En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
ça vient d'être publié
light > Insolite
Aux décibels
Si le comptoir vous manque, vous pouvez toujours écouter le brouhaha des cafés en streaming
il y a 8 heures 5 min
pépites > Justice
Bavure
Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus
il y a 9 heures 14 min
pépites > France
Justice
Quatre adolescents placés en garde à vue dans le cadre de l'enquête de l'assassinat de Samuel Paty
il y a 10 heures 13 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Macron : tout faire pour éviter une contamination de la grogne sociale et surtout une résurgence poujadiste.

il y a 12 heures 45 min
décryptage > France
Derrière les annonces

Ce qui se cache vraiment derrière "l'inégal sens des responsabilités" évoqué par Emmanuel Macron à propos des failles françaises face au Covid

il y a 13 heures 24 min
pépites > Style de vie
Cash
70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine
il y a 14 heures 34 min
décryptage > Religion
Enfin Allah devient sélectif

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

il y a 14 heures 54 min
pépites > Politique
Communication
Voici ce qu'il faut retenir du discours de Jean Castex sur l'allègement du confinement
il y a 15 heures 12 min
décryptage > Environnement
Coeur de l'atome

Haro sur le nucléaire et l'hydraulique: l’Europe frappée d’imbécillité énergétique ?

il y a 15 heures 19 min
décryptage > France
Première vague

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

il y a 15 heures 38 min
pépites > Politique
Bien installé
Selon un sondage, Laurent Wauquiez remporterait largement les régionales en Auvergne-Rhône-Alpes
il y a 8 heures 54 min
pépites > International
Problème Européen
À la veille du Black Friday, des employés d'Amazon Allemagne se mettent en grève
il y a 9 heures 53 min
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
L’actualité grise Macron dans « sa vision romanesque de la vie »; Le PS clarifie sa ligne sur la laïcité, EELV s’embrouille sur la sienne; Hidalgo s’inquiète de l’impact du gauchisme des Verts (sur son image); Mélenchon peu présidentiable aux yeux des Fra
il y a 10 heures 33 min
décryptage > Environnement
Ecologie

Ecocide : entre impensés, mal-pensé et arrières pensées, un nouveau délit à l’application piégée

il y a 12 heures 57 min
pépite vidéo > Sport
R.I.P
Maradona s'en va, les Argentins célèbrent leur héros national
il y a 14 heures 11 min
décryptage > International
Les yeux ouverts

Le grand défi d’Aliyev

il y a 14 heures 45 min
décryptage > Politique
Fluctuat et mergitur

Et le navire de la gauche vint se briser sur l’écueil de l’Islam…

il y a 15 heures 2 min
décryptage > Sport
Dieu du football

Maradona, l’immortalité haut le pied

il y a 15 heures 13 min
décryptage > France
Aimons nous les uns les autres

Après la résilience, la bienveillance : peut-on gouverner efficacement un pays avec des objectifs de développement personnel ?

il y a 15 heures 29 min
décryptage > France
Génie

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'inspirer

il y a 15 heures 50 min
© ROMAIN LAFABREGUE / AFP
© ROMAIN LAFABREGUE / AFP
Séparation définitive ?

Le coronavirus a-t-il finalisé le divorce entre la France qui dirige et celle des Gilets Jaunes ?

Publié le 15 avril 2020
Les Gilets Jaunes d'hier sont, bien souvent, aujourd'hui en "première ligne" dans la lutte contre le Covid-19. Et s'ils font partis de ceux qui portent actuellement le pays à bout de bras, cela pourrait aussi signer définitivement le divorce entre cette France et celle qui la gouverne.
Chloé Morin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Chloé Morin est ex-conseillère Opinion du Premier ministre de 2012 à 2017, et Experte-associée à la Fondation Jean Jaurès.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les Gilets Jaunes d'hier sont, bien souvent, aujourd'hui en "première ligne" dans la lutte contre le Covid-19. Et s'ils font partis de ceux qui portent actuellement le pays à bout de bras, cela pourrait aussi signer définitivement le divorce entre cette France et celle qui la gouverne.

