En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Selon « Le Monde », Abdouallakh Anzorov, l’auteur de l’attentat, a donné plusieurs centaines d’euros à des élèves du collège en échange d’informations pour identifier le professeur

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

04.

Les courants qui nous mènent droit à la déflation se font de plus en plus forts

05.

Islamisme : la République de la complaisance

06.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

07.

Comment les comparateurs en ligne menacent la survie de pans entiers de l’industrie des services en France

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Thibault de Montbrial : « Le vivre-ensemble n’est plus qu’une incantation psalmodiée par des gens qui, à titre personnel, font tout pour s’y soustraire »

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Emmanuel Macron, le Gorbatchev de la technostructure française ?

ça vient d'être publié
light > Politique
Principe de précaution
Coronavirus : Brigitte Macron décide de se mettre à l'isolement pendant 7 jours après avoir été cas contact
il y a 3 heures 52 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"On purge bébé" de Georges Feydeau : un vaudeville comme on les aime

il y a 4 heures 31 min
pépites > Justice
Enquête en cours
Mort de Samuel Paty : le terroriste était en contact avec les auteurs des vidéos qui visaient l'enseignant
il y a 6 heures 11 min
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les régions vont diffuser un livre de caricatures dans les lycées
il y a 7 heures 17 min
décryptage > Economie
Evolution de la pandémie

Panorama COVID-19 : maintenant, c’est l’Europe qui est la plus touchée par les nouveaux cas

il y a 9 heures 55 min
décryptage > France
Liberté d'expression

Pour une publication massive des caricatures

il y a 10 heures 15 min
light > Economie
Voiture propre
La Chine, leader dans le domaine des voitures électriques - avec 138 modèles sur son marché, contre 60 en Europe, et seulement 17 aux États-Unis - abrite aussi le premier constructeur mondial
il y a 10 heures 56 min
Alimentation
La Chine se met à aimer le lait après l'avoir ignoré pendant plusieurs générations
il y a 12 heures 6 min
décryptage > Terrorisme
Reculer pour mieux sauter

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

il y a 12 heures 39 min
décryptage > Finance
Impact de la pandémie

Les courants qui nous mènent droit à la déflation se font de plus en plus forts

il y a 13 heures 24 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Covid-19 et réchauffement climatique" de Christian de Perthuis : une analyse qui mérite un détour, comme tout témoignage sincère, mais avec ses limites

il y a 4 heures 14 min
pépites > Politique
Chaises musicales
Le rapporteur général de l'Observatoire de la laïcité, Nicolas Cadène, devrait être remplacé
il y a 5 heures 21 min
light > France
Magie de Noël menacée
Covid-19 : le marché de Noël des Tuileries est annulé à Paris suite au coronavirus
il y a 6 heures 45 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Choisir la mort ou la Mort. La France a fait son choix

il y a 9 heures 19 min
décryptage > International
MilkTea

« L’alliance du thé au lait » : le mouvement du refus de l’expansionnisme chinois s’étend en Asie

il y a 10 heures 8 min
light > High-tech
Justice
Instagram visé par une enquête de la Commission irlandaise pour la protection des données
il y a 10 heures 29 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Couvre-feu : et les meilleures solutions pour les télé-apéros sont...
il y a 11 heures 21 min
pépite vidéo > France
Lutte contre le fondamentalisme
Conflans-Sainte-Honorine : "Nous ne pouvons pas laisser faire ce genre de fatwas en ligne", selon Gérald Darmanin
il y a 12 heures 20 min
décryptage > Politique
Stratégie

LR contraint de s’allier à LREM pour survivre ? Les faux calculs de Christian Estrosi

il y a 13 heures 3 min
rendez-vous > Santé
Zone Franche
Coronavirus : le scandale caché du sous-investissement mortuaire
il y a 13 heures 40 min
© JOEL SAGET / AFP
© JOEL SAGET / AFP
Mesures d'urgence

