En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

02.

Alerte au rhume : la maladie la plus répandue avait mystérieusement disparu depuis le confinement. Elle revient et ça va tout compliquer avec le Covid-19

03.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

04.

"Olivier véreux de mes c***lles" : Jean-Marie Bigard insulte le ministre de la Santé

05.

Alerte aux grandes oreilles chinoises : voilà pourquoi vous devriez tourner 7 fois votre pouce avant de poster quelque chose sur les réseaux sociaux...

06.

Absence de mixité, prières… un club sportif aux pratiques troublantes

07.

Les Suisses ont dit "non" à la fin de la libre circulation avec l'Union européenne

01.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

02.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

03.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

04.

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

05.

Emmanuel Macron s’est souvenu qu’il avait une mère et un père

06.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

01.

Eric Zemmour condamné pour injure et provocation à la haine

02.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

03.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

04.

Plongée dans les coulisses de l’organisation de la Convention de la droite : l'engagement de Marion Maréchal et Eric Zemmour en faveur de l’union des droites

05.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

06.

Louis Hausalter : "L'histoire de Marion Maréchal éclaire l’état de décomposition et de recomposition du paysage politique"

ça vient d'être publié
pépites > Défense
Chemin de la paix...
L'Arménie saisit d'urgence la Cour européenne des droits de l'homme après les tensions militaires avec l'Azerbaïdjan
il y a 57 min 44 sec
pépites > Economie
Outils de lutte contre la crise et face à la pandémie
Le gouvernement présente son projet de budget 2021
il y a 1 heure 52 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Contes et légendes" de Joël Pommerat : Pommerat au firmament

il y a 4 heures 27 min
Alimentation
Plus de la moitié des produits végétariens étudiés par une association contiennent de l’eau comme ingrédient principal
il y a 5 heures 6 min
pépites > Religion
Séparatisme
Absence de mixité, prières… un club sportif aux pratiques troublantes
il y a 6 heures 31 min
décryptage > Economie
Nécessité d'un compromis

Sécurité sanitaire et emploi : les difficultés du "en même temps"

il y a 6 heures 58 min
pépite vidéo > Défense
Tensions
L'Arménie et l'Azerbaïdjan instaurent la loi martiale
il y a 7 heures 19 min
décryptage > Economie
Evolution de la pandémie

COVID-19 : France, Royaume-Uni, Espagne, comment faire baisser la contamination ? Des "Gilets jaunes des bars" maintenant ?

il y a 7 heures 50 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Malaise au poignet ? Le nouvel bracelet connecté de santé d'Amazon analyse votre voix et vos émotions
il y a 8 heures 32 min
décryptage > Politique
Résultats

Sénatoriales : rien ne bouge vraiment (et ça n’est pas une bonne nouvelle pour Emmanuel Macron)

il y a 8 heures 38 min
pépites > Politique
Candidature
Rachida Dati se confie dans la presse britannique sur son souhait de vouloir "gagner l'élection présidentielle de 2022"
il y a 1 heure 25 min
décryptage > France
Les entrepreneurs parlent aux Français

La coupe est pleine. Insurrection ? Désobéissance ? Révolte ? Les PME et TPE ont-elles encore le choix ?

il y a 4 heures 13 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Vagabondages" de Lajos Kassak : sur les routes de Budapest à Paris avant 14, le savoir survivre d’un artiste prolétaire… une pépite de la littérature hongroise

il y a 4 heures 42 min
décryptage > Economie
Coronavirus

Impact du Covid-19 : vers un budget 2021 en apesanteur

il y a 5 heures 54 min
décryptage > Société
Licence to kill

L’amendement inutile : l’IMG, (Interruption médicale de grossesse) à 9 mois pour cause de détresse psychosociale

il y a 6 heures 39 min
Crise
La paralysie de l'économie due au coronavirus menace New York déjà très endettée
il y a 7 heures 7 min
décryptage > International
Disraeli Scanner

Donald Trump : comment le populiste s’est mué en conservateur

il y a 7 heures 35 min
décryptage > Santé
Confusion généralisée

Alerte au rhume : la maladie la plus répandue avait mystérieusement disparu depuis le confinement. Elle revient et ça va tout compliquer avec le Covid-19

il y a 8 heures 6 min
décryptage > Sport
Une deux, une deux

Fermetures des salles de sport : à quelles activités physiques se mettre pour garder la forme face à un automne semi-confiné ?

il y a 8 heures 36 min
pépites > Politique
Election
La droite conserve la majorité au Sénat
il y a 8 heures 42 min
© JACK GUEZ, Oded Balilty / AFP
© JACK GUEZ, Oded Balilty / AFP
Fin de la crise politique ?

