En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

02.

Arrestations massives sur le DarkWeb à travers la planète : coup d’arrêt... ou d’épée dans l’eau ?

03.

Et si la nouvelle la plus importante pour l’avenir du climat de la planète venait de passer quasi inaperçue

04.

Sauver la Seine-Saint-Denis, mission impossible ? Non... mais l’Etat n’est pas le "héros" qu’il pense être

05.

Covid : les épargnants devront payer la facture; Bayrou trouble la coordination gouvernementale; Les bonnes affaires d’Édouard Philippe : payé 50 000€ pour se former au numérique...; La fraude sociale sert (aussi) à financer le terrorisme islamiste

06.

La France, paradis des squatteurs et qui entend bien le rester

07.

COVID-19 : et maintenant, quel impact économique ?

01.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

02.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

03.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

04.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

05.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

06.

Non, les adhérents de LREM ne méritent pas Macron ! Il est trop grand, trop beau, trop génial pour eux.

01.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

04.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

05.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

06.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

ça vient d'être publié
décryptage > Media
Le journalisme est un foutu métier

Attaque près des anciens locaux de Charlie Hebdo : ouf, l'Agence France Presse ne risque rien

il y a 6 heures 36 min
pépite vidéo > Politique
Enquête en cours
Jean Castex confirme qu'une attaque s'est produite "à proximité" des anciens locaux de Charlie Hebdo
il y a 8 heures 57 min
pépites > France
Onzième arrondissement
Paris : attaque à l'arme blanche près des anciens locaux de Charlie Hebdo
il y a 10 heures 49 min
pépites > Santé
Politique
Le Premier ministre n'a pas téléchargé l'application «StopCovid» comme la quasi totalité des Français
il y a 12 heures 38 min
light > Economie
Economie
La Chine va lancer la version numérique de sa monnaie officielle le yuan
il y a 13 heures 11 min
décryptage > France
Faut voir

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

il y a 13 heures 31 min
pépites > Société
Politique
Louis Aliot maire RN de Perpignan protégé par trois gardes du corps
il y a 13 heures 47 min
décryptage > Société
Angoisse face au Covid-19

Petits conseils pour rester un parent serein quand la pandémie fait flamber votre stress

il y a 14 heures 25 min
light > Santé
Sport
Pas plus de 1.000 spectateurs par jour pour le tournoi de Roland Garros
il y a 15 heures 27 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Comédies françaises" de Eric Reinhardt : un magnifique roman d’initiation, itinéraire d’un millénial gâté

il y a 1 jour 6 heures
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand la ballerine pousse quelques notes et quand on doit se replonger dans la dolce vita : c’est l’actualité automnale des montres
il y a 8 heures 47 min
Environnement
Pendant le confinement les oiseaux ont chanté de manière différente
il y a 10 heures 44 min
pépites > Politique
Justice
Le Rassemblement National face à un ex-salarié devant le tribunal de Nanterre
il y a 12 heures 10 min
décryptage > Société
Impact pour les entreprises

Un congé paternité à côté de la plaque ?

il y a 12 heures 56 min
décryptage > Politique
Mesures concrètes ?

Sauver la Seine-Saint-Denis, mission impossible ? Non... mais l’Etat n’est pas le "héros" qu’il pense être

il y a 13 heures 21 min
décryptage > High-tech
Plaque tournante des trafics

Arrestations massives sur le DarkWeb à travers la planète : coup d’arrêt... ou d’épée dans l’eau ?

il y a 13 heures 43 min
décryptage > Justice
Succession de Ruth Bader Ginsburg

Cour suprême : ce que la démocratie et l’état de droit américains doivent aussi aux juges conservateurs

il y a 14 heures 4 min
décryptage > Economie
Crise sanitaire

COVID-19 : et maintenant, quel impact économique ?

il y a 15 heures 13 min
light > Santé
Des propos "à l'emporte-pièce"
Olivier Véran répond à Nicolas Bedos suite à son appel sur l'arrêt du port du masque et des gestes barrières
il y a 1 jour 5 heures
pépites > Santé
Désengorger les SERVICES
Covid-19 : les Hôpitaux de Paris vont reporter 20% des opérations chirurgicales dès ce week-end
il y a 1 jour 7 heures
© STR / AFP
© STR / AFP
Stigmates

