En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"

03.

Hommage à Samuel Paty : Emmanuel Macron dénonce les lâches qui ont livré le professeur aux barbares mais oublie de cibler le "pas-de-vagues"

04.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

05.

Recep Tayyip Erdogan estime qu'Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l'islam et les musulmans"

06.

Covid-19 : plusieurs départements vont basculer en alerte maximale jeudi

07.

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

05.

Islamisme : la République de la complaisance

06.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
light > Culture
Enchères
Une oeuvre de Banksy parodiant Monet a été vendue 8,5 millions d'euros chez Sotheby's à Londres
il y a 1 heure 46 min
pépites > Santé
46 millions de personnes concernées
Covid-19 : Jean Castex annonce l'instauration du couvre-feu pour 38 nouveaux départements et la Polynésie dès samedi
il y a 2 heures 48 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Man Ray et la mode" : quand un photographe surréaliste magnifie les femmes... Une exposition d'une suprême élégance

il y a 3 heures 48 min
pépites > International
Réformes attendues
Liban : Saad Hariri a été officiellement désigné Premier ministre
il y a 5 heures 19 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Boualem Sansal alerte sur la guérilla islamiste qui nous menace, le recteur de la mosquée de Paris sur l’entrisme des radicaux; Bertrand cherche à s’attirer les bonnes grâces de Sarkozy, Bayrou ménage Le Maire; Le Drian organise les macronistes de gauche
il y a 6 heures 43 min
décryptage > France
Séparatisme

Les impensés de l’attentat terroriste de Conflans

il y a 8 heures 41 min
décryptage > Santé
Coronavirus

Covid-19 : l’Allemagne investit massivement dans un plan de ventilation et la France serait bien inspirée de l’imiter

il y a 9 heures 17 min
pépite vidéo > France
"Réparer la France"
Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"
il y a 10 heures 5 min
décryptage > International
Conflit au Haut-Karabagh

Il faut sauver les Karabaghiotes, pas le groupe de Minsk

il y a 11 heures 25 min
décryptage > Société
Islam vaincra !

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

il y a 11 heures 50 min
pépites > Politique
Calendrier électoral
François Bayrou, haut-commissaire au Plan, est favorable à un report des élections régionales
il y a 2 heures 9 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Féministe pour Homme" de Noémie de Lattre : rira bien qui rira la dernière

il y a 3 heures 26 min
pépites > International
Tensions
Recep Tayyip Erdogan estime qu'Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l'islam et les musulmans"
il y a 4 heures 50 min
pépite vidéo > Politique
Idéologie
Jean-Michel Blanquer : "Ce qu'on appelle l'islamo-gauchisme fait des ravages"
il y a 6 heures 7 min
décryptage > International
Campagne électorale

Election présidentielle en Côte d’Ivoire : ne pas rejouer les luttes du passé

il y a 8 heures 24 min
décryptage > Politique
A l’Ouest, rien de nouveau

Le terrorisme fait-il encore bouger les lignes chez les électeurs ?

il y a 9 heures 6 min
décryptage > High-tech
Menace incontrôlable en vue ?

Ces deepfakes de photos de (vraies) femmes nues que des bots génèrent à la chaîne

il y a 9 heures 26 min
décryptage > Société
Lutte contre le séparatisme

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

il y a 10 heures 49 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

Dissolution des organisations salafistes : le temps des actes

il y a 11 heures 45 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Syndicats et patronat main dans la main pour s’opposer au gouvernement

il y a 11 heures 54 min
© AFP/Archives
© AFP/Archives
StopCovid

Jean-Marie Burguburu : "Sous l’angle de vue des droits de l’Homme, cette application de traçage numérique présente des risques considérables"

Publié le 28 avril 2020
Jean-Marie Burguburu, le président de la Commission nationale consultative des droits de l’homme (CNCDH), évoque la question du traçage numérique et l'application StopCovid ainsi que sur les enjeux liés aux données personnelles et aux libertés collectives et individuelles.
Jean-Marie Burguburu
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marie Burguburu est à la tête de la Commission nationale consultative des droits de l’homme (CNCDH). Cette autorité administrative indépendante conseille le gouvernement sur les questions liées aux droits de l’homme et est également l...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marie Burguburu, le président de la Commission nationale consultative des droits de l’homme (CNCDH), évoque la question du traçage numérique et l'application StopCovid ainsi que sur les enjeux liés aux données personnelles et aux libertés collectives et individuelles.

