En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'Union européenne envisage d'exclure la Hongrie et la Pologne du fonds européen de relance

02.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

03.

Macron skie français

04.

Pour une Charte de l'Islam de France : la primauté des lois françaises sur la charia n'est pas négociable

05.

Loi de Dieu ou loi de la République ? Ce que Jean-Luc Mélenchon feint de ne pas comprendre sur la différence entre l’islam politique et les autres religions

06.

Crise économique : l'OCDE prévoit que la planète va se redresser en 2021... sauf l'Europe qui restera à la traîne. Mais pas par hasard

07.

Trois étranges monolithes métalliques de 3 m de haut sont apparus aux Etats-Unis et en Roumanie

01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

05.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

06.

La France et l’Allemagne tentent de rallier l’Europe à sa folie. Ils résistent pour protéger l’économie. Tant mieux 

01.

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Socle citoyen : l’Assemblée nationale vote pour l’exploration d’un revenu universel qui ne dit pas son nom mais demeure une très bonne idée

04.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

05.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

06.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

ça vient d'être publié
décryptage > Europe
Négociations

Brexit : qui de Londres ou de Bruxelles (et de Paris...) prend le plus grand risque dans le bras de fer ?

il y a 25 min 29 sec
décryptage > France
Article 24

Police, manifestants et libertés publiques : les images de violence servent-elles la Vérité... ou de munitions aux combattants de nos guerres idéologiques ?

il y a 3 heures 24 min
pépite vidéo > Economie
Commerçants face à la crise
Nouveau calendrier : Bruno Le Maire confirme le report des soldes d'hiver au 20 janvier prochain
il y a 3 heures 52 min
rendez-vous > Religion
Géopolitico-scanner
Pour une Charte de l'Islam de France : la primauté des lois françaises sur la charia n'est pas négociable
il y a 4 heures 36 min
pépites > Economie
Voyage moins cher
La SNCF envisage de plafonner le prix des billets de TGV en seconde classe
il y a 4 heures 55 min
pépites > Politique
Scandale
Dominique Strauss-Kahn annonce la sortie d'un documentaire sur sa vie à l'automne 2021
il y a 5 heures 9 min
décryptage > Science
Espace

ClearSpace-1 : l’opération anti-débris spatiaux qui sauvera nos satellites (et nos GPS)

il y a 5 heures 27 min
décryptage > High-tech
Course aux vaccins

IBM détecte des cyber-attaques en cours contre la distribution des vaccins anti-Covid dans le monde : alerte écarlate ou rouge pâle ?

il y a 6 heures 8 min
Montrer l’exemple
Covid-19 : les anciens présidents américains Barack Obama, George W. Bush et Bill Clinton sont prêts à se faire vacciner en direct
il y a 16 heures 43 min
pépite vidéo > Politique
Allocution présidentielle
Retrouvez l’intégralité du discours d’Emmanuel Macron en hommage à Valéry Giscard d’Estaing
il y a 17 heures 35 min
light > Loisirs
Bingo
La popularité croissante de “All I Want for Christmas is You” montre que l'industrie de la musique valorise les vieilles chansons
il y a 1 heure 29 min
light > Insolite
Bizarre
Trois étranges monolithes métalliques de 3 m de haut sont apparus aux Etats-Unis et en Roumanie
il y a 3 heures 32 min
light > Social
Convivial et efficace
Une recherche en psychologie montre l'intérêt des discussions devant la machine à café
il y a 4 heures 10 sec
pépites > Economie
Coronavirus
Le Fonds de solidarité universel s'arrêtera le 31 décembre annonce Bruno Le Maire
il y a 4 heures 43 min
décryptage > France
Vive nous

Macron skie français

il y a 5 heures 40 sec
décryptage > Société
Placements privilégiés

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

il y a 5 heures 10 min
décryptage > Politique
Héritage politique

Mort de VGE : mais qu’est devenue la droite libérale en France ?

