En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

02.

Pénuries de (re)confinement : voilà ce que vous devriez acheter pour affronter novembre (et non, on ne vous parle pas de papier toilette)

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Un islamiste radical armé d'un couteau a été interpellé dans le centre de Lyon

05.

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

06.

Les investissements s’effondrent et signent la fin d’une mondialisation effrénée… Sauf pour la Chine, grande gagnante de la crise

07.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

ça vient d'être publié
pépites > Economie
Coronavirus
La barre des 36.000 morts franchie en France, premier jour de confinement, quel effet sur l'économie ?
il y a 12 min 41 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Avant la retraite" de Thomas Bernhard : il est encore fécond le ventre…

il y a 11 heures 55 sec
pépites > Politique
Réalité du confinement
Jean Castex et les ministres du gouvernement ont dévoilé les différentes mesures et aménagements liés au reconfinement
il y a 11 heures 37 min
pépite vidéo > Religion
Emotion
Attaque à Nice : le glas a résonné dans les églises de France en hommage aux victimes
il y a 15 heures 1 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Macron s’inquiète de l’affaiblissement de Castex, les islamo-gauchistes refusent d’assumer leurs responsabilités; Le juteux business des ex-politiques; Olivier Véran, l’homme qui dit qu’on n’a pas voulu l’écouter sur la gravité du Covid
il y a 15 heures 55 min
pépites > France
Opération Sentinelle
Attentat à Nice : Emmanuel Macron réhausse de "3.000 à 7.000" le nombre de militaires déployés sur le sol français
il y a 16 heures 34 min
pépites > Terrorisme
Menace terroriste
Attentat à Nice : Jean Castex indique que le plan vigipirate a été réhaussé au niveau "urgence attentat" partout en France
il y a 17 heures 40 min
décryptage > Sport
Moïse prophète en son Paris

Basaksehir/PSG : Paris, sauvé des eaux par Moïse

il y a 19 heures 54 min
décryptage > Consommation
Leçons du 1er confinement

Pénuries de (re)confinement : voilà ce que vous devriez acheter pour affronter novembre (et non, on ne vous parle pas de papier toilette)

il y a 20 heures 46 min
décryptage > France
Pression sur l'exécutif

Meurtre de Samuel Paty, islam et liberté d’expression : réseaux sociaux arabes, élites anglo-saxonnes, l’étau fatal qui étrangle la France

il y a 21 heures 41 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Roses fauves" de Carole Martinez : les femmes attirent et piquent autant que les roses... un conte envoûtant, merveilleux et cruel

il y a 10 heures 50 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Aubrey Beardsley (1872-1898)" au Musée d'Orsay : 1re monographie en France de l’étrange et virtuose illustrateur

il y a 11 heures 13 min
pépites > Terrorisme
Enquête en cours
Attentat à Nice : l'assaillant serait un Tunisien de 21 ans arrivé par Lampedusa
il y a 14 heures 39 min
pépites > International
Multiples attaques
Arabie saoudite : un vigile du consulat français à été blessé au couteau à Djeddah
il y a 15 heures 34 min
pépites > France
Vigilance des forces de l'ordre
Un islamiste radical armé d'un couteau a été interpellé dans le centre de Lyon
il y a 16 heures 19 min
light > Religion
Vatican
Attentat à Nice : le pape François "prie pour les victimes et leurs proches"
il y a 17 heures 17 min
décryptage > Environnement
Plan vélo

Et pendant ce temps-là se poursuivait joyeusement la guerre absurde contre la voiture

il y a 19 heures 33 min
pépite vidéo > France
Pensées aux victimes
Attaque à Nice : l’Assemblée nationale observe une minute de silence
il y a 20 heures 20 min
décryptage > Société
Second Impact du Covid-19

Petits conseils pour gérer son anxiété face à une actualité déprimante et angoissante

il y a 21 heures 2 min
décryptage > Santé
Bis repetita

Isolement des cas positifs : le ratage massif qu’Emmanuel Macron feint de ne pas voir (et qui pourrait faire échouer le 2ème déconfinement)

il y a 22 heures 11 min
© LUDOVIC MARIN / AFP
© LUDOVIC MARIN / AFP
Atlantico Business

Impact économique du Covid-19 : alerte à l’absence totale de visibilité sur l’avenir

Publié le 15 avril 2020
Les facteurs qui pèsent sur l’évolution de la pandémie sont tellement incertains que la prévision économique paraît complètement impossible. Du coup, les gouvernements s’avèrent impuissants...
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les facteurs qui pèsent sur l’évolution de la pandémie sont tellement incertains que la prévision économique paraît complètement impossible. Du coup, les gouvernements s’avèrent impuissants...

Après l’annonce d’Emmanuel Macron de prolonger le confinement jusqu’au 11 mai, le ministre de l’Economie et des Finances Bruno Le Maire a une fois de plus dégradé les prévisions d’activité décidément bien compliquées à établir.