Quel est le rôle de la Commission Nationale Consultative des Droits de l’Homme ?

Jean-Marie Burguburu : Depuis sa création en 1947, la CNCDH est un organisme indépendant. Elle remplit plusieurs missions d’ordre national et international. Sur le plan national, elle est le conseil auprès des pouvoirs publics en matière de droits de l’Homme. On l’appelle « commission consultative » car le gouvernement, le Premier ministre et tous les ministères,  peuvent la consulter en cas de problématiques liées aux droits de l’Homme. Elle est une vigie, un témoin, presque un lanceur d’alerte institutionnel, qui examine toutes les questions qui lui sont soumises sous le prisme des droits de l’homme. 

La CNCDH possède également un droit d’auto-saisine qui lui permet de se saisir seule d’affaires qu’elle estime être dans le cadre de sa mission. Elle a également une mission d’éducation aux droits de l’Homme. De plus, elle doit rendre chaque année un rapport sur la lutte contre le racisme et l’antisémitisme, quelqu’en soit leurs formes, sur la lutte contre la traite des êtres humains. Sur le plan international, elle doit contrôler que la France est en règle avec tous ses engagements internationaux en matière de droits de l’Homme et en matière de droit international humanitaire.

La CNCDH a-t-elle été consultée par le gouvernement sur l’application STOPCOVID qui est soumise aujourd’hui à l’Assemblée nationale ? Quelle est la position de la CNCDH sur ce sujet ?

La CNCDH n’a pas été sollicitée par le gouvernement sur la question du traçage numérique. Le gouvernement a consulté la CNIL ainsi que le Conseil National du Numérique, mais semble nous avoir oublié dans l’urgence de la situation… La CNCDH s’est donc auto saisie de cette question. Nous y travaillons depuis le début de la crise sanitaire, avec la création d’un observatoire de l’urgence sanitaire, et l’assemblée vient de statuer pour donner son avis sur le suivi numérique des personnes pendant cette crise sanitaire et à la suite des mesures qui sont en train d’être prises pour sortir du confinement. Du point de vue des droits de l’Homme, cette application de traçage numérique présente des risques considérables. Notre avis est donc réservé. Nous mettons en garde les pouvoirs publics contre l’utilisation de ce système de suivi des personnes à l’issu du confinement. 

Comment le gouvernement peut-il mettre en place une application de traçage de la population française tout en préservant les libertés individuelles et collectives ?

Le gouvernement, pour rassurer les citoyens, nous dit : « les données seront traitées de manière transparente », « elles seront collectées pour des finalités déterminées », « leur durée de conservation est déterminée » et pour éviter une atteinte à la protection des données personnelles (RGPD), le gouvernement parle de « caractère volontaire » d’acception par les Français de cette application numérique et de "l’anonymat des données ». Ces garanties sont intéressantes, mais insuffisantes. 

Tout d’abord, l’éventuelle conformité au RGPD de ces mesures n’équivaut pas en soi au respect des droits et des libertés fondamentales. Par exemple, l’acquisition volontaire de l’application est-elle libre et éclairée ? Non. Qui ne nous dit pas qu’une fois l’application mise en place, une grande surface ne nous dira pas : « je ne laisse entrer que les personnes dont le téléphone est équipé de l’application » ? Qui ne nous dit pas que certains employeurs, pour faire reprendre le travail, ne conditionneront pas le droit pour un salarié de travailler au fait qu’il soit équipé ou non de cette application ? Qui ne nous dira pas que certains avantages seront réservés à ceux qui auront cette application tandis que les autres seront privés de ces avantages ? Avantage qui pourrait se caractériser par la levée, ou non, du confinement pour la personne concernée. Ce consentement n’est donc peut-être pas aussi libre qu’on le pense…

L’anonymat n’est peut-être pas aussi réel non plus. Le croisement des données peut permettre assez facilement la réidentifiaction des personnes qui ont l’application comme pour toute autre application. 

