En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Insécurité : mais pourquoi l'Etat s'apprête-t-il à tuer le seul outil statistique un peu fiable ?

02.

L’Europe a-t-elle déjà perdu face à la Turquie ?

03.

Coronavirus : l’automne de toutes les inconnues

04.

Rimbaud était une "caillera" ! C’est un prestigieux spécialiste de son œuvre du nom de Yassine Belattar qui nous l’apprend

05.

Et si l’Univers ne s’expliquait pas par un Big Bang originel mais par un Grand Rebondissement ?

06.

La pandémie a transformé les champs de pétrole en champs de ruines

07.

Plusieurs départs au sein du magazine Paris Match dont Valérie Trierweiler

01.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

02.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

03.

Vaccin contre la Covid-19 : pourquoi les pérégrinations de la recherche russe pourraient se révéler crédibles

04.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

05.

Canicule : petite liste des aliments les plus risqués à la consommation quand le thermomètre monte

06.

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

Masques et crise de la masculinité : les ingrédients du cocktail explosif de violences en série

03.

Relocaliser l’alimentation : une vraie bonne idée ?

04.

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

05.

Beyrouth : le rêve éveillé de l'Elysée sur l'Orient

06.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Les Jungles rouges" de Jean-Noël Orengo, les rêves suscités par l’Indochine et l’Extrême-Orient, de 1924 à 1951

il y a 3 heures 55 min
pépite vidéo > Consommation
Parfums de l'été
Paris : Matthieu Carlin, le chef pâtissier du Crillon, propose les glaces du célèbre palace dans un food truck
il y a 5 heures 3 min
light > France
Lieu mythique
Covid-19 : Sénéquier, le célèbre établissement de Saint-Tropez, ferme temporairement
il y a 6 heures 43 min
pépites > Economie
Monde d'après
Plan de relance : Bruno Le Maire annonce le déblocage d’un milliard d'euros en faveur des relocalisations
il y a 8 heures 50 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Islamistes et liberté d’expression : ça empire depuis Charlie; Affaire Girard : Anne Hidalgo se venge des Verts; BHL, Justine Lévy, Carla Bruni : Raphaël Enthoven prend sa (sacrée) revanche; Le MoDem lorgne sur les députés LREM à la dérive
il y a 10 heures 17 min
pépite vidéo > Santé
Protection contre le virus
Port du masque : Olivier Véran présente la règle "ABCD"
il y a 11 heures 24 min
décryptage > Culture
Et "Le bateau ivre" ça se prononce comment en wesh wesh ?

Rimbaud était une "caillera" ! C’est un prestigieux spécialiste de son œuvre du nom de Yassine Belattar qui nous l’apprend

il y a 13 heures 32 min
décryptage > Economie
Réorientation

Mais à quoi va servir l’épargne accumulée par les Français depuis le confinement ?

il y a 14 heures 18 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

La pandémie a transformé les champs de pétrole en champs de ruines

il y a 14 heures 55 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Roumeli - Voyages en Grèce du Nord" de Patrick Leigh Fermor, vagabondage dans une Grèce inconnue des touristes

il y a 1 jour 3 heures
pépites > France
Acted
Français tués au Niger : Jean Castex va présider une cérémonie d’hommage ce vendredi
il y a 4 heures 19 min
pépites > International
Diplomatie
Donald Trump annonce un "accord de paix historique" entre Israël et les Emirats arabes unis
il y a 5 heures 21 min
pépites > Environnement
Pollution
Une plainte a été déposée contre Nestlé pour pollution après la mort de milliers de poissons dans les Ardennes
il y a 7 heures 16 min
pépites > International
Bras de fer diplomatique
Recep Tayyip Erdogan accuse Emmanuel Macron de "colonialisme" et de "spectacle" pour sa visite au Liban
il y a 9 heures 41 min
pépites > Santé
Démasquée
Une médecin du Bas-Rhin a été suspendue pour avoir délivré de faux certificats médicaux contre le port du masque
il y a 10 heures 33 min
décryptage > Santé
Evolution de la pandémie

Coronavirus : l’automne de toutes les inconnues

il y a 12 heures 29 min
décryptage > Santé
Lutte contre le virus

Vous avez dit "cluster" ?

il y a 13 heures 50 min
décryptage > Politique
Gestion des crises

Insécurité : mais pourquoi l'Etat s'apprête-t-il à tuer le seul outil statistique un peu fiable ?

il y a 14 heures 36 min
décryptage > Europe
Molle Union

L’Europe a-t-elle déjà perdu face à la Turquie ?

