En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

02.

Ce qui se passe vraiment lorsqu’un parfait inconnu devient un ami proche quasi instantanément

03.

Pour la France, la dette est magique, plus on en fait, plus on s’enrichit... alors pourquoi se priver ?

04.

Trump - Biden : un débat chaotique qui ne devrait pas changer les lignes

05.

La délinquance de jeunes venus pour la plupart du Maghreb explose à Paris

06.

Les écologistes ont oublié qu'il faut du vent pour faire tourner les éoliennes

07.

Rébellion corporatiste des magistrats : il faut sauver le soldat Dupond-Moretti

01.

Une (courte) échelle pour Jacob

01.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

02.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

03.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

04.

La coupe est pleine. Insurrection ? Désobéissance ? Révolte ? Les PME et TPE ont-elles encore le choix ?

05.

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

06.

Les écologistes ont oublié qu'il faut du vent pour faire tourner les éoliennes

01.

Eric Zemmour condamné pour injure et provocation à la haine

02.

Louis Hausalter : "L'histoire de Marion Maréchal éclaire l’état de décomposition et de recomposition du paysage politique"

03.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

04.

Les écologistes ont oublié qu'il faut du vent pour faire tourner les éoliennes

05.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

06.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

ça vient d'être publié
light > Culture
Lecteurs orphelins
Quino, le dessinateur et scénariste argentin, créateur du personnage de "Mafalda", est mort à l'âge de 88 ans
il y a 46 min 56 sec
pépites > Justice
Mesures de restrictions
Covid-19 : la justice confirme la fermeture des bars et des restaurants à Aix-en-Provence et à Marseille
il y a 3 heures 5 min
pépites > Politique
Rapport
Soupçons de détournement de fonds publics : le conseil régional d'Ile-de-France visé par des perquisitions
il y a 4 heures 7 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Mon Cousin" de Jan Kounen : l’enfant terrible du cinéma français s’est amusé à "lifter" les codes des films de duos à la Francis Veber

il y a 5 heures 26 min
pépites > France
Affolement sur les réseaux sociaux
Détonation à Paris : un avion a franchi le mur du son
il y a 5 heures 56 min
light > Société
Croc Top
55% des Français se prononcent pour une interdiction des tee-shirts laissant apparaître le nombril dans les lycées
il y a 7 heures 33 min
décryptage > Politique
A voté

Oui, il faut abaisser à 16 ans l’âge du droit de vote

il y a 8 heures 7 min
décryptage > Société
Etincelles

Ce qui se passe vraiment lorsqu’un parfait inconnu devient un ami proche quasi instantanément

il y a 8 heures 28 min
pépite vidéo > Politique
Démocrates Vs Républicains
Présidentielle américaine : retrouvez le premier débat entre Donald Trump et Joe Biden
il y a 8 heures 58 min
décryptage > International
Course à la Maison Blanche

Trump - Biden : un débat chaotique qui ne devrait pas changer les lignes

il y a 9 heures 16 min
pépites > Défense
Guerre
L'Azerbaïdjan va combattre jusqu'au "retrait total" des Arméniens du Karabakh
il y a 2 heures 37 min
décryptage > Politique
CAMPAGNE ÉLECTORALE

LR intermittent : mais à quoi a donc joué Gérard Larcher pendant les sénatoriales ?

il y a 3 heures 47 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Cabaret Louise" de Régis Vlachos : quand l'histoire de la révolutionnaire Louise Michel est revisitée, complètement décalée, avec des incursions en mai 1968 et avec les Gilets jaunes

il y a 5 heures 4 min
light > High-tech
Pas Perdu
Un système d'adresse gratuit pour localiser avec précision n'importe quel endroit dans le monde
il y a 5 heures 44 min
Bulles
Une marque de champagne propose un millésime 2010 bien que cette année-là soit considérée comme à oublier
il y a 6 heures 28 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

A la découverte des Emirats arabes unis

il y a 7 heures 34 min
light > Economie
Crise
Disney supprime 28.000 emplois sur 100.000 employés dans ses parcs aux USA
il y a 8 heures 13 min
décryptage > Science
Imagination

Bonne nuit les petits (cyborgs) : le MIT développe une technologie pour téléguider les rêves

il y a 8 heures 42 min
light > High-tech
Sécurité
Amazon One : un nouveau système de paiement en magasin, un scanner qui analyse votre main
il y a 9 heures 8 min
décryptage > Economie
Espoir

Les ménages américains ont connu un boom de leur pouvoir d’achat pendant les années 2010. Voilà les leçons que l’Europe pourrait en retenir

il y a 9 heures 42 min
© Reuters
© Reuters
Europe

Pas de confinement en Suède : l’heure est-elle venue de s’inquiéter pour les Suédois ou de les envier ?

Publié le 13 avril 2020
Contrairement à presque tous les pays européens, la Suède n’a toujours pas décrété le confinement de sa population. Un modèle risqué, unique en Europe, que seuls les suédois semblent être capables d'appliquer.
Stéphane Gayet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Stéphane Gayet est médecin des hôpitaux au CHU (Hôpitaux universitaires) de Strasbourg, chargé d'enseignement à l'Université de Strasbourg et conférencier. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Contrairement à presque tous les pays européens, la Suède n’a toujours pas décrété le confinement de sa population. Un modèle risqué, unique en Europe, que seuls les suédois semblent être capables d'appliquer.

Atlantico : Ne pas confiner la population (10,3 millions d'habitants en Suède), est-ce un choix risqué ?

Stéphane Gayet : La Suède est le plus grand – par sa superficie, qui est un peu inférieure à celle de la France – des quatre ou cinq (selon les définitions) pays scandinaves. Contrairement à la Norvège qui y est toujours opposée, elle fait partie de l'Union européenne. Elle compte un peu plus de 10 millions d'habitants. C'est une monarchie parlementaire. Le niveau de vie y est très élevé et sa qualité de vie est réputée. Et la politique de protection de l'environnement de la Suède est connue pour être l'une des plus avancées d'Europe.

Sur le plan de leur politique de santé, les pays scandinaves sont attachés à la prévention. C'est surtout le cas du Danemark, le plus pays des pays scandinaves ; c'est aussi celui de la Suède : on peut affirmer que ces pays nordiques ont une politique de santé publique bien affirmée ; la prévention y est culturelle.

La Suède fait figure d'exception européenne

Fidèle à sa tradition de qualité de vie, la Suède refuse de s'imposer des mesures de confinement aussi strictes qu'en France. On recommande aux Suédois de sortir le moins possible et de respecter une distance de sécurité avec les autres personnes. Les rassemblements de plus de 50 individus sont interdits, les visites en maison de retraite sont très limitées, on incite les personnes âgées et les individus fragiles – ayant un risque infectieux élevé - à rester à domicile. Mais les bars, restaurants, écoles, salles de sport… maintiennent leur activité. Les Suédois paraissent ainsi mener une vie proche de la normale, alors que de très nombreux pays du monde ont adopté le confinement obligatoire.

Le gouvernement veut ainsi maintenir l'économie (au moins locale) et préserver une certaine qualité de vie. Le peuple de la Suède fait assez bien confiance à ses dirigeants dans ce dossier. Les experts qui ont préconisé cette option, comptent sur le phénomène d'immunité de groupe : ils espèrent que le virus, en circulant de cette façon facilement et rapidement, infecte de manière plutôt bénigne de nombreuses personnes, qui devraient se retrouver ainsi immunisées après leur guérison, ce qui provoquerait un phénomène de protection immunitaire collective.

Mais le gouvernement est accusé par l'opposition de passivité dangereuse. Cette option suédoise est vivement critiquée par bien d'autres pays, en particulier le président des états-Unis. Et en pratique, le nombre de cas et celui de décès augmentent de façon véritablement assez inquiétante…

Pour répondre à la question posée, c'est bien sûr un choix risqué. Mais alors qu'une telle option serait suicidaire en France, en Italie et en Espagne qui sont des pays imprégnés de culture latine, elle peut se défendre dans un pays nordique comme la Suède, qui a une tout autre culture. La discipline et le sens de la responsabilité individuelle et collective ne sont pas des vains mots dans ce pays où le civisme est une valeur forte.

Quand les pays, où un confinement réglementaire a été imposé, commenceront à lever progressivement ce confinement, on observera avec appréhension l'évolution post-confinement de l'épidémie et c'est ensuite que l'on pourra faire un bilan. Le moment sera alors venu de comparer les résultats de la Suède à ceux des pays ayant opté pour le confinement strict. Et l'on pourra donc se prononcer sur le bien fondé du choix suédois. Aujourd'hui, la situation de la Suède est indéniablement tendue, mais il ne semble pas y avoir de menace d'explosion épidémique. Nous attendons avec impatience la suite.

Les appels à la responsabilité individuelle et collective sont-ils suffisants face à l'épidémie ?

Selon l’historien suédois Lars Tragardh, il existe une forte confiance réciproque entre les citoyens et l'état. C'est un atout considérable. Grâce à cette confiance, les autorités du pays peuvent faire appel à la responsabilité individuelle, plutôt qu’à la contrainte. Selon lui, le contrat social suédois serait bien différent de celui qui existe en France : il repose, d'un côté, sur un individualisme responsable, de l'autre, sur une relation forte à l'état. Ainsi - selon cet historien qui est revenu s'établir en Suède après avoir enseigné aux états-Unis d'Amérique pendant une quarantaine d'années -, l'option non coercitive qui a été décidée en Suède est justifiable eu égard à cette culture particulière.

On ne peut que lui donner raison quand il affirme que cette crise sanitaire est révélatrice de la nature profonde de chacun des peuples qui y est confronté.

Le gouvernement suédois a pris un risque important, mais il connaît son peuple. Si la Suède sort de cette épidémie avec un bilan comparable à celui des pays ayant imposé des mesures strictes – comme bon nombre d'autres pays européens -, cela constituera une leçon pour ces pays européens où il n'existe pas cette relation de confiance entre les citoyens et l'état ; on pourra alors prendre conscience, une fois de plus en France, de l'état déchiré de notre tissu social et sociétal.

On a envie de croire à la valeur de l'option suédoise et même à son efficacité. Son succès serait un beau message en faveur de la liberté qui est tellement menacée, indépendamment de la pandémie. N'aspirons-nous pas tous à une telle société, où les individus seraient à la fois libres, responsables, disciplinés et confiants ? Décidemment, cette crise sanitaire vient nous bousculer sur tous les plans.

Si ce modèle fonctionne, peut-on regretter de ne pas en avoir usé en France ?

Comment croire que ce modèle puisse fonctionner en France ? Cela paraît surréaliste. Les Suédois sont présentés comme des personnes individualistes et responsables, ayant le sens du bien commun ; alors que les Français donnent beaucoup plus l'impression d'être individualistes, égocentristes et égoïstes. On ne perçoit que très peu en France le sens de l'intérêt collectif, de la responsabilité individuelle et collective. On en est arrivé à un point tel, en France, que chacun est arc-bouté sur ses propres intérêts à court et moyen terme avec une recherche frénétique de tout ce qu'il peut obtenir de l'état et des administrations, en termes d'allocations, d'aides, de pensions, réductions, etc. Quand on peut tricher et berner le système ou les autres, c'est toujours cela de gagné. Comment, avec un tel état d'esprit, pourrait-on penser pouvoir gérer l'épidémie CoVid-19 comme en Suède ? Cela paraît impensable…

En France, on a imposé des contraintes réglementaires strictes. Il y a des contrôles et de la répression. Malgré tout cela, on voit tous les jours des personnes qui ne respectent pas les règles. Sans parler de celles qui manifestement n'ont à peu près rien compris à la façon dont le virus est transmis… Pédagogie presque inexistante, infantilisation des citoyens, erreurs et incohérences de communication, tergiversations en raison d'intérêts politiques et d'un choix discutable d'experts qui n'en sont pas toujours, etc. Hélas, cette crise révèle qui nous sommes, ce que nous sommes devenus : un peuple consommateur, individualiste, égocentrique, égoïste, contestataire et indiscipliné. Mais on peut toujours rêver : les Français vont peut-être changer lorsque la crise sanitaire et économique sera finie… Qui sait ? Le pessimisme ne mène à rien.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (29)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pig
- 15/04/2020 - 10:00
Vive le modèle suédois !
Le modèle suédois aurait dû être adopté partout. Car les choses ne se sont pas du tout passées comme le raconte le Dr Gayet ! On n'a jamais dit aux peuples : vous êtes indisciplinés, donc on vous confine. On leur a plutôt dit : on ne sait pas quoi faire, donc on confine tout le monde sans distinction. Et après coup, face à l'absurdité du confinement généralisé, on vend aux peuples leur indiscipline pour la justifier !
Quand on en viendra au bilan, il ne faudra surtout pas oublier de comptabiliser les morts en 2021-2030 résultant du confinement généralisé ! Je ne détaille pas, mais il y en aura des masses !
hazère-tyuillope
- 15/04/2020 - 09:17
densité
Densité de population faible en Suède, non... la population est majoritairement concentrée dans quelques grandes villes, dans le reste du pays la densité de population est très faible, pour y être allé à vélo vous pouvez faire des dizaines de km sans voir personne ou presque.
2bout
- 14/04/2020 - 15:37
Aux suédois … une capitale Stockholm,
Aux français le syndrome.