L’autre problème, c’est celui d’une application à but sanitaire basée sur le volontariat. Si malgré leurs craintes pour leurs libertés individuelles, il existe des volontaires prêt à s’équiper de cette application, il faudrait une utilisation aux alentours de 60% de la population française pour qu’elle puisse remplir son rôle de contrôle sanitaire. Un chiffre que nous ne sommes pas sûrs d’atteindre. 

En outre, malgré les risques pour les libertés, lorsqu’une possibilité technique est offerte à un gouvernement, il est rare qu’il ne s’en serve pas.

La mise en place d’un tel système peut-il avoir un impact à long terme sur la population française ?

Lorsque la CNCDH émet un avis réservé sur la question du suivi numérique, ce n’est pas seulement à l’aune de la sortie du confinement. Ce n’est pas seulement même à la fin de l’épisode de crise sanitaire que nous connaissons et de l’état juridique d’urgence sanitaire qui a été mis en place par la loi du 23 mars dernier. Ce n’est même pas sur la fin 2020. C’est d’une manière plus générale sur l’état de la société française. Ce qui se fait maintenant pour protéger les Français contre la propagation de l’épidémie, c’est la mise en place de moyens qui pourraient être utilisés à d’autres fins. La temporalité avec laquelle cette application durera est inconnue. Son utilisation pourrait donc durer beaucoup plus longtemps que prévu…

Dans un premier temps, les personnes destinataires d’une notification leur indiquant avoir croisé une personne contaminée pourront très facilement déduire qui est la personne contaminée. Il y aura donc un impact sur le comportement des personnes, une modification du rapport au monde, une suspicion, voire une stigmatisation qui peut conduire à l’exclusion. 

Vient ensuite, à plus long terme, le risque d’un « effet cliquet » dans la mise en place de ce système. Actuellement, la population française semble plutôt favorable à un tel projet, car il est mis en oeuvre pour la protection de la santé de tous. Il y a donc un risque d’accoutumance de cette acceptabilité sociale. Mais une fois que ce système est en place, avec un seul « clic », le gouvernement pourrait modifier le paramétrage de l’application, et l’utiliser pour tracer des migrants, des étrangers, des opposants politiques … 

Autre problème, à long terme, la question de la souveraineté numérique de notre pays, face aux concepteurs des systèmes d’exploitation de ces applications. Si Apple et Google réussissent l’inter opérabilité de leurs systèmes d’exploitation,  il y aurait un risque énorme pour les libertés. Il suffirait alors de marquer informatiquement certaines personnes pour les exclure définitivement de la société.  

Le progrès technique ne doit pas faire oublier ce qu’est la vie en société. Les droits de l’Homme sont l’expression juridique d’une vie paisible en société. Le numérique étant partout, il ne faut pas qu’il prenne le pas sur les droits de l’Homme.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
2bout
- 28/04/2020 - 11:34
On nous demande de prendre soin de nous …
Ce n'est pas parce que c'est un « Droit-de-l'hommiste institutionnel » qui rappelle les risques de ce genre d'application que les dangers évoqués dans cet article doivent être considérés comme de l'ordre du fantasme.
Il cite l'exemple d'une grande surface, d'un employeur ou encore des GAFA, qui seraient capables de marquer informatiquement certaines personnes afin les exclure. Mais on se rappellera que c'est exactement ce qu'a fait Tweeter en censurant le Président Brésilien élu démocratiquement, stigmatisé qu'il devait être de ne pas rejoindre un conformisme de comportement partagé par les nouveaux maîtres du monde que sont devenus les éditeurs de code.
On nous demande de prendre soin de nous, mais les Députés prendront-ils soin cet après-midi de nous et de nos smartphones ?