En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'inspirer

02.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

03.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

04.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

05.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

06.

À la veille du Black Friday, des employés d'Amazon Allemagne se mettent en grève

07.

Et le navire de la gauche vint se briser sur l’écueil de l’Islam…

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

05.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

04.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

05.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
light > Insolite
Aux décibels
Si le comptoir vous manque, vous pouvez toujours écouter le brouhaha des cafés en streaming
il y a 9 heures 19 min
pépites > Justice
Bavure
Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus
il y a 10 heures 28 min
pépites > France
Justice
Quatre adolescents placés en garde à vue dans le cadre de l'enquête de l'assassinat de Samuel Paty
il y a 11 heures 26 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Macron : tout faire pour éviter une contamination de la grogne sociale et surtout une résurgence poujadiste.

il y a 13 heures 59 min
décryptage > France
Derrière les annonces

Ce qui se cache vraiment derrière "l'inégal sens des responsabilités" évoqué par Emmanuel Macron à propos des failles françaises face au Covid

il y a 14 heures 38 min
pépites > Style de vie
Cash
70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine
il y a 15 heures 48 min
décryptage > Religion
Enfin Allah devient sélectif

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

il y a 16 heures 8 min
pépites > Politique
Communication
Voici ce qu'il faut retenir du discours de Jean Castex sur l'allègement du confinement
il y a 16 heures 26 min
décryptage > Environnement
Coeur de l'atome

Haro sur le nucléaire et l'hydraulique: l’Europe frappée d’imbécillité énergétique ?

il y a 16 heures 33 min
décryptage > France
Première vague

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

il y a 16 heures 52 min
pépites > Politique
Bien installé
Selon un sondage, Laurent Wauquiez remporterait largement les régionales en Auvergne-Rhône-Alpes
il y a 10 heures 8 min
pépites > International
Problème Européen
À la veille du Black Friday, des employés d'Amazon Allemagne se mettent en grève
il y a 11 heures 7 min
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
L’actualité grise Macron dans « sa vision romanesque de la vie »; Le PS clarifie sa ligne sur la laïcité, EELV s’embrouille sur la sienne; Hidalgo s’inquiète de l’impact du gauchisme des Verts (sur son image); Mélenchon peu présidentiable aux yeux des Fra
il y a 11 heures 47 min
décryptage > Environnement
Ecologie

Ecocide : entre impensés, mal-pensé et arrières pensées, un nouveau délit à l’application piégée

il y a 14 heures 10 min
pépite vidéo > Sport
R.I.P
Maradona s'en va, les Argentins célèbrent leur héros national
il y a 15 heures 25 min
décryptage > International
Les yeux ouverts

Le grand défi d’Aliyev

il y a 15 heures 59 min
décryptage > Politique
Fluctuat et mergitur

Et le navire de la gauche vint se briser sur l’écueil de l’Islam…

il y a 16 heures 16 min
décryptage > Sport
Dieu du football

Maradona, l’immortalité haut le pied

il y a 16 heures 27 min
décryptage > France
Aimons nous les uns les autres

Après la résilience, la bienveillance : peut-on gouverner efficacement un pays avec des objectifs de développement personnel ?

il y a 16 heures 43 min
décryptage > France
Génie

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'inspirer

il y a 17 heures 4 min
© ludovic MARIN / POOL / AFP
© ludovic MARIN / POOL / AFP
Atlantico Business

Covid-19 : la responsabilité civile et pénale des dirigeants va freiner les opérations de déconfinement

Publié le 30 avril 2020
Le risque de voir actionner la responsabilité civile, financière et pénale des dirigeants politiques comme des chefs d’entreprise pour mise en danger de la vie d’autrui paralyse beaucoup les opérations de déconfinement.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le risque de voir actionner la responsabilité civile, financière et pénale des dirigeants politiques comme des chefs d’entreprise pour mise en danger de la vie d’autrui paralyse beaucoup les opérations de déconfinement.

La peur du risque civil et pénal va sans doute paralyser les dirigeants dans les procédures de déconfinement. Personne n’osera en parler. La question n’est abordée que dans le secret des cabinets ministériels et des conseils d’administration des entreprises, mais la peur d’une mise en cause personnelle des dirigeants pour manquements à leurs obligations de ne pas mettre en danger la vie de la population et plus précisément des salariés les hante. Elle explique en partie les précautions prises dans le cadre de la lutte contre le Covid 19, et notamment la complexité et l’incertitude qui pèsent sur les opérations de déconfinement. On en parle peu, mais des batteries d’avocats et de juristes sont sur le pied de guerre.

