En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Santé
Lutte contre le virus
Olivier Véran dévoile de nouvelles mesures dans le cadre de la lutte contre la Covid-19 et précise que "la situation continue globalement de se dégrader"
il y a 3 heures 32 min
light > France
Monument de la gastronomie
Mort de Pierre Troisgros, le légendaire chef trois étoiles
il y a 6 heures 55 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’Ours et Une demande en mariage" de Anton Tchekhov : de biens étranges déclarations d’amour

il y a 9 heures 18 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Blackbird" de Roger Michell : par le réalisateur de "Coup de foudre à Notting Hill", un drame bouleversant sur les adieux d’une mère à sa famille… Avec une Susan Sarandon au sommet…

il y a 9 heures 58 min
décryptage > Terrorisme
Menace terroriste

Daech au grand Sahel : l’assassinat des Français au Niger, une preuve de plus de sa résistance

il y a 12 heures 10 min
décryptage > Economie
Projet de fusion

Suez – Veolia : le mythe toxique du "champion national"

il y a 12 heures 20 min
décryptage > France
"Le Livre noir de l'autisme"

Autisme : les cobayes de la honte

il y a 12 heures 38 min
pépite vidéo > Politique
LREM
Aurore Bergé révèle qu'il existe un "malaise profond" au sein de La République en marche
il y a 13 heures 12 min
décryptage > Science
Univers

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

il y a 13 heures 53 min
décryptage > Finance
Impact de la crise du Covid-19

Retour à la réalité sanitaire sur les marchés financiers : attention aux secousses sur les marchés

il y a 14 heures 17 min
light > Culture
Icône de la chanson française
La chanteuse Juliette Gréco est morte à l'âge de 93 ans
il y a 4 heures 43 min
pépites > Société
Evolution
Emmanuel Macron annonce "7 jours obligatoires" dans le cadre du congé paternité d'un mois
il y a 7 heures 19 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les pôles, une aventure française" de Dominique Le Brun : "il y a trois sortes d’hommes : les vivants, les morts et ceux qui vont sur la mer". Aristote

il y a 9 heures 31 min
décryptage > International
Espoir

Un processus de paix en Afghanistan, quelle issue et à quel prix ?

il y a 11 heures 53 min
Futur
Elon Musk espère produire une voiture électrique coûtant 25.000 dollars d'ici trois ans
il y a 12 heures 16 min
décryptage > Europe
Union européenne

La force : question de taille ou d’agilité ?

il y a 12 heures 27 min
light > People
People
Le prince Harry et Meghan Markle critiqués pour avoir donné leur avis sur la prochaine élection présidentielle américaine
il y a 13 heures 1 min
décryptage > France
Un pluriel apaisant

Ne dites plus "séparatisme" (c'est stigmatisant) dites "séparatismes" (ça ne veut rien dire)

il y a 13 heures 46 min
pépites > Justice
Enquête
Une dizaine d’ADN inconnus trouvés sur un matelas de Michel Fourniret
il y a 13 heures 55 min
pépites > International
Russie
Alexei Navalny, opposant politique russe, a quitté l'hôpital allemand où il était soigné
il y a 14 heures 24 min
© PHILIPPE HUGUEN / AFP
© PHILIPPE HUGUEN / AFP
Billet d'humeur

Le coronavirus ne devrait pas tuer la libido, mais les gestes barrières découragent très certainement les exercices amoureux

Publié le 23 avril 2020
Comme beaucoup de ses confrères, Philippe Abastado est allé chez le pharmacien retirer les masques que l’administration, dans sa sagesse et sa générosité, distribue aux médecins. L’occasion de vérifier, ce que les patients achètent en période de crise. Le résultat est assez surprenant.
Philippe Abastado
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe  Abastado est Cardiologue clinicien, Directeur de Recherche en Epistémologie appliquée à la médecine au CRPMS-Université de Paris.  ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Comme beaucoup de ses confrères, Philippe Abastado est allé chez le pharmacien retirer les masques que l’administration, dans sa sagesse et sa générosité, distribue aux médecins. L’occasion de vérifier, ce que les patients achètent en période de crise. Le résultat est assez surprenant.

