En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

02.

La coupe est pleine. Insurrection ? Désobéissance ? Révolte ? Les PME et TPE ont-elles encore le choix ?

03.

La délinquance de jeunes venus pour la plupart du Maghreb explose à Paris

04.

Les écologistes ont oublié qu'il faut du vent pour faire tourner les éoliennes

05.

COVID-19 : mais pourquoi le gouvernement est-il incapable de communiquer sur le véritable indicateur de gravité de l’épidémie ?

06.

Pour la France, la dette est magique, plus on en fait, plus on s’enrichit... alors pourquoi se priver ?

07.

Le risque d’une généralisation de l’épidémie à toute la France est pris très au sérieux par les chefs d’entreprise, mais pas par les Français. Alors pourquoi ?

01.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

02.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

03.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

04.

La coupe est pleine. Insurrection ? Désobéissance ? Révolte ? Les PME et TPE ont-elles encore le choix ?

05.

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

06.

Alerte aux grandes oreilles chinoises : voilà pourquoi vous devriez tourner 7 fois votre pouce avant de poster quelque chose sur les réseaux sociaux...

01.

Eric Zemmour condamné pour injure et provocation à la haine

02.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

03.

Louis Hausalter : "L'histoire de Marion Maréchal éclaire l’état de décomposition et de recomposition du paysage politique"

04.

Les écologistes ont oublié qu'il faut du vent pour faire tourner les éoliennes

05.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

06.

Plongée dans les coulisses de l’organisation de la Convention de la droite : l'engagement de Marion Maréchal et Eric Zemmour en faveur de l’union des droites

ça vient d'être publié
décryptage > Science
Imagination

Bonne nuit les petits (cyborgs) : le MIT développe une technologie pour téléguider les rêves

il y a 11 min 14 sec
light > High-tech
Sécurité
Amazon One : un nouveau système de paiement en magasin, un scanner qui analyse votre main
il y a 36 min 43 sec
décryptage > Economie
Espoir

Les ménages américains ont connu un boom de leur pouvoir d’achat pendant les années 2010. Voilà les leçons que l’Europe pourrait en retenir

il y a 1 heure 10 min
décryptage > Politique
Campagne électorale

LR intermittent : mais à quoi a donc joué Gérard Larcher pendant les sénatoriales ?

il y a 1 heure 46 min
décryptage > International
On ne change pas un Ottoman qui gagne

Conflit du Haut-Karabakh : une nouvelle guerre du croissant contre la croix

il y a 2 heures 48 min
pépites > Société
Solidarité
Le congé du proche aidant indemnisé va entrer en vigueur ce jeudi
il y a 17 heures 31 sec
light > Santé
Coronavirus
Covid-19 : Alexandre Benalla est sorti de l'hôpital après une semaine en réanimation
il y a 17 heures 57 min
pépites > Politique
Organigramme
LREM : Aurore Bergé est nommée "présidente déléguée" des députés marcheurs
il y a 19 heures 52 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Nez" de Nikolaï Gogol : une farce nasale et masquée

il y a 20 heures 54 min
Faune
La ministre de l'Ecologie annonce la fin des animaux sauvages dans les cirques itinérants et dans les parcs aquatiques
il y a 23 heures 13 min
pépite vidéo > Politique
Démocrates Vs Républicains
Présidentielle américaine : retrouvez le premier débat entre Donald Trump et Joe Biden
il y a 26 min 37 sec
décryptage > International
Course à la Maison Blanche

Un premier débat musclé entre Joe Biden et Donald Trump

il y a 44 min 25 sec
pépites > International
Ring
Trump face à Biden : un pugilat confus, un match de boxe, plutôt qu'un débat
il y a 1 heure 25 min
décryptage > Justice
Garde des Sceaux

Rébellion corporatiste des magistrats : il faut sauver le soldat Dupond-Moretti

il y a 2 heures 25 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Pour la France, la dette est magique, plus on en fait, plus on s’enrichit... alors pourquoi se priver ?

il y a 2 heures 49 min
pépites > Politique
Signatures
Pétitions citoyennes : l'Assemblée nationale lance officiellement sa plateforme
il y a 17 heures 30 min
pépites > France
Craintes pour les rémunérations
Covid-19 : des agents de la SNCF testés positifs auraient continué à travailler
il y a 19 heures 29 min
pépites > Terrorisme
Profil
Attaque devant les anciens locaux de Charlie Hebdo : l'assaillant a reconnu être âgé de 25 ans et non de 18
il y a 20 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Nuit sombre et sacrée" de Michael Connelly : une enquête minutieuse au suspens garanti

il y a 21 heures 14 min
light > Science
Loin
Nouvelle découverte d'eau sur Mars : plusieurs lacs sur des milliers de km2
il y a 23 heures 41 min
© ALAIN JOCARD / AFP
© ALAIN JOCARD / AFP
Atlantico Business

En encourageant le droit de retrait, les syndicats prouvent leur allergie au compromis et menacent le déconfinement

Publié le 06 mai 2020
Le droit de retrait autorise un salarié à ne pas reprendre son travail s’il estime que les conditions de sécurité ne sont pas garanties. Droit légitime qui peut être utilisé par certains syndicats pour bloquer le redémarrage de l’économie.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le droit de retrait autorise un salarié à ne pas reprendre son travail s’il estime que les conditions de sécurité ne sont pas garanties. Droit légitime qui peut être utilisé par certains syndicats pour bloquer le redémarrage de l’économie.