Cinq séquelles de long terme que le Coronavirus laissera sur notre monde

Publié le 13 mai 2020
Une nouvelle étude annonce que la crise sanitaire et la récession économique suite au Covid-19 pourraient faire basculer 500 millions de personnes supplémentaires (8% de la population mondiale) dans la pauvreté. Quels sont les dommages sanitaires, économique et géopolitiques collatéraux liés à l’épidémie du Covid-19 ?
Stéphane Gayet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Stéphane Gayet est médecin des hôpitaux au CHU (Hôpitaux universitaires) de Strasbourg, chargé d'enseignement à l'Université de Strasbourg et conférencier. 
Voir la bio
Dov Zerah
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ancien élève de l’École nationale d’administration (ENA), Dov ZERAH a été directeur des Monnaies et médailles. Ancien directeur général de l'Agence française de développement (AFD), il a également été président de Proparco, filiale de l’AFD spécialisée...
Voir la bio
Emmanuel Jessua
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Emmanuel Jessua est économiste, directeur des études de Rexecode.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Une nouvelle étude annonce que la crise sanitaire et la récession économique suite au Covid-19 pourraient faire basculer 500 millions de personnes supplémentaires (8% de la population mondiale) dans la pauvreté. Quels sont les dommages sanitaires, économique et géopolitiques collatéraux liés à l’épidémie du Covid-19 ?

Atlantico.fr : Une nouvelle analyse réalisée par des chercheurs du King's College de Londres et de l'Austra­lian National University avertit que les décès dus à des impacts secondaires - pauvreté, faim, maladies et violence exacerbées par l’épidémie de Covid-19 - peuvent éclipser le nombre de ceux qui meurent du nouveau coronavirus lui-même (240 000 personnes dans le monde à ce jour).

Quels sont les dommages sanitaires collatéraux, directs et indirects, dus à l’épidémie du Covid-19 ?

Stéphane Gayet : En France, depuis lundi 9 mars environ, on ne parle plus que du coronavirus et surtout depuis mardi 17 mars, date du début du confinement obligatoire et généralisé sur tout le territoire français. Du mardi 17 mars au lundi 11 mai, pendant ces 55 jours de confinement, le coronavirus était devenu l'unique sujet de conversation. Il semble bien qu'il le reste cette semaine, et que probablement il le restera encore la semaine prochaine et… peut-être aussi les suivantes. Il est vrai que l'on parle beaucoup du masque ces derniers temps, mais cela reste le même sujet. En France et dans bien d'autres pays, la CoVid-19 est devenue la « maladie unique ». C'est comme si les personnes qui avaient une autre maladie n'étaient pas vraiment malades, comme si on n'avait pas le droit d'être malade en dehors de cette maladie. Cela peut faire penser aux pays totalitaires dans lesquels la politique se résume à un parti unique : on n'y a pas le droit de faire de la politique en dehors du « parti unique ». La santé semble devenue monolithique : les cancers, le diabète, l'hypertension artérielle, les troubles de la vue, les maladies de la peau, l'ulcère gastroduodénal, les maladies chronique de l'intestin, les rhumatismes chroniques, la dépression mentale… paraissent ne plus avoir d'importance, sauf s'ils sont en relation avec la CoVid-19.

Le milieu de la santé est nettement devenu dichotomique et tout particulièrement l'hôpital : il y a les consultations coronavirus et si nécessaire les autres, il y a les services coronavirus et puis il y a les autres.

Certes, ce confinement obligatoire et généralisé a profondément modifié l'activité de la France : cette activité a chuté de façon vertigineuse et particulièrement préoccupante. Mais le confinement et la chute libre de l'activité qu'il a induite n'ont pas rendu les Français résistants aux autres maladies que la CoVid-19. Ces autres maladies ont été négligées et les individus concernés ont eu une perte de chance et parfois une mise en danger.

Pour répondre à la question, on peut essayer de dessiner un aperçu des dommages sanitaires dus à l'épidémie de CoVid-19, en envisageant les dommages sanitaires directs et les dommages sanitaires indirects.

