En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Vers un reconfinement national : en quoi sera-t-il différent du précédent ?

03.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

04.

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

05.

Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter

06.

Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"

07.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépites > Economie
Impact de la crise
Celio va fermer 102 magasins en France, 383 emplois sont menacés
il y a 2 heures 56 min
light > Culture
Amoureux des mots
Mort d'Alain Rey à l'âge de 92 ans
il y a 4 heures 57 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"ADN" : Maïwenn en quête de ses racines algériennes dans une autofiction comique et volcanique...

il y a 6 heures 11 min
pépites > Consommation
Angoisse
Face aux rumeurs de reconfinement, les ventes de certains produits alimentaires ont déjà augmenté depuis quelques jours confirme Michel-Edouard Leclerc
il y a 8 heures 8 min
décryptage > International
Or noir

Israéliens et Arabes, unis même dans le pétrole

il y a 8 heures 33 min
light > Science
Gratte-ciel
Un récif plus haut que l'Empire State Building dans la Grande Barrière de corail en Australie
il y a 9 heures 5 min
pépites > Media
Contrarié
Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter
il y a 9 heures 35 min
décryptage > France
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine

Liberté, j’écris ton nom

il y a 10 heures 13 min
décryptage > Santé
Lieux ciblés

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

il y a 10 heures 42 min
décryptage > International
Résistance face à la pandémie

Samfundssind : les Danois ont choisi leur mot de l’année 2020 et il est la clé de leur résilience face au Coronavirus

il y a 10 heures 50 min
light > France
Festivités annulées
Lyon : la Fête des Lumières 2020 n'aura pas lieu
il y a 4 heures 31 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Impossible" de Erri de Luca : huis-clos entre un accusé et son juge. Un roman puissant lu par deux comédiens talentueux

il y a 5 heures 49 min
pépites > France
Séparatisme
Gérald Darmanin annonce la dissolution de l'association BarakaCity
il y a 7 heures 12 min
décryptage > Politique
Menace contre notre modèle de vie

Islamisme : la France face au défi du siècle

il y a 8 heures 19 min
décryptage > Economie
Adaptation face à la pandémie

Economie Covid-19 : et le pays qui bénéficie le plus du télétravail est…

il y a 8 heures 45 min
pépite vidéo > Politique
"La vie doit continuer"
Renaud Muselier plaide pour un confinement aménagé et différent de la période de mars dernier
il y a 9 heures 25 min
décryptage > France
Combat contre le séparatisme

Islamisation de la France : déni, lâcheté ou compromission ?

il y a 9 heures 56 min
décryptage > France
Tout change

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

il y a 10 heures 33 min
pépites > Politique
Coronavirus
L'exécutif pris entre deux feux : médecins d'un côté, chefs d'entreprises de l'autre
il y a 10 heures 48 min
décryptage > Santé
Lutte contre la pandémie

Covid-19 hors de contrôle : les nouveaux tests feront-ils (enfin) la différence ?

il y a 11 heures 48 min
© LUDOVIC MARIN / AFP
© LUDOVIC MARIN / AFP
Dé-confinement

Faut-il croire au 11 mai ? La réponse se cache dans les 4 questions sanitaires habilement escamotées par Emmanuel Macron

Publié le 14 avril 2020
Le Président a fixé hier, la date du 11 mai pour un début de déconfinement de la population française. Mais cela sera-t-il suffisant pour enrayer l'épidémie et éviter une deuxième vague de contamination ?
Guy-André Pelouze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Guy-André Pelouze est chirurgien à Perpignan.Passionné par les avancées extraordinaires de sa spécialité depuis un demi siècle, il est resté très attentif aux conditions d'exercice et à l'évolution du système qui conditionnent la qualité des soins.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Président a fixé hier, la date du 11 mai pour un début de déconfinement de la population française. Mais cela sera-t-il suffisant pour enrayer l'épidémie et éviter une deuxième vague de contamination ?

Face à cette pandémie dont le virus est nouveau, très contagieux et capable d’induire des pneumonies graves et particulièrement mortelles, les politiques publiques sont très différentes d’un pays à l’autre et produisent des résultats très divers. Pourtant les choix faits au début de l’épidémie sont capitaux car ils déterminent de manière quasi-irrattrapable l’impact sur la transmission et la mortalité. Dans ce contexte les actes visant à protéger la population, leur chronologie et leur dynamique sont les seuls repères. C’est dire que les résultats de l'exécutif ne sont plus comme en temps calme dissimulés par l’obsolescence programmée des nouvelles que transportent les médias. Tout arrive dans un temps très court et le lien entre la parole et les actes est facile à faire. L’exercice des allocutions télévisées est délicat. 

