En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

02.

Arrestations massives sur le DarkWeb à travers la planète : coup d’arrêt... ou d’épée dans l’eau ?

03.

Attaque près des anciens locaux de Charlie Hebdo : ouf, l'Agence France Presse ne risque rien

04.

Sauver la Seine-Saint-Denis, mission impossible ? Non... mais l’Etat n’est pas le "héros" qu’il pense être

05.

Et si la nouvelle la plus importante pour l’avenir du climat de la planète venait de passer quasi inaperçue

06.

Pendant le confinement les oiseaux ont chanté de manière différente

07.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

01.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

02.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

03.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

04.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

05.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

06.

Non, les adhérents de LREM ne méritent pas Macron ! Il est trop grand, trop beau, trop génial pour eux.

01.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

04.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

05.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

06.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

ça vient d'être publié
décryptage > Media
Le journalisme est un foutu métier

Attaque près des anciens locaux de Charlie Hebdo : ouf, l'Agence France Presse ne risque rien

il y a 15 heures 20 min
pépite vidéo > Politique
Enquête en cours
Jean Castex confirme qu'une attaque s'est produite "à proximité" des anciens locaux de Charlie Hebdo
il y a 17 heures 41 min
pépites > France
Onzième arrondissement
Paris : attaque à l'arme blanche près des anciens locaux de Charlie Hebdo
il y a 19 heures 33 min
pépites > Santé
Politique
Le Premier ministre n'a pas téléchargé l'application «StopCovid» comme la quasi totalité des Français
il y a 21 heures 22 min
light > Economie
Economie
La Chine va lancer la version numérique de sa monnaie officielle le yuan
il y a 21 heures 56 min
décryptage > France
Faut voir

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

il y a 22 heures 16 min
pépites > Société
Politique
Louis Aliot maire RN de Perpignan protégé par trois gardes du corps
il y a 22 heures 32 min
décryptage > Société
Angoisse face au Covid-19

Petits conseils pour rester un parent serein quand la pandémie fait flamber votre stress

il y a 23 heures 9 min
light > Santé
Sport
Pas plus de 1.000 spectateurs par jour pour le tournoi de Roland Garros
il y a 1 jour 12 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Comédies françaises" de Eric Reinhardt : un magnifique roman d’initiation, itinéraire d’un millénial gâté

il y a 1 jour 15 heures
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand la ballerine pousse quelques notes et quand on doit se replonger dans la dolce vita : c’est l’actualité automnale des montres
il y a 17 heures 31 min
Environnement
Pendant le confinement les oiseaux ont chanté de manière différente
il y a 19 heures 28 min
pépites > Politique
Justice
Le Rassemblement National face à un ex-salarié devant le tribunal de Nanterre
il y a 20 heures 54 min
décryptage > Société
Impact pour les entreprises

Un congé paternité à côté de la plaque ?

il y a 21 heures 41 min
décryptage > Politique
Mesures concrètes ?

Sauver la Seine-Saint-Denis, mission impossible ? Non... mais l’Etat n’est pas le "héros" qu’il pense être

il y a 22 heures 5 min
décryptage > High-tech
Plaque tournante des trafics

Arrestations massives sur le DarkWeb à travers la planète : coup d’arrêt... ou d’épée dans l’eau ?

il y a 22 heures 28 min
décryptage > Justice
Succession de Ruth Bader Ginsburg

Cour suprême : ce que la démocratie et l’état de droit américains doivent aussi aux juges conservateurs

il y a 22 heures 49 min
décryptage > Economie
Crise sanitaire

COVID-19 : et maintenant, quel impact économique ?

il y a 23 heures 57 min
light > Santé
Des propos "à l'emporte-pièce"
Olivier Véran répond à Nicolas Bedos suite à son appel sur l'arrêt du port du masque et des gestes barrières
il y a 1 jour 14 heures
pépites > Santé
Désengorger les SERVICES
Covid-19 : les Hôpitaux de Paris vont reporter 20% des opérations chirurgicales dès ce week-end
il y a 1 jour 16 heures
© Pavel Golovkin / POOL / AFP
© Pavel Golovkin / POOL / AFP
Nationalisme chauvin ?

Le contrat social chinois en péril : attention au développement du nationalisme après la crise

Publié le 16 avril 2020
La domination politique du Parti Communiste Chinois repose historiquement sur trois piliers : le mao-communisme, la prospérité matérielle et le nationalisme anti-impérialiste. La crise sanitaire sape déjà les deux premiers.
Cyrille Bret
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cyrille Bret, ancien élève de l'Ecole Normale Supérieure, de Sciences-Po Paris et de l'ENA, et anciennement auditeur à l'institut des hautes études de défense nationale (IHEDN) est haut fonctionnaire et universitaire. Après avoir enseigné...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La domination politique du Parti Communiste Chinois repose historiquement sur trois piliers : le mao-communisme, la prospérité matérielle et le nationalisme anti-impérialiste. La crise sanitaire sape déjà les deux premiers.

