En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

03.

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

04.

La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France

05.

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

06.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

07.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Covid-19 : l’Agence du médicament refuse d’autoriser massivement l’hydroxychloroquine

ça vient d'être publié
décryptage > Histoire
Origines du mythe

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720 ?

il y a 6 min 53 sec
décryptage > Santé
Hiver de la dépression

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

il y a 49 min 57 sec
décryptage > Politique
Sondage pour 2022

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

il y a 1 heure 37 min
décryptage > Politique
Trouvaille linguistique

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

il y a 2 heures 2 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Trump ou Biden : les deux candidats ont un seul et même remède pour sauver l’économie, endetter l’Amérique

il y a 2 heures 8 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Suits : Avocats sur mesure" : une série souvent haletante, mais un peu irrégulière, quelques épisodes sont décevants, en particulier la saison 7

il y a 15 heures 58 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Et Maintenant ?" de Eirin Forsberg et Gilles La Carbona : comment devient-on une femme battue alors que tout semblait si parfait ?

il y a 16 heures 24 min
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les propos de Clémentine Autain contre l'islamophobie ont été récupérés et détournés par un média proche des Frères musulmans
il y a 17 heures 54 min
décryptage > International
Les entrepreneurs parlent aux Français

Covid, Chine, USA et l’absence d’Europe de l’investissement et de l’entrepreneuriat

il y a 21 heures 48 min
pépite vidéo > International
Liberté d'expression
Caricatures de Mahomet : les appels au boycott de produits français se multiplient
il y a 22 heures 52 min
décryptage > Société
Dangers des nouveaux outils

Les objets connectés, des armes redoutables aux mains des auteurs de violences familiales

il y a 21 min 12 sec
décryptage > Economie
Réindustrialisation

Et pendant ce temps là, sur le front de l’industrie, on continue à faire des âneries

il y a 1 heure 12 min
pépites > Justice
Terrorisme
Selon Gérald Darmanin, le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF) est une officine contre la République
il y a 1 heure 55 min
décryptage > Politique
Cendres et bouillie

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

il y a 2 heures 5 min
décryptage > Economie
Mesures d'urgence

Sommet social : et s’il y avait une seule réforme à faire par ces temps de pandémie, laquelle serait-elle ?

il y a 2 heures 13 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Aiglon - le rêve brisé de Napoléon" de Laetitia de Witt : un portrait du fils de l'Empereur, historiquement fiable et chaleureusement humain

il y a 16 heures 12 min
pépites > France
Appel au calme
Le CFCM considère que les "musulmans ne sont pas persécutés" en France
il y a 17 heures 12 min
pépites > International
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine
La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France
il y a 18 heures 59 min
décryptage > Education
Samuel Paty

Vous avez dit liberté d'expression ?

il y a 22 heures 19 min
light > Economie
Transport
Le vélo de fonction payé par l'entreprise va-t-il devenir à la mode ?
il y a 22 heures 57 min
© FAYEZ NURELDINE / AFP
© FAYEZ NURELDINE / AFP
Live Nation

Malgré la crise, l’Arabie saoudite continue à investir dans l’Art pour tenter de dissimuler ses atteintes aux droits de l’homme

Publié le 13 mai 2020
Après des décisions sur la fin de la lapidation et de la peine de mort pour les mineurs, l'Arabie saoudite multiplie les investissements. 500 millions de dollars d’actions de la société internationale de spectacles Live Nation ont ainsi été achetés par l'Arabie saoudite.
Sébastien Boussois
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sébastien Boussois est Docteur en sciences politiques, chercheur Moyen-Docteur en sciences politiques, chercheur Moyen-Orient relations euro-arabes/ terrorisme et radicalisation, enseignant en relations internationales, collaborateur scientifique du...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après des décisions sur la fin de la lapidation et de la peine de mort pour les mineurs, l'Arabie saoudite multiplie les investissements. 500 millions de dollars d’actions de la société internationale de spectacles Live Nation ont ainsi été achetés par l'Arabie saoudite.

Alors que l’Arabie Saoudite a contribué récemment à accentuer le chaos économique mondial depuis le début de la pandémie et provoquer la récession, voilà qu’elle entame désormais des opérations sporadiques mais symboliques d’investissement en puisant dans son fonds souverain pour s’offrir du « soft power » à un moment crucial de la crise pour nombre d’entreprises notamment culturelles sur la planète.  Pourtant, en matière de droits humains, les quelques effets d’annonce récents, comme la fin de la lapidation et de la peine de morts pour les mineurs, ne compensent pas les graves atteintes permanentes connus de tous et ne permettent toujours pas de parler d’un vent de modernisation dans le pays. Le pays joue un va-tout en profitant de la chute des cours de la bourse pour investir et redorer son blason.