Confinement ou déconfinement le faux débat

Pour autant le président de la République n'a pas hier levé l'ambiguïté sur la définition du confinement. Il eût été souhaitable avant d'annoncer son prolongement que le confinement appliqué en France soit expliqué. Ce confinement est généralisé, s'applique indistinctement à tous les Français et son respect est très élevé dans les zones où l'État de droit existe beaucoup moins dans les autres. Les interactions sociales sont partiellement supprimées, l'activité économique est très profondément perturbée mais la circulation des individus se poursuit avec cette spécialité si française de l'attestation dérogatoire. Dans ce schéma de confinement indifférencié les individus porteur du virus continuent comme les autres à se déplacer de manière limitée mais sans entrave à la transmission du virus. En effet ceux qui n'ont pas été testés alors qu'ils ont pu par exemple présenter des signes cliniques compatibles avec une forme mineure de la Covid-19 sont dans l'ignorance du portage viral et de sa conséquence la contagion. Ceux qui ont été testés n’ont aucune contrainte de quarantaine par rapport aux autres citoyens, il n’ont pas eu d’explication de conduite à tenir, aucune logistique de surveillance, d'aide et d'assistance n’est en place. Bref ils sont en confinement alors qu'ils devraient être en quarantaine. Rien n'a vraiment avancé sur ce point après l'intervention du président de la République. Le confinement indifférencié est à la fois peu efficace et insoutenable. Il est indispensable de mettre en quarantaine les porteurs du virus jusqu'à ce qu'il soient immunisés. C'est pourquoi il ne faut pas s'éparpiller et concentrer l'action gouvernementale sur la mise à disposition des tests. Parler de leur disponibilité le 11 mai est simplement un délai trop long.  La France peut mieux faire.

Les tests et le centralisme étatique

Comme pour les masques, comme pour les solutions hydro-alcooliques, comme pour tous les produits, biens et service l'État n'est pas le meilleur acteur économique, il peut même être le pire. C'est pourquoi il faut laisser tous les acteurs économiques s'emparer de cette question, acheter sur le marché au gré de l'offre et de la demande les tests dont ils ont besoin qu’il s'agisse des laboratoires d'analyses médicales, des administrations publiques, des entreprises, sans aucune contrainte réglementaire superfétatoire. Il faut aussi relâcher les contraintes réglementaires pour permettre, si nécessaire, la production d’ancillaires comme les écouvillons, les réactifs ou bien l’utilisation des plateformes de lecture des tests. Je rappelle qu’il s’agit d’une dépense très faible car le test rt PCR est remboursé 54 €.

La logistique pour les personnes testées positives n’est pas en place

Même si les tests ne sont pas disponibles à une grande échelle, des Français ont été testés positifs qu'ils aient été laissés en surveillance chez eux ou traités à l'hôpital, en clinique puis renvoyés chez eux. Il est urgent qu'une logistique parfaitement adaptée c'est-à-dire organisée à l'échelon local, par exemple celui de la commune, soit en place partout en France pour que ces personnes ne soient pas laissées à elle-même, sans aide pendant la période de quarantaine, sans surveillance téléphonique au cas où une aggravation surviendrait. C’est un enjeu majeur pour aujourd’hui et pour demain car il n’est pas exclu que des foyers secondaires se déclarent. Cette transmission de l’action publique depuis l’exécutif aux régions et aux communes ne fonctionne pas efficacement. Or nous avons des ressources humaines considérables. Je ne parle pas des employés des collectivités qui sont sur le front de l'action publique, les policiers, les pompiers, les acteurs sociaux de terrain fortement sollicités mais plutôt des immenses ressources du back-office. À ce sujet le discours du président n’a pas développé d’initiative.

Les écoles et le risque d’incubateurs éparpillés

Dans ce contexte la réouverture des écoles mais pas des universités peut surprendre. Les écoles de par le comportement des enfants, risque devenir des incubateurs de petite taille mais à activité de transmission continue. Prendre ce risque pour 8 semaines de cours est il rationnel? Les arguments avancés sont minces. Le décrochement du télé-enseignement n’est même pas évoqué alors qu’il est le problème. Invoquer la discrimination sociale reste à prouver, les familles économiquement faibles n’étant pas a priori celles où ce décrochement est le plus important. En réalité ce décrochement renvoie à une double responsabilité, celle d’un appareil sur administré mais peu préparé à cette éventualité et celle des parents qui pour la plupart n’ont aucune excuse étant à la maison en chômage total ou partiel.