Depuis la création de la République Populaire de Chine, le 1er octobre 1949, le Parti Communiste Chinois a passé un contrat implicite avec la population. En échange de l’obéissance politique, le PCC a successivement donné aux Chinois des garanties contre le fractionnement du territoire, la domination étrangère et enfin la pauvreté. Mais la crise du COVID-19 remet en cause ce pacte politique fondamental. Dans les régimes autoritaires, le consentement politique est présumé plutôt que recueilli. Il est trop dangereux, pour le pouvoir de Xi Jing Ping, de retremper sa légitimité dans des élections libres. Il lui reste en conséquence à jouer sur la fibre nationaliste y compris dans ses expressions agressives. La période postérieure à la crise sera, pour la Chine, prise entre la volonté de se poser en puissance médicale exemplaire et le souhait de s’imposer dans les luttes régionales et mondiales.

La fin du mao-communisme comme légitimité historique

Depuis longtemps, le communisme et sa version nationale, le maoïsme, ont cessé d’être une source de légitimité pour le pouvoir du PCC. Depuis la Révolution culturelle de 1966, le maoïsme révolutionnaire est implicitement discrédité en raison de l’affaiblissement politique et économique qu’il a causé dans la population chinoise. L’arrivée au pouvoir de Deng Xiaoping en 1980 a entrainé une série de réformes économiques rompant avec le mao-communisme et érigeant un « capitalisme rouge » préservant la Chine à la fois de la pauvreté matérielle et de la décadence politique causée en URSS par la Perestroïka.
Après la répression des mouvements démocratiques de la Place Tiananmen, le 4 juin 1989, le PCC a abandonné l’idée d’une légitimation de son pouvoir par le maoïsme et a refondé le contrat social national : l’unité nationale reposerait sur l’obéissance politique sans faille en échange de la prospérité économique. Aujourd’hui, face à la crise du COVID-19, la légitimité idéologique ne peut servir de pilier au pouvoir chinois : la population est devenue indifférente au récit collectif communiste et attend autre chose du PCC.

Les limites de l’unité politique comme ciment politique

En 1949, le PCC a offert aux Chinois ce dont ils avaient été privés depuis le milieu du 19ème siècle : le monopole de la violence légitime autrement dit un État dont la souveraineté est incontestée et l’unité territoriale intacte. La RPC a en effet clos le siècle de fragmentation du territoire chinois : les Traités Inégaux des années 1840-1850 avaient concédés aux puissances occidentales des territoires sur les côtes chinoises ; les invasions russes puis japonaises avaient prolongé ce mouvement de délitement durant le 20ème siècle ; mais surtout les guerres civiles avaient créé, au sein même de l’empire, des territoires entiers échappant au pouvoir central et soumis à des potentats locaux ou à des seigneurs de la guerre. Pour les Chinois, le communisme a d’abord été le synonyme de rétablissement de l’unité étatique. Or, aujourd’hui, l’unité est mise à mal par la crise du COVID-19 : en effet, les rapports entre le centre pékinois et les provinces ont connu un surcroît de tension. Loin d’être inconditionnellement soumises au PCC central, les provinces ont mené leurs propres politiques et les gouverneurs locaux ont constitué leurs propres clientèles politiques à la faveur des décennies de croissance économique soutenue.

L’arrivée au pouvoir de Xi Jinping, lors du XVIIIème congrès du PCC le 14 novembre 2012, a lancé un mouvement de recentralisation du pouvoir : le procès contre Bo Xilai, chef du parti communiste de la riche ville de Chongqing a montré à quel point le nouveau pouvoir essaierait de reprendre le contrôle sur les provinces. De même, la campagne anti-corruption en cours depuis 2013 sert à limoger régulièrement les responsables politiques locaux les moins soumis au pouvoir central et à l’équipe dirigeante. Cela a été souligné dès le début de l’ère Xi par François Godement dans Que veut la Chine ? Mais le rétablissement de l’unité politique est désormais un thème peu mobilisateur pour la population chinoise. Là encore, ce pilier est trop faible pour préserver le contrat social implicite en temps de crise.