A l’entrée de chez mon pharmacien,  la queue se forme dans la rue mais peu de monde. Cela me surprend. Deux boutiques restent ouvertes : les pharmacies et les épiceries. Après les poireaux et beurre-œufs-fromages, je m’attendais à ce que les consommateurs refoulés trouvent dans la parapharmacie de quoi s’exprimer. Les probiotiques et autres huiles essentielles sont censés stimuler le système immunitaire et avoir de multiples vertus. Le bien-être, la beauté demeurent des exigences du quotidien. Force de constater que la parapharmacie ne déplace pas les foules.

J’interroge mon ami pharmacien sur ses ventes. Et je cherche à savoir, à côté des ventes de médicaments prescrits pour des maladies graves ou longues, comment se portent celles des produits à visée récréative. Une litote pour évoquer les inhibiteurs des phosphodiestérases plus connus dans le public sous les noms fameux de Viagra, Cialis, Levitra, Spedra. 

A en croire mon pharmacien, les ventes de ces produits chutent. Alors que moi, naif, je m’attendais à ce que le confinement favorise les rapprochements.  Il semble surtout qu’il pénalise les amours illégitimes ou que la conjugalité n’ait pas besoin de stimulant. Je me demande si existe un lien entre ces ventes en baisse et l’augmentation de la violence intra-familiale. 

A moins que les mesures barrières s’immiscent dans les couples, il est vrai qu’une distance minimale de 1 mètre entre les corps rend illusoire l’emploi de ces petites pilules.  Peut-être faudrait-il diffuser ces produits pour réduire les violences ? Il est à remarquer néanmoins que les ventes de contraceptions orales ne fléchissent pas. Faut-il y voir que le genre féminin est plus vaillant ou que les rapprochements des corps sont âge dépendant ? 

Si Didier Raoult comme infectiologue garde une tendresse pour l’Hydroxychloroquine qui fut un traitement du paludisme, autorisons au cardiologue un sentiment semblable pour une famille qui sauvait des patients des insuffisances cardiaques. Des inhibiteurs des phosphodiestérases -l'amrinone, l'enoximone et milrinone (inhibiteur de la PDE -3) - appartenaient aux traitements de la dernière chance pour les malades mourant d’œdème du poumon. Ces produits augmentaient le débit cardiaque, dilataient les vaisseaux et intervenaient sur leur régulation nerveuse. Malheureusement, la poursuite de ces drogues au-delà de quelques jours était entachée d’une surmortalité. La milrinone reste un traitement inhalé des hypertensions artérielles dans les poumons. C’est en travaillant sur une forme orale de cette famille que furent découvertes des propriétés intéressantes au Sildénafil, vendu sous le nom de Viagra (inhibiteur PDE-5). C’est ce que l’on appelle un « effet secondaire ».

La manifestation majeure de l’infection au Covid est une insuffisance respiratoire avec un œdème attribué à la réaction inflammatoire. Aucun traitement à ce jour n’a réussi à bloquer cette réaction et éviter l’aggravation. Des inhibiteurs des phosphodiestérases ne peuvent pas faire de mal et peut-être même du bien. L’ordonnance Covid serait un de ces produits déjà magique à prendre dès les premiers signes cliniques, tant que le -ou la- patient est vaillant, avant l’orage inflammatoire et son insuffisance respiratoire. Les effets secondaires semblent à priori moins redoutables que les signes digestifs de l’Hydroxychloroquine, la tolérance cardiologique du produit a déjà été largement étudié. Une prise en charge du médicament par l’Etat sera du meilleur effet politique de Lille à Marseille. Une autre question sera étudiée : l’amour apaise-t-il la violence ? L’homme serait-il plus dangereux que le virus ?

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
evgueniesokolof
- 23/04/2020 - 18:05
Heureusement que je tiens....
Freud pour un escroc car la première phrase:
"Al’entrée de chez mon pharmacien, la queue se forme dans la rue"
Et que serait-ce si c'était à l'entrée de la pharmacienne?
Il faut un temps où le slogan des féminardes était: "une seule solution, la castration !"
Qu'attend la copine de Benoit ( la Schiapette) pour crier avec la Si Bête: "Contre le féminicide, une seule solution: le coronavirus" et si cela ne suffit pas, on trouvera bien un médecin charlot qui affirmera sur BouFfeMerde TV que le coronavirus a muté: c'est le coronabitus dont le premier malade fut un certain Griveau!
On nous prend vraiment pour des cons....pas au sens où l'entendait le divin marquis....compris Cloette ?