En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Société
Solidarité
Le congé du proche aidant indemnisé va entrer en vigueur ce jeudi
il y a 7 heures 44 min
light > Santé
Coronavirus
Covid-19 : Alexandre Benalla est sorti de l'hôpital après une semaine en réanimation
il y a 8 heures 41 min
pépites > Politique
Organigramme
LREM : Aurore Bergé est nommée "présidente déléguée" des députés marcheurs
il y a 10 heures 36 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Nez" de Nikolaï Gogol : une farce nasale et masquée

il y a 11 heures 38 min
Faune
La ministre de l'Ecologie annonce la fin des animaux sauvages dans les cirques itinérants et dans les parcs aquatiques
il y a 13 heures 57 min
décryptage > Santé
Evolution de la pandémie

COVID-19 : mais pourquoi le gouvernement est-il incapable de communiquer sur le véritable indicateur de gravité de l’épidémie ?

il y a 14 heures 51 min
décryptage > Société
Distanciation sociale

Bulle sociale ou cérémonies restreintes : petits conseils pour bien choisir ses proches sans se fâcher

il y a 15 heures 11 min
pépite vidéo > Economie
Mesures contre le virus
Bruno Le Maire évoque son expérience du Covid-19 : "Une fois qu'on y est passé, on voit les choses différemment"
il y a 15 heures 28 min
pépites > Société
Sécurité
La délinquance de jeunes venus pour la plupart du Maghreb explose à Paris
il y a 16 heures 15 min
Poison
Cueillette de champignons : ne pas faire confiance aux applications de reconnaissance sur téléphone mobile
il y a 16 heures 48 min
pépites > Politique
Signatures
Pétitions citoyennes : l'Assemblée nationale lance officiellement sa plateforme
il y a 8 heures 14 min
pépites > France
Craintes pour les rémunérations
Covid-19 : des agents de la SNCF testés positifs auraient continué à travailler
il y a 10 heures 13 min
pépites > Terrorisme
Profil
Attaque devant les anciens locaux de Charlie Hebdo : l'assaillant a reconnu être âgé de 25 ans et non de 18
il y a 11 heures 13 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Nuit sombre et sacrée" de Michael Connelly : une enquête minutieuse au suspens garanti

il y a 11 heures 58 min
light > Science
Loin
Nouvelle découverte d'eau sur Mars : plusieurs lacs sur des milliers de km2
il y a 14 heures 25 min
pépites > Santé
Succès
Coronavirus : plus de 12 millions de téléchargements pour l'application britannique officielle de traçage
il y a 14 heures 57 min
décryptage > Economie
Compétitivité

Veut-on vraiment être compétitifs ?

il y a 15 heures 17 min
décryptage > Politique
Impact sur l'opinion

Des Français déboussolés et désemparés

il y a 15 heures 54 min
décryptage > Consommation
Craintes chez les consommateurs

Reconfinement non exclu : avec le recul, faut-il se jeter sur le papier toilettes au cas où ?

il y a 16 heures 25 min
décryptage > Politique
La France a-t-elle les moyens de ses ambitions (à lui)...?

Emmanuel Macron et les tentations dangereuses

il y a 16 heures 50 min
© GUILLAUME SOUVANT / AFP
© GUILLAUME SOUVANT / AFP
Rassemblements interdits

Jeanne d’Arc, les leçons d’une combattante confinée

Publié le 09 mai 2020
Le Premier ministre Edouard Philippe vient de prolonger l’interdiction de célébrer publiquement la messe après le 11 mai. Auteur de "Jeanne d’Arc sur la terre comme au ciel" (Presses de le Renaissance), Pauline de Préval nous livre ses réflexions sur celle qui fut, au terme de son épopée, confinée et privée de sacrements.
Pauline de Préval
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pauline de Préval est journaliste et réalisatrice. Auteure en janvier 2012 de Jeanne d’Arc, la sainteté casquée, aux éditions du Seuil, elle a publié en septembre 2015 Une saison au Thoronet, carnets spirituels.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Premier ministre Edouard Philippe vient de prolonger l’interdiction de célébrer publiquement la messe après le 11 mai. Auteur de "Jeanne d’Arc sur la terre comme au ciel" (Presses de le Renaissance), Pauline de Préval nous livre ses réflexions sur celle qui fut, au terme de son épopée, confinée et privée de sacrements.