Le gouvernement, qui prépare une révision de la loi de finances pour 2020, table désormais sur un recul de 8% en terme de croissance économique, un déficit de 9 % et une dette publique de 115% du PIB. Une situation catastrophique qui s’aggrave de jour en jour et qui oblige Bercy à réajuster ses comptes et prévoir un ajustement du plan de soutien et de relance. Au début du confinement, Bruno Le Maire parlait d’une enveloppe de 50 milliards sur l’hypothèse que le confinement ne durerait qu‘un mois. Aujourd’hui, il a dû refaire l’addition. En tenant compte du dispositif de chômage partiel (25 milliards), du fonds de soutien aux indépendants et professions libérales touchées (jusqu'à 1250 euros supplémentaires pour les artisans et commerçants soit entre 7 et 10 milliards), l’aide exceptionnelle pour les familles modestes,  l’annulation des charges fiscales et sociales, des aides directes aux secteurs et entreprises en difficulté, des prêts de trésorerie garantis et mis en place par la BPI qui fait un travail gigantesque, on arrive à une addition qui dépasse les 110 milliards d’euros.

Cest la budgétisation de ce montant qui bouleverse la loi de finances et qui oblige le ministre du Budget Gérald Darmanin à actionner tous les leviers du financement et particulièrement lendettement public avec laide et la coopération des Européens. A Bercy, on ne parle pas d’impôts mais tout le monde y pense. Il faudra bien payer d’une façon ou d’une autre. Etaler la dette, oui, allonger la maturité comme disent les experts sans doute encore que les maturités sont déjà très longues (entre 20 et 30 ans), et jouer de la solidarité au sein de l’Union européenne. Il paraît acquis désormais que cette solidarité européenne jouera. Elle joue déjà grâce à la Banque centrale européenne dont Christine Lagarde a très vite compris les codes de fonctionnement et qui garantit à toutes les banques des liquidités dont elles ont besoin. La BCE ne rachète pas des dettes d’Etat (pas encore) mais la BCE rachète tout le papier présente par les banques qui travaillent dans l’Union européenne, ce qui revient un peu au même.

Mais au delà des mécanismes monétaires, les outils quon va utiliser existent déjà (le MES notamment) mais le Mes implique un contrôle draconien des modalités dutilisation. La Grèce en sait quelque chose puisqu’elle a failli s’asphyxier sous le poids de procédures administratives et des hypothèques mais cette fois-ci, promis juré, le Mes sera moins tatillon et plus efficace. Il faut dire que les chantiers de rénovation des économies du Sud (en Italie et en Espagne) sont gigantesques... mais ça n’est pas tout.

On ne parlera pas « des eurobonds », cette trouvaille financière des pays fauchés qui pensaient pouvoir faire payer les plus riches a été rangée au magasin des accessoires désuets de la sociale démocratie. L’Allemagne n’a jamais été favorable et les Pays-Bas y sont toujours catégoriquement opposés. Pas question de venir régler les factures de la gestion budgétaire désastreuse de certains. On se met à la place du contribuable allemand.

En revanche, tout le monde est d‘accord pour accoucher d’un fonds mutuel au nom de l’Union européenne pour financer des investissements d’avenir. On parle dans un premier temps de 500 milliards d’euros.

On ne parle pas encore dimpôts mais les responsables de la micro économie qui en paient ne se font pas dillusion. Ils ne seront pas oubliés.

Signe des temps, Bercy s’est souvenu à juste titre qu‘il existe une marge de manœuvre en moyens de trésorerie dans une meilleure gestion des délais de paiements interentreprises. Avec une question, est-il possible que les entreprises qui sont serrées en trésorerie évitent d’étrangler leur fournisseur ne les payant pas à temps ? A ce petit jeu, personne n’est gagnant parce que la difficulté circule dans la chaîne de production exactement comme le virus dans la société.

Pour Denis Le Bossé, le président du cabinet Arc, le spécialiste en France des délais de paiement, « ce sont les petites et moyennes entreprises qui seront les premières victimes du confinement. A la sortie de la crise, ces PME et TPE auront leurs carnets de commandes à remplir, mais elles nauront sans doute pas leurs prêts, parce que les banques sont prudentes avec les Petites et moyennes entreprises.  Il faudra donc leur trouver de loxygène ».  

Loxygène en question devrait venir des clients quelles approvisionnent ou pour lesquelles elles sous-traitent mais dont elles sont payées en retard.  Toute la question est donc une fois de plus de raccourcir le délai de paiement. Les retards représentent une réserve financière de 28 milliards d’euros. Bruno Le Maire s’est engagé là à revenir à nouveau sur les moyens d’inciter les entreprises, et notamment les grandes, à respecter les procédures avec plus de rigueur.

Sur le terrain des moyens de lutter contre la crise économique, il faut bien reconnaître que le gouvernement navigue à vue quasiment au jour le jour. Il s’avère très difficile de faire des prévisions économiques.

