En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"

03.

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

04.

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Virginia Raggi, la maire de Rome, révèle être menacée par la mafia

07.

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Vers un nouveau confinement ?
Covid-19 : Emmanuel Macron annoncera de nouvelles restrictions ce mercredi à 20 heures
il y a 8 heures 8 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Chambre des dupes" de Camille Pascal : Louis XV et les soeurs Mailly-Nesle : amours, intrigues, courtisans... Un roman brillant et bien documenté

il y a 9 heures 13 min
pépites > Politique
Campagne sous tension
Virginia Raggi, la maire de Rome, révèle être menacée par la mafia
il y a 10 heures 9 min
pépites > France
Tchétchénie
Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"
il y a 11 heures 5 min
pépites > Justice
Décision
La justice administrative valide la fermeture temporaire de la mosquée de Pantin
il y a 12 heures 46 min
décryptage > Culture
Septième art

Les banalités subversives de Maïwenn

il y a 15 heures 21 min
pépites > Santé
Choix cornélien : épidémie ou économie
Coronavirus : le reconfinement n'est plus tabou, couvre-feu élargi, confinement général ou local ?
il y a 16 heures 5 min
pépites > Politique
Relations humaines
Tensions internes dans la cellule diplomatique de l'Elysée et rapports tendus avec le Quai d'Orsay
il y a 16 heures 42 min
décryptage > Société
Dangers des nouveaux outils

Les objets connectés, des armes redoutables aux mains des auteurs de violences familiales

il y a 17 heures 17 min
décryptage > Economie
Réindustrialisation

Et pendant ce temps là, sur le front de l’industrie, on continue à faire des âneries

il y a 18 heures 8 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Gaulois réfractaires demandent des comptes au Nouveau Monde" de Philippe de Villiers : La Vendée se prend pour Bibracte. La révolte gronde. Les 2 Villiers sont à la manoeuvre

il y a 9 heures 2 min
light > Media
Bon rétablissement
Michel Drucker ne sera pas de retour sur France 2 avant 2021 après son opération
il y a 9 heures 47 min
Pollution
Réchauffement climatique : des gisements de méthane se décongèlent dans l'océan Arctique relâchant du gaz à effet de serre
il y a 10 heures 30 min
pépites > Education
Education Nationale
Rentrée du 2 novembre : un hommage à Samuel Paty sera organisé dans les écoles
il y a 12 heures 52 sec
décryptage > Histoire
Identifier la menace

Guerre des civilisations ou guerre au sein de l’islam ?

il y a 15 heures 13 min
décryptage > France
Vocabulaire

Ensauvagement : une fois encore, Laurent Mucchielli parle trop vite…

il y a 15 heures 48 min
pépite vidéo > Europe
Paris - Ankara
L'Union européenne apporte son soutien à la France après l'appel au boycott des produits français
il y a 16 heures 9 min
décryptage > Histoire
Origines du mythe

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

il y a 17 heures 3 min
décryptage > Santé
Hiver de la dépression

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

il y a 17 heures 46 min
décryptage > Politique
Sondage pour 2022

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

il y a 18 heures 34 min
© LUDOVIC MARIN / AFP
© LUDOVIC MARIN / AFP
Défis à relever

Covid-19 : le jour d’Après

Publié le 09 avril 2020
Le maire de Saint-Etienne et vice-président des Républicains, Gaël Perdriau, livre son analyse sur la crise du Covid-19 et de ses conséquences pour le pays. Gaël Perdriau évoque la nécessité de se mobiliser pour le jour d'après et lance un appel pour surmonter cette épreuve.
Gaël Perdriau
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gaël Perdriau est maire de Saint-Etienne et vice-président du parti Les Républicains. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le maire de Saint-Etienne et vice-président des Républicains, Gaël Perdriau, livre son analyse sur la crise du Covid-19 et de ses conséquences pour le pays. Gaël Perdriau évoque la nécessité de se mobiliser pour le jour d'après et lance un appel pour surmonter cette épreuve.

