En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

02.

La Corée du nord craint que des nuages de sable venant de Chine ne soient porteurs du coronavirus

03.

Et le vilain petit secret des athlètes des épreuves d'ultra-endurance n'est pas de savoir mieux supporter la douleur

04.

La dette européenne s’arrache comme des petits pains. Mais il y a une très mauvaise nouvelle derrière la bonne

05.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

06.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

07.

Trump Biden : vers une élection beaucoup plus serrée qu’il n’y paraît ?

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

05.

Islamisme : la République de la complaisance

06.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Sublime royaume" de Yaa Gyasi : de la relation mère-fille entre science et spiritualité, un roman qui ne peut laisser indifférent

il y a 10 heures 11 min
pépites > Santé
IHU Mediterranée
Covid-19 : l’Agence du médicament refuse d’autoriser massivement l’hydroxychloroquine
il y a 11 heures 44 min
pépites > Politique
Nouvelles mesures
Jean Castex intensifie la lutte contre la haine en ligne avec le renforcement de la plateforme Pharos et de nouvelles sanctions
il y a 14 heures 1 min
décryptage > France
Liberté d'expression

Les islamistes tuent ? Qu’à cela ne tienne, les autorités s’en prennent aux libertés publiques

il y a 17 heures 53 min
pépites > Politique
Séculier
Des ministres considèrent que plutôt que la défendre, l'Observatoire de la laïcité se concentre sur la lutte contre l'islamophobie avec des alliés pas toujours fréquentables
il y a 18 heures 23 min
Sécurité
Île-de-France : hausse importante des cambriolages de pharmacies
il y a 19 heures 2 min
décryptage > Sport
N'ayez plus honte d'être des petites natures…

Et le vilain petit secret des athlètes des épreuves d'ultra-endurance n'est pas de savoir mieux supporter la douleur

il y a 19 heures 44 min
Pollution
La Corée du nord craint que des nuages de sable venant de Chine ne soient porteurs du coronavirus
il y a 20 heures 9 min
décryptage > Environnement
Effet bénéfique ?

Si vous pensez que la pollution des villes va décroître grâce au télétravail cet hiver, vous vous trompez

il y a 20 heures 43 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

La nouvelle bataille de France

il y a 20 heures 57 min
light > Politique
"Make America Great Again"
L'expert en sécurité Victor Gevers serait parvenu à se connecter au compte Twitter de Donald Trump en devinant son mot de passe
il y a 11 heures 9 min
pépites > Société
Extension
Congé paternité : l'Assemblée nationale vote le passage à 28 jours
il y a 12 heures 6 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand un gros œil surveille les minutes et quand le ricin tisse les bracelets : c’est l’actualité des montres
il y a 14 heures 57 min
décryptage > Santé
Mesures contre la Covid-19

Demi-confinement, demi-mesures et omnipotence de l’Etat : la soviétisation de la France

il y a 18 heures 15 min
pépite vidéo > Politique
Election américaine
Ultime débat : Joe Biden focalise ses attaques contre Donald Trump sur sa gestion du coronavirus
il y a 19 heures 1 min
pépites > Justice
Terrorisme
Des obstacles juridiques affaiblissent, voire paralysent, la lutte contre l’islamisme selon l’ancien secrétaire général du Conseil constitutionnel, Jean-Éric Schoettl
il y a 19 heures 17 min
décryptage > Santé
Stratégie contre la Covid-19

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

il y a 20 heures 1 min
décryptage > Santé
Inquiétudes face à la pandémie

Covid-19 : faut-il que les parents se testent lorsque leurs enfants ont (peut-être juste) un rhume ?

il y a 20 heures 21 min
pépites > Politique
Immigration
Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage
il y a 20 heures 44 min
décryptage > Politique
Un effort SVP

Monsieur le président, pourriez vous - de temps en temps au moins - dire "France" au lieu de "République" ?

il y a 21 heures 6 min
© SEBASTIEN BOZON / AFP
© SEBASTIEN BOZON / AFP
Enseignements de l'épidémie

2020, année normale ? Ces étonnantes leçons des chiffres de la mortalité française sur le Covid-19 (comme sur les autres causes de décès)

Publié le 08 mai 2020
Après un pic de mortalité lié à la pandémie de coronavirus en France, les chiffres de la mortalité sont revenus à la normale depuis le 20 avril. Comment expliquer ce phénomène ? Que nous apprend le coronavirus sur les causes de la mortalité en France ?
Laurent Chalard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent Chalard est géographe-consultant. Membre du think tank European Centre for International Affairs.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après un pic de mortalité lié à la pandémie de coronavirus en France, les chiffres de la mortalité sont revenus à la normale depuis le 20 avril. Comment expliquer ce phénomène ? Que nous apprend le coronavirus sur les causes de la mortalité en France ?

