En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

02.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

03.

COVID-19 : les derniers chiffres en France ne sont pas bons. Nous allons le payer

04.

Polémique : un lycée de Rome demande à des élèves de ne pas porter de mini-jupes pour ne pas troubler les professeurs

05.

Les chirurgiens dentistes font face à une épidémie de dents cassées depuis le confinement

06.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

07.

Séparatisme : cachez moi cet islamisme que je ne saurais nommer

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

03.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

04.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

05.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

06.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

Mort d'un cousin d'Adama Traoré : la famille envisage de porter plainte

04.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

05.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

06.

55% des Français favorables au rétablissement de la peine de mort : il est terrible ce sondage mais à qui la faute ?

ça vient d'être publié
light > Culture
Icône du théâtre et du cinéma
Mort de l'acteur Michael Lonsdale à l'âge de 89 ans
il y a 25 min 13 sec
pépites > Justice
ENM
Eric Dupond-Moretti propose l'avocate Nathalie Roret pour diriger l'Ecole nationale de la magistrature
il y a 1 heure 55 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Bananas (&Kings)" de Julie Timmerman au Théâtre de la Reine blanche : une pièce courageuse et engagée, qui nous adresse un avertissement sans frais

il y a 3 heures 31 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le métier de mourir" de Jean-René Van Der Plaetsen : spécial rentrée littéraire, un avant-poste confiné en territoire hostile. Le roman inoubliable d'une histoire vraie

il y a 3 heures 42 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

La Chine plus forte que le Covid. La France et les autres, au garde-à-vous

il y a 4 heures 8 min
pépites > Politique
Bérézina
Déroute de la République en Marche au premier tour des élections législatives partielles
il y a 5 heures 32 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Comment choisir l'iPad qu'il vous faut parmi tous les modèles qui existent désormais ?
il y a 6 heures 31 min
pépite vidéo > Politique
Campagne électorale
Marine Le Pen "réfléchit" à quitter la présidence du Rassemblement national avant la présidentielle
il y a 7 heures 10 min
light > Politique
Etourdi
Pressé, le député Jean Lassalle se gare sur un passage à niveau et bloque un train
il y a 7 heures 45 min
décryptage > Justice
Horizons et moyens limités

Insécurité : pourquoi les ministères régaliens sont condamnés à l’esbroufe

il y a 8 heures 20 min
pépites > Santé
Briser les chaînes de contaminations
Coronavirus : de nouvelles mesures de restrictions vont être appliquées à Lyon
il y a 55 min 52 sec
pépites > Société
Annonces
Emmanuel Macron présentera sa stratégie de lutte contre les "séparatismes" le 2 octobre prochain
il y a 2 heures 58 min
pépites > International
Argent sale
« FinCEN Files » : l'argent sale et les grandes banques mondiales
il y a 3 heures 40 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Détour" de Luce D'Eramo : survivre et revenir de l’enfer, un témoignage poignant, un livre rare

il y a 3 heures 51 min
pépites > Social
Paradoxe
La Métropole du Grand Paris est marquée par de fortes inégalités sociales qui ont augmenté
il y a 4 heures 28 min
décryptage > Economie
Evolution de l'épidémie

COVID-19 : les derniers chiffres en France ne sont pas bons. Nous allons le payer

il y a 5 heures 59 min
décryptage > Politique
Assemblée nationale

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

il y a 6 heures 45 min
décryptage > Santé
Le bouclier du sommeil profond

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

il y a 7 heures 39 min
décryptage > Europe
Camp de Moria

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

il y a 8 heures 15 min
décryptage > Religion
Quand faut y aller, il y va très fort

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

il y a 8 heures 49 min
© JOEL SAGET / AFP
© JOEL SAGET / AFP
Mentalités

Derrière l’agression d’Eric Zemmour, les fractures d’une société encalminée par des idéologies dépassées

Publié le 05 mai 2020
Eric Zemmour a été insulté et menacé par un individu en pleine rue à Paris. Les images diffusées sur les réseaux sociaux ont suscité l’indignation de nombreuses personnalités. Le parquet de Paris a annoncé samedi l’ouverture d’une enquête pour "violences" et "menaces".
Nathalie Krikorian-Duronsoy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nathalie Krikorian-Duronsoy est philosophe, analyste du discours politique et des idéologies. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Eric Zemmour a été insulté et menacé par un individu en pleine rue à Paris. Les images diffusées sur les réseaux sociaux ont suscité l’indignation de nombreuses personnalités. Le parquet de Paris a annoncé samedi l’ouverture d’une enquête pour "violences" et "menaces".