Il aura suffi d’un simple organisme, des milliards de fois plus petit que chacun d’entre nous, pour que toute notre société bascule. Un virus, dont la simplicité effrayante n’a d’égal que sa raison d’être : survivre en tuant. Aujourd’hui, les décideurs, dans tous les domaines sans exception, doivent, au-delà de la gestion quotidienne de la crise, s’interroger sur l’après. Car il y aura un «jour d’Après». 

Plus que jamais, en tant que responsables politiques, notre devoir moral est de tracer, tous ensemble, les contours d’une nouvelle société rompant avec le culte du court terme pour renouer avec le sens de l’histoire. Une société qui ne ferait plus du lendemain son seul horizon temporel et de l’opinion le seul critère décisionnel. Une société sachant décliner tous les âges de la vie et acceptant, enfin, cette évidence : nous sommes tous mortels. Une société dont il faudra définir une nouvelle dynamique, comme le fit le Général de Gaulle, avec le programme du CNR, au lendemain de la guerre. 

En effet, jamais la France, depuis «l’Etrange défaite» de 1940, n’aura connu pareille humiliation. Les images des combattants des temps actuels, les soignants, livrant une lutte héroïque, avec parfois de faibles moyens, contre un ennemi invisible, viennent s’entrechoquer avec celles des gens fuyant les villes. Le sépia des images de mai 1940 cède le pas à l’instantanéité colorée de celles saisies par les téléphones portables.  

Il faudra attendre la fin de cette crise pour interroger un pouvoir jacobin aujourd’hui exsangue, presque à l’agonie, pour comprendre ses mécanismes et sanctionner, au besoin, une nouvelle «trahison des clercs».

Aujourd’hui, les élus locaux, dont le pouvoir central semble soudainement apprécier une utilité trop longtemps dédaignée, doivent gérer une situation devenue quasiment incontrôlable faute d’une réelle évaluation et anticipation par un pouvoir exécutif aveuglé par sa propre morgue. Comment interpréter autrement les volte-face successifs de l’exécutif sur le port généralisé ou pas des masques ?

Au-delà de l’instant présent, nous devons déjà penser à la nouvelle France qui, pour surmonter le traumatisme collectif provoqué par le COVID19, devra, tant au niveau national que local, s’employer à relever trois défis incontournables, comme je l’ai fait à Saint-Etienne, dans le projet municipal proposé, il y a trois mois, aux Stéphanois : le bien-être social, le développement durable et les valeurs de la République.

Un triptyque qui, à la lumière de l’actuelle crise sanitaire, a pris tout son sens et qui devrait servir de fondement à l’action de l’Etat et des collectivités locales.  

Le bien-être social doit cesser d’être la variable d’ajustement d’une société faisant du profit immédiat sa seule référence. La société existe par un projet collectif, prenant forme par la Nation, proposé à chacun afin de lui permettre d’exprimer son talent. Le capitalisme, pour efficace qu’il puisse être, n’est qu’un instrument d’allocation des ressources pas une fin, et ne saurait donc être le seul horizon du citoyen.

Depuis 40 ans, les gouvernements ont placé de fait, au nom de la lutte contre l’inflation, la finance au cœur de toute décision. Les banques centrales sont devenues les supplétifs d’un système faisant de la spéculation le cœur du progrès économique et social, sans que les résultats soient au rendez-vous. L’hyper-capitalisme moribond finira-t-il par donner raison au cadavre desséché du marxisme ? Cessons de nous aveugler et plaçons, comme le voulait  me Général de Gaulle, l’homme au centre du système. Nous devons faire de ce dernier l’objectif de toute politique à commencer par le champ économique en rappelant ce principe inscrit, en 1942, dans la Déclaration de Philadelphie : «Le travail n’est pas une marchandise» !

Il est d’abord et avant toute chose un prolongement de l’homme et de son esprit. Il est une des manifestations concrètes de sa dignité qui doit être protégée, à chaque instant par la République. C’est là tout le sens de notre mission d’élu au service de la Nation et du projet collectif dont elle est porteuse. 