Atlantico : La crise sanitaire liée au Covid 19 a-t-elle marqué le divorce définitif entre les Gilets Jaunes et le gouvernement ou, au contraire, a-t-elle permis de faire bouger les lignes ?

Chloé Morin : Ce que nous constatons, dans les chiffres de l'Ifop analysés avec Jérôme Fourquet, c'est qu'il existe une correspondance sociologique assez étroite, même si imparfaite pour certains segments (comme les fonctionnaires) entre les Gilets jaunes d'hier, et ceux qui sont aujourd'hui en "première ligne". Or, ces derniers sont certes heureux de la considération nouvelle que semble leur accorder le pays qu'ils portent à bout de bras aujourd'hui, mais ils n'en restent pas moins amers vis à vis de la politique gouvernementale, qui a tendu à les fragiliser depuis 3 ans, et vis à vis de situations de travail qui mettent parfois leurs vies en danger. Nous assistons en quelques sortes, sur le plan symbolique, à une inversion de la hiérarchie sociale. Mais il ne pourrait y avoir de "réconciliation" possible entre ces catégories et Emmanuel Macron que si ce dernier tirait des conclusions de l'effort fourni pour le moyen et long terme. 

On a vu, avec la visite de Macron à Raoult, une tentative présidentielle de marquer sa considération pour cette France des "humiliés", des "méprisés", des premiers de corvée et des "décro" qui se reconnaît dans cette figure atypique. Avec un résultat, sans doute, peu probant, tant la défiance et le soupçon de manipulation est grand chez les Gilets Jaunes vis à vis du pouvoir actuel.

Le message "on n'oublie pas", employé à de nombreuses reprises par l'extrême gauche sur les réseaux sociaux pour inviter l'opinion à garder en mémoire les actions "liberticides" du gouvernement, a dernièrement été détourné par certaines personnalités de droite pour rappeler les dégâts causés pendant les manifestations des Gilets Jaunes. Que signifie cette instrumentalisation politique du "On n'oublie pas" ? Quel sont les enjeux de cette lutte autour de la mémoire collective ?

Avec l'inversion de la hiérarchie sociale que j'évoquais à l'instant, les Gilets jaunes d'hier vivent une forme de revanche par procuration sur des élites économiques et politiques qui, à leurs yeux, ne savaient pas reconnaître l'importance de leur contribution à la vie économique et sociale de notre pays. 

Certains y voient l'espoir que, le rapport de force étant modifié, leurs revendications d'hier auront un débouché demain. Ce qui, forcément, génère des tensions chez leurs opposants d'hier, notamment à droite - même si à mon sens cet affrontement ne peut vraiment être pensé en termes gauche/droite ou même peuple/élites, tant notre pays est fragmenté. 

Rappelons que c'est autour de la thématique de l'ordre et du rapport à l'autorité que l'unité nationale initiale - initialement, tous les responsables politiques "comprenaient" voire "soutenaient" les Gilets jaunes, de l'extrême gauche à l'extrême droite - autour des Gilets jaunes s'est fissurée. L'image du mouvement s'est dégradée avec les violences et le surgissement des casseurs au sein de leurs manifestations. Peu à peu, les gilets jaunes initiaux, qui parlaient de justice et de pouvoir d'achat, ont été dépossédés de leur mot d'ordre. Leur incapacité à se doter de représentants a accentué ce brouillage de leur image aux yeux d'une partie de l'opinion, car ils ne pouvaient dès lors clairement et "officiellement" se désolidariser des casseurs comme le ferait un syndicat. 

Au-delà de cette bataille sur le passé qui se rejoue, c'est l'avenir du climat social qui semble en jeu : une partie des contempteurs des Gilets jaunes cherchent à réactiver dans l'opinion la mémoire de la peur du désordre afin de conjurer la formation d'un potentiel nouveau mouvement, qui pourrait prendre appui sur la popularité des "premières lignes" d'aujourd'hui pour porter des revendications sociales dans les entreprises à l'issue du confinement. 

Au sortir de la crise, le gouvernement risque-t-il de céder à des demandes populistes pour regagner la confiance des Français? Sera-t-il en mesure de prendre des décisions fortes afin de parer à la crise économique qui s'annonce ?