La décision unilatérale de Riyad d’augmenter sa production de pétrole ces dernières semaines a provoqué la chute du cours des prix sur la planète et mis en difficulté nombre d’économies nationales. Du coup, par mesures de représailles, de grands pays se détournent d’elle pour le moment, ce qui ne sera probablement que provisoire, pour la sanctionner : à commencer par son partenaire indéfectible, Donald Trump, qui a exigé de Mohamed Ben Salmane qu’il réduise sa production en menaçant le pays d’un retrait des soldats américains ; et la Chine qui s’est rapproché un peu plus encore de la Russie pour se fournir en pétrole. Tentant de survivre, et de mener tout de front (économie-société-image), le prince héritier MBS fait désormais feu de tout bois en profitant de sa cagnotte de secours, le fonds souverain saoudien, poussant ses intérêts  dans des entreprises internationales au plus mal alors que la bourse s’est effondrée dans le même temps. C’était le cas il y a quelques semaines avec Total, et Shell, notamment, qui ont profité des capitaux du Royaume.

Mais depuis quelques mois, le pays vise un autre secteur que l’énergétique et le « hard power »: il s’intéresse aux loisirs, pourtant peu promus à l’intérieur. En janvier dernier, il accueillait le Rallye Dakar, suscitant le tollé d’un certain nombre d’organisations des droits de l’homme qui reprochaient à l’organisateur de s’être fait acheté. Mohamed Ben Salmane commença alors à tenter de redorer l’image de l’Arabie Saoudite, après le blocus contre le Qatar, la guerre au Yémen, l’affaire des purges contre ses riches coreligionnaires, l’assassinat de Khashoggi, et l’éternelle question des droits des femmes. Le pays n’a pas la féérie d’un parc Disneyland, personne n’en doutait. Mais MBS poursuit son entreprise pour essayer de montrer un pays capitaliste à visage humain. C’est ce qui s’est passé tout récemment avec l’achat pour 500 millions de dollars d’actions de la société internationale de spectacles Live Nation entertainment, en faisant de son pays le troisième actionnaire principal. Plus grosse entreprise de spectacles au monde, intégrant la billetterie, les concerts, le management et les partenariats connexes, Live Nation entertainment est une mine d’or hors période de pandémie. De 75 dollars en février à 29 dollars, la société accusait une chute de son action de près de 40%. MBS ne s’y est pas trompé : peu de temps après l’annonce de son investissement, l’action de Live Nation reprenait plus de 2%.

MBS se prend-il d’intérêt soudain pour Madonna, Craig David, Shakira, et près de 250 artistes reflets de la société occidentale sans tabous et libres ? Compte-t-il s’inspirer de la liberté de ton d’un certain nombre d’artistes de la plus grande société de spectacles au monde pour son propre pays ? Compte-t-il les faire venir au pays une fois que la tempête sera passée, même les plus récalcitrants ? Profitant maintenant de la crise pour mettre en place quelques éléments embryonnaires de sa fameuse Vision 2030 qui bat de l’aile, censée permettre un développement durable au pays par la libéralisation et la diversification, le pays place ses pions dans une entreprise frappée de plein fouet par la pandémie et l’arrêt total dans le monde de toutes ses tournées et concerts. C’est de la pure stratégie de dissimulation par l’art : dissimulation de sa politique par une promotion de la culture. Les Emirats Arabes unis font pareil depuis des années : participer à la guerre au Yémen ayant fait plus de 100 000 morts et accueillir l’exposition universelle Dubaï 2020.

Beaucoup de médias ont relayé l’information de l’achat saoudien des actions de Live Nation mais peu ont repris les derniers témoignages glaçants de femmes tunisiennes rentrées au pays fin 2019 parlant de leur condition d’esclaves à qui on avait retiré leurs papiers et leur dignité. Tout comme les Ethiopiens expulsés de force récemment pendant la pandémie, dans des conditions dramatiques et au risque de propager l’épidémie de Covid-19. Est-ce que les artistes de Live Nation oseront évoquer toutes ces situations humaines terrifiantes à leur employeur quand les concerts reprendront ? Peut-on éthiquement accepter cela lorsque l’on est un phare de la culture occidentale, tout ce qu’abhorrent les wahhabites et salafistes en général ?

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
patafanari
- 13/05/2020 - 14:40
De l'art ou du cochon.
Ils n'avaient pas trop le choix, non plus.