Atlantico.fr : Après un pic de mortalité lié à l'expansion de la pandémie de coronavirus dans notre pays, les chiffres de la mortalité sont revenus à la normale depuis le 20 avril. Comment expliquer ces moyennes ?

Laurent Chalard : Effectivement, au premier abord, ces chiffres apparaissent très surprenants puisqu’à la date du 20 avril 2020, l’épidémie était encore très active, avec un nombre, même s’il n’est pas complètement comparable, de 547 décès attribués au covid 19 ce jour-là. Pourtant, l’analyse de l’évolution de la mortalité en France selon les données provisoires de l’état-civil dresse un portrait différent, la mortalité pour le 20 avril étant revenue à peu près à la normale par rapport aux années précédentes, c’est-à-dire 1783 décès en 2020 contre 1762 en 2018 et 1677 en 2019, alors qu’au 1° avril la surmortalité constatée était considérable, de l’ordre de 1000 décès supplémentaires par rapport aux années précédentes, soit 2776 décès en 2020 contre 1782 en 2018 et 1689 en 2019.

Cependant, il faut prendre en compte le fait que les données de l’état civil, réputées pour leur fiabilité, mélangent les décès attribués au covid 19 avec les autres décès. Or, le fait d’avoir un niveau de mortalité au 20 avril qui se rapproche de la normale signifie qu’à côté d’une surmortalité certaine due au covid 19, nous avons une sous-mortalité pour l’ensemble des autres causes de mortalité en France, liée aux conséquences positives du confinement mais aussi à des températures relativement douces pour la saison. Cela se traduit à l’échelle départementale par des baisses sensibles de la mortalité dans les territoires peu touchés par l’épidémie, comme la Dordogne ou le Cantal, où la mortalité s’est réduite de près de 10 % entre le 1° mars et le 20 avril 2020 par rapport à l’année précédente.    

Que nous apprend le coronavirus sur les causes de la mortalité en France ?

Cette crise nous montre qu’une partie de la mortalité est évitable, en particulier chez les plus jeunes, où la quasi-totalité des morts prématurés est attribuable à des accidents ou à des suicides. On constate en effet, à l’échelle nationale, a contrario de la tendance générale, une forte diminution de la mortalité chez les moins de 25 ans, beaucoup plus intense chez les jeunes hommes (- 24,1 % entre le 1° mars et le 20 avril 2020), pour deux principales raisons : - un moins grand nombre d’accidents de voiture et plus globalement d’accidents liés à la circulation en-dehors de son domicile, - un moins grand nombre de règlements de compte mortels du fait d’un nombre limité de rixes entre bandes de jeunes ou entre dealers, dans un contexte de quasi-arrêt du trafic de drogue. Par ailleurs, il serait aussi intéressant de vérifier s’il y a eu moins de décès consécutifs d’une overdose, puisqu’on peut faire l’hypothèse que la consommation de drogues a fortement diminué en l’absence d’approvisionnement.

Dans les autres classes d’âge, si la mortalité a augmenté du fait du covid 19, cependant une réduction de la mortalité se constate pour les autres causes, liée, entre autres, à de moindres problèmes cardio-vasculaires (infarctus, AVC), qui sont exacerbés quand les personnes font trop d’exercices. Cela explique pourquoi, malgré un taux de mortalité lié au covid 19 demeurant important le 20 avril, le niveau de la mortalité est quasiment revenu à la normale. Contrairement à ce que certains experts médicaux avancent, il semblerait bien que la chute des hospitalisations pour ce type de pathologie est la conséquence de leur moindre occurrence au sein de la population et non d’une moindre prise en charge médicale car les patients auraient peur de se rendre à l’hôpital.

