d’un homme qui avait passé de longues années à enseigner aux meilleurs élèves de l’enseignement républicain traditionnel, c’était une véritable trahison, sans doute par souci de plaire à son nouveau milieu professionnel. Pourtant il est encore plus impardonnable, après avoir constaté les dérives de nombreux jeunes gens vers l’Islam radical, de refuser en 2020 l’inventaire d’un échec lourd de conséquences: la destruction de la machine à assimiler, nationalement et socialement, qu’était l’école de la République. 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Xenophon
- 16/05/2020 - 18:47
La clé ?
Gramsci avait décrit un processus visant a arriver au socialisme sans violence en conditionnant les enfants dés l'école . Notre EN semble en avoir fait son idéologie éducatrice. On fabrique au passage des ignares à la chaine. C'est plus facile à manipuler.
hoche38
- 16/05/2020 - 18:44
Trou de mémoire?
Luc Ferry, Gilles de Robien et Xavier Darcos se sont montrés incapables d'inverser la tendance et de maîtriser leur administration et je crois même me souvenir que les premières apparitions des "gender studies" datent du règne de Luc Chatel!
evgueniesokolof
- 16/05/2020 - 17:34
Je me souviens
J'ai enseigné l'économie pendant 11 ans en lycée. Une bande de bobos-gauchos, chez qui il était de bon ton d'admirer Pol Pot en même temps que de se demander si l'oeuvre de Mozart n'avait pas été piquée à Leopoldine avaient conçu un manuel de seconde qui commençait par la description des Arapesh , une douce peuplade qui ignorait la guerre et le machisme qui en est le géniteur. Greta n'était pas encore grande prêtresse de la tribu ....Tout cela avait été décrit par Margaret Mead qui alla bien à Bornéo mais resta sur la côte car elle tomba malade et ne connut jamais les Arapeshs....C'est quoi les "fake news" hein les journalomerdeux de l'ImMonde et et Limerdation ?