En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

02.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

03.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

04.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

05.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

06.

Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"

07.

Pierre Manent : "Nous souffrirons longtemps de la passivité qu’a imposé le gouvernement aux Français avec le Covid"

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

06.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

ça vient d'être publié
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 12 min 18 sec
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 34 min 30 sec
décryptage > Environnement
Anticipation

Vers des coupures d’électricité cet hiver ? Ces avertissements que le gouvernement s’est ingénié à ne pas comprendre

il y a 1 heure 9 min
pépites > Politique
Etats-Unis
Donald Trump finit par débloquer le processus de transmission du pouvoir à Joe Biden
il y a 1 heure 54 min
décryptage > Europe
Capital politique en jachère

2020, l'année où l'Union européenne conserva l'approbation d'une majorité d'Européens contre vents et marées... sans rien savoir en faire

il y a 2 heures 20 min
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 15 heures 14 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 16 heures 53 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 19 heures 39 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 20 heures 41 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 21 heures 47 min
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 16 min 18 sec
pépites > Santé
Coronavirus
Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"
il y a 57 min 47 sec
décryptage > International
Prévisions

Doubler le PIB chinois d’ici 2035 ? Voilà pourquoi l’objectif de Xi Jinping est un pur fantasme

il y a 1 heure 47 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Bercy force les assureurs à couvrir les risques de pandémie mais pas ceux du Covid. Ce n’est pas gagné

il y a 2 heures 16 min
décryptage > Santé
Tester, tracer, isoler

Covid-19 : mais pourquoi l’Isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

il y a 2 heures 23 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 15 heures 46 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 17 heures 39 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 20 heures 19 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 21 heures 27 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 22 heures 3 min
© Andrew CABALLERO-REYNOLDS / AFP
© Andrew CABALLERO-REYNOLDS / AFP
Le point de vue de Dov Zerah

Le grand retour du Fond Monétaire International

Publié le 21 avril 2020
Avec Dov Zerah
La crise du COVID 19 remet en selle le Fonds monétaire international (FMI) pour participer à la résolution de ses effets économiques.
Dov Zerah
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ancien élève de l’École nationale d’administration (ENA), Dov ZERAH a été directeur des Monnaies et médailles. Ancien directeur général de l'Agence française de développement (AFD), il a également été président de Proparco, filiale de l’AFD spécialisée...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La crise du COVID 19 remet en selle le Fonds monétaire international (FMI) pour participer à la résolution de ses effets économiques.
Avec Dov Zerah

Créé en juillet 1944, à la conférence tenue à Bretton Woods, le FMI avait pour mission principale jusqu’en 1976, de veiller au respect du système de changes stables et à la convertibilité des monnaies. L’objectif était d’éviter les dévaluations compétitives perturbant les échanges internationaux, considérées avec l’accroissement des droits de douane comme les principales causes de l’accentuation et de la durée de la crise ouverte en 1929.

Les accords de la Jamaïque ont mis fin au système des changes fixes et changent radicalement la mission du FMI même s’il est toujours chargé de mettre à la disposition des pays-membres les ressources financières leur permettant de rétablir leurs balances des paiements courants, sous réserve de conduire des politiques macroéconomiques appropriées. En 1976, il a perdu son rôle de gendarme des changes pour devenir le pompier du Monde.

Dans les années quatre-vingt-dix, son rôle a été déterminant pour aider les pays d’Afrique sub-saharienne à sortir de la crise, avec notamment les plans d’ajustement structurel conduits sur la base du « consensus de Washington ». D’autres pays comme l’Argentine ou le Mexique ont pu dépasser leurs difficultés financières grâce au FMI.

La crise financière de 2008 lui a donné de nouvelles perspectives avec un regain de l’activité de prêts à des Etats ayant des difficultés avec les marchés ; mais la perspective d’un rôle accru dans la gouvernance financière internationale ne s’est pas confirmée.

Pour faire face à cette nouvelle crise, le Monde a besoin du FMI. Saluons que le FMI n’a attendu l’invitation d’aucun État ou groupe d’États pour agir :

  • Il a prêté à de nombreux pays, la Bolivie (320 M£), la Côte d’Ivoire (886,2 M$), Haïti (112 M$), la Tunisie (745 M$) … Les besoins sont importants compte de la baisse attendue du PIB qui passerait, selon l’ONU, de 3,2 % à – 2 %. Le spectre de la décennie quatre-vingt-dix ressurgit !
     