Un projet collectif qui doit, et c’est là le second pilier, faire du développement durable un des pivots essentiels des politiques publiques. Nous ne pouvons plus continuer à exploiter, tels des prédateurs sans foi ni loi, notre planète. En ce début d’années 2020, que ce soit en Australie, ravagée par les incendies, ou en Asie, avec ce virus, la Terre ne cesse de manifester son épuisement demandant aux hommes d’être enfin responsables de leurs actes. En renouant avec le long terme, comme horizon temporel de toute décision, qu’elle soit politique, économique ou sociale, nous quitterons cette vulgate du gain immédiat pour retrouver le chemin d’une culture qui privilégie une vision historique de la société. 

L’Homme doit, à nouveau, admettre que la terre nous a été léguée par les générations futures et que nous devons travailler avec elles, par touches imperceptibles, faisant de nous les humbles ouvriers de l’avenir, tels des jardiniers zen capables de penser que tout sera parfait dans 1000 ans, c’est-à-dire bien après leur mort.

Pour relever ces deux premiers défis, nous devrons cesser de tout espérer d’un Etat dont la crise actuelle met à nu les terribles carences qui affaiblissent les valeurs de la République. Sans doute aussi la faillite d’une supposée «élite», issue des mêmes moules niveleurs, au sein de laquelle domine le court terme devenu le synonyme élégant d’intérêt personnel. L’Etat Jacobin se meurt devant nos yeux pour avoir tout voulu décider et n’avoir jamais voulu faire des collectivités territoriales et de la société civile de véritables partenaires.

Le temps est venu pour un projet politique et institutionnel faisant des élus locaux et de la société civile, dont le désir de solidarité s’est encore manifesté avec force depuis le début de la présente crise, de véritables décideurs disposant de leviers d’actions d’autant plus puissants qu’ils correspondront à un véritable partage des compétences avec l’Etat. 

Le modèle Girondin doit désormais régir les principes de notre action publique car le bien-être social et le développement durable, intimement liés, ne pourront devenir une réalité que si les  collectivités sont, en s’appuyant sur la société civile locale, capables d’agir aux côtés d’un Etat redevenu, enfin, stratège puisque s’occupant de l’essentiel : l’avenir de la Nation.

«Les civilisations sont mortelles», la nôtre n’échappe pas à cette évidence énoncée par Paul Valéry et l’actuelle crise du COVID19 vient nous le rappeler avec une rare violence. Saurons-nous trouver la force pour construire cette nouvelle société imposée par la nécessité ? Ou «Aurons-nous besoin de chance?» comme le demande, en s’adressant aux hésitants, Brecht. De la réponse que nous construirons ensemble, en dépassant enfin certains clivages devenus vains, dépendra l’avenir de la France.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Loupdessteppes
- 09/04/2020 - 19:42
Il n'y a pas que les élus dans la vie !
Référendum, votations, fédérations régionales, votations populaires seront à l'honneur. Marre de ces partis minables et dociles qui n'aboutissent à rien. Marre de ces policards, de leurs communicants et conseillers qui n'entretiennent que l'illusion ! Marre de ces bateleurs inutiles et de leur arrangements ! Le peuple est absent de leurs discours. Ils ont trahis de Gaulle en renonçant à leur propre gaule ... Quand aux girondins on ne les entend pas beaucoup soutenir le commerce local... mais trahir en construisant gratis des ronds-points et zones commerciales... Une façon comme une autre de sucer les Lerclerc, Auchan, déqutrecons et compagnie...
evgueniesokolof
- 09/04/2020 - 17:30
une chose est certaine:
le virus ne viendra pas à bout de la merde: elle se porte à merveille et vit son confinement à l'Obserfoireur!
https://francais.rt.com/france/73841-covid-19-ecrivain-sylvain-tesson-nargue-les-gilets-jaunes
ajm
- 09/04/2020 - 15:21
Raffarin.t
Cela commence par un pseudo discours du 18 juin par radio Saint-Etienne, pour se terminer par un discours girondin qui pourrait être signé Raffarin.