il y a 15 heures 5 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Amazonia" de Patrick Deville, exploration littéraire au coeur du pays d'Aguirre

il y a 1 jour 3 heures
© ludovic MARIN / POOL / AFP
© ludovic MARIN / POOL / AFP
Ceux qui arrivent à se faire entendre... et les autres

Corona-précarité : les aides publiques pas toujours bien ciblées

Publié le 08 mai 2020
La crise du coronavirus a augmenté la précarité en France. Le gouvernement a promis d’aider les Français les plus touchés. Le dernier exemple concerne les aides au monde de la culture qui, pour justifiées qu’elles soient, soulignent - par contraste - le fait que des secteurs (les artisans, les TPE, les entrepreneurs) sont plus facilement oubliés.
Pierre Bentata
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre Bentata, Fondateur de Rinzen, cabinet de conseil en économie, il enseigne également à l'ESC Troyes et intervient régulièrement dans la presse économique
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La crise du coronavirus a augmenté la précarité en France. Le gouvernement a promis d’aider les Français les plus touchés. Le dernier exemple concerne les aides au monde de la culture qui, pour justifiées qu’elles soient, soulignent - par contraste - le fait que des secteurs (les artisans, les TPE, les entrepreneurs) sont plus facilement oubliés.

Atlantico.fr : La précarité est à la hausse ces dernières semaines, le gouvernement a quant à lui promis d’aider les Français les plus touchés par la situation. Pourtant, de nombreux secteurs semblent avoir été oublié : artisans, TPE, entrepreneurs… Pourquoi ? Leur sous représentation est-elle la raison de ce manque d’aide ? 

Pierre Bentata : En effet, la précarité est en hausse. Et nous ne sommes qu'au début de la crise économique. Le chômage partiel qui touche 12 millions de personnes va laisser place à une augmentation nette et très importante du nombre de chômeurs. C'est d'ailleurs déjà le cas, comme le rappelait l'Insee le 28 avril dernier, observant une augmentation de 7,1% du nombre de chômeurs. Parmi les plus exposés, on retrouve deux catégories de Français: ceux travaillant dans des entreprises déjà fortement endettées avant le confinement, dont l'arrêt ou le ralentissement de l'activité les aura contraint à licencier. Ces entreprises ont été et sont toujours largement soutenues par le gouvernement. En revanche, la seconde catégorie qui regroupe les indépendants, les entrepreneurs individuels ainsi que les artisans a été moins bien lotie. Ceux-là n'ont bénéficié d'aucune aide ciblée, ni de mesures dédiées, alors même qu'ils étaient les plus exposés, dès le début de la crise. L'exemple des milliers d'indépendants qui travaillent dans l'événementiel est aussi éloquent que dramatique.

Alors pourquoi? D'abord sans doute parce que le gouvernement, comme tout le monde, peine à estimer la réelle valeur économique des indépendants et des petites entreprises. Etant petits, ils ne représentent pas une grande valeur pris individuellement, bien qu'ensemble, ils produisent une richesse non négligeable. Par ailleurs, et c'est sans doute l'élément essentiel, leur voix porte peu, justement parce qu'ils sont très nombreux et éprouvent donc plus de difficultés à se coordonner pour agir de façon concertée à l'échelle nationale. Ainsi, il est plus facile pour une multinationale ou un secteur très concentré, ne regroupant qu'une poignée d'entreprises, de présenter des chiffres montrant l'impact de la crise sur leur activité et la nécessité d'être soutenu. Cette stratégie est en revanche presque impossible dès lors que le secteur regroupe des milliers d'entrepreneurs et d'indépendants, aux activités peu identifiables ou hétérogènes, et éparpillés sur tout le territoire. 

Que faudrait-il changer pour que le gouvernement tienne compte de ces secteurs  ? 

En premier lieu, ces acteurs doivent se réunir et être en mesure de parler d'une même voix. Il leur faut créer des associations ou des collectifs représentant l'ensemble de leurs activités et devenir force de proposition auprès du gouvernement. S'ils ne le font pas, ils seront inaudibles, d'autant plus qu'ils travaillent très souvent comme sous-traitants pour des entreprises plus grandes, mieux organisées, qui risquent d'attirer l'attention des pouvoirs publics et de capter l'ensemble des aides sectorielles. 

Par ailleurs, il est nécessaire d'être en mesure de chiffrer l'impact économique de ces indépendants et petites entreprises pour démontrer leur importance. Dans la filière événementielle, cela a commencé, avec la publication des pertes économiques relatives à l'annulation des concerts qui devaient avoir lieu dans les prochains mois. C'est un travail compliqué, mais fondamental pour pouvoir être entendu. 

