En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

02.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

03.

Stratégie de la tension ? Ce piège dans lequel Erdogan tente d’entraîner la France pour s’imposer comme le nouveau sultan au yeux du monde musulman

04.

Pénuries de (re)confinement : voilà ce que vous devriez acheter pour affronter novembre (et non, on ne vous parle pas de papier toilette)

05.

Un islamiste radical armé d'un couteau a été interpellé dans le centre de Lyon

06.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

07.

Lutte anti-terroriste : un problème nommé DGSI

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

ça vient d'être publié
rendez-vous > Terrorisme
Géopolitico-scanner
La guerre indiscriminée des jihadistes contre la France : du "blasphémateur" Samuel Paty aux chrétiens respectueux de la Basilique niçoise
il y a 20 min 9 sec
pépites > Terrorisme
Religion
Des milliers de manifestants anti-Macron au Bangladesh, au Pakistan, en Afghanistan signale le Daily Mail
il y a 2 heures 21 min
light > Science
Singes
Les gorilles de montagne n'oublient pas leurs amis et sont amicaux avec eux quand ils se retrouvent même après une décennie de séparation
il y a 2 heures 56 min
décryptage > International
Paris - Ankara

Stratégie de la tension ? Ce piège dans lequel Erdogan tente d’entraîner la France pour s’imposer comme le nouveau sultan au yeux du monde musulman

il y a 3 heures 26 min
décryptage > Santé
Barrière contre le virus

Zorro contre le Covid-19 : le masque comme solution efficace et peu coûteuse

il y a 3 heures 34 min
décryptage > Politique
Le roi est nu

Non, l’unité nationale ne peut plus être invoquée par les élites françaises pour masquer leurs faillites

il y a 4 heures 37 min
décryptage > Politique
Freiner l'épidémie

Reconfinement : ces pulsions mauvaises qui paraissent plus guider le gouvernement que la rationalité sanitaire

il y a 5 heures 16 min
pépites > Economie
Coronavirus
La barre des 36.000 morts franchie en France, premier jour de confinement, quel effet sur l'économie ?
il y a 6 heures 9 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Avant la retraite" de Thomas Bernhard : il est encore fécond le ventre…

il y a 16 heures 57 min
pépites > Politique
Réalité du confinement
Jean Castex et les ministres du gouvernement ont dévoilé les différentes mesures et aménagements liés au reconfinement
il y a 17 heures 34 min
pépites > Consommation
Confiné
La France reconfinée pour au moins 4 semaines : ce qui est ouvert ou fermé
il y a 1 heure 45 min
pépite vidéo > Terrorisme
Face à l'info
Attaques terroristes : l'échec du renseignement français ?
il y a 2 heures 28 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

il y a 3 heures 9 min
pépites > Politique
Reconfinement
Sept Français interrogés sur dix (sondage Odoxa pour Figaro et France Info) se disent favorables au nouveau confinement qui vient de débuter
il y a 3 heures 32 min
décryptage > Politique
Maison Blanche

Le chemin de la victoire de Donald Trump est étroit mais il existe encore

il y a 4 heures 10 min
décryptage > Politique
Manque de pot

Covid 19 – Macron 1 : 0

il y a 4 heures 49 min
décryptage > Terrorisme
Méthode

Lutte anti-terroriste : un problème nommé DGSI

il y a 5 heures 34 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Roses fauves" de Carole Martinez : les femmes attirent et piquent autant que les roses... un conte envoûtant, merveilleux et cruel

il y a 16 heures 47 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Aubrey Beardsley (1872-1898)" au Musée d'Orsay : 1re monographie en France de l’étrange et virtuose illustrateur

il y a 17 heures 10 min
pépites > Terrorisme
Enquête en cours
Attentat à Nice : l'assaillant serait un Tunisien de 21 ans arrivé par Lampedusa
il y a 20 heures 36 min
© ERIC PIERMONT / AFP
© ERIC PIERMONT / AFP
Atlantico Business

Après la pandémie du Covid-19, l’épidémie de mauvais payeurs s’étend dans le tissu des entreprises…

Publié le 12 mai 2020
Le comité de crise sur les délais de paiement a une fois de plus mis en garde les dirigeants d’entreprise sur l’aggravation de la situation et l’apparition de nouvelles pratiques particulièrement toxiques.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le comité de crise sur les délais de paiement a une fois de plus mis en garde les dirigeants d’entreprise sur l’aggravation de la situation et l’apparition de nouvelles pratiques particulièrement toxiques.