Quelles leçons devrions-nous retenir de cette pandémie afin de diminuer la mortalité ?

La première leçon, nullement surprenante, concerne le rôle néfaste du trafic de drogue sur la santé des jeunes, que ce soit directement à travers la consommation de stupéfiants ou indirectement à travers la criminalité qu’il engendre. Cependant, il apparaît très difficile de lutter contre cette situation dans un contexte où le pouvoir laisse prospérer les trafics pour assurer la paix sociale dans les quartiers populaires alors que le désenchantement du monde généralisé au sein d’une jeunesse ne trouvant pas un sens à sa vie dans un contexte mercantiliste à l’excès contribue à en accentuer la consommation.

La deuxième leçon, beaucoup plus intéressante, concerne la mortalité liée aux maladies cardio-vasculaires. L’excès d’activité physique et/ou le stress lié au travail sont à l’origine de nombreuses mortes subites, potentiellement évitables si les personnes se comportaient plus raisonnablement, en particulier au sein du sexe masculin. Nous connaissons tous des hommes âgés jouant au malin en faisant des efforts physiques trop intenses pour leur âge, alors qu’ils ne sont plus en état de le faire. Le phénomène est particulièrement accentué au sein des classes populaires, où montrer sa force, quelque que soit son âge, demeure un symbole de virilité. D’ailleurs, l’écart d’espérance de vie entre les hommes et les femmes, de 6 ans en faveur de ces dernières, s’explique essentiellement par ces différences comportementales, qui ont tendance à s’atténuer chez les jeunes générations, à l’origine d’une réduction de l’écart entre les deux sexes ces dernières années. Cette constatation doit pousser notre société à lutter contre les comportements exacerbant la virilité chez les hommes âgées dans l’optique de les protéger de leurs propres excès. Par ailleurs, le stress professionnel constituant un facteur aggravant, il conviendrait de réduire la pression exercée sur les employés, à une époque où le phénomène de « burn-out » est trop largement répandu. Le stress ne conduit pas uniquement à des suicides, chose connue et médiatisée, mais aussi à des pathologies cardio-vasculaires pouvant entraîner la mort, qui ne sont pas reconnues comme des maladies professionnelles et non médiatisées. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Papy Atlantico
- 10/05/2020 - 10:11
"Lutter contre les
"Lutter contre les comportements exacerbant la virilité" : mais bien sûr, achevons l'émasculation de la société française. On nous promet un monde de fiottes, nous l'avons déjà et sommes incapables de répondre aux agressions extérieures.
Pourtant, c'est un fait flagrant dans le monde du travail, rien de plus stressant, de plus générateur de conflits, qu'un univers de femmes.
Toute cette glorification du monde féminisé n'est que foutaise.
mahesa
- 08/05/2020 - 22:39
AVC, stress et harcèlement au travail.
Article très intéressant et pertinent. Il faut également rechercher les causes d'AVC chez les femmes diplômées, 40 à 45 ans, et actives. Ayant fait une rupture d'anévrisme dans mon bureau, concomitant à un appel téléphonique de harcèlement moral, voire sexuel, où je n'ai pu répondre violemment, une réunion de mon département étant en cours dans ce même bureau. Opération par embolisation, 15 jours de coma,un mois en réa, perte de mémoire, d'équilibre et migraines fulgurantes. Accident du travail non reconnu, invalidité de 1e catégorie. Bac+8, carrière foutue.Tout ça parce que, dans cette fameuse et riche EPIC, ces messieurs ne voulaient pas de femmes aux manettes. Des enquêtes suite à ce genre d'accidents nous apprendraient que c'est assez fréquent. Car je n'étais pas le seul cas: à la clinique de rééducation où j'ai dû passer un mois, nous étions 5 jeunes et jolies femmes, pas du genre promo-canapé! Les mêmes causes produisent les mêmes effets.
gerint
- 08/05/2020 - 22:11
Faire une société de chochottes?
A aucun prix pour moi. Je préfère et de loin le risque mortel dont je n’ai pas la moindre crainte. Ce qui n’empêche pas de soumettre le risque à la raison pour ne pas faire n’importe quoi car je ne suis pas suicidaire.