Les dommages sanitaires collatéraux directs liés à l'épidémie de CoVid-19

Stéphane Gayet : On parle surtout des morts par CoVid-19, parce qu'il s'agit d'un nombre factuel, indépendant de critères de définition et parce qu'il frappe l'esprit. Le nombre mondial de décès se rapproche à grands pas de 300 000, ce qui représente à peu près la population de la ville de Nantes. Mais le nombre exact de décès en Chine nous restera inconnu encore pour longtemps ; la Chine est devenue la grande muette et ceux qui osent parler ont beaucoup d'ennuis.

À côté de cette hécatombe, il y a toutes les personnes qui ont survécu à la maladie CoVid-19, mais qui n'ont pas pour autant recouvré une santé équivalente à leur état antérieur. On s'intéresse particulièrement depuis quelques semaines aux séquelles laissées par la maladie, séquelles auxquelles on ne pouvait pas s'intéresser plus tôt, faute de recul.

On constate que, chez les personnes ayant fait une forme très symptomatique de la maladie (mal de gorge, fièvre, mal de tête ou céphalée, toux sèche, asthénie ou fatigue, douleurs musculaires et articulaires, perte du goût et de l'odorat, gêne respiratoire, confusion mentale légère, amaigrissement…), la récupération est en fait très lente (au minimum quinze jours et souvent un mois, voire plus…) ; l'amaigrissement peut persister quelque temps, s'accompagnant d'une diminution de la force musculaire et des capacités physiques. Certains patients conservent une gêne respiratoire, d'autres des troubles digestifs, d'autres des difficultés de mémoire, d'autres un état dépressif, d'autres des anomalies cardiaques, etc. On sait à présent que la CoVid-19 est une maladie systémique qui peut toucher pratiquement tous les organes du corps.

Ces séquelles bien réelles, mais souvent transitoires, sont encore plus marquées chez les personnes ayant dû être hospitalisées en réanimation et qui ont été intubées pour une ventilation assistée par respirateur électrique. Les soins en réanimation permettent de sauver des vies humaines, mais ils sont invasifs et affaiblissent durablement le corps et l'esprit en raison de la mise en œuvre de toutes les techniques instrumentales et de toutes les thérapeutiques médicamenteuses.

Les dommages sanitaires collatéraux indirects liés à l'épidémie de CoVid-19

Stéphane Gayet : On commence à découvrir la réalité de ce phénomène, maintenant que l'activité économique reprend peu à peu et que les activités médicales retrouvent un régime un peu plus normal. La lutte contre la CoVid-19 n'est pas une guerre, mais notre pays a pu ressembler par certains côtés à un pays en guerre.

Du fait de la pénurie sanitaire provoquée par l'accaparement des services de santé et par le confinement, beaucoup de personnes ont accepté de vivre avec une maladie mal soignée ou non soignée, de laisser évoluer leur pathologie et, pire, certaines ont négligé des accidents de santé.

Il va donc falloir soigner au plus vite les personnes atteintes de diabète, d'hypertension, d'insuffisance cardiaque, de maladie chronique de l'intestin, de sclérose en plaque, de maladie de Parkinson, de dépression mentale, de maladie de Lyme chronique, de rhumatisme inflammatoire, de cancer, de glaucome, d'allergie, d'insuffisance rénale…

À côté de tous ces malades chroniques qui se sont presque inéluctablement aggravés, il y a les individus qui ont négligé un accident vasculaire cérébral assez discret, un infarctus du myocarde non diagnostiqué, une hypertension artérielle méconnue, des troubles du rythme cardiaque non explorés, une plaie traumatique qui s'est compliquée, une entorse, une infection urinaire… Les exemples sont nombreux. Non seulement tous ces cas constituent un retard en soins médicaux et paramédicaux à rattraper, mais les personnes concernées ont vu leur état s'aggraver de façon indue.

Un très grand nombre d'interventions chirurgicales, non urgentes mais néanmoins nécessaires, ont été reportées sine die. Ces interventions avaient pour but, soit de restaurer une fonction déficiente (arthrose, cataracte, hyperplasie de la prostate, sténose ou rétrécissement critique d'une artère…), soit d'éviter des complications graves (calculs biliaires et rénaux…), soit de traiter un cancer, soit de soulager une douleur ou d'atténuer une paralysie… Que sont devenues ces personnes ?