Les uns sont au chevet des plaignants, c’est à dire des malades ou des familles qui peuvent considérer que le système de santé a failli dans certains cas. Beaucoup d’avocats se sont aussi mis au service de salariés qui eux considèrent que les conditions de sécurité ne sont pas remplies dans le cadre de leur travail. D’autres juristes enfin travaillent avec le personnel politique pour répondre aux risques de mise en cause dans le cadre des décisions qu'ils sont amenés à prendre quotidiennement, et notamment des directives qu’ils donnent ou qu‘ils ne donnent pas aux administrations.

En ces périodes troubles, tout est possible. Ces risques-là obsèdent les classes dirigeantes qui sont prêtes à prendre leur responsabilité mais pas de décisions qui les conduiraient, compte tenu de la législation, à la barre d’un tribunal qui leur infligerait des peines financières graves et surtout des peines de prison.

La réaction classique est donc de se mettre à l’abri, d’appliquer le fameux principe de précaution et de ne prendre aucun risque.

A l’annonce des premiers signes d’un risque de pandémie, la réaction première des dirigeants politique a été de nier, puis d’attendre jusqu’au jour où le virus s’est mis à circuler en toute liberté dans l’Hexagone. A ce moment-là, la première réaction des services de santé a été de proposer au gouvernement de déclarer l’état d’urgence et le confinement de la population. N’ayant aucune information sur la dangerosité du virus, aucun traitement ni vaccin, et sans doute pas assez de moyens pour traiter les cas les plus graves, les services de santé n’avaient pas d’autres solutions. Pour le président de la République et son gouvernement, une telle décision était gravissime puisqu’elle revenait à enfermer les Français chez eux, ce qui voulait dire que toutes les activités économiques et sociales allaient être arrêtées. Un peu comme si on avait mis le pays en coma artificiel. La décision du confinement n’avait rien d’original. Depuis le Moyen-Âge, les populations se sont toujours protégées en se cachant, en attendant que le virus s’éteigne, ce qui finissait par arriver après avoir fait des millions de morts. La peste noire comme la grippe espagnole ont fait plus de 60 millions de morts à chaque fois. La science ayant fait quelques progrès, on espérait limiter les dégâts, mais personne n’a oublié que le sida a quand même fait 38 millions de morts sur la planète et qu’on n’a toujours pas découvert le vaccin.

Comme dans la quasi-totalité du monde, il n’y a pas eu débat en France sur le principe du confinement. En revanche, il y a eu débat sur les retards accumulés, le pourquoi du comment, les moyens d’accompagnement, les défauts de masques, les respirateurs, les tests et les atteintes à la liberté individuelle. Au chapitre de la situation économique, l’exécutif n’a pas hésité à soutenir massivement le système (chômage et subventions) pour éviter qu’il ne s’écroule subitement. On a mis la France dans le coma et le système économique sous perfusion.

Les procédures de déconfinement posent beaucoup plus de problèmes dans la mesure où on ne dispose ni de traitement ni de vaccin. L’exécutif a donc à choisir entre une priorité évidente de sauver des vies, et une priorité non moins évidente de sauver le système économique. Découvrir une ligne de crête où la morale et l’efficacité, l’intérêt politique et la contrainte financière ne sont pas forcément compatibles revient à trancher un débat et prendre des décisions qui peuvent être sujettes à caution en permanence. Mais quand au bout du logiciel, des vies humaines sont en jeu, les dirigeants ne prennent pas seulement une responsabilité politique (c’est leur risque de base) mais ils prennent aussi une responsabilité personnelle, civile et pénale. Et là, ils ne risquent pas seulement leur carrière, mais ils peuvent risquer leur honneur, leur argent et leur liberté. Du coup, rien ne va plus. Consciemment ou pas, les dirigeants ont tendance à se rassurer en freinant toutes les décisions à risques. Le déconfinement est une opération porteuse de grands risques. Pour les malades, les biens portants, les familles, mais aussi pour les ministres, les grands directeurs d’administration et les chefs d’entreprise.

Dans la sphère publique, les actions en justice vont se multiplier. Depuis le début de la pandémie, les mises en cause de l’action publique et le degré de préparation de l’État ou de ses services, mais aussi de ses gouvernants soulèvent de multiples questions juridiques. Édouard Philippe et Agnès Buzyn font déjà l’objet de plainte sur le fait qu’ils auraient eu « conscience du péril et disposaient des moyens d’action, qu’ils ont toutefois choisi de ne pas exercer ». Les plaignants, qui se composent dans ce cas d’un collectif de personnels soignants, s’appuient sur des déclarations dans la presse, des témoignages pour montrer que le Premier Ministre et son ex-ministre de la santé se sont abstenus « volontairement de prendre ou de provoquer les mesures permettant (…) de combattre un sinistre de nature à créer un danger pour la sécurité des personnes », en l’occurrence l’épidémie de coronavirus. Selon les textes en vigueur, de tels faits peuvent être punis de deux ans d’emprisonnement et de 30 000 euros d’amende. Ça n’est pas rien.