Crise sanitaire : il faut un pilote dans l’avion

Publié le 23 avril 2020
Valérie Boyer, députée LR des Bouches-du-Rhône et Julien Aubert, député LR de Vaucluse, ont cosigné ce texte avec d'autres députés et sénateurs Les Républicains sur la question du déconfinement, du traçage et des solutions pour le pays face à la crise du Coronavirus.
Valérie Boyer
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Valérie Boyer est députée des Bouches-du-Rhône et Adjointe au Maire de Marseille - Auteur et rapporteur de la  proposition de loi visant à réprimer la contestation des génocides reconnus par la loi. 
Voir la bio
Julien Aubert
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Julien Aubert est député LR dans la 5e circonscription de Vaucluse. Il est secrétaire général de l'Association des députés gaullistes de l'Assemblée nationale.
Voir la bio
Thibault Bazin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Thibault Bazin est député de Meurthe-et-Moselle.
Voir la bio
Bernard Fournier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bernard Fournier est sénateur LR de la Loire.
Voir la bio
Sébastien Meurant
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sébastien Meurant est sénateur du Val-d’Oise.
Voir la bio
Bérengère Poletti
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bérengère Poletti est députée des Ardennes.
Voir la bio
René-Paul Savary
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
René-Paul Savary est sénateur de la Marne.
Voir la bio
Guy Teissier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Guy Teissier est député LR des Bouches-du-Rhône.
Voir la bio
Patrice Verchère
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Patrice Verchère est député du Rhône.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Valérie Boyer, députée LR des Bouches-du-Rhône et Julien Aubert, député LR de Vaucluse, ont cosigné ce texte avec d'autres députés et sénateurs Les Républicains sur la question du déconfinement, du traçage et des solutions pour le pays face à la crise du Coronavirus.

Alors que la date fatidique du 11 mai approche, il devient urgent de préciser notre stratégie sanitaire de déconfinement. Pour le moment, une forme de confusion règne : la France ne s’est pas dotée d’une doctrine harmonisée de port du masque et de protection des personnels, les collectivités locales ont dû suppléer en urgence l’impéritie de l’État, et le plus grand flou circule sur la typologie de masques disponibles (FFP2, chirurgicaux, tissus) : qui doit porter quoi et se le procurer où. Il en est de même pour le dépistage.

Nous pensons, à l’image de ce qui se passe dans d’autres pays, qu’il est temps qu’un seul acteur soit aux manettes, un acteur reconnu, national, dont c’est la mission. Cet acteur, en France, c’est la sécurité sociale, fille du Conseil national de la Résistance. Bien que née sous « l’Ancien monde », elle a la capacité d’opérer le suivi de la distribution de masques qui précèdera puis accompagnera le déconfinement, ce qui suppose de s’assurer que les points de distribution soient équitablement répartis sur le territoire et que chacun puisse y avoir accès.

Dès lors, il nous paraîtrait logique que ce soit le réseau des pharmacies qui assure cette première distribution de masques en urgence, le coût devant être pris en charge par l’assurance maladie, au moment de la distribution. Via la carte vitale, la Sécurité sociale sera en mesure de suivre la diffusion des masques de protection, d’assurer une équité dans la distribution et d’éviter que certains ne fassent des stocks de précaution. Les communes qui ont fait l’acquisition de masques pourront choisir de les distribuer elles-mêmes ou de la confier au réseau des pharmacies d’officine, extraordinaire réseau de professionnels de la santé de proximité. L’envoi de millions de masques par la poste ou bien la distribution à domicile est une gageure logistique, qui ne permet pas de suivi de la santé publique.

Ce choix stratégique Sécurité sociale/pharmacies n’est pas seulement une option de court-terme, mais devrait être l’épine dorsale de notre organisation sanitaire, y compris pour les choix futurs. Le gouvernement a par exemple proposé une forme de traçage numérique des malades, ce qui a évidemment aiguisé l’appétit d’Apple et de Google, qui ont uni leur force pour développer une application de géolocalisation.

Nous proposons que la France reste éthique et souveraine avec une solution technologique dont elle est déjà dotée : le fichier de l’Assurance maladie. Comme pour les masques, la clé d’entrée, si cette mesure était choisie, pourrait être non pas un numéro d’identification aléatoire mais le numéro de sécurité sociale, qui permettrait de s’inscrire sur une application en liaison avec l’Assurance maladie.

Néanmoins, nous récusons l’idée qu’on puisse pister un citoyen avec un bornage GPS ou bluetooth : les données de cette application resteraient, jusqu’à preuve de contamination, stockées dans le téléphone des intéressés comme n’importe quelle donnée personnelle, et consultables uniquement par l’assurance maladie en cas de contamination avérée. Au traçage gouvernemental proactif, nous opposons un traçage médical rétroactif, sur le modèle de ce qui est en réalité fait en Corée.

Un traçage médical signifie que ce traçage ne saurait être opéré par une quelconque application ou autorité gouvernementale. Les données devraient être anonymisées et uniquement utilisables dans une perspective médicale, au même titre que les données médicales soumises aux articles 1111-7 et 1111-8 du code de la santé publique. Il devrait donc se faire avec le numéro d’immatriculation d’assuré social, le NIR, figurant sur la carte vitale, ce qui conduit à faire de la caisse nationale d’assurance maladie, et non le ministère de la santé ou les ARS, le pilote de l’opération. Le NIR étant relié à l’adresse physique de l’assuré, on aurait ainsi les données nécessaires pour la comptabilisation.

