En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

02.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

03.

Coronavirus : ces mesures prises ailleurs dont la France aurait grand besoin pour maîtriser une rentrée à risques

04.

Pourquoi les images porno vues sur leurs smartphones pourront briser la future carrière de vos enfants

05.

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

06.

Incognito, vraiment ? Pourquoi la navigation en mode privé ne correspond pas vraiment à ce que vous croyez

07.

Le Liban sous mandat français ? Peut-être, mais est-on sûr que Macron soit de taille ?

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled

03.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

04.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

05.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

06.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

03.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

04.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

05.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

06.

Orange mécanique, le retour : mais que cachent ces tabassages en série pour des histoires de masques ?

ça vient d'être publié
décryptage > Economie
ATLANTICO BUSINESS

Bilan du tourisme français : bienvenue à Corona-beach, entre 30 et 45 milliards d’euros de pertes pour la saison 2020

il y a 12 min 21 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Lumière noire" de Lisa Gardner, bel hymne à l'instinct absolu de survie

il y a 11 heures 41 min
pépites > France
Violents orages
Plusieurs blessés, dont deux graves, dans le funiculaire reliant Lourdes au Pic du Jer après une panne d'électricité
il y a 12 heures 29 min
light > Société
L’Amour aux temps du coronavirus
Les couples binationaux séparés par la pandémie de coronavirus vont pouvoir enfin se retrouver
il y a 13 heures 30 min
pépites > International
Violence de la catastrophe
Les explosions du port de Beyrouth ont formé un cratère de 43 mètres de profondeur
il y a 15 heures 7 sec
light > Media
Loi sur la sécurité nationale
Hong Kong : la figure prodémocratique Jimmy Lai a été arrêtée, ses journaux perquisitionnés
il y a 17 heures 34 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

L'État, sauveur du jour, tueur du lendemain. Mr Darmanin est-ce l’image que vous voulez donner de votre mandat ?

il y a 18 heures 51 min
pépite vidéo > International
Liban
De nouveaux incidents à Beyrouth lors de manifestations, trois ministres ont démissionné
il y a 20 heures 2 min
décryptage > Economie
Baisse des prix

Le Covid-19 est déflationniste

il y a 21 heures 57 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Incognito, vraiment ? Pourquoi la navigation en mode privé ne correspond pas vraiment à ce que vous croyez
il y a 22 heures 40 min
décryptage > Politique
LIBAN ET BIÉLORUSSIE

L’Europe face au dilemme biélorusse

il y a 29 min 46 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "La Panthère des neiges" de Sylvain Tesson, le prix Renaudot 2019 vient récompenser ce très beau et rafraîchissant vagabondage philosophique sur le toit du monde

il y a 12 heures 5 min
pépites > International
Renouveau ?
Explosions à Beyrouth : le Premier ministre libanais, Hassan Diab, annonce la démission de son gouvernement
il y a 13 heures 2 min
light > Insolite
"Photo souvenir"
Allemagne : il fait un doigt d’honneur à un radar, son amende est multipliée par 75
il y a 14 heures 6 min
pépites > Santé
Pouvoir d'achat
Covid-19 : le prix des masques devrait fortement baisser à la rentrée
il y a 15 heures 23 min
pépites > Politique
Bras de fer démocratique
Biélorussie : la candidate d'opposition Svetlana Tikhanovskaïa demande à Alexandre Loukachenko de céder le pouvoir
il y a 18 heures 29 min
pépites > Terrorisme
Investigations
Attaque au Niger : le parquet antiterroriste français ouvre une enquête pour "assassinats en relation avec une entreprise terroriste"
il y a 19 heures 33 min
décryptage > Santé
Anticipation

Coronavirus : ces mesures prises ailleurs dont la France aurait grand besoin pour maîtriser une rentrée à risques

il y a 21 heures 42 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

Traité d’antidiplomatie

il y a 22 heures 19 min
décryptage > International
Retour vers le passé

Le Liban sous mandat français ? Peut-être, mais est-on sûr que Macron soit de taille ?

il y a 23 heures 2 min
© BERTRAND GUAY / AFP
© BERTRAND GUAY / AFP
Rattrapage impossible ?