il y a 5 heures 47 min
décryptage > Religion
Séparatisme

Loi de Dieu ou loi de la République ? Ce que Jean-Luc Mélenchon feint de ne pas comprendre sur la différence entre l’islam politique et les autres religions

il y a 6 heures 25 min
pépites > Santé
Conférence de presse
Covid-19 : Jean Castex confirme que « la vaccination sera gratuite pour tous »
il y a 17 heures 10 min
pépites > Politique
Hommage à l’ancien chef de l’Etat
Décès de Valéry Giscard d'Estaing : Emmanuel Macron décrète un jour de deuil national le mercredi 9 décembre
il y a 18 heures 5 min
© YANICK FOLLY / AFP
© YANICK FOLLY / AFP
Commission européenne contre Allemagne

Cette crise politique que l’Europe ne peut absolument pas se permettre au regard de la méga tempête économique qui se prépare depuis les pays émergents

Publié le 13 mai 2020
Le Covid-19 touche également aujourd'hui les pays les plus pauvres. Dans ces pays fragiles, la pandémie a des effets décuplés sur l’économie et l’emploi, et plus encore sur les taux d’intérêts, les bourses, les changes.
Jean-Paul Betbeze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Covid-19 touche également aujourd'hui les pays les plus pauvres. Dans ces pays fragiles, la pandémie a des effets décuplés sur l’économie et l’emploi, et plus encore sur les taux d’intérêts, les bourses, les changes.

4,3 millions de malades, 300 000 morts environ dans le monde : la pandémie ne cesse d’avancer. Elle frappe aujourd’hui les pays les plus pauvres, ceux qui ont le moins de moyens pour s’en protéger. Nous avons suivi le périple du virus, parti de Wuhan en Chine, où il s’est trouvé un temps confiné (80 000 cas ?), transporté ensuite par avion en Italie (220 000), en Espagne (270 000), en France (178 000). On l’a vu se développer en Allemagne (170 000), où il a visiblement eu des difficultés pour s’étendre (et surtout pour tuer), le tout avant d’arriver à New-York. New-York : 350 000 cas. Voilà enfin un terrain à sa mesure, avec toutes les populations, les ethnies, les religions du monde enfin représentées, une vraie plateforme pour aller vite partout ! Certes, les délais de réactions américains (largement dus au Président Trump), les conflits de services et de compétences ont tout compliqué quand il s’est agi de décider des quarantaines, puis de les lever, entre les États notamment. Mais depuis, l’essentiel se passe ailleurs.

Peu à peu, des pays moins développés font, en effet, état de chiffres qui montrent l’étendue des drames qui les frappent. Voilà 240 000 cas environ en Russie, 170 000 au Brésil, 140 000 en Turquie, 111 000 en Iran, 72 000 en Inde, sans que l’on soit sûr dans ces pays, bien sûr, de la qualité des données. Mais n’empêche, dans ces pays fragiles, la pandémie a en tout cas des effets décuplés sur l’économie et l’emploi, et plus encore sur les taux d’intérêts, les bourses, les changes. La finance y fonctionne comme une vraie caisse de résonnance, avec des effets économiques, sociaux, politiques, militaires, migratoires que l’on peut imaginer, avant de les voir se manifester.