Vous aviez aimé les 35 heures, vous adorerez « le droit de retrait ».

Des syndicats qui réclament lapplication du droit de retrait, ça court les rues mais des syndicats qui imposent à leurs adhérents de porter un masque, de se laver les mains dix fois par jour au moins et qui rappellerait la nécessité de respecter les règles de sécurité, cest beaucoup plus rare.

Certains jours on a vraiment l’impression que les syndicats français marchent sur la tête et cherchent à désorganiser complètement ce pays. Les voilà qui, d’une façon assez pernicieuse, retrouvent de la voix aujourd’hui pour demander à leurs adhérents, fonctionnaires pour la plupart, de faire jouer « leur droit de retrait » pour ne pas reprendre le travail le 11 mai.

Curieuse époque. Depuis trois mois, au plus fort de la crise du coronavirus, les infirmiers et les infirmières, les aides soignants, les médecins, les réanimateurs, les urgentistes, les ambulanciers, les pompiers, les pharmaciens, les gendarmes, les caissières de supermarché et tout le personnel des commerces alimentaires n’ont pas exercé leur droit de retrait. Ils n’ont pas compté leurs heures et renoncer à leurs responsabilité un seul jour. Ils ont été applaudis pour cela tous les soirs à 20 heures. On n’a pas beaucoup entendu des syndicats en ces moments-là.

Donc, ils avaient critiqué les décisions du confinement, mais voilà que certains syndicats n’ont rien trouvé d’autre maintenant que de freiner et même de bloquer les procédures de déconfinement en encourageant l’exercice du droit de retrait.

Alors que le 11 mai, date fixée par l’exécutif pour démarrer les conditions d’un de confinement progressif de la société et permettre de faire repartir les entreprises, certains syndicats approuvent ces comportements de leurs adhérents qui hésitent à revenir au travail et les encourager en expliquant que ni le gouvernement, ni les entreprises ne se sont préparés à une telle opération invoquant les risques et les dangers que cela représentait.

Dans la banque, beaucoup de personnels en contact avec le public sont invités à retarder leur retour en agence. Dans les entreprises privées, une énorme majorité (80%) des personnels qui s’étaient mis au télétravail, veulent y rester.

Dans l’Éducation nationale, les personnels enseignants traînent des pieds à reprendre le chemin de l’école sous de multiples prétextes. Procédures trop compliquées, ils avancent le refus de parents alors que les parents eux s’inquiètent des réserves du corps enseignant.

Dans les transport publics (RATP, SNCF, autocaristes) où on sera confronté à la densité, les personnels ne veulent pas affronter le risque des files d’attente et redoutent les désordres ou les violences. Quant aux passagers, ils craignent eux de ne pas être suffisamment informés et assistés.

On pourrait faire ainsi, le tour de toutes les professions puis constater le blocage et se réinstaller tout bêtement dans le confinement et regarder le système économique s’effondrer comme d’autres regardent les trains passer.

Le droit au retrait est inscrit dans le droit du travail. Parfait ! Selon les textes (source  CGT), le salarié est en droit de suspendre son activité en cas de danger grave et imminent pour sa vie ou sa santé après avoir avisé l’employeur de ce danger. Il suffit que le salarié ait un motif raisonnable de craindre pour sa vie ou sa santé pour qu’il déclenche la procédure de retrait. Lappréciation se fait au cas par cas. Mais l’employeur ne peut pas sanctionner le salarié qui exerce ce droit et ne peut pas cesser de lui verser sa rémunération. Dans un climat particulièrement anxiogène avec une situation particulièrement floue, les dirigeants d’entreprise hésiteront à suspecter un abus dans l’exercice du droit de retrait, d’autant que les litiges sont tranchés a posteriori par un conseil de prud’hommes. Et que les prud’hommes ne sont pas des modèles de rapidité.

Dans de nombreux cas, il existe évidemment de vraies raisons pour exercer le droit au retrait, mais il y en a aussi de bien mauvaises. Les dirigeants politiques, les chefs d’entreprise ont d’énormes responsabilités. Mais les syndicats ont eux aussi un rôle considérable à jouer dans la pédagogie de la situation et la mise en place des conditions optimum et ladhésion des personnels.

Dans les sociétés démocratiques, on n’obtiendra jamais le respect des contraintes par l’obligation, la menace ou la peur, on obtient ce respect par l’adhésion, fruit de la prise en compte de l’intérêt collectif, de la pédagogie et de la responsabilité.

Les syndicats auraient normalement un rôle considérable dans la co-construction de cette adhésion. Ils ne le jouent pas contrairement à leurs ancêtres de la Libération qui ont co-construit le modèle social. Une époque qu’ils évoquent avec nostalgie mais dont ils ne tirent aucun enseignement quant à leur offre syndicale.

