En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si la nouvelle la plus importante pour l’avenir du climat de la planète venait de passer quasi inaperçue

02.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

03.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

04.

Tenue libre exigée : les dangereuses impasses du néo-féminisme

05.

L’Allemagne mobilise 1300 milliards d’euros pour se sortir de la crise... La France 3 fois moins, cherchez l’erreur

06.

Brexit : ces 50 milliards de frais de divorce que Boris Johnson est tenté de ne pas payer à l’UE

07.

Les troubles obsessionnels compulsifs d’Erdogan : Le panislamisme, la résurgence de la grandeur ottomane… et incidemment attaquer la France

01.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

02.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

05.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

06.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

01.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

04.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

05.

"Le plaisir sexuel est simplement divin" a déclaré le pape François. Il nous étonnera toujours…

06.

L’islamisme, cette lèpre qu'Emmanuel Macron ignore

ça vient d'être publié
light > Santé
Des propos "à l'emporte-pièce"
Olivier Véran répond à Nicolas Bedos suite à son appel sur l'arrêt du port du masque et des gestes barrières
il y a 1 heure 13 min
pépites > Santé
Désengorger les SERVICES
Covid-19 : les Hôpitaux de Paris vont reporter 20% des opérations chirurgicales dès ce week-end
il y a 3 heures 16 min
pépites > Santé
Health Data Hub
Santé : l’Assurance maladie met son avis en suspens sur le mégafichier de données individuelles
il y a 4 heures 14 min
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
Covid : les épargnants devront payer la facture; Bayrou trouble la coordination gouvernementale; Les bonnes affaires d’Édouard Philippe : payé 50 000€ pour se former au numérique...; La fraude sociale sert (aussi) à financer le terrorisme islamiste
il y a 5 heures 57 min
décryptage > France
Loi

La France, paradis des squatteurs et qui entend bien le rester

il y a 7 heures 14 min
décryptage > France
Drame humain

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

il y a 8 heures 12 min
pépite vidéo > Société
Fermeture des bars et des restaurants
Covid-19 : l'incompréhension de la maire de Marseille, Michèle Rubirola, suite aux annonces d'Olivier Véran
il y a 8 heures 40 min
décryptage > Economie
Industrie

Sauver Bridgestone à tout prix ? Et si on parlait de ces emplois industriels qui ne trouvent pas preneurs...

il y a 9 heures 28 min
décryptage > Santé
Lutte contre le virus

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

il y a 10 heures 14 min
pépites > Santé
Lutte contre le virus
Olivier Véran dévoile de nouvelles mesures dans le cadre de la lutte contre la Covid-19 et précise que "la situation continue globalement de se dégrader"
il y a 22 heures 16 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Comédies françaises" de Eric Reinhardt : un magnifique roman d’initiation, itinéraire d’un millénial gâté

il y a 1 heure 59 min
light > Culture
Ministère de la Culture
Gabriel Matzneff est définitivement privé d'aide publique
il y a 3 heures 48 min
pépites > Europe
Vers de nouvelles sanctions de l'UE ?
Biélorussie : l'Union européenne refuse de reconnaître Alexandre Loukachenko comme président malgré sa "prestation de serment"
il y a 5 heures 34 min
pépites > Justice
Justice
Financement libyen : la cour d'appel de Paris rejette les recours de Nicolas Sarkozy et de ses proches
il y a 6 heures 10 min
décryptage > International
Influence de la Turquie

Les troubles obsessionnels compulsifs d’Erdogan : Le panislamisme, la résurgence de la grandeur ottomane… et incidemment attaquer la France

il y a 7 heures 57 min
décryptage > France
Il m’a démasqué

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

il y a 8 heures 29 min
décryptage > Environnement
Transition écologique

Et si la nouvelle la plus importante pour l’avenir du climat de la planète venait de passer quasi inaperçue

il y a 9 heures 12 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’Allemagne mobilise 1300 milliards d’euros pour se sortir de la crise... La France 3 fois moins, cherchez l’erreur

il y a 9 heures 57 min
décryptage > Politique
Candidat idéal ?

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

il y a 10 heures 37 min
light > Culture
Icône de la chanson française
La chanteuse Juliette Gréco est morte à l'âge de 93 ans
il y a 23 heures 28 min
© DR / Théodore Chassériau
© DR / Théodore Chassériau
Problème de langage

Pourquoi les libéraux parlent-ils si mal du libéralisme ? Parce qu’ils utilisent les mots de ses adversaires !

Publié le 09 avril 2020
Lisons Tocqueville et Hayek. Contre les idées reçues c’est un salutaire antidote.
Benoît Rayski
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lisons Tocqueville et Hayek. Contre les idées reçues c’est un salutaire antidote.

En ces temps de panique sanitaire, le libéralisme fait figure d’accusé. C’est lui qui avec la mondialisation, la financiarisation de l’économie et la casse des services publics, serait responsable des morts que nous déplorons. De Mélenchon à Martinez, on n’entend qu’un cri pour vomir les vautours du CAC40 et les hyènes libérales du système capitaliste.