Depuis janvier, les taux de change sont ainsi tous en baisse par rapport au dollar. Baisses de 4% en Inde, 17% en Russie, 30% en Afrique du Sud, 44% au Brésil. Partout aussi, les bourses sont en baisse, notamment de 30% en Afrique du Sud et de 32% au Brésil. Evidemment, les agences de rating regardent toutes ces situations et ne cessent de dégrader les notes des différents pays, ce qui n’aide pas. Le Brésil inquiète ainsi, pour des raisons économiques et financières, auxquelles les actions du Président Bolsonaro ajoutent leur lot de difficultés. L’Afrique du Sud est partie vers une grave glissade. Un think tank (Towards Inclusive Economic Development in Southern Africa), rattaché au ministère du Commerce, de l’Industrie et de la Concurrence du pays, vient de publier une étude sur l’impact de la crise et des mesures de confinement. Ce think tank avance un scénario qu’il juge « optimiste » (enrayement rapide de l’épidémie et confinement de courte durée), le PIB se contracte de 5,6%, avec 3 millions d’emplois détruits en 2020. Et il en ajoute un, jugé par lui le plus pessimiste, où l’économie pourrait baisser de 16%, avec 7 millions d’emplois détruits et un taux de chômage de 50% dans le secteur formel  L’Inde enfin, qui pouvait (encore) sembler épargnée dans cette présentation des BRICS hors Chine, vient d’accuser une baisse de 17% de sa production industrielle en mars.

Sans qu’il soit possible de dessiner ici une carte complète de cette détérioration d’autre pays émergents moins importants, disons au moins que la Turquie voit une baisse de 17% de son change, avec une inflation de 11% et un taux d’intérêt (politique) décidé par le Président Erdogan de 8,75%. Il entend soutenir l’activité mais c’est plutôt de nature à susciter une crise de change : à suivre. Ailleurs, outre la crise libanaise qui devient violente, l’Egypte voit une fuite des capitaux et l’Arabie Saoudite se préoccupe de freiner la détérioration de son budget en prenant des mesures fiscales (hausse de la TVA) et arrêt de travaux qui propage les difficultés à sa périphérie. Ceci pour ne pas parler de l’Iran ou de l’Irak. A suivre donc.

Où que l’on regarde, la situation se détériore. Les grands pays frappés les premiers se demandent comment financer le choc et son freinage, plus le déconfinement et la relance, dans l’espoir de trouver un vaccin au plus tôt. Signe qui ne trompe pas, l’indice des prix aux États-Unis vient de s’inscrire en baisse de 0,8% en avril d’un mois sur l’autre. On peut toujours penser qu’il s’agit là de l’effet de la baisse de 20% du prix du pétrole depuis décembre. Mais non : hors pétrole et alimentation, les prix ont quand même baissé de 0,4% en un mois. C’est bien là la preuve de l’impact de la chute du PIB américain et de l’effondrement de l’emploi, dans l’intervalle de six semaines.

La cascade de crises et des baisses de prix, salaires, matières premières achève actuellement son premier périple : Chine – Europe – États-Unis – pays émergents. La spirale baissière des prix et des salaires s’ouvre et doit donc s’interrompre. La seule issue, pour éviter la logique déflationniste, est la montée des aides du FMI ou des avances en dollars de la Fed pour aider les pays émergents et, dans la zone euro, que la BCE achète largement des bons du trésor. La confluence des actions du FMI, de la Fed et de la BCE, crédits et achats de titres publics et privés, peut freiner le risque de déflation cours, sachant que la Banque centrale chinoise s’emploie, à sa manière, à soutenir des entreprises publiques, des banques, voire des cours boursiers – qui sait. Ce seront des milliards qui seront nécessaires pour éviter bien pire que 1929.

Mais il ne faudra pas que la Banque centrale allemande (BUBA), obéissant au jugement de la Cour fédérale du 5 mai, n’arrête ou même ne freine cette logique. C’est là que nous en sommes : les pays émergents font leur possible mais atteignent vite leurs limites de capacité d’emprunt et de trésorerie. La déflation mondiale ne peut être arrêtée que par un quantitative easing mondial, autrement ce sera pire que 1929 avec ses conséquences. On peut toujours dire que c’est prêter trop d’attention à des jugements et à des baisses de prix, mais il vaut mieux être trop inquiet et chercher tout ce qui peut bloquer l’engrenage en cours.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
tubixray
- 13/05/2020 - 15:45
le plus insupportable
Est de songer que la Chine, coupable devant l'humanité entière, va tirer profit de ses méfaits.
Un tel crime réclame une sanction proportionnelle et implacable.