Coronavirus : voilà quel impact pourrait avoir la première récession économique venue des services

Publié le 13 mai 2020
Face à l'impact du Covid-19, l'économie française enregistre une récession de -5,8 % au premier trimestre 2020, la plus forte baisse depuis 1949, selon l'Insee. Cet impact négatif a la particularité d’avoir été engendré par la récession du secteur tertiaire. En quoi cette récession par les services aura-t-elle un impact différent des récessions précédentes ?
Alexandre Delaigue
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexandre Delaigue est professeur d'économie à l'université de Lille. Il est le co-auteur avec Stéphane Ménia des livres Nos phobies économiques et Sexe, drogue... et économie : pas de sujet tabou pour les économistes (parus chez Pearson). Son...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Face à l'impact du Covid-19, l'économie française enregistre une récession de -5,8 % au premier trimestre 2020, la plus forte baisse depuis 1949, selon l'Insee. Cet impact négatif a la particularité d’avoir été engendré par la récession du secteur tertiaire. En quoi cette récession par les services aura-t-elle un impact différent des récessions précédentes ?

Atlantico.fr : L'économie française a enregistré une récession de - 5,8 % au premier trimestre 2020, la plus forte baisse depuis 1949, a précisé l'Insee. Si cette récession diffère des précédentes par son ampleur, notamment en comparaison du premier trimestre 2009 (-1,6%) ou du deuxième trimestre 1968 (-5,3%), elle a aussi la particularité d’avoir été engendrée par la récession du secteur tertiaire. En quoi cette récession par les services aura-t-elle un impact différent des récessions précédentes ?

Alexandre Delaigue : Parce que le virus est transmis par les gens en proximité physique, toutes les activités qui impliquent celle-ci sont touchées, même s'il faut noter que d'autres activités - voir par exemple le cas très préoccupant des abattoirs - sont des lieux de forte contamination. Les récessions précédentes que nous avons connu étaient plutôt liées à la demande - la crise financière qui tarit l'investissement des entreprises et oblige les ménages à épargner pour reconstituer leurs réserves - ou touchaient le secteur manufacturier - comme les chocs pétroliers. Quand les gens réduisent leur demande ils ont tendance à retarder leurs achats de produits manufacturés, de biens durables, ou de quelques activités comme le tourisme. On décide de changer de voiture l'année suivante plutôt que cette année, on retarde les travaux dans la maison, on renonce à un départ en vacances. Du côté des entreprises elles vont retarder des investissements en machines, logiciels, etc. Du coup ces récessions touchent des secteurs restreints et concentrés - on estime qu'en général, lors d'une récession, les deux tiers de l'économie continue d'embaucher - qui peuvent redémarrer rapidement et rattraper le temps perdu. Si les compagnies aériennes cessent d'acheter de nouveaux avions si les français achètent moins de voitures, c'est un coup dur pour Airbus et Renault, mais dès que la demande reprend il est possible pour ces entreprises de rattraper le temps perdu en produisant ce qui n'a pas été acheté pendant la récession.

Lorsqu'une récession touche les services ce rattrapage est impossible. les gens ne vont pas manger deux fois plus au restaurant dans un an pour compenser les repas qu'ils n'ont pas pris cette année. Par ailleurs le secteur des services est bien plus important en termes d'emploi que les autres. Cette récession touche donc une énorme part de l'économie, dont beaucoup de petites entreprises qui n'ont pas les capacités des grands groupes pour tenir en attendant que la demande reprenne. 

D’une part, la consommation de services par les ménages a diminué (-5,5%), d’autre part, beaucoup d’activités tertiaires ont été jugées non-essentielles et ont cessé de fonctionner. Dans la mesure où les postes du secteur tertiaire sont généralement moins bien rémunérés, moins qualifiés et largement féminisés, à quelles conséquences de long-terme peut-on s’attendre sur la croissance et sur l’emploi ? 