Le comité de crise mis en place le 23 mars pour surveiller l’évolution des délais de paiement a, cette semaine et une fois de plus, constaté une aggravation des pratiques et surtout l’apparition de nouvelles distorsions.

Depuis le démarrage du confinement à la mi-mars, le Covid-19 a provoqué une épidémie mauvais payeurs qui se diffuse comme le virus. Car il s’agit bien d’une épidémie pour laquelle nous n’avons ni vaccin, ni traitement. Quand l’entreprise qui se retrouve en difficultés retient le paiement de ses fournisseurs, elle transmet le virus à ses fournisseurs qui, à leur tour, se retrouvent malades de trésorerie.  La maladie des délais de paiement se diffuse ainsi.

Le médiateur des entreprises a donc alerté le monde des affaires sur une très forte augmentation des incidents de paiement en avril. Ce qui risque de menacer la procédure de déconfinement et la reprise des affaires

En temps normal, le médiateur des entreprises reçoit environ 60 requêtes par semaine sur des conflits entre deux entreprises ou avec une administration. Depuis début mars, avec le Covid-19, le nombre est passé à... 600 ! Autant dire que les bureaux chargés de la réanimation sont saturés. Ce qui est toxique, c’est que dans de nombreux cas les entreprises n’ont pas de raisons valables d’arrêter de payer leurs fournisseurs. Elles continuent de tourner, de produire et de vendre, ce que n’accepte pas le médiateur des entreprises, Pierre Pelouzet. “Ce sont des excuses qui peuvent tenir une semaine mais pas plus. “

Pour les praticiens de l’optimisation financière, ce type de pratiques a toujours existé. Denis Le Bossé, président du cabinet ARC, explique : « ça existait avant la crise et le confinement.  Le rapport de force qui permet aux mauvais payeurs d’imposer des retards de paiement à leurs fournisseurs, qui ont peur de perdre un marché, s’est en revanche fortement accentué. Ne négligeons pas le rapport de force et la dépendance économique qui font que des entreprises « acceptent » d’être payées très en retard de façon régulière, pour conserver un contrat, par peur de perdre un client. »

Les mauvais élèves se font discrets mais on finit toujours par les connaitre.

A Bercy, le comité de crise a identifié 14 grandes entreprises qui jouent le jeu sur leurs délais de paiement pour soulager leurs fournisseurs. C’est bon pour la fidélisation de leur écosystème mais c’est aussi bon pour leur image  : Bouygues Telecom, Danone, EDF, Enedis, Michelin, L’Oréal ou encore Orange. Mais aussi Action Logement, GDF, GRT Gaz, Iliad (Free), Jouve ou Système U.

Mais du côté des mauvais payeurs, les dossiers sont plus difficiles à instruire. Le médiateur vient de mentionner une trentaine de cas signalés “qui ont un impact structurel dans leur secteur d’activité et dont les achats cumulés représentent plusieurs centaines de millions d’euros”.

Pour Denis Le Bossé, qui connaît bien ces entreprises puisqu‘il les croise dans son travail quotidien, « ces 30 cas restent la partie immergée de l’iceberg. Il existe à mon avis plus de 200 000 entreprises environ qui sont victimes du rapport de force imposé ».

A Bercy, on hésite à dénoncer systématiquement les mauvais payeurs. Le Name and shame n’est pas de la première élégance. Mais le délai de paiement non plus. Alors pour Denis Le Bossé, il faudrait « privilégier un circuit court dans lequel les démarches n’incombent pas aux entreprises non payées, plus fragiles, il faudrait inverser les rôles ».