Tout dépend de ce que l'on entend par "populiste"... Car au fond, à ce stade, les revendications que l'on entend relèvent surtout de la justice sociale et n'ont rien de véritablement révolutionnaire. La demande d'exemplarité des dirigeants, à travers la distribution des dividendes par exemple, ou de reconnaissance sociale pour ceux qui risquent leur vie en allant travailler, n'ont pas grand chose d'extrêmiste. 

En revanche, si elle n'était pas entendue, il y a fort à parier que cette demande se radicalise, et génère des tensions sociales tant dans l'entreprise que dans le champ du débat politique. 

Toute la question est de savoir si cette demande saura se structurer davantage que les Gilets jaunes n'ont su le faire, ou si elle saura trouver dans l'offre politique actuelle des porte paroles crédibles et efficaces. 

Que penser de l'affrontement entre le Medef et Xavier Bertrand au sujet du renforcement du temps de travail pour les salariés après la crise ?

Xavier Bertrand s'est fait le porte parole d'une indignation très répandue dans l'opinion aujourd'hui, qui dépasse à mon sens largement le cercle des salariés aujourd'hui "au front", qui craignent pour leur santé, et concerne aussi toutes les classes moyennes fragilisées - ou craignant de l'être - par la situation économique. 

Ce que nous voyons dans les enquêtes, c'est que la plupart des Français ont déjà le sentiment de "faire des efforts", qu'il s'agisse de continuer à travailler - ce qui, rappelons le, concerne plus des 2/3 des Français, que ce soit en télétravail ou sur leur lieu de travail - ou bien de respecter les règles très contraignantes du confinement. 

Or, ils ont non seulement le sentiment qu'ils ne sont pas responsables de la crise, mais que l'ampleur de celle-ci, sur le plan économique, a été accru par sa mauvaise gestion par leurs dirigeants. Il est donc d'autant plus insupportable de leur demander de "régler la facture"... Les leçons sur le sujet sont d'autant plus insupportables pour les premières lignes qu'elles émanent souvent de dirigeants qui, comme de nombreux états-majors d'entreprises, sont "à l'abris", en télétravail chez eux, voire même ne respectent pas les règles de confinement... Dans la période qui vient, consentement du peuple et exemplarité des "élites" vont sans doute, plus encore qu'auparavant, être étroitement liés.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ifrj
- 16/04/2020 - 11:21
Elites
Je me demande parfois ce que regroupe le terme "élites" dans la bouche des journalistes. Sans aucun doute eux même comme membres auto désignés. Viennent ensuite les politiques, les technocrates divers et variés, voire les "artistes" (puisqu'ils leurs demandent leurs avis à tout bout de champ) en gros les gens responsables du désastre de cette gestion de crise (pas les artistes eux n'y peuvent rien mais sincèrement leur avis m'indiffèrent au plus au point). Bref si on veut avancer vraiment au lendemain de ce cirque il convient déjà de renvoyer les journalistes à l'école, au moins pour qu'ils arrêtent les fautes d'orthographes sur le bandeau de BFM ou CNews. Ensuite qu'on demande au gens de terrain leur avis et surtout qu'on en tienne compte.
spiritucorsu
- 16/04/2020 - 00:14
Le divorce est consommé!
La prise de pouvoir du roitelet grâce à ses amis oligarques des médias et l'installation d'une nouvelle aristocratie qui en a suivi et de la série de scandales à répétition qui en a découlée(affaires Benalla,de Rugy,Delevoye...a mis le règne de son altesse royale sous tension.A présent dans cette apothéose macabre d'incurie et d'impéritie que représente la gestion calamiteuse et criminelle de la crise sanitaire,les Français,gilets jaunes et beaucoup d'autres ,n'hésiteront pas à demander des comptes légitimes une fois passées l'épreuve et la période du deuil.Le divorce est à présent définitivement consommé entre les citoyens et ceux qui les représentent si mal et les trahissent si bien.Dans peu de temps,la macronie et ses chefs vont connaître le goût de la peur et des larmes,quand explosera la colère de tout un peuple
ajm
- 15/04/2020 - 23:52
Vaccins.
Vaccins dangereux ? On aimerait bien avoir un vaccin pour ce COVID 19 !! Vive les vaccins !!