Un traçage rétroactif signifie qu’il ne concernerait pas les actions futures : une enquête serait ouverte sur les quinze jours précédents une contamination pour prévenir les personnes ayant pu croiser une personne infectée. Les données stockées seraient envoyées à l’assurance maladie avec alerte pour les personnes concernées éventuellement contaminées. Pendant la durée d’isolement du malade, aucun traçage ne devra être effectué, le suivi s’opérant par des contrôles téléphoniques, sur le modèle de l’inspection du travail ou des enquêtes de santé publique actuellement conduite.

Pour faire en sorte que l’application permettant ce traçage rétroactif soit massivement utilisée, nous proposons qu’en cas de confinement ou d’isolement suite à un signalement numérique de ladite application, une garantie financière de 100% du salaire tout au long de la durée du confinement soit mise en place si le télétravail est possible ou bien une indemnisation de 100% sans jour de carence si ça ne l’est pas. Enfin, cette base de données temporaire aura une durée de vie légale limitée et devra être hébergée sur des serveurs extérieurs à l’Etat.

Nous ne devons pas avoir peur des mots, mais des atteintes à la liberté. Ce dont nous avons besoin, c’est d’un réseau d’alerte anonymisé, géré dans une stricte perspective médicale, sans aucun « traçage » ni « fichage » de la population ; un réseau éthique indépendant des GAFAM ou de tout autre prédateur de nos données santé. Ce système existe c’est l’Assurance maladie, notre modèle français.

Auteurs : 

Valérie Boyer, député des Bouches-du-Rhône et Julien Aubert, député de Vaucluse 

Cosignataires :

Thibault Bazin, député de Meurthe-et-Moselle

Bernard Fournier, sénateur de la Loire

Sébastien Meurant, sénateur du Val-d’Oise

Bérengère Poletti, député des Ardennes

René-Paul Savary, sénateur de la Marne

Guy Teissier, député des Bouches-du-Rhône

Patrice Verchère, député du Rhône

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
lasenorita
- 23/04/2020 - 17:14
Je continue..
Je ne sais ce qui s'est passé.. Je continue: Ce journaleux minimisait le fait de jeter des cocktails Molotov sur un commissariat, à Strasbourg.. puisque cela était fait par des islamo-racailles! Les Français ne sont pas,aussi, en sécurité à cause de notre ''Justice'' qui ne punit pas suffisamment les meurtriers.. voici un exemple: une personne âgée, dans mon quartier, a été renversée,par terre, par un ''JEUNE'' ,qui lui a arraché son sac (qui contenait 30€),la tête de cette femme a heurté le trottoir et elle est décédée à l'hôpital.. Si nos policiers auraient réussi à retrouver ce MEURTRIER.. notre ''JUSTICEE'' ne l'aurait pas puni en conséquence de ce qu'il a fait :cela l'encourage à recommencer! En France: on peut tuer des innocents sans être tué, à son tour!.. Les valeurs sont inversées dans nos cités: non-respect de la loi, trafics en tous genres, insultes, provocations et CRACHATS sur nos forces de l'ordre, etc.. Tant que nous aurons des Bisounours(qui ne pensent qu'à parader)pour gouverner la France la grande MAJORITE des Français ne se sentiront pas chez eux, en France!
lasenorita
- 23/04/2020 - 16:53
Il nous faudrait un président énergique!
Les Français ne sont pas en sécurité,dans leur pays,à cause des mollassons qui les gouvernent.. des islamos-collabos qui ne savent que serrer des mains et faire de beaux discours!.. Ce sont toujours les mêmes qui cassent, qui brûlent des voitures, qui caillassent les forces de l'ordre et ce sont aussi TOUJOURS LES MEMES qui paient, c'est-à-dire les ''Français moyens'' qui sont obligés de donner des sous aux casseurs qui leur empoisonnent la vie!...Nos médias sont asservis au ''politiquement correct'': ainsi, hier, à 20h45,sur l'A2:un journaliste minimisé le fait de jeter des cocktails Molotov sur un commissaria
hoche38
- 23/04/2020 - 15:31
Enfin un peu de joyeuseté en ces temps lugubres!
Quand on regarde la liste des "personnalités" qui ont composé cet "Appel du 23 avril", on ne peut s'empêcher de rire. Il y a là tous les apparatchicks naufragés de ce qu'ils appelaient "la droite de gouvernement", ceux du moins qui n'ont pas encore su se recaser dans la Macronie heureuse, et qui imaginent se refaire en nous vendant tout le contraire de ce qu'ils ont fait depuis trente ans.