Denis Le Bossé propose une solution très simple : « imposer aux grandes entreprises et grosses PME d’établir un rapport sur leurs délais de paiement clients/fournisseurs (à l’instar, par exemple, du rapport de gestion établi par le commissaire aux comptes) et adresser ce rapport à une cellule dédiée à Bercy ou à la DGCCRF, de façon mensuelle. Cette déclaration aurait pour avantage de déclencher une prise de conscience et de responsabiliser les entreprises qui ne respectent pas leurs engagements financiers, intentionnellement ou non ».

Au cabinet de Bruno Le Maire, on regarde avec attention toutes les solutions qui éviteraient de montrer du doigt les mauvais payeurs, et notamment celles qui responsabilisent les acteurs. Bruno Le Maire examine par exemple de conditionner les aides publiques ou les garanties de prêts données par l‘Etat au respect des bonnes pratiques en matière de délais de paiement.

Le problème, c’est que les bonnes pratiques à respecter sont nombreuses. Lors de sa dernière réunion, le comité de crise a tenu à rappeler les disfonctionnements ou des pratiques anormales que tous les spécialistes connaissent. Des pratiques qui n’ont pas attendu le Covid-19 pour ravager le tissu des entreprises. Ça tient de l’inventaire à la Prévert :

- les pressions très fortes exercées pour revoir à la baisse les prix ou les tarifs pratiqués dans les contrats liant clients et fournisseurs, parfois de manière rétroactive et sous peine de ne pas pouvoir concourir à un prochain référencement,

- l’absence de validation de la facture pour service fait, ce qui allonge les délais de paiement,
- le retard dans l'émission des bons de commande, ce qui décale de fait la facturation,
- la demande de récupération par le client des décalages de charges obtenues par le fournisseur,
- la compensation entre sommes dues et sommes à recevoir alors que leurs échéances respectives en vertu des délais légaux sont différentes,
- la hausse unilatérale des tarifs pour des fournisseurs en position de force.

Problème d’incivisme parfois, de malveillance volontaire ou de maladresse, toujours est-il qu’à la sortie du confinement, ces infections perturbent grandement le tissus des PME –PMI qui sont, comme le rappelle le président de la CPME, les premiers employeurs du pays. Ces entreprises sont coincées. Malgré les aides de l’Etat, elles se retrouvent sans chiffre d’affaires, mais obligées néanmoins de payer leurs fournisseurs qui les harcèlent. Dans la dernière livraison de l’Usine nouvelle, Denis Le Bosse qui connaît bien ces entreprises-là, tire le signal d’alarme : « Pour ces entreprises, c’est la double peine. D’une part, elles sont difficilement éligibles à un dispositif de financement. D’autre part, elles vont devoir payer comptant leurs fournisseurs parce qu’elles ne bénéficient plus de garanties. Croyez-moi, je les connais, ces entreprises ne passeront pas l’automne”.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Loupdessteppes
- 12/05/2020 - 11:35
Logique !
L'état a montré la voie.
assougoudrel
- 12/05/2020 - 09:51
Premier mauvais payeur:
L'Etat, pourtant premier receveur, qui vous balance 10% de plombs de plus dans son calibre 12 pour un retard de 24 heures Combien d'entreprises ont coulé à cause de ce mauvais payeur? Après la guerre en ex-Yougoslavie, l'Etat français mettait trop de temps à payer les entreprises, surtout en Croatie et beaucoup ont dû fermer en un rien de temps. Sans oublier ces syndicats nocifs qui ont influencé le gouvernement et la "justice" (débiles) pour mettre beaucoup d'entreprises encore plus en difficulté en empêchant Amazon de vendre ce que veulent les français. Amazon "made in Italy" fait un carton; elle ne vend que des produits fabriqués par des entreprises italiennes (l'italien est très chauvin).