Il y a un autre effet collatéral indirect auquel on ne pense pas de prime abord : tous les professionnels de soins, médicaux et paramédicaux, qui sont morts ou ont surmonté la maladie avec des séquelles, représentent une perte de productivité du système de santé ; dans les hôpitaux, le nombre de professionnels frappés est impressionnant et certains auront bien du mal à reprendre leur travail.

Montée de la résistance aux antibiotiques, retardement des prises de soin pendant le confinement : en quoi certains facteurs de cette crise sanitaire risquent-ils d’entraîner des répliques dans les mois, voire les années à venir ?

Stéphane Gayet : Tout ce que nous avons vu en première partie est conséquent, c'est lourd. Le confinement a suscité et même souvent imposé l'autothérapie et même l'automédication (beaucoup de personnes parviennent à se procurer de façon illicite des médicaments). Il est certain que l'automédication avec des antibiotiques favorise l'antibiorésistance des bactéries ; car la tendance du grand public à consommer des antibiotiques est aux antipodes des règles de bonnes pratiques. En effet, pour se soigner soi-même, les personnes non formées ont tendance à prendre des doses trop faibles, à faire des associations dangereuses, à passer d'un antibiotique à l'autre, à ne pas respecter les contre-indications, à arrêter trop tôt et progressivement, autant de comportements et d'actions qui sont sources d'échecs, d'incidents et même d'accidents, ainsi que d'une augmentation de la résistance aux antibiotiques.

Il n'est pas exagéré d'affirmer – qui pourrait le contester ? – que depuis deux mois au moins, la qualité et la sécurité des soins en France ont diminué et que la santé de la population en a forcément pâti. Car l'austérité imposée par le confinement ne nous a pas rendus ipso facto plus résistants : nos vulnérabilités, nos fragilités sont toujours là, nous nous en sommes simplement accommodés vaille que vaille pendant cette morne période.

En effet, pour répondre à la question posée, tous ces négligés de la médecine et des soins, quand le pays aura retrouvé un rythme à peu près normal, vont constituer un sérieux problème de santé publique, ce dont nous nous serions bien passés étant donné qu'avant la pandémie, notre système de santé était déjà dans une certaine mesure aux abois. De fait, dans le domaine de la santé, nous allons avoir des semaines difficiles. C'est le prix sanitaire de la pandémie CoVid-19 et ce prix sera sans doute élevé.

Quels sont les dommages économiques collatéraux laissés par la crise économique provoquée par le Coronavirus ? 

Emmanuel Jessua : Il y a bien sûr des dégâts économiques immédiats, découlant directement du confinement de la population décidé par les gouvernants afin de limiter la propagation de l’épidémie. Il s’agit là d’une diminution brutale et massive de la quantité de travail pendant les semaines que dure le confinement. L’activité diminue fortement, mais de manière inégale selon les secteurs. Les plus touchés sont ceux directement liés aux sorties et aux interactions sociales (restauration, hébergement, spectacles, transport aérien…), mais aussi la construction et une grande partie des secteurs industriels, pour lesquels l’essentiel du travail ne peut être effectué à distance. A l’opposé, des secteurs fournissant des biens et services essentiels en période de confinement sont proches de la pleine activité (santé, industrie pharmaceutique, agro-alimentaire et commerces alimentaires, télécommunications…). Entre ces deux extrêmes, la plupart des services maintiennent une partie de leur activité grâce au télétravail. Au total, en France, on estime que plus de 40% des salariés de la sphère marchande n’ont pas travaillé durant les premières semaines du confinement. 