On s’empresse d’annoncer la mort du libéralisme dont la catastrophe économique qui succédera à la pandémie sonnera le glas. De ce passé, il sera fait table rase. Et de ses cendres renaîtra un phénix qui portera le nom d’Etat, un Etat protecteur et bienveillant avec le plus grand nombre alors que le libéralisme ne profiterait qu’à quelques privilégiés.

Il n’est interdit à personne de prendre ses désirs pour des réalités. Il n’est pas non plus interdit de se donner la peine de penser et de lire un peu. Les défenseurs du libéralisme – ils sont nombreux sur Atlantico – expliquent, avec force arguments convaincants, en quoi ce libéralisme est la seule issue possible. Ce faisant, ils le réduisent à une théorie économique. Ce que font exactement ses adversaires.

Avec ces libéraux c’est comme si seule « la main invisible du marché » était éternellement suspendue au-dessus de nos têtes. A ce titre autant en rester à Germinal avec ses mineurs crevant au fond de la mine. Où à Engels décrivant les enfants de douze ans se tuant à la tâche dans des usines anglaises du XIXe siècle.

Il se trouve que le libéralisme a une formidable capacité de souplesse. Par intelligence il s’adapte au monde. Des fois il le fait contraint et forcé : c’est aux grèves de 1936 que nous devons les congés payés dont tous profitent aujourd’hui. La « redcutio ad economicum » est donc bien trop étriquée pour en dessiner les contours. Mais surtout il est bien autre chose qu’un principe comptable vanté par ses partisans et décrié par ses contempteurs.

Chez Tocqueville, on peut lire que le libéralisme est une « doctrine morale » qui doit beaucoup à la chrétienté et à son postulat du libre arbitre. Au centre il y a le mot liberté. Celle de l’individu face au pouvoir despotique du monarque du tyran et de l’Etat. Tocqueville va bien au-delà de la liberté d’entreprendre ou d’exploiter.

Plus près de nous, il y a Hayek. Il propose une lumineuse comparaison entre le socialisme et le libéralisme. Le socialisme prétend changer le monde. Il y réussit parfois. Et une fois qu’il l’a changé, il s’arc-boute sur son acquis. Il veut conserver ses changements révolutionnaires. Alors il devient conservatisme.

Le libéralisme, tel qu’il est théorisé par Hayek, n’a pas ces prétentions. Il ne prophétise pas des lendemains qui chantent. Sage et empirique, il ne veut pas changer le monde : il se contente de le modifier. Il le fait en hésitant, en tâtonnant. Sans contraintes et loin de toute vérité révélée. En cela il est, dans le vrai sens de ce mot, un progressisme. Les défenseurs du libéralisme devraient lire Tocqueville et Hayek.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Sidewinder
- 09/04/2020 - 19:55
Camarade Benoît,
Nous savons tous très bien que le libéralisme c'est l'exploitation des masses laborieuses par le patronat au profit du grand capital, des multinationales et de la finance apatride, voyons !
On ne peut passer sous silence les succès innombrables de l'URSS, de la Chine de Mao avec ses 99% de pauvres (tiens, il y avait un 1% de riches là aussi ?), les Nord-Coréens qui ne meurent pas de famine mais de repas trop dodus, de Cuba qui avec son système éducatif de haut niveau et gratuit produit des rafales de Prix Nobels et enfin la merveilleuse aventure du Venezuela ou les gens quittent le pays car ils ont honte de profiter d'un régime paradisiaque.
Vous avez raison camarade, pourquoi les libéraux n'en parlent pas ? Après tout, une simple comparaison du socialisme et du libéralisme serait assez décisive.
Le gorille
- 09/04/2020 - 19:32
Les "ismes"
Dans mon envolée lyrique, après "foin des "-ismes" ", je voulais écrire : "pleins gaz sur les "-iques" ". Las ! A peine avais-je écrit "pragmatique" que "utopique" m'a sauté à la figure"... Alors si certains ont des idées sur d'autres "-iques", dans la veine "pragmatique", qu'ils les signalent... je suis preneur !
Le gorille
- 09/04/2020 - 19:25
Merci M Rayski
Tous ces articles et toutes ces réflexions me bassinent. A croire que, pour tous ces penseurs "auto-proclamés" qui saturent bruyamment la scène publique (rappel : Dieu était dans un très doux zéphyr), l'individu, l'homme en fait, est irresponsable, et qu'il doit impérativement entrer dans un système, dont il n'est qu'un sujet sans quasi liberté, euphémisme. Commençons par dire que tout vient par l'homme : il y en a des bons et des mauvais (ne suivez pas mon regard) et la société n'est qu'une pâte... où chacun essaie de tirer son épingle du jeu. Foin des théories qui écrasent l'individu... Donnons notre appui à ceux qui osent s'appuyer sur la capacité individuelle à agir dans leur environnement, au lieu de leur dire soit qu'ils sont malheureux et que ce n'est pas de leur faute, soit qu'ils sont heureux, et que du coup ce sont des vendus et des profiteurs. Et, conclusion, foin des "-ismes" !