Dans cette affaire, la Cour de justice sera saisie en raison « des actes accomplis dans l’exercice de leurs fonctions » qui seraient des « crimes ou délits au moment où ils ont été commis » (art. 68 AC). Qui peut la saisir ? « Toute personne qui se prétend lésée par un crime ou un délit » (art. 68-2 all.), soit le Parquet, plus précisément le Procureur général près de la Cour de cassation, peuvent agir. Alors, les procédures seront extrêmement lentes (plusieurs années) si elles vont à leur terme. Parce que ce type de plainte est loin de faire l’unanimité chez les juristes.

Tout dépend si les faits reprochés peuvent être considérés comme constituant un délit. D’autres plaintes sont déposées, reprochant aux responsables politiques un délit d’abstention volontaire de prendre les mesures permettant de combattre un sinistre de nature à créer un danger pour la sécurité des personnes prévu par l’article 223-7 du Code pénal et qui est puni de deux ans d’emprisonnement et de 30 000 € d’amende. A noter que ce délit n’a presque jamais été appliqué depuis sa création en 1992. De mémoire de juriste, Il avait été reproché aux autorités maritimes dans le naufrage de l’Erika mais celles-ci ont été relaxées. La question sera de savoir si le délit est applicable à une pandémie ? Est–il applicable à des décisions politiques ?

La majorité des avocats ne croient pas que ces plaintes pourront déboucher. En attendant, les dépôts et les instructions vont évidemment occuper la scène médiatique et accélérer la mise en cause des responsabilités politiques. Cela dit, Il n’y a pas d’obstacle qui interdisent d’appliquer ce délit à des décisions politiques et la jurisprudence rendue en matière de non-assistance en danger a toujours été très sévère. Pour les juristes, une action en responsabilité dirigée contre l’État est envisageable parallèlement aux actions en responsabilité pénale des ministres concernés. Elle est fort probable dans la mesure où toutes les grandes catastrophes sanitaires ont engendré des recours contre l’Etat : le sang contaminé, les procès amiante, le procès plus récent concernant le Médiator. Toutes ces affaires ont provoqué une onde de choc dans la sphère politique, et les victimes ont obtenu réparation du préjudice subi ou alors elles ont au moins obtenu que soit reconnue la carence fautive de l’État. Dans le cas de la pandémie actuelle, n‘importe qui estimant que son dommage est imputable à l’État pourrait saisir le juge administratif : les personnes atteintes par le virus, leurs proches, mais également les victimes collatérales, comme les entreprises dont l’activité a été arrêtée avec le confinement. Personne n’étant épargné par la crise actuelle, tout le monde pourrait, en théorie, saisir le juge qu’il s’agisse de reprocher à l’État d’en n’avoir pas assez fait, ou au contraire d’en avoir trop fait. Cette situation pandémique va donc forcément ouvrir une séquence juridique et judiciaire très longue, très compliquée et sans doute impactant les responsables politiques qui essaient de s’en protéger au maximum. Avec deux périodes sensibles. Celle qui couvre le mois de janvier et février. Et celle qui va couvrir la période du déconfinement.

Mais les responsables politiques ne sont pas les seuls menacés de poursuites, tous les chefs d’entreprises sont eux aussi sur la sellette. La plupart se posent la question de leur responsabilité juridique, financière et pénale notamment sur l’obligation de sécurité qu’ils doivent à leurs salariés.

D‘une façon générale, pandémie ou pas, les entreprises ont une obligation de sécurité (article L.4121-1 du Code du travail) et dans le cadre de la lutte contre le coronavirus, ils doivent signaler et interdire les zones à risques, écarter les salariés, et recourir au télétravail si c’est possible ; ils doivent fournir des masques et des gels. Face à ces obligations, l’employeur court des risques d’être assigné devant le conseil des prud'hommes pour manquement à la sécurité.

Au pénal, si le chef d’entreprise est confondu de négligence, il peut être poursuivi pour mise en danger de la vie d’autrui. Les sanctions peuvent aller jusqu'à 15 000 euros d’amende et un an de prison pour les personnes physiques ; 75 000 euros pour les personnes morales. Il pourrait à l'avenir être obligé de reconnaître le coronavirus comme maladie professionnelle s’il était prouvé que la maladie a été causée par le travail de la victime, ce qui sera quand même compliqué vu que le virus circule partout.

Le salarié, lui, a tout à fait la possibilité d’exercer son droit de retrait. Il lui suffit d’avoir « un motif raisonnable de penser qu'il court un danger grave pour sa santé ou sa vie. » L’entreprise, elle, a intérêt à prendre toutes les mesures de protection et de sécurité si elle ne veut pas être devant des exercices de droits au retrait.