Enfin, les médias ont certainement un rôle à jouer, en accordant du temps de parole à ces acteurs moins visibles. Mais évidemment, si l'on veut dépasser la simple anecdote, il faut d'abord que ces acteurs essentiels à la vie économique soient en mesure de se regrouper et de fournir des chiffres qui parlent à tout le monde. 

On peut bien sûr déplorer cette situation et regretter que les dirigeants politiques ne s'intéressent pas spontanément à ces indépendants, à ces entrepreneurs, à ces petites entreprises qui représentent la majorité de l'emploi en France. Mais il ne faut pas être naïf. Tant que nos gouvernants n'auront aucune expérience de la vie entrepreneuriale, les choses seront ainsi, et il faut donc faire avec. 

Aider les voix les plus portantes est-elle la solution de facilité ?  Une stratégie de communication de la part du gouvernement ? Au contraire, ne risque-t-il pas de rencontrer une vague de protestations à la fin du confinement ? 

Bonne question! A court terme, la stratégie est efficace: nous n'avons pas assisté à des faillites de grandes entreprises et de ce fait, nous avons évité une panique généralisée. De plus, en agissant ainsi, le gouvernement a pu conserver le soutien des grandes entreprises françaises, dans une situation où l'inverse aurait été catastrophique.

A moyen terme en revanche, cela peut poser problème. Le déconfinement va lever le voile sur la situation réelle des petites entreprises et des indépendants, et nous allons découvrir l'ampleur de la crise. Les faillites risquent de se multiplier et beaucoup de dirigeants de petites entreprises vont expliquer qu'ils n'ont pas bénéficié d'un soutien suffisant. Soit parce que les règles administratives les ont privés des aides disponibles, soit parce que les reports de charges se sont avérées insuffisantes pour assurer la pérennité de leur activité. A cet égard, il faut noter que pour une petite entreprise, un report de charge ne constitue pas un cadeau ni même un bol d'air, mais seulement une dette supplémentaire dont il faudra s'acquitter l'année suivante, et beaucoup de dirigeants de petites structures ont déjà rappelé que cette mesure de soutien n'en était donc pas une. 

Dans ce contexte, un clivage profond risque de s'installer entre Français travaillant dans des grandes entreprises, soutenues par l'Etat, et Français travaillant dans de petites entreprises ou en "free-lance", considérant qu'ils ont été abandonnés. Or, s'il ne recoupe pas exactement la fracture apparue à l'occasion des manifestations des Gilets Jaunes, elle participera certainement à davantage diviser une population qui n'en avait pas besoin. Autrement dit, l'oubli des plus petits acteurs de l'économie française aura certainement des répercussions sociales puis politiques fortes dans les mois qui viennent. Après la France d'en haut contre la France d'en bas, les élites mondialisés contre les ruraux, nous aurons le retour des petits indépendants contre les grandes entreprises. L'Etat n'en a pas fini avec les divisions!

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Hiris
- 09/05/2020 - 15:46
Les aides au monde de la culture ...justifiées ?????
En période de crise sanitaire et économique???? Ce monde français de l inculture subventionnée, pitoyable,vulgaire ,et surtout d une pauvreté intellectuelle rarement atteinte ? Heureusement qu' il y a une culture privée de bon niveau sinon ce n était même plus la peine de revendiquer la richesse de notre histoire et de notre patrimoine .Aider la culture en cette période au lieu de secteurs plus porteurs d emplois n est qu' un signe de plus de l insoutenable amateurisme de Jupiter.
patafanari
- 08/05/2020 - 20:14
Cocasse.
Le spectacle d'un clown subventionné jouant devant un bar fermé.
lasenorita
- 08/05/2020 - 16:42
''Les petites entreprises''
Beaucoup de petites entreprises seront obligées de mettre la ''clé sous la porte'' après cette crise sanitaire parce qu'elles étaient déjà accablées de charges!La France est le pays où les charges et les impôts sont les plus importants et les ''aides sociales'' les plus importantes aussi!..On comprend pourquoi tant d'entreprises quittent la France!or,ce sont les entreprises qui donnent du travail aux Français:.Pas de ''patron'',pas de travailleurs,d'où augmentation du chômage!..Les ''patrons'' de ces petites entreprises sont,souvent,des anciens ouvriers qui ont réussi à monter leur entreprise au prix de bien des efforts,du travail,des sacrifices et des économies....mais les gauchistes,jaloux et fainéants,qui les envient,ne l'ont toujours pas compris!