Il y a ceux qui ne savent que cracher sur Eric Zemmour, ce que d’autres écrivent, il y a ceux qui voient la réalité que d’autres, au nom d’une idéologie de gauche, refusent d’admettre.

Il y a d’abord eu la vidéo de l’agression contre Eric Zemmour jeudi dernier, puis sa légitimation samedi, par le journaliste de gauche Claude Askolovitch[1], qui écrit dans Slate.fr sa détestation moralisatrice de la victime : « Zemmour est détestable tout autant que celui qui le brime ». Avec pour argument central en un mot : Zemmour l’a bien mérité.

Pour moi, je vois, dans cet immonde petit film, comment l’éloge des différences ethniques et culturelles de l’antiracisme racialiste des années 80, mixé au reliquat des discours marxisants et antifascistes des années 60, conduit à l’acte de la brute épaisse qui attaque Zemmour.

Journaliste et essayiste connu du grand-public pour son émission contradictoire, en duo avec Eric Naulleau et son livre Le Suicide Français, paru en 2014, Eric Zemmour est devenu la symbolique vivante de tout ce que le discours dominant a appris aux « jeunes des cités », on dit « banlieues » aujourd’hui, à haïr, en les persuadant qu’ils en étaient les victimes.

En un mot : l’agression d’ Eric Zemmour, est archétypique d’un acte rendu légitime par quarante ans d’infusion dans les mentalités d’une idéologie de gauche qui ne supporte pas la contradiction.

En politique comme en science - on l’a vu récemment dans la polémique opposant les pontes de la méthode scientifique contre la médecine du Dr Raoult- il y a la théorie et la pratique. Entre la théorie et la pratique, il y a le passage à l’acte, motivé par l’idéologie, qui rend possible et légitime les actions en leur donnant un sens.

Dans la vidéo l’auteur des faits exulte. Il se sent investi d’une mission, s’auto-proclame représentant d’une cohorte de ses semblables, tous anti-racistes et antifascistes visant, comme lui, Eric Zemmour, dans lequel ils voient l’incarnation du mal.

C’est pourquoi l’agresseur s’affiche sur les réseaux sociaux, persuadé d'être dans son droit. Il pense que la loi est de son côté, ou bien, qu’il est suffisamment fort pour la braver. Nul doute en lui, son exaction est légitime.

A contrario, toute personne douée de raison et d’un minimum d’empathie éprouve un sentiment d’horreur devant ces images montrant un petit homme chargé de lourds sacs emplis du ravitaillement en denrées de premières nécessités, confinement oblige, courbant l’échine sous la charge, peinant à se hâter pour échapper à la violence des menaces de l’individu qui le poursuit physiquement et moralement de sa vindicte et de sa haine, l’insulte, puis se vente, en direct sur Snapchat, de lui avoir cracher dessus.

Eric Zemmour subit une situation semblable à ce qu’a vécu à deux reprises l’Académicien Alain Finkielkraut, insulté en pleine rue, menacé de coups, traité lui aussi de fasciste et de raciste.

Ces images ne sont pas sans rappeler pour les historiens, une période, en Allemagne, où des jeunes hommes forts et virils, portant l’uniforme, s’employaient à humilier et à violenter des hommes et des femmes plus faibles et impuissants à se défendre, terrassés par la doxa nazie qui les vouait à la vindicte publique et aux pires exactions.

Je vois l’agresseur de Zemmour comme le pur produit de l’histoire que nous vivons. D’une société désunie où disparait la norme morale commune à tous, enseignée jadis dans les écoles. Mais la nostalgie n’est pas mon fort.

Je constate que cette agression illustre concrètement combien les fractures sociales entre différents types de populations, analysées récemment dans trois bons livres[2], doivent retenir notre attention, car leur gravité n’est pas tant d’ordre économique que culturel et moral, et partant intellectuel.

