En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Clint et moi" de Eric Libiot : à la fois amusante et érudite, l’exploration d’un géant du cinéma américain par un critique de grande notoriété

il y a 2 heures 38 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Voyage sur la route du Kisokaidō, de Hiroshige à Kuniyoshi" au Musée Cernuschi : les relais-étapes de la route emblématique du Kisokaidō par les maîtres de l'estampe japonaise du XIXe siècle, 150 œuvres magnifiques

il y a 3 heures 1 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Je ne vis que pour toi" de Emmanuelle de Boysson : le Paris saphique, littéraire et artistique du début du XXe siècle. Un mélange subtil de fiction et de réel

il y a 3 heures 42 min
pépites > Justice
Justice
Affaire Carlos Ghosn : Rachida Dati a été placée sous le statut de témoin assisté
il y a 5 heures 54 min
pépites > Terrorisme
Justice
Attentat de la rue des Rosiers : la Norvège autorise l'extradition d'un suspect vers la France
il y a 7 heures 7 min
pépites > International
Opération spéciale ?
Iran : un responsable du programme nucléaire, Mohsen Fakhrizadeh, aurait été assassiné
il y a 7 heures 35 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand Cédric se veut soutenable et quand Franck prend son pied : c’est l’actualité frimaire des montres
il y a 9 heures 34 min
pépites > Religion
Vatican
Coronavirus : une crise qui révèle ce qu'il y a dans nos coeurs estime le pape dans une longue tribune publiée par le New York Times où il évoque en détail la grave maladie qui l'a touché dans sa jeunesse
il y a 11 heures 23 min
décryptage > Politique
Stratégie de lutte contre le virus

Pour protéger mamie du Covid, le gouvernement veut la pousser dans les orties

il y a 12 heures 33 min
pépites > Politique
Couac
Article 24 : le ministre des Relations avec le Parlement déclare que les députés auront le dernier mot
il y a 13 heures 12 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le pouvoir de la destruction créatrice" de Philippe Aghion, Céline Antonin et Simon Bunel : le capitalisme ? Une formidable capacité à créer de la croissance grâce à son pouvoir de destruction… Remarquable démonstration

il y a 2 heures 47 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'historiographe du royaume" de Maël Renouard : à la cour d'Hassan II, les caprices d’un roi et le sort du courtisan malgré lui. De belles pages romanesques mais quelques digressions sans intérêt pour le récit

il y a 3 heures 29 min
pépites > Politique
Ces images "nous font honte"
Producteur passé à tabac par des policiers : Emmanuel Macron réagit dans un long texte sur Facebook
il y a 4 heures 9 min
pépites > France
Lutte contre le séparatisme
Le CCIF, menacé de dissolution par le gouvernement, annonce s'être auto-dissous
il y a 6 heures 42 min
pépites > Politique
Couac
Castex en marche arrière toute : finalement la "commission indépendante" ne réécrira pas l'article 24 de la loi "sécurité globale"
il y a 7 heures 24 min
light > Media
Esprit Canal
Sébastien Thoen aurait été viré de Canal+ après sa parodie de Pascal Praud pour Winamax
il y a 7 heures 55 min
light > Religion
Archéologie
Un archéologue britannique fouille les décombres d'une maison, située sous un couvent de Nazareth, qu'il croit être celle où le Christ a vécu enfant
il y a 10 heures 42 min
décryptage > High-tech
Usage d'Internet

Nos e-mails sont-ils vraiment une menace pour l'environnement ?

il y a 11 heures 58 min
pépite vidéo > Politique
"Images insoutenables"
Producteur tabassé : Agnès Pannier-Runacher estime que les policiers "ont franchi la ligne rouge"
il y a 12 heures 59 min
décryptage > Justice
Législation

Haine en ligne : à Bruxelles comme à Paris, une réponse législative pas à la hauteur du défi sociétal

il y a 13 heures 14 min
© ARIS OIKONOMOU / AFP
© ARIS OIKONOMOU / AFP
Vieux couple

Pourquoi l’Allemagne devrait finir par accepter de payer nos dettes

Publié le 12 avril 2020
L’Allemagne a consenti à un arrangement à 500 milliards d'euros pour sauver l’économie européenne du désastre coronavirien. L’affaire était bien mal engagée, pourtant, l’Allemagne, l’Autriche et les Pays-Bas étant une nouvelle fois peu disposés à repartir dans un nouvel endettement en faveur des pays du sud.
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est l'ancien Président de l'APEC (l'Association pour l'emploi des cadres) et auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L’Allemagne a consenti à un arrangement à 500 milliards d'euros pour sauver l’économie européenne du désastre coronavirien. L’affaire était bien mal engagée, pourtant, l’Allemagne, l’Autriche et les Pays-Bas étant une nouvelle fois peu disposés à repartir dans un nouvel endettement en faveur des pays du sud.

L’Allemagne et ses puissances satellites (les Pays-Bas, l’Autriche, la Finlande) ont donc cédé. Ils ont accepté, dans les grandes lignes, un compromis à 500 milliards d'euros, dont une promesse de coronabonds, c’est-à-dire de dettes mutualisées entre pays de l’Union. Ce point faisait débat depuis plusieurs semaines, suscitant des passions en Allemagne et des énervements rigides au royaume batave.

L’Allemagne n’a pas encore complètement cédé

En vérité, le texte de l’accord n’est pas encore abouti. Il est toujours en cours de finalisation, en particulier sur la question des coronabonds. On lira sur ce point avec intérêt le communiqué de Charles Michel, le président du Conseil européen, qui est allé chercher l’Allemagne, et surtout la Hollande avec les dents. 