Les entreprises: l’enjeu central pour tous

Cet enjeu a eu une place peu importante dans le discours du président de la République. Il s'est borné à rappeler que l'État allait tout faire pour soutenir les entreprises pendant ce confinement indifférencié dont le coût par semaine est évalué pour l'instant à plusieurs dizaines de milliards (nous sommes passés de 18 milliards d’€ à 1,5% du PIB). Or La meilleure garantie de survie pour les entreprises c'est de retrouver des clients c'est-à-dire de reprendre leur activité. De ce point de vue il aurait été intéressant que l'avis du conseil d’analyse économique soit sollicité et connu des Français. Dans les régions où l'activité épidémique est faible il est urgent de rouvrir les entreprises. Encore une fois inspirons nous des solutions adoptées dans d'autres pays européens et qui fonctionnent. À ce sujet les syndicats patronaux devraient plutôt monter au créneau pour la réouverture des entreprises au lieu de parler de travailler plus alors que l'activité est loin d'être repartie et que de graves incertitudes pèsent sur la demande au moins pour l'année 2020. Pour ce faire il faut tout à la fois sécuriser le lieu de travail c'est-à-dire tester les salarié et organiser le travail dans des modalités de transmission minimale du virus et ce pour plusieurs mois.

Finalement ce qui domine aujourd'hui dans les décisions prises par le Président de la République c'est une forme de paralysie. Tout d’abord une paralysie économique subie de quatre semaines supplémentaires. Elle est due en partie à l’impossibilité de sortir du confinement indifférencié en raison de la pénurie de tests.  Ensuite une paralysie liée au refus de considérer que les régions peu atteintes par l'épidémie ne peuvent pas être sous le même régime de confinement que les autres. Enfin une forme de paralysie bureaucratique qu’il a lui même reconnue mais pour laquelle dans l’urgence il peine à trouver des solutions.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (15)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
mahesa
- 15/04/2020 - 12:02
Et ça n'est que le début...
Avez-vous vu l'intw donné à RFI par notre illuminé Jupitérien ? La question n'est pas, comme le démontre aujourd'hui encore le Pr Raoult, la détection, le traitement efficace et sans effets secondaires puis le suivi des malades au plus tôt. Non, pour Macron, l'important est le vaccin, bientôt inventé par ses copains qui feront sans doute,eux, des tests en double aveugle, truqués mais rentables ! Et l'important encore, pour lui, c'est d'amener l'Afrique à son apogée, en commençant par lui "pardonner " les intérêts de ses dettes, puis ses dettes! Et mieux encore, c'est Lui, le grand homme d'état, qui va mener la Sarabande, il ne lui manque que Poutine qu'il va appeler ce soir ! Chance: Poutine n' a vraiment pas d'autre souci en la période ! Vérifiez, je n'en rajoute pas...
Papy Geon
- 15/04/2020 - 09:47
Un discours creux…
C’est tout à fait cela, pour reprendre la remarque d’un commentaire précédent. Le leader bien mal élu d’un gouvernement de copains-copines non élus, boit la tasse. Le roi est nu, et ne doit pas compter sur les maîtres-nageurs du comité scientifique pour le sauver de la noyade. Ce comité, vu de ma fenêtre, est le siège d’une véritable foire d’empoigne entre experts, dont la déontologie à géométrie variable semble reliée, pour certains d’entre eux, à des comptes-titres. Je serais surpris de connaitre les prévisions de ces experts. Sont-elles liées à une véritable analyse des risques, et à leur prévention ? Le véritable risque, un risque d’un autre type pour certains d’entre eux, c’est qu’un vaccin hypothétique devienne inutile, car arrivé bien après la diffusion généralisée du virus, même parmi les confinés. Je reste persuadé que tous se rendent compte que l’auto-immunisation des Français se produira, que ces derniers restent en cage ou pas. La peur n’évite pas le danger sanitaire, et le confinement deviendra rapidement inutile. Mais dans notre cas, la peur associée à une mise en cage représente un autre type de danger pour notre société.
zelectron
- 14/04/2020 - 17:25
Macron étant un menteur professionnel, réponse NON !
Dans tous les cas de figure, les tests de grande diffusion ne sont toujours pas en place , les confinés n'auront pas la chance d'une rémission de leurs affaires économiques : pas crucial, pas de 1ère importance, pas vital . . . donc ils iront à la faillite malgré les promesses (sans fondement) du Pinocchio qui est sensé nous gouverner, et même si ils reçoivent une aide ce sera "à la Bercy" rabotée, ajustée, calculée aux "petits oignons" de telle façon que le dépôt de bilan soit inévitable et là, les chiens se précipiteront pour la curée . . .