La vie politique de la France est intimement liée à l’histoire des idées à laquelle elle doit son identité. La domination intellectuelle et morale de la gauche d'aujourd’hui est encore formée de deux grands courants d’idées que la réalité rend pourtant obsolètes et inopérants pour comprendre les sociétés du XXIème siècle : l’anti-fascisme d’après la seconde guerre mondiale et l’idéologie antiraciste et différentialiste de la fin du XXème siècle.

Ce décalage d’avec la réalité sociale actuelle explique, pour une large part, la disparition électorale progressive des partis politiques de gauche, PC, PS etc…

Pourtant cette obsolescence progressive de la gauche n’a contradictoirement pas encore entamé sa position idéologiquement dominante dans la société. Comme en témoigne, les procès intentés à Eric Zemmour, précisément, qui doit comparaître pour « provocation à la haine raciale » après que celui-ci ait établi un rapprochement en septembre 2019, lors de la Convention de la droite [3] entre islam, islamisme et terrorisme. 

Depuis une dizaine d’années, l’émergence d’une contre-culture de droite s’oppose à la traditionnelle domination de la gauche intellectuelle. Elle est relayée par des médias qui favorisent le débat d’idées : le magazine Atlantico.fr, le Figaro-Vox, RMC, Sud Radio ou CNEW. Ce n’est pas sans soulever une attitude réactionnaire de la part de ses adversaires idéologiques.

Cette ouverture au dialogue, et la possibilité d’entendre enfin d’autres analyses, a le mérite de pointer du doigt le danger réel, immédiat, quotidien d’une néo-culture islamisée des banlieues qui a son langage et ses moeurs, autant que les . journalistes et les intellectuels tonitruants de la gauche moralisatrice qui désignent à la vindicte publique ceux qu’ils brocardent de racisme ou de fascisme.

Entre cette gauche bornée qui avance avec des oeillères comme un âne dans le brouillard, qui refuse de voir la réalité en face et considère toute critique contre les dérives totalitaires d’une religion, ou le constat d’une sécession culturelle dans les banlieues comme des tabous, il y a fort à parier que la France démocratique, la France qui se disait Charlie, sera de plus en plus nombreuse à regarder Face à l’Info sur CNEWS.


[1] Auteur notamment de :Nos mals-aimés : ces musulmans dont la France ne veut pas, Paris, Grasset, 2013

[2] L’archipel français de Jérôme Fourquet, Bloc contre Bloc de Jérôme Sainte-Marie, Recomposition, d’Alexandre Devecchio.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
cmjdb
- 05/05/2020 - 16:46
VICTIMES HAISSANTES ?
J'essaie de comprendre ce qui pousse un être humain, supposé victime, à user de sa brutalité et pour quel motif ?
L'auteur évoque la haine qui a été inculquée aux banlieues. Soit ! Est-ce la même haine qui a poussé des musulmans à devenir terroristes islamistes et à faire plus d'un milliers de victimes en France, entre les morts, blessés, infirmes, orphelins etc... Si tel est le cas, c'est au Parquet anti-terroriste à s'en saisir en remontant aux commanditaires dogmatiques. On attend avec impatience la condamnation de ces faits par les musulmans dits modérés.
Prétendre qu'il s'agirait de gauchistes, généralement drapés dans la toge humaniste, serait leur faire beaucoup d'honneur. Il me semble plutôt qu'il s'agit de méthodes d'intimidation de voyous, à court d'argument, cherchant à devenir chef de gang de cages d'escaliers, au service de politicards véreux pour qui la vérité est dérangeante. Ce sont les descendants dégénérés de JP Sartre avec qui il était préférable d'avoir tort, plutôt que raison avec R. Aron.
ajm
- 05/05/2020 - 15:18
La mythologie des années 70.
La France des années 70 était déjà la France des gauchistes qui occupaient les médias , l'université, l'enseignement...l'immigration était déjà un enjeu et un problème mais l'électeur de gauche lambda à l'époque ne pensait qu'à la retraite le plus tôt possible, faire payer les riches, à l'époque encore nationaux et pas mondialisés...l'enseignement était déjà dans sa spirale infernale, la colonisation un crime terrible et le tiers monde, surtout musulman, un prolétariat sacré en formation...notre époque est bien dans la continuation de la chienlit de ces années et même avant ( guerre Algérie et mai 68).
Liberte5
- 05/05/2020 - 14:27
Correction.....
Seuls ceux qui ont connu la France jusqu'au milieu des années 70.....etc.