Une récupération « mécanique » de ces pertes d’activité devrait se manifester avec la sortie progressive du confinement. Cette récupération ne sera vraisemblablement que partielle, pour plusieurs raisons. D’une part, une partie de la consommation qui se serait exprimée en l’absence de crise sanitaire ne pourra être récupérée (on ne voyagera pas deux fois plus pour rattraper les voyages « perdus » pendant le confinement). D’autre part, les ménages, dont les revenus et l’emploi ont été préservés par dispositif de chômage partiel, devraient maintenir une épargne de précaution plus élevée qu’à l’accoutumée. Les incertitudes sur l’avenir pèseront encore davantage sur l’investissement des entreprises, qui pourrait rester durablement en-deçà de son niveau d’avant-crise. 

Les traces laissées par le confinement et la récession économique pourraient-elles entraîner des répliques de cette crise d’ici plusieurs mois, voire plusieurs années ? 

Emmanuel Jessua : La hausse du taux d’épargne des ménages, la diminution durable de l’investissement, le prolongement des fermetures administratives (lieux de sorties) et des restrictions au tourisme devraient limiter les capacités de rebond des économies et provoquer des faillites et du chômage. Au total, le niveau du PIB sera durablement plus bas que ce qu’il aurait été en l’absence de crise sanitaire et les pertes de capital physique (faillites) et humain (chômage de longue durée et dépréciation des compétences) ne seront que lentement réversibles, d’autant que les mesures de distanciation sociale dans les entreprises devraient peser sur la productivité et augmenter les coûts.  La question de la répartition de cette perte collective, pour l’instant en grande partie assumée par les finances publiques (chômage partiel, fonds solidarité pour les indépendants, annulation d’échéances fiscales et sociales), se posera très rapidement. La nature des interventions publiques (soutiens ciblés, plans d’investissement d’avenir, prêts participatifs) sera décisive pour renouer avec la croissance d’avant-crise sans menacer la soutenabilité de l’endettement public. 

Une nouvelle analyse réalisée par des chercheurs du King's College de Londres et de l'Australian National University, annonce que la situation sanitaire et la récession économique provoquées par le Covid-19 pourrait entraîner 500 millions de personnes supplémentaires - environ 8% de la population mondiale - dans la pauvreté, annulant trente ans d'amélioration économique.

Dov Zerah : C’est très vraisemblable compte tenu des prévisions économiques pour 2020. Le Fonds monétaire international (FMI) a dernièrement prédit pour 2020 une baisse de 3 % du PIB mondial, avec notamment 7,5 % pour la zone euro, 5,9 % pour les États-Unis, environ 6 % pour l’Amérique latine…Quelques pays pourraient encore avoir une croissance positive comme la Chine avec 1,2 %...

La pérennité de cette situation dépendra de la réalisation de la prévision de rebond pour 2021. Néanmoins, de nombreux secteurs vont être durablement affectés, les transports aériens, l’aéronautique, l’automobile, le textile et l’habillement, les commerces, le secteur touristique, l’hôtellerie, les restaurants, les théâtres, les cinémas, le monde du spectacle, les parcs d’attraction…Après certains pans du secteur productif, la sphère bancaire et financière va immanquablement être touchée. Dans certains cas, rien ne peut éviter le dépôt de bilan s’il n’y a pas de chiffre d’affaires.

Sur le plan géopolitique, quels sont les grands bouleversements provoqués par le Covid-19 et qui risquent de marquer encore longtemps la situation géopolitique ? Quelles sont les principales victimes internationales ?

Dov Zerah : Á l’origine de la pandémie, la Chine porte aussi la responsabilité de sa propagation et de son intensité de fait de l’absence totale de transparence.

Depuis quarante ans, l’Occident a cherché à intégrer la Chine à la gouvernance mondiale. Mais le succès a été très limité. La Chine fait cavalier seule ou parfois avec la Russie. Les Chinois ne s’inscrivent pas dans une démarche de gouvernance internationale. 30 ans après son admission le 11 décembre 2001 à l’Organisation mondiale du commerce (OMC), la Chine conforte ses positions commerciales en pratiquant trois dumpings social, environnemental, et surtout monétaire.

Demain, le Monde revisitera ses relations avec l’Empire du milieu.

En attendant, comme d’habitude l’Afrique va une nouvelle fois être la première victime de cette pandémie. Après 15 ans de croissance, le continent va connaître à nouveau la récession et le fléau de l’endettement.