Habituellement, la prévision économique essaie de déterminer l'attitude des acteurs de l’économie, les investisseurs, les consommateurs, les salariés etc etc. Aujourdhui la prévision économique dépend dun virus, de sa puissance de contagion, de sa vitesse d’un virus inconnu. La prévision économique dépend de l‘état de santé des humains ou du risque santé.

Tant que l’épée de Damoclès suspendue au-dessus des populations ne sera pas décrochée, la confiance dans le système et l’avenir ne sera pas restaurée. D’autant que les gouvernements, quels qu’ils soient, ont choisi de lutter contre le virus avec les seules armes qu’ils connaissent, les armes du confinement.

La visibilité dépend donc de trois facteurs principaux.

Un, la durée du confinement qui sera fixée par le politique sur la base des analyses scientifiques capable ou pas, de donner un calendrier de l‘immunisation des populations, mais pas seulement, puisque le politique doit aussi prendre en compte le coût du confinement en termes de dégâts économiques et sociaux. Le « quoi qu‘il en coûte » a forcément une limite. Le politique doit arrêter un compromis entre les dégâts humains et les dégâts comptables. 

Deux, les conditions du déconfinement qui peuvent clôturer une épreuve douloureuse ou préparer une deuxième vague d’infection. Puisque a priori, on déconfine des populations qui sont vulnérables où beaucoup n’ont pas été immunisés. Il faut donc être d’une extrême patience et prudence.

Trois, la situation des voisins, leur degré de dangerosité. Le virus ne connaît aucune frontière. Ni les frontières naturelles, ni les frontières nationales.

La durée du confinement est le résultat d’une hypothèse politique, les conditions du déconfinement renvoient aux moyens disponibles, en masques, en tests. Sur tous ces dossiers, les économistes chargés de prédire l’avenir ont assez peu d’informations.

Telles sont les raisons qui font que les dernières prévisions d’activité pour la France ne dureront que jusqu'à des éléments exogènes obligent les ministres en charge à réactualiser leurs calculs.

L’état de la pandémie dans le monde est tout aussi flou. Le FMI, la Banque mondiale, et l’Ocde ont rarement été aussi pessimistes. Ils considèrent que le monde va connaître la pire récession depuis 1929. Plus grave qu‘à l’issue des deux grandes guerres mondiales, plus grave qu’au lendemain du 11 septembre, plus grave qu’en 2008/2009. Aucun de ces organismes n’a encore à ce jour écrit le scénario de la sortie.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
zelectron
- 15/04/2020 - 21:24
ça s’appelle être aveugle en bon français
Comment voulez vous qu'ils sachent ou comprennent quoique ce soit puisque aucun d'eux n'a jamais exercé de profession "productive"
boucher-charcutier, ingénieur, architecte, agriculteur, menuisier, infirmier, artisan, éboueur, bistrotier et tant d'autres qui n'ont jamais eu leur mot à dire, ne le disent, ni ne le diront jamais !
moneo
- 15/04/2020 - 17:02
je n'écoute plus la TV
Face à une avalanche de chiffres vertigineux , sans limites, ou l'Etat peut tout ,en paroles.Face aux promesses qui n'engagent que ceux qui les écoutent ,on assiste à la fuite en-avant d'un Etat qui n'a rien prévu et qui s'affole ...ce qui est en jeu c'est notre pouvoir d'achat et nos libertés .celles ci totalement imputées par la période de confinement risque bien de l'être ensuite durablement Un Etat qui va avoir 61% de dépenses publiques de son PIB (quand on sait que les dépenses de Fonctionnaires sont du côte du plus du calcul du PIB) est devenu un Etat National Socialiste .quelle ironie de l'Histoire . Et tout cela par une erreur "analyse qui s"accélère l'Etat n'est pas la solution c'est le problème .nous perdons régulièrement des parts de marche car nos entreprises paient trop en charge publiques et sont soumises à trop de paperasses ...Pour appliquer le Neo nationalisme il n' y a qu une solution sortir de l'Europe ,puis marcher au pas cadencé avec le bras levé vers l'Elysée...marrant qaund on pense que le President a été élu contre Lepen l'effigie stipendiée du fascisme
ajm
- 15/04/2020 - 14:20
Avenir très prévisible
L'avenir pour nous, Français, est au contraire parfaitement prévisible. Le retard à l'allumage du gouvernement face à cette pandémie va être naturellement suivie d'une surréaction pour sortir du confinement indifférencié, bien dans la logique "républicaine" et centralisatrice, que nous subissons depuis la mi-mars
La mise sous cloche pendant au moins deux mois d'une économie, déjà pas très brillante avant la crise sanitaire, ne peut que générer des effets délétères qui seront, de surcroît, bien accrus par la tendance bien Francaise, nourrie au lait de nos chauves-souris socialistes, d'appliquer au plus mauvais moment des politiques et actions qui aggraveront les symptômes de nos anciennes pandémies franco-francaises.