Les temples de la consommation qui rouvrent leurs portes et des fidèles qui demeurent privés de messe dans les églises : comment mieux signifier le matérialisme de ceux qui nous gouvernent ! Quand on sait en outre que la dernière interdiction du culte remonte à 1793, quel symbole ! Rarement pourtant les besoins spirituels des hommes n’ont été aussi grands qu’en cette période de crise qui replace chacun en face de la mort et renouvelle son interrogation sur le sens de la vie. La preuve encore récemment avec le succès d’audience d’une émission sur Thérèse de Lisieux diffusée sur France 3. Face à cette crise, un catholique a une force : sa communion avec le Christ mort et ressuscité. En ce sens, il n’a pas seulement besoin de pain et de jeux virtuels, mais du « pain de la vie éternelle » dont certains mystiques ont même pu vivre exclusivement. Et contrairement à ce qu’affirme M. Castaner, communier à ce pain nécessite des lieux de rassemblement.

Nous célébrerons dans quelques jours le centenaire de la canonisation de Jeanne d’Arc. Confinée dans sa prison, au terme de son épopée, la Pucelle, elle aussi, fut privée de communion. C’était la torture qu’avaient imaginée ses juges, non contents d’infliger à cette fille de plein soleil et de plein vent la claustration, le port de chaînes, la présence jour et nuit de gardiens à ses côtés, la vermine et la pestilence pour lui faire avouer que Dieu ne l’avait pas inspirée. L’eucharistie était le centre de sa vie. À une époque où la plupart des fidèles ne communiait qu’une à deux fois l’an, elle demandait à le faire à chaque messe, et sa joie était alors si débordante qu’elle en pleurait parfois. Elle ne pouvait vivre qu’incorporée au Christ, non seulement spirituellement, mais physiquement. C’est de l’intimité de cette union que découlait son action. D’où son caractère plus que révolutionnaire : participant du pouvoir de transfiguration du monde en Christ. Au cours de son procès, elle a pourtant dit à ses juges que si elle était en état de grâce, Dieu lui permettrait d’entendre la messe qu’ils le veuillent ou non. Une réplique à méditer dans la situation qui nous est faite : si notre désir de Dieu est assez pur et assez puissant, nous pourrons entendre la messe par-delà toutes les interdictions. Et alors chaque foyer pourra être une petite église, accumulant en elle la puissance spirituelle pour en bâtir une plus grande et triompher de l’adversité au grand jour.

Avant de subir son martyre, Jeanne n’était pas restée inactive. Elle s’était battue pour défendre les droits de Dieu sur terre. Car pour elle, c’était le meilleur moyen de défendre les droits de l’homme, contre un pouvoir temporel oppresseur ou contre un pouvoir spirituel dévoyé. Parce qu’elle avait Dieu pour seul maître, elle a pu démasquer les idéologies de son temps et défier tous les puissants pour libérer son pays. Parce qu’elle n’avait accordé sa foi à personne d’autre, elle a pu justifier son droit de s’échapper de prison. Et parce qu’il devait être « premier servi », elle a trouvé la force de préférer la liberté dans la mort plutôt que la soumission.

Thérèse de Lisieux était une grande admiratrice de Jeanne d’Arc. Elle avait transposé au carmel son combat sur le plan spirituel. Avec une rhétorique guerrière autrement plus puissante que celle d’Emmanuel Macron, elle écrivait : « Mon glaive n’est autre que l’Amour, avec lui je chasserai l’étranger du royaume. Je vous ferai proclamer Roi dans les âmes qui refusent de se soumettre à votre Divine Puissance. Sans doute, Seigneur, un aussi faible instrument que moi ne vous est pas nécessaire, mais Jeanne votre virginale et valeureuse épouse l’a dit : “Il faut batailler pour que Dieu donne la victoire.”

A l’image de la Pucelle et de la petite Thérèse, battons-nous pour défendre les droits de Dieu sur la terre. Chacun selon sa vocation, car le premier exemple que nous donnent ces deux saintes, c’est qu’il faut apprendre à être à l’écoute de la voix de Dieu en nous et y répondre à la hauteur où nous sommes attendus. Si cette période de confinement pouvait servir à l’approfondissement de notre foi et de notre vocation, un monde meilleur pourrait peut-être advenir et être autre chose qu’une incantation, un vœu pieux.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
clo-ette
- 09/05/2020 - 11:28
France, pays catholique !
Elle a une patronne principale : Virgo Maria, et deux patronnes auxiliaires, ste Jeanne d'Arc, et ste Thérèse .( cf Wikipédia) On a quand même une guerrière parmi ces trois !