Sur ce terrain aussi, inutile de préciser que beaucoup d’avocats et de syndicats veillent au grain et sont à l’affut d’affaires qui pourraient faire l’objet de plaintes qui leur vaudraient, en plus, une belle couverture médiatique. Ceux qui se sont occupés de traîner en justice Amazon obligeant le géant américain à fermer ses entrepôts ont réussi leur coup de pub.

Cela étant, les salariés aussi ont une obligation quasi juridique, celle de protéger leur santé et celle d’autrui. La non-pratique des gestes barrières, se laver les mains, prendre du gel hydro-alcoolique, et porter un masque quand c’est obligatoire, peut entraîner des plaintes à leur encontre venant de l’employeur ou d’autrui qui peut en être victime. Comme le salarié, le chef d’entreprise a besoin de se protéger.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
jmbx
- 03/05/2020 - 18:25
a Phlt1
le post de 00.39
manifestement vous aimez la littérature et la philosophie. Par contre, l'adaptation à la gestion d'une crise sanitaire majeure est peut être un peu plus compliquée..
Partir du principe que tous les êtres ont un potentiel et qu'il faudrait s'adresser à ce potentiel, revient à dire à un âne au départ d une course de pur sang, dont le dernier ira à l’abattoir, oublie que tu n'as aucune chance et vas y fonce, tu vas gagner... pas sur qu'on lui rende service. Je préfère et de loin considérer les maillons faibles dans une stratégie globale afin d’être sur que la plus grande majorité va s'en sortir et d’œuvrer en conséquence. Exemple : à l'école, les enfants sont indisciplinés et peu au fait des risques du virus, si je m'adresse à leur "potentiel" d'adulte à venir, ils vont faire des conneries, car ils restent des enfants, si je crée des règles qu'ils comprennent à leur niveau actuel, ils n'en feront moins.
Apres rien ne vous empêche de penser que pour votre cas personnel, la methode de masse ne vous convient pas, mais l'objet est de protéger les maillons faibles, on ne peut pas faire quelque chose à la carte quand il y a des millions d'individus concernés.
Phlt1
- 01/05/2020 - 09:46
@JMBX 2
Sous cet angle, avez-vous vu une différence entre le début de la crise et aujourd'hui.?. Ceux qui dirigent ont-ils généralisé le traitement de Raoult.?. Ce sont-ils inspirés des connaissances d'autres pays.?. Taiwan est en danger face aux chinois. Parce qu'ils sont en danger, ils savent répondre aux crises. Ils intègrent une autre dimension à la gestion de leur pays, du bien commun. J'ai réagis immédiatement aux "ordres" du DGS concernant les masques en envoyant à tous mes contacts la suggestion de faire le contraire et de se fabriquer des masques. Ce n'est pas une question de connaissance scientifique, médicale ou politique, mais de simple bon sens face à la réalité de la vie ...laquelle contient aussi la mort.!. J'ai longuement réfléchis dès le début à la question même que vous posez ("On ne savait pas") et ma réponse - dès la début - a été la suivante: les politiques comme les scientifiques n'ont AUCUN argument à la gestion ridicule de cette crise: On comprend mieux 1939. Et s'ils avaient été en poste en 1944, ils auraient refusé de bombarder l'Allemagne nazie parce que certaines bombes allaient tomber dans les jardins allemands: et vous voulez gagner la guerre.?. WAKE UP.!.
Phlt1
- 01/05/2020 - 09:34
@JMBX
La question est: qu'est-ce qu'une crise.?. Quelle qu'elle soit.?. Comment réagissez-vous en cas de crise.?. De vraie crise.?. Les sagesses et connaissances ancestrales de toutes les civilisations diront la même chose, de Jésus à Lao Tseu en passant par Confucius, les amérindiens, les peuples du Nord de l'Europe jusqu'aux dictons africains ("Qui défait un noeud trouve un Dieu") et aborigènes d'Australie: vous devez "embrasser le monde", littéralement le prendre dans vos bras, c'est-à-dire ne plus avoir peur de quoi que ce soit et opter pour le meilleur avec force et définitive détermination. Vous devez mettre les valeurs au dessus de vos intérêts particuliers. Ce n'est pas une idée, mais une réalité sans laquelle vous perdez la bataille.!. 90% de ceux qui dirigent ce pays ne savent absolument pas ce que cela signifie. Ils n'ont jamais eu à en considérer l'existence, à le penser, encore moins à l'imaginer. Pour la gloire, ils ont voulu la responsabilité de manipuler l'atome et des virus mortels en laboratoire, jamais pour le devoir. Les interventions de Macron sont dignes du théatre du coin, et le DGS énonce des chiffres là où il pourrait parler des problèmes à résoudre ici ou là...