Atlantico : De la fragilité politique de certains pays émergents à la paupérisation des pays sous-développés : à quoi pourraient ressembler les relations internationales et la situation géopolitique mondiale après la crise ?

Dov Zerah : Indiscutablement, depuis le début de la crise les réactions ont été nationales, avec notamment la fermeture des frontières. Mais, dans un monde globalisé, il ne peut y avoir de démarche solitaire ; toute stratégie nationale doit s’inscrire dans des démarches collectives pour avoir une chance de succès. Nous sommes condamnés à vivre ensemble et à être de plus en plus nombreux. En conséquence, l’instinct de survie doit conduire à la coordination internationale et à éviter toute solution nationale.

C’est facile à dire, à écrire, mais plus difficile à faire avec des dirigeants comme Donald Trump, Vladimir Poutine, ou Xi Jinping… arcboutés sur l’intérêt national et peu enclins à se projeter dans l’universel. Cette crise fera peut-être bouger les lignes. N’oublions les effets dévastateurs des dévaluations compétitives et des hausses de droits de douane dans les années trente qui n’ont fait qu’aggraver la crise et conduire à la guerre.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Patyz
- 14/05/2020 - 23:08
La fin justifie les moyens
La fin justifie les moyens paraît il, dans ce cas posons nous la bonne question, dans ce désastre, à qui profite le crime? au dictateur Chinois, ce virus est une aubaine pour ce mégalo qui veut régner sur le monde entier , Trump l a su bien avant les autres, ce visionnaire pourrait bien devenir le sauveur d un monde totalement déboussolé
Frangipanier123Tours
- 14/05/2020 - 00:32
Séquelles !
1/Beaucoup de médecins qui ont eu, toutes ces semaines dernières, "le nez dans le guidon", refont surface et se rendent compte que beaucoup de décès sont plus dus aux comorbidités qu'au virus chinois.
Ainsi, sur www.politiquemagazine.fr, Aristide Renou nous révèle:
CITATION Voici les chiffres donnés par Santé Publique France, au 23 avril. Du 1er mars au 21 avril: 7545 décès dus au Covid-19, SELON LES CERTIFICATS DE DECES REDIGES PAR VOIE ELECTRONIQUE.
Dans 66% des cas le décès par Covid-19 était associé à une comorbidité.
9,3% des personnes décédées avaient moins de 65 ans et 27,6% de celles-ci n'avaient pas de comorbidité. Ce qui signifie que 2,5% des patients décédésavaient moins de 65 ans et aucune comorbidité.
L'âge médian au décès était de 84 ans et 75% des personnes décédées avaient 75 ans et plus.
FIN DE CITATION

2/ Dans sa réponse à votre dernière question, Dov Zerah manque un peu de respect pour nos amis Trump et Poutine en les mettant dans le même "sac" que le tyran corrompu et menteur qui règne par la terreur à Beijing !!!
Le gorille
- 13/05/2020 - 20:46
La crème
Ce qu'ont dit les intervenants m'apparaît tout à fait dans le vrai. Mais ce n'est que la crème des séquelles. Un mot peu acceptable, je vous l'accorde, mais comment désigner autrement ce qui ressort aujourd'hui comme une évidence pour le vulgum pecus que je suis ? Je voyais autre chose, plus profond : l'arrêt plus que brutal d'un emballement. Mais ce n'est qu'intuitif, et je n'ai pas les données des statisticiens pour le développer. C'est une impression diffuse, certes. Pour moi, l'activité économique, voire l'activité tout court (sanitaire entre autres), était, avant le confinement, comme un cheval fou, qui avait pris "le mors aux dents" et donc devenue sans pilote, incontrôlée. Les "pilotes", appelons-les tels, eux-mêmes fonçaient, sans avoir de but autre que ce que l'économie leur dictait, si toutefois ils le discernaient. Bref des pilotes aveugles (ou aveuglés?). Il me semble, je suis prudent, que nombre d’œillères sont tombées ou vont tomber et que "l'air économique" soit plus frais, moins chargé de "miasmes" ou de "nuées" nauséabondes pour nombre d'entre elles. Mais s'il y a embellie, les mauvaises habitude reviendront.... et un nouveau "corona" nous rappellera à l'ordre...