On voit déjà des statistiques indiquant que cette récession, contrairement aux précédentes, pénalisent plus les femmes que les hommes. Pour le reste il est probable que les personnes déjà en situation difficile vont particulièrement souffrir avec cette récession. Surtout on ne sait pas comment ces activités s'effectueront dans l'avenir, de nombreuses entreprises vont disparaître. Et ce sont des entreprises dont le capital est essentiellement immatériel. Un restaurant ce sont des relations entre un employeur et des employés, une réputation, une clientèle. Si ce restaurant est détruit par un incendie, on reconstruit et on peut repartir comme avant. Mais s'il fait faillite et que rien d'autre ne peut rouvrir avant deux ans, un nouveau restaurant équivalent sera très long à reconstruire. Si tant est que ce soit possible : si pendant 5 ans les restaurants ne peuvent fonctionner qu'avec moitié moins de tables pour respecter des règles de distance physique, bon nombre d'entre eux ne pourront pas être rentables.

Ce qui se passe pour la restauration,  vous pouvez le démultiplier dans de nombreux secteurs. Les cinémas et spectacles. Le personnel de nettoyage. Les hôtels. Les abattoirs. La récolte de fruits et légumes. La formation et l'enseignement. Le nombre de secteurs potentiellement touchés est énorme.

Environ un actif sur deux en France occupe un poste dans le secteur tertiaire. La reprise économique et la stabilisation passeront-ils nécessairement par une croissance de l’activité des services ? Quand et sous quelles conditions le PIB reviendra-t-il à son niveau de 2019 ?

Il est impossible aujourd'hui de répondre à cette question. Lors de la récession précédente il a fallu 10 ans pour que la France retrouve son PIB par habitant de 2008. Cette récession sera pire et laissera une économie dans laquelle de nombreuses activités ne pourront plus exercer comme avant. Nous sommes face à une échelle de catastrophe inimaginable et envisager maintenant la forme que pourrait prendre une récupération est très prématuré. On peut espérer au mieux éviter de subir trop de dommages immédiats: ensuite, on verra bien.  

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
clo-ette
- 13/05/2020 - 12:50
Cette parade
de gens masqués ( mascarade) va durer encore cinq ans ? Ce sont les hôpitaux psychiatriques à présent qui vont être saturés !
Ganesha
- 13/05/2020 - 11:17
Vous avez dit Bizarre ?
Petit article bizarre !
L'argument central, c'est : cette épidémie pourrait persister pendant 5 ans !
Ce qui est bizarre, c'est que sur nos médias, le pr. Raoult est pour le moment le seul à exprimer un fait pourtant bien connu : la plupart des épidémies de virus respiratoires s'interrompent pendant l'été.
Le covid-19 sera-t-il comme les autres ?
Le professeur marseillais remarque lui-même que nous n'en savons rien, mais que c'est la tendance que cette épidémie semble prendre actuellement.
Une indication favorable est le fait que l'épidémie ne s'est qu'à peine rependue en Afrique, et qu'il y a eu infiniment moins de morts en Californie qu'à New-York.
Accessoirement, si le traitement à la Chloroquine se révèle efficace et que le bizarre mr. Macron permette aux français de l'utiliser comme la plupart des autres habitants de cette planète, cela changerait sérieusement la donne.
Vous avez dit Bizarre ?
Comme c'est Bizarre !
assougoudrel
- 13/05/2020 - 09:36
Le secteur automobile
Il était déjà fortement ralenti avant ce virus. Le premier virus était l'Etat, qui, sous prétexte de sauver la planète, taxe de façon honteuse les voitures, voulant absolument le tout électrique. Alors, le consommateur, ne voyant aucune clarté, ne voulant pas naviguer à vue, a préféré attendre. Avec la crise du Coronavirus, il préférera attendre encore, car il sait qu'il y aura de très bonnes affaires à faire et aussi dans beaucoup d'autres domaines. Les gouvernements ont du soucis à se faire. Les français et aussi les citoyens d'autres pays, se sont payés des porte-feuilles en peau de hérisson; ils ont acquis le réflexe de ne plus acheter du superflus et, qu'en sachant attendre, ils pourront avoir pour pas cher, des produit qu'ils n'auraient pas pu avoir auparavant.