Israël : Netanyahu - Gantz, pacte entre deux diables

Publié le 23 avril 2020
En Israël, Benjamin Netanyahu et Benny Gantz ont scellé scellent un accord après 484 jours de blocage politique. Les deux dirigeants politiques vont se succéder à la tête du gouvernement.
Michel D'Harez
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En Israël, Benjamin Netanyahu et Benny Gantz ont scellé scellent un accord après 484 jours de blocage politique. Les deux dirigeants politiques vont se succéder à la tête du gouvernement.

Le 28 mars 2020, je vous ai présenté certaines raisons de l’accord entre Benjamin Netanyahu et Benny Gantz, et la conclusion de ma chronique « fin de crise en Israël » était : « En attendant, il faut constituer le gouvernement, en passant par les tambouilles traditionnelles…as usual…et surtout s’attaquer à la crise sanitaire. » Il a fallu un mois pour arriver à un accord pour un gouvernement d’union et d’urgence nationale qui met un terme à 18 mois de gouvernement de transition.

Avant de présenter l’accord gouvernemental, revenons succinctement sur les principaux événements. Lundi 2 mars, au terme d’un troisième tour électoral, les électeurs israéliens avaient envoyé un message clair en faveur de Benjamin Netanyahu, nonobstant ses problèmes judicaires. Mais, la victoire a été courte, trop courte au point de devenir problématique.

Les 120 députés élus se répartissent ainsi :

  • 58 pour le bloc de droite emmené par Benjamin Netanyahu, et constitué du Likoud (36 sièges), les deux partis orthodoxes (16) et les sionistes religieux (6)
  • 47 pour une coalition hétéroclite dirigée par Benny Gantz et regroupant « Blanc Bleu » (33 députés), Israël Beteinou d’Avigdor Lieberman (7) et le regroupement du parti travailliste, du Parti d’extrême gauche Meretz et de la personnalité venue du Likoud Orly Lévy-Abecassis (7).
  • 15 pour la liste arabe unifiée, elle aussi regroupement de plusieurs tendances, y compris celle des islamistes radicaux.

Le soir même du scrutin, Benjamin Netanyahu a commis l’erreur de crier victoire trop tôt. Cinq jours plus tard avec les résultats définitifs, il fallait déchanter. La majorité n’était pas au rendez-vous.

Mais les chiffres sont têtus, les logiques politiques implacables, et Netanyahu un exceptionnel stratège. Nonobstant la position majoritaire du Likoud, il n’a pas cherché à revendiquer la mission de constituer un gouvernement ; il a laissé la tâche à Benny Gantz qui a mis 20 jours pour comprendre qu’il était dans une impasse. Le piège s’est alors refermé sur le leader de « Blanc Bleu » qui a dû aller à Canossa.

Benny Gantz a essayé de constituer un gouvernement sur la base d’un front « tous sauf Bibi » (« TSB ») comprenant des post sionistes et des antisionistes, des responsables venus du Likoud, d’autres de l’extrême gauche et des députés arabes. L’accession au pouvoir passait obligatoirement par un accord, tacite ou explicite avec les quinze députés de la liste arabe unifiée comprenant des responsables venus d’horizons très divers dont des islamistes radicaux

Ce qui était prévisible s’est produit, plusieurs députés membres de « Blanc Bleu » dont Zvi Hauser, Yoav Hendel ainsi que Orly Lévy-Abecassis, transfuge du Likoud, ont refusé cette perspective. Benny Gantz se retrouvait dans la même situation que Benjamin Netanyahu, sans majorité.

On croyait que la crise politique avait atteint son paroxysme, et qu’on allait à un quatrième round d’élections.

Pourtant, jeudi 26 mars, contre toute attente, Benny Gantz, le leader de la coalition de centre-gauche « Kakhol Lavan », « Blanc Bleu » s’est fait élire Président de la Knesset, le parlement israélien, avec 74 voix, les 58 du bloc de droite et 16 membres de « Blanc Bleu ». Benny Gantz a finalement cédé à l’ultimatum lancé par Benjamin Netanyahu durant « la bataille du perchoir ».

Comment expliquer un tel revirement ? L’absence d’expérience politique, surtout face à un adversaire coriace comme Netanyahu ? La crise sanitaire du coronavirus ? Les difficultés avec les députés arabes ? La future impossibilité de gouverner avec une coalition aussi disparate ? Le désaveu de l’opinion publique israélienne à la perspective d’un accord avec les députés arabes ? Des sondages catastrophiques s’il y avait un quatrième tour ?

Ses partenaires ont immédiatement crié à la trahison. Une conclusion s’impose. La haine ne suffit pas pour accéder au pouvoir, et la volteface de Benny Gantz conduit inéluctablement à une recomposition du paysage politique israélienne.

Au bout d’un mois de discussions non conclusives, notamment sur le choix du futur titulaire du ministère de la Justice et les conditions de nomination des juges à la Cour suprême, Benny Gantz a tenté un coup de bluff. Il a laissé entendre qu’en cas d’absence lundi 20, il inviterait la Knesset à voter les lois susceptibles d’empêcher un député inculpé devenir premier ministre. Étonnante démarche consistant à se servir de ses anciens alliés pour contrecarrer Netanyahu ; elle n’a eu aucun effet, et il a fini par accepter les conditions de Netanyahu.