La fin de la « Haute Croissance »

La crise du COVID-19 remet aussi en cause le pilier devenu essentiel du pacte politique proposé aux Chinois par le PCC. En effet, la croissance économique a pris le relai des sources traditionnelles de légitimité du système politique. En développant ses industries textiles, mécaniques, chimiques puis électroniques dans les années 1980 et 1900 sur ses côtes, la Chine a réussi à enchainer des années de décollage économique : durant la première décennie, son PIB a régulièrement connu des pics supérieurs à 10% de croissance et, durant la deuxième décennie, elle a maintenu une croissance annuelle supérieure à 8%. Avec l’entrée à l’OMC en 2001, l’économie chinoise s’est insérée dans les chaines de valeur mondiales jusqu’à devenir « l’usine du monde » et a acquis une position dominante dans tous les appareils productifs puis dans la finance mondiale. Elle a ainsi résisté aux crises économiques de 1998 puis de 2008 en garantissant malgré tout une progression de sa prospérité matérielle à sa population. Ces années-là, la croissance chinoise a réussi à demeurer au-dessus de 8%.
Pour la population, la croissance économique a eu un impact massif et rapide : plus d’un demi-milliard de Chinois sont sortis de la pauvreté en une génération. Et la fierté nationale s’est transférée du mao-communisme à la revendication du statut de première économie au monde.

Aujourd’hui, en raison de la crise sanitaire, la croissance s’essouffle, y compris comme ciment politique. Déjà relativement décevante en 2019, à un peu plus de 5%, la croissance est aujourd’hui prévue à un peu plus de 1% en 2020. Cela mettra à mal le pacte politique chinois en faisant perdre à l’obéissance politique sa contrepartie économique. Bien entendu, un fort rebond est prévu pour 2021 par les institutions de Bretton Woods (FMI, Banque Mondiale) à +9% du PIB chinois. Mais les ravages politiques intérieurs d’une année sans croissance sont encore incalculables. D’où la nécessité de renforcer le dernier pilier du pacte politique actuel : le nationalisme.

Le retour du nationalisme chauvin ?

Face à une telle remise en cause du système politique général, le PCC ne dispose plus que d’un levier efficace de légitimation de son hégémonie politique : la fierté nationale. Toute la question est aujourd’hui de savoir comment elle compte en user à la sortie de la crise.

Depuis le début de la crise sanitaire, la République Populaire de Chine essaie de compenser son statut de foyer de l’épidémie en déployant une activité redoublée sur la scène internationale. C’est qu’il en va sans doute de la légitimité du PCC aux yeux de la population. Ainsi, la Chine a déployé des actions humanitaires fortement médiatisées en soutien à l’Italie : les médecins chinois y ont fait régulièrement la Une des journaux. De même, elle est particulièrement active dans les débats scientifiques afin de manifester la puissance de ses instituts de recherche, de ses universités et de ses industries médicales. Acquérir le statut de puissance médicale exemplaire est le versant lumineux de cette stratégie d’influence internationale post-crise.

Mais l’activité de la Chine sur la scène internationale a un visage plus agressif. A l’échelon régional, les tensions se renforcent déjà, à la faveur de la crise sanitaire, avec Taïwan, la Corée du Sud et tous les États voisins. La Chine sera en compétition avec eux pour la reprise économique mais sera sans doute tentée de faire oublier le « trou d’air » économique par un regain d’activité dans la région. Et avec les États-Unis, la guerre commerciale est désormais doublée d’une compétition politique sur le discrédit de l’administration Trump dans la gestion de la crise sanitaire.

Compenser les faiblesses politiques intérieures par un surcroît d’agressivité extérieure est un procédé habituel pour les régimes autoritaires. Faute de pouvoir assurer leur légitimité sur le consentement explicite et libre de leurs populations, ils sont régulièrement tentés par l’aventurisme stratégique pour compenser les difficultés de leurs pactes politiques. A l’issue de la crise sanitaire, la Chine risque d’affronter des troubles sociaux issus des difficultés économiques. Reste à savoir quelle sera sa priorité : le softpower sanitaire ou l’agressivité militaire.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
evgueniesokolof
- 17/04/2020 - 10:00
Article assez risible
1% de taux de croissance !!! quand on a 1% en France , les gouvernants sont ravis et en plus elle est fausse
Nous on va être à-8% et c'est la mise sur orbite de sous développement qui s'annonce. La Chine n'aura pas besoin d'être agressive: on ne l'est pas avec un moribond !
Hiris
- 16/04/2020 - 19:54
Ils vont bien évidemment adopter l agressivité militaire
ET diplomatique dont la France vient de subir la première rafale par le biais de leur ambassadeur en France...Je me souviens des commentaires unanimes et récents sur ces gentils chinois qui savent tout faire et moins cher,a qui on a vendu des pans entiers de nos entreprises ,vendu notre savoir faire en leur envoyant nos maitres de chais pour qu ils apprennent à faire du vin ,ouvert à leurs étudiants nos écoles techniques,scientifiques et autres ,nos nez pour faire du parfum,nos écoles d excellence de l industrie du luxe alors que c est notre pépite, tout ça en oubliant leur appartenance communiste et leur drapeau rouge !!!! Pourtant on a connu autour de nous des pays où des massacres à grande échelle étaient de leur fait ,comment nos dirigeants ont ils pû être aussi c... avec autant d amnésie ! Ils viennent de provoquer des milliers de morts dans le monde et ne l assumeront jamais pour pouvoir continuer à nous vendre leurs merdes ...