  • Il a accordé 215 M$ d’allégements de dettes à 19 pays africains. Le sujet de la dette africaine peut très vite devenir un sujet de discorde avec la Chine.

Les annulations de dettes réalisées au début du millénaire ont conduit à la mise en place d’une discipline collective supervisée par le FMI pour éviter de reconstituer à plus ou moins brève échéance un nouveau « mur de la dette ». Mais, depuis plus d’une vingtaine d’années, la Chine a prêté à pratiquement tous les pays africains pour sécuriser ses sources d’approvisionnements en matières premières et conforter ses débouchés commerciaux. Elle l’a fait de son propre chef, de manière bilatérale ; le FMI et ses principaux actionnaires l’ont accepté.

La semaine dernière, mercredi 15 avril, les pays membres du G20 dont la Chine ont proposé de suspendre le paiement de la dette jusqu’à fin 2020. Mais les pays africains attendent un moratoire, voire des annulations. Á la différence de ce qui s’est passé au début du millénaire, tout nouveau plan d’annulations de dettes ne pourra se faire sans une implication totale de la Chine ; aucun chiffre n’ayant été rendu public par Pékin, ses créances seraient, selon certaines estimations de 150 Md$, plus d’un tiers de la dette publique totale africaine.

La Chine a déjà annulé la dette de certains pays, mais elle l’a fait de manière bilatérale, en dehors des règles collectives du Club de Paris. La procédure multilatérale est essentielle pour empêcher qu’un créancier obtienne des contreparties dolosives.

 

Pour faire face à tous ces besoins, le FMI aura besoin de ressources. Comme chacun de ses principaux actionnaires, États-Unis, Japon, Allemagne, France, Royaume-Uni, Chine…mobilise ses capacités pour relancer son économie, est logiquement réapparue l’idée d’émettre des droits de tirage spéciaux (DTS). Nouvelle monnaie internationale, le DTS a été créé en 1969 pour faire face à l’incapacité du dollar à jouer son rôle de monnaie véhiculaire du commerce international et des difficultés du système de l’étalon or. Depuis 2016, sa valeur est calée sur un panier de monnaies convertibles, le dollar, l’euro, le yen et la livre sterling auxquelles a été ajoutée la devise chinoise, le yuan.

Enfin, le FMI vient de publier sa mise à jour de ses données prévisionnelles, retracées dans le Word Economic Outlook. Sans grande surprise, elles annoncent la plus grave crise économique depuis la fin la seconde guerre mondiale, avec pour 2020 une baisse de 3 % du PIB mondial. Ce chiffre global recouvre de très grandes disparités :

  • La zone euro serait la plus durement touchée avec - 7,5 %, tous les pays étant particulièrement atteints, - 7 % pour l’Allemagne, -7,2 % pour la France, - 9,1 % pour l’Italie ; ses voisins le sont également, Algérie (- 5,2 %), Maroc (- 3,7 %), Royaume Uni (6,5 %), Tunisie (- 4,3 %), Turquie (-5 %), Afrique sub-saharienne (- 1,6 %)…
     
  • Le PIB des États-Unis reculerait de 5,9 %. L’Amérique latine ne serait pas mieux lotie avec des baisses autour de 6 % pour les grands pays.
     
  • La croissance chinoise serait plus faible que les traditionnels 6 % par an, mais néanmoins positive à 1,2 % !

Ces perspectives sont susceptibles d’alimenter le discours sur la responsabilité de la Chine dans cette pandémie. Cette situation est un des effets collatéraux inéluctables du modèle économique chinois. Depuis trente ans, nous avons beaucoup accepté des Chinois pour leur vendre nos productions, voire nos technologies… dumping social, dumping environnemental et dumping monétaire… Ne fermons plus les yeux ! Depuis trente ans, la Chine a engrangé des excédents commerciaux au point d’avoir accumulé 3 000 Md$ de réserves. Pendant ce temps, nous avons enregistré des déficits et accepté les fermetures de nos usines. L’échange international ne peut durablement perdurer sans respect d’un minimum de règles. Le fléau du virus peut permettre de mettre à plat les conditions de fonctionnement du commerce international. Á défaut le national-populisme va prospérer !

Nous avons un besoin urgent de coopération internationale pour déterminer les règles de fonctionnement de notre monde. L’apparition hier de prix négatifs pour le pétrole en constitue une preuve supplémentaire.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Mots-clés :
Economie, FMI, monde
Thématiques :
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires