En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

02.

Vers une nouvelle grande vague de froid sibérien sur la France ?

03.

La grande épuration : mais pourquoi la Silicon Valley se comporte-t-elle comme si elle voulait donner raison aux complotistes à la QAnon ?

04.

Gilets jaunes et trumpistes enragés : clones, cousins ou frères ennemis ?

05.

Alerte aux nouveaux variants du Coronavirus : l’Occident peut-il encore échapper à un bilan humain tragique sans adopter les méthodes asiatiques face à l’épidémie ?

06.

Vers un 3ème confinement ? Ce que l’on sait désormais de leur bilan avantages / inconvénients

01.

Affaire Olivier Duhamel : Alain Finkielkraut, ne sera plus chroniqueur de l’émission 24h Pujadas, diffusée sur LCI

02.

La grande épuration : mais pourquoi la Silicon Valley se comporte-t-elle comme si elle voulait donner raison aux complotistes à la QAnon ?

03.

Il donne un coup de boule au principal de son collège. Ouf il ne l’a pas décapité…

04.

Vers un 3ème confinement ? Ce que l’on sait désormais de leur bilan avantages / inconvénients

05.

Éviction d’Alain Finkielkraut : les bienfaits de la condamnation des dérapages, les dangers de l’épuration

06.

Alerte aux nouveaux variants du Coronavirus : l’Occident peut-il encore échapper à un bilan humain tragique sans adopter les méthodes asiatiques face à l’épidémie ?

ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 3 jours 13 heures
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 3 jours 17 heures
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 3 jours 18 heures
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 3 jours 19 heures
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 3 jours 19 heures
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 3 jours 20 heures
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 3 jours 20 heures
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 3 jours 21 heures
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 3 jours 22 heures
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 3 jours 22 heures
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 3 jours 16 heures
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 3 jours 18 heures
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 3 jours 19 heures
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 3 jours 19 heures
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 3 jours 20 heures
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 3 jours 20 heures
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 3 jours 21 heures
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 3 jours 21 heures
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 3 jours 22 heures
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 3 jours 22 heures
© Jean-Francois Badias / POOL / AFP
© Jean-Francois Badias / POOL / AFP
Analyse

Macron et la religion, de l’irénisme à l’inquiétude : religion islamique et séparatisme

Publié le 12 avril 2020
Deux discours à près de deux années d’intervalle permettent d’y voir aujourd’hui plus clair dans la vision que le président Macron a de la et des religions. Yves Michaud les a analysés en détail et montre quelle évolution a connu la pensée du président de la République sur le sujet. Partie 2.
Yves Michaud
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Yves Michaud est philosophe. Reconnu pour ses travaux sur la philosophie politique (il est spécialiste de Hume et de Locke) et sur l’art (il a signé de nombreux ouvrages d’esthétique et a dirigé l’École des beaux-arts), il donne des conférences dans le...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Deux discours à près de deux années d’intervalle permettent d’y voir aujourd’hui plus clair dans la vision que le président Macron a de la et des religions. Yves Michaud les a analysés en détail et montre quelle évolution a connu la pensée du président de la République sur le sujet. Partie 2.

A lire aussi, la partie 1 de cette analyse : Macron et la religion, de l’irénisme à l’inquiétude : la religion comme supplément d’âme

 

Deux ans plus tard, traitant de l’Islam dans un quartier difficile de Mulhouse le 18 février 2020, Le président Macron semble avoir pris une vue un peu plus réaliste et, dieu merci - c’est le cas de le dire – l’humanisme a disparu de l’étagère.

D’abord il est plus précis sur la laïcité. Celle-ci consiste toujours à défendre la liberté d’avoir ou de ne pas avoir de religion mais il y ajoute « le devoir absolu de respecter les lois de la République », qu’il explicite malheureusement en resservant la sempiternelle neutralité des services publics et la séparation de l’Église (il devrait dire « les églises ») et de l’État.

Second point positif : la substitution à la dénonciation des risques communautaristes de la dénonciation du séparatisme religieux.

Le communautarisme reçoit en France tantôt une interprétation lâche (chacun d’entre nous appartient à des « communautés » dont la plupart ne sont pas anti-républicaines – être marseillais ou chti par exemple), tantôt une interprétation stricte faisant primer l’appartenance communautaire sur l’appartenance civique. Les pro comme les contre ne se privent pas de jouer de la confusion. Il me semble donc bienvenu de qualifier de « séparatisme » la version anti-républicaine du communautarisme et de prendre conscience que seuls des fidèles de l’Islam (et pas peu nombreux) refusent la République quand ils refusent de reconnaître le droit à l’apostasie, refusent la primauté absolue de la loi républicaine sur la loi religieuse et refusent la liberté de pensée et d’expression. Bien que Macron dise à de nombreuses reprises qu’il ne veut stigmatiser personne, il reconnaît pour la première fois que beaucoup de musulmans refusent la République (tout en en empochant les bénéfices) en visant clairement l’Islam politique et son action « séparatiste » dans des domaines qu’il énumère ; l’éducation (déscolarisation religieuse), le sport (apartheid hommes-femmes), les prestations médicales, le mariage (certificats de virginité), les activités associatives. C’est enfin dit en toutes lettres : « Dans la République on ne doit jamais accepter que les lois de la religion puissent être supérieures aux lois de la République ».

A partir de là Macron propose quatre fronts de lutte contre ce séparatisme islamique.

Le premier est la reprise du contrôle sur les interventions religieuses étrangères (professeurs étrangers accueillis sans contrôle dans les écoles françaises, imams dits consulaires, financements sunnites wahhabites).

Le second, une nouvelle organisation du culte musulman en France.

Le troisième, la lutte contre les dérives séparatistes.

Le quatrième, le retour de la République dans les quartiers où elle n’est plus présente.

On peut laisser de côté ce quatrième point, invoqué depuis Mathusalem pour expliquer une progression du séparatisme dont nous serions les premiers responsables. Macron n’y insiste d’ailleurs pas trop. Il faut en effet une belle dose de malhonnêteté pour battre cette coulpe : quand un commando de la pègre et du fondamentalisme brûle à la Cité des 4000 à la Courneuve la médiathèque John Lennon, ce n’est pas la médiathèque qui ferme avant déménagement!

A propos du troisième front, Macron énumère avec force données quantitatives les efforts faits pour restaurer l’autorité républicaine contre les dérives de l’islamisme radical : fermetures de mosquées, contrôles d’établissement d’enseignement, lutte contre l’économie souterraine, contre l’éducation à domicile. L’intérêt de ces développements, c’est hélas de faire mesurer à quel point la situation est devenue gravissime et combien aussi ces « contrôles » peuvent être difficiles et peu efficaces – comme remplir le tonneau des Danaïdes.

La partie la plus détaillée du discours de Macron contre le séparatisme islamique concerne la reprise en main des secteurs sous l’influence du prosélytisme musulman étranger (envoi de professeurs, d’imams et financements) et la structuration d’un Islam de France sous l’égide du CFCM (Conseil français du culte musulman) – les fronts 1 et 2.

C’est la partie du discours qui a été la plus détaillée dans la presse et je ne reviens pas sur le détail des mesures envisagées pour reprendre le contrôle sur les enseignements de langue arabe et les prêches dans les mosquées et durant le ramadan, sur la validation par le CFCM des imams.

Toutes ces mesures sont bien intentionnées.

Il faut cependant s’interroger sur leur portée et leur efficacité.

Pour commencer, il y a des raisons de s’inquiéter de leur caractère « progressif » si souvent répété par Macron dans son discours. Il est vrai qu’il y a des accords diplomatiques à revoir, des lois à préciser, des organisations à mettre en place et mobiliser et que tout cela prend du temps, mais la progressivité est contraire à l’exemplarité et, dans un pays aussi bureaucratique que le nôtre, un gage quasiment assuré d’enlisement.

L’ordre républicain aurait plutôt besoin de réaffirmations exemplaires, visibles et même, pourquoi pas, brutales. En 1902, l’application par le petit père Combes de la loi de 1901 sur les associations entraîna les fermetures massives de collèges puis l’expulsion par la force de très nombreux religieux. La crise fut violente et longue mais au moins tout le monde avait compris. Un coup d’arrêt similaire à l’Islam politique serait bien préférable à des mesures indéfiniment annoncées et différées. Quand on veut couper la queue à son chien, il vaut mieux le faire en une fois.

Il y a aussi un paradoxe patent à vouloir organiser dans un pays « laïc » le culte d’une religion sans organisation comme l’Islam. Et d’ailleurs, organiser quoi et avec qui ? On parle d’organisation du CFCM depuis quand ? Depuis Joxe en 1990 et Chevènement en 1997 ! Et rien n’a avancé – surtout pas sur la question cruciale du droit inconditionnel à l’apostasie. Négocier indéfiniment avec des gens dont la stratégie est de négocier pour ne pas bouger est vain. Négocier avec des gens qui jouent double jeu n’a aucun sens. La manière dont Abdallah Zekri, délégué général du dit CFCM, a condamné les menaces de mort contre Mila tout en estimant qu’elle devait «assume(r) les conséquences de ce qu’elle a dit» devrait avoir fait réfléchir Macron. Citons cet honorable père de famille fondamentaliste : «Si, je le dis ! Elle l’a cherché, elle assume. Qui sème le vent récolte la tempête.» N’avons-nous pas déjà entendu ce refrain hypocrite et patelin après la publication des caricatures du prophète par Charlie Hebdo en 2007 ? Avant d’en voir les conséquences le 7 janvier 2015 !

Enfin il est douteux que la loi seule puisse venir à bout de dérives qui utilisent subtilement les ressources de l’État de droit pour arriver à leurs fins. Que l’on songe à la manière dont un prétendu Comité contre l’islamophobie en France (CCIF), dont le président sera bientôt maire de Garges les Gonesse, accrédite peu à peu à coups de procédures abusives jamais sanctionnées par des magistrats veules l’idée qu’un tel délit existe ? Serait-on pour autant réduit à l’impuissance ? Probablement pas. La réponse n’est pas dans la complication de la loi mais dans son application violente – je souligne, oui, violente et résolue – pour que la sanction soit exemplaire. Monsieur Zekri aurait dû être poursuivi illico pour justification d’appel au meurtre et le CCIF devrait depuis belle lurette être dissout – on a poursuivi Dieudonné pour moins que ça et dissout des associations d’allumés frontistes pour encore moins.

Bref, en matière de religion, le président Macron semble avoir appris en deux ans que toute religion n’est pas un sympathique supplément d’âme et de questionnement. Voilà donc un bon point.

Il lui reste à savoir être décidé et résolu autrement qu’en paroles : au lieu de nous servir des platitudes de Ricoeur, qu’il lise John Locke dans sa Lettre sur la tolérance : pas de tolérance pour les ennemis de la tolérance.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
PhloxxX
- 14/04/2020 - 00:31
Toujours en même temps
Article très réaliste.
Mais il suffit de se rappeler que Monsieur le Président MACRON est juste un produit médiatique dont le trait de génie est de toujours exprimer "en même temps" tout et son contraire pour démultiplier la portée de son message. On comprendra, dans ces conditions, qu'analyser ses propos est bien vain.
Il suffirait de faire passer le point 4 en premier avec une réelle volonté et des moyens, en utilisant la méthode COMBES pour envisager un réel changement.
Le reste c'est de l'habillage du en même temps...
TPV
- 12/04/2020 - 18:29
@GP13
Oui la séparation de l'Eglise (ce qui est à Dieu) de l'Etat (ce qui est à César) est un principe chrétien, en revanche la devise franc-maçonne devenue celle de la république française est autre chose.
lasenorita
- 12/04/2020 - 15:57
Macron donne les sous des Français aux musulmans étrangers!
Macron accable les Français d'impôts et de taxes et il donne nos sous aux terroristes musulmans qui nous envahissent Le coût de l'immigration musulmane est exorbitant!Les ''clandestins'' musulmans n'ont qu'à arriver en France et ils sont aussitôt logés,nourris,etc..avec les sous des contribuables français!Il s'agit de millions d'euros de subventions donnés,chaque année,à ces parasites envahisseurs..Les associations immigrationnistes s'en mettent ''plein leurs poches''!En 2018:la seule allocation pour demandeur d'asile (ASA)a représenté un montant de 424 millions d'euros,pompés sur nos impôts!En 2019:le budget consacré aux lieux d'hébergement pour ''demandeurs d'asile'' a été de plus de 700 millions d'euros!Il faut STOPPER cette immigration musulmane et RENVOYER tous les ''clandestins'' dans leur pays ainsi que les délinquants musulmans qui empoisonnent la vie des Français!Les musulmans qui critiquent la France (tels certains députés) doivent,eux aussi,RETOURNER dans ''leur'' pays!..et BON DEBARRAS!...