La situation crée par la pandémie du Covid-19 a commandé aux sociétés modernes de tout faire pour sauver les vies humaines. En l’absence de traitement ou de vaccin, la procédure de confinement s’est donc imposée à tous les gouvernements ou presque. Contrairement à ce qu’on pouvait craindre, les Français dans l’ensemble ont accepté de respecter les contraintes du confinement. Il faut dire aussi que l’Etat a - contre tous les principes budgétaires- amorti le choc en maintenant les revenus et en essayant de préserver les appareils de production. 

Une fois que le confinement a commencé à produire ses effets et que la contagion du Covid-19 est devenue moins violente, tous les gouvernements du monde ont démarré un processus de déconfinement pour une seule raison : faire redémarrer l’économie avant que les systèmes de production et de consommation soient sinistrés. Ce redémarrage doit être évidemment très prudent et progressif mais il nécessite la participation de tous les acteurs du système. Le déconfinement est dans l’intérêt de tout le monde, mais l’adhésion implique que les conditions de sécurité soient réunies.

Il y a en France, comme ailleurs en Italie ou en Espagne, beaucoup d’inquiétudes auxquelles il faut nécessairement répondre.

Les responsables politiques, au niveau de l’État comme au niveau local, ont évidemment fait beaucoup d’erreurs. Leur communication a été confuse, incertaine, parfois contradictoire. Les matériels de protection, masqués, blouses, ont été notoirement insuffisants. Les chefs d’entreprises ont été plus rapides et plus efficaces.

C’est vrai que dans l’éducation nationale, au niveau des écoles, on aurait pu penser dès le confinement comment on allait gérer la sortie. Mais on peut penser aujourd’hui que le retour à l’école de beaucoup d’enfants en situation défavorisée est aussi une urgence.

 Dans les transports publics aussi. Les restaurateurs, par exemple, travaillent depuis plus d’un mois à leur future réorganisation, les entrepreneurs de spectacles ou les gérants de cinéma aussi. Ils seront sans doute prêts à offrir des solutions pour la fin juin.

Le service public est en retard, mais on ne peut pas dire que les syndicats ont été particulièrement réactifs et imaginatifs. Leur principale revendication a porté sur les moyens en effectif, en rémunération et en matériel. C’était vrai aussi au départ dans le système de santé. On sait aujourd’hui que le système de santé français, qui dispose de moyens équivalents ou même supérieurs au système allemand, a surtout souffert d’un déficit d’organisation et de management. Les syndicats de soignants n’ont pas fait taire leurs revendications, mais leurs adhérents ne les ont pas suivis et ont assuré leur responsabilité.  Le combat du jour n’est pas un combat syndical pour protéger des situations acquises, mais un combat pour la survie . Pour la santé, pour une meilleure médecine mais aussi pour l’économie. Il faut sauver les vies et sauver le système économique. Les deux sont liés.

Face aux contraintes du confinement, si les syndicats français nont pas dautre réponse que de répéter que la France nest pas prête à reprendre le travail, et qu’il faut mieux rester chez soi jusqu'à la fin juin, date à laquelle on pourra partir en vacances, on peut être sûr qu’en septembre on ne sera pas plus responsable. Mais à ce moment-là, le système se sera effondré.

La refondation du système de santé s’impose, l’évolution de la politique industrielle aussi pour s’affranchir d’une dépendance chinoise, la reconstruction du modèle social est évidemment urgente. Mais avec des syndicats qui sont sous représentatifs, donc acculés à la surenchère démagogique donc au conflit. On voit mal comment construire un système cohérent sans accepter une culture du compromis.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Hiris
- 08/05/2020 - 08:29
Ça me fait penser aux 5 semaines de congé maladie autorisées
Qu une prof m a doctement expliqué prendre en lissant sur les 3 trimestres, hors période de vacances bien sûr, sur les conseils de son syndicat !!! Ces derniers ne se gênent pas pour porter plainte contre les entreprises pour n importe quel prétexte mais pourquoi cela n est il pas le cas contre les syndicats ? Le droit de retrait concerne uniquement les cas d urgence à l instant T et le fait d y introduire la notion de préméditation est totalement illégal et criminel . A force de dévoyer les mesures ils pourrissent tout le climat social français. Quand vas t on comprendre qu' ils n en ont rien à faire des travailleurs cette bande de gauchos ,ils tirent pour eux et le maintien de leur petite sinécure !
Clodo31
- 06/05/2020 - 19:17
Droit de retrait !
Que tous l'exercent, l'économie coule, on remet tout à plat, on repart sur des bases saines sans droit de grève ni d'emploi à vie pour les fonctionnaires. Utopique , Peut-être, mais pas impossible....
JBL
- 06/05/2020 - 09:31
Question !
Est-ce un syndicat qui rend des salariés paresseux et irresponsables, ou bien est-ce les paresseux et les irresponsables qui se donnent un syndicat ?