Il a fallu un mois pour conclure. Les principaux éléments d’un accord retracés dans un document volumineux sont :

  • Le gouvernement s’appuierait sur une large majorité de 77 députés et aurait une opposition totalement éclatée entre le mouvement « Yech Atid » de Yaïr Lapid qui sera le leader de l’opposition, les députés arabes, les élus de Merets et ceux d’Israël Beiteinou d’Avigdor Lieberman. Alors qu’il se voyait comme faiseur de roi, ce dernier a tout perdu.
  • Netanyahu commence par être premier ministre avec Gantz comme vice-premier ministre pendant dix-huit ; en octobre 2021, ce sera « la rotatia » avec une inversion des rôles.
  • Le gouvernement sera pléthorique avec 34 ministres et deux vice ministres, ce qui est critiqué en cette période de flambée du chômage. Á deux expressions près, tous les membres du bloc « Blanc Bleu » seront ministres !
  • Benjamin Netanyahu doit faire face aux demandes de Naftali Bennet et à la grogne des ministres du Likoud qui ne retrouveront pas un poste ; il a décidé d’attendre le vote par le Parlement de l’accord pour finaliser la répartition des postes. Mais certains postes sont déjà affectés comme la Défense à Benny Gantz ou les affaires étrangères à Gaby Ashkenazy.

Les partis orthodoxes garderont leurs postes traditionnels à l’intérieur Arié Dehry et à la santé, avec Yaacov Litzman.

Le Likoud conserve les finances avec Israël Katz.

En acceptant de siéger dans un gouvernement Netanyahu en contrepartie du poste ministériel des affaires économiques, le travailliste Amir Perez a rasé sa moustache à défaut de manger son chapeau ; son colistier Itzik Schmuli aurait le département de l’emploi et des affaires sociales.

  • Les principaux points du programme de ce gouvernement sont la gestion de la crise sanitaire et économique du Covid-19 et la présentation au Parlement dès juillet d’une loi d’annexion des implantations de Cisjordanie et de la vallée du Jourdain, tel que défini par le « deal du siècle » de Donald Trump.
  • C’est certes un gouvernement d’Union, mais c’est surtout un gouvernement de la défiance. L’absence totale de confiance entre les deux partenaires a conduit à chacun des deux un droit de véto.

Cela peut présager une faible durabilité pour ce gouvernement, mais ce n’est pas si sûr.

Avec cet accord, Benjamin Netanyahu a assuré sa survie politique malgré sa situation judiciaire. Il pourrait vouloir de nouvelles élections compte tenu des sondages qui donnent le Likoud à 40 sièges, et de la jeunesse ainsi que de la faiblesse de la base électorale de Benny Gantz, sans insister sur la reconnaissance du succès de sa gestion de la crise du Covid-19. Mais il a tout intérêt à patienter et attendre que son horizon judiciaire soit éclairci.

Malgré son inexpérience politique et ses maladresses, Benny Gantz a, de son côté, réussi le tour de force d’avoir un gouvernement paritaire avec seulement 18 députés contre 58 pour Netanyahu. Alors qu’à aucun moment depuis seize mois il n’a été en mesure de constituer un gouvernement, il accède au pouvoir. Il a écarté son encombrant partenaire, Yaïr Lapid, ce qui explique sa violente réaction. Il reste à Gantz à faire ses preuves et à élargir sa base électorale s’il veut prétendre à la succession de Netanyahu.

Quelle que soit la pérennité de ce gouvernement, l’accord s’apparente à un accord entre deux diables, l’un pour assurer sa survie politique, l’autre pour asseoir son avenir politique.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Marie Esther
- 23/04/2020 - 15:34
pas d'accord sur le titre
ce n'est pas un pacte entre 2 diables. Ce sont 2 patriotes qui ont des idees proches sur la gouvernance du pays et heureusement l'opinion publique ainsi que la reflexion a permis a Gantz de s'eloigner de la liste unifiee dont une partie est anti sioniste et islamiste. Je pense que ce gouvernement peut durer parce que le pays ne peut pas se permettre de depenser beaucoup d'argent dans une 4e election meme si je pense que cela serait benefique a Netnyahu. Disons qu'en bonne likoudnik j'espere que cela durera jusqu'en octobre 2021.
Les problemes : Yamina qui va vouloir plus de sieges , Kakhol Lavan et ses allies qui occupent trop de ministeres, Bagatz qui n'a pas declare forfait.
Les + : la loi sur l'etat nation qui n'est psa remise en question, la souverainete sur la Judee Samarie a discuter des juillet, la presidence de la Knesset qui revient au Likoud (Levin) et le role des membres de la droite dans la designation de nouveaux juges