Rappelons que cet accord se traîne depuis plusieurs semaines. Il devait initialement être négocié dans un Eurogroupe, qui a botté en touche vers un conseil européen qui a botté en touche vers un Eurogroupe qui a finalement botté en touche vers un conseil européen tenu après une journée de discussions bilatérales. Bref, tout n’est pas encore complètement signé, et on comprend que Bruno Le Maire, au petit matin, ce soit empressé d’annoncer triomphalement la conclusion de cet accord : il s’agit ici de faire illusion, de faire croire qu’il existe une solidarité européenne face à la crise, alors que les « radins » du Nord compte denier après denier l’argent qu’ils sont obligés de lâcher pour éviter une explosion de l’union monétaire. 

Les Allemands prennent sur eux

Il faut lire les propos du président Steinmeier sur le sujet pour comprendre quel effort d’acceptation cet accord demande aux Allemands. « 30 ans après l’unité allemande, 75 ans après la fin de la guerre, nous, Allemands, ne sommes pas seulement appelés à la solidarité en Europe – nous sommes obligés de le faire ».

L’argument, apporté par le Président et non par la Chancelière, mérite d’être pesé dans toute sa solennité. L’argumentation ne se veut ici ni économique ni financière, mais politique et morale. L’Allemagne aurait un devoir « d’humanité » (le mot est de Steinmeier) vis-à-vis de l’Europe. 

« Nous sommes obligés » : tout est dit ! Le devoir moral du protestant prend le dessus. Mais il serait peut-être un peu court de ne pas donner à l’argumentation allemande toute son ampleur. 

Effectivement, les vertueux vont payer pour les mauvais élèves

Dans la pratique, et sur le papier, les arguments tenus par les « pingres » ne sont pas dénués de fondement. Même si l’accord conclu prévoit que les 500 milliards d'euros devront servir à couvrir les coûts directs ou indirects de la pandémie, l’essentiel de la garantie tient grâce à la signature des moins endettés, notamment des Pays-Bas dont la dette publique ne représente que 52% du PIB, soit deux fois moins que la dette française…

Sans ces signatures saines, il est très probable que les taux d’emprunt des pays du Sud atteindraient des sommets. Indirectement, et quel que soit le montage financier retenu en bout de course, les pays du Sud sortent donc gagnants de l’opération, même s’il faut attendre l’allocation définitive des sommes pour faire les comptes (on fait notamment confiance aux Hollandais pour obtenir un retour suffisant sur ces sommes).

La diplomatie monétaire allemande continue

Le dénouement final de cet accord boiteux et chaotique donne une bonne image du fonctionnement actuel de l’Europe, qui ressemble de plus en plus à celui d’un vieux couple qui ne se supporte plus mais qui a trop biens en commun pour pouvoir divorcer. 

Dans la pratique, l’Allemagne paie désormais le prix de sa diplomatie monétaire, dont le sens n’est pas toujours très clair pour les Français. La création de l’euro dans les années 2000 a en effet permis à l’Allemagne de dominer l’Union avec une monnaie forte, rare, solide, qui a continué la tradition du mark, par lequel la Prusse des années 1800 a unifié une Allemagne jusqu’ici morcelée. Ce système correspond à la vision germanique de l’Europe, qui doit être un marché unique amélioré, avec quelques décisions politiques mises en commun. 

Au fond, la vision de l’Europe par l’Allemagne est celle d’une zone monétaire optimale, où elle peut écouler ses produits sans perte de compétitivité due aux dévaluations de ses principaux concurrents. 

L’Allemagne paie désormais pour maintenir sa zone de prospérité

Cette vision allemande de l’Europe n’est pas évidente à préserver dans le temps. La politique de l’euro fort contribue en effet à la désindustrialisation progressive de ses concurrents, et elle ne peut donc être durable sans, tôt ou tard, devoir mettre la main au portefeuille. Si l’Allemagne veut avoir encore des clients en Europe pour ses voitures chères et ses produits chimiques, elle doit s’efforcer de les maintenir à flots. 

Au fond, pour préserver la zone euro, l’Allemagne (et ses satellites, comme les Pays-Bas, qui vivent largement de leur activité portuaire utile à l’Allemagne et de quelques autres filouteries comme le dumping sur les brevets) doit pratiquer une forme étatique d' »helicopter money ». Elle doit reverser directement à ses voisins l’argent dont ils ont besoin pour continuer à acheter des produits allemands !

L’accord conclu par l’Eurogroupe va dans ce sens. Reste à savoir combien d’années une construction aussi bancale et artificielle peut subsister. 

Article publié initialement sur le Courrier des Stratèges

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
zelectron
- 14/04/2020 - 22:54
L’Allemagne aurait un devoir « d’humanité »
En aparté les "pays du sud" plus prosaïquement ont susurré aux oreilles des allemands qu'ils achetaient aux espagnols, italiens, portugais, français sauf aux allemands :! (même si c'est faux ça n'a pas du leur faire plaisir)
pierre de robion
- 13/04/2020 - 14:06
Spielen über alles!
Finalement léconomie c'est comme le Monopol: quand tous les eutres joeurs sont à sec, celui qui a raflé les mises redistribue les bilets, s'il veut continuer à jouer! Et les autres de s'incliner, "tu as gagné"!
Pharamond
- 13/04/2020 - 12:19
L'EURO
En adhérant à l'Europe des Six ,elle avait stratégiquement réfléchi aux conséquences. Selon le FMI, l'EURO est trop fort pour certains et trop faible pour d'autres. Ainsi, pour la France il serait surévalué entre 8% et 14%, alors que pour l'Allemagne il serait sous-évalué entre 11 et 16%. Après cette pandémie, vu la manière dont elle l'a gérée , déjà prête à embrayer aux premiers frémissement du dé-confinement, elle restera, au moins jusqu'à la fin de ce siècle, la première puissance économique de l'UE. Les jeux sont faits.