En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

02.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

03.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

04.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

05.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

06.

Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"

07.

Pierre Manent : "Nous souffrirons longtemps de la passivité qu’a imposé le gouvernement aux Français avec le Covid"

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

06.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

ça vient d'être publié
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 1 min 9 sec
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 23 min 21 sec
décryptage > Environnement
Anticipation

Vers des coupures d’électricité cet hiver ? Ces avertissements que le gouvernement s’est ingénié à ne pas comprendre

il y a 58 min 21 sec
pépites > Politique
Etats-Unis
Donald Trump finit par débloquer le processus de transmission du pouvoir à Joe Biden
il y a 1 heure 43 min
décryptage > Europe
Capital politique en jachère

2020, l'année où l'Union européenne conserva l'approbation d'une majorité d'Européens contre vents et marées... sans rien savoir en faire

il y a 2 heures 9 min
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 15 heures 3 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 16 heures 41 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 19 heures 28 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 20 heures 29 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 21 heures 36 min
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 5 min 9 sec
pépites > Santé
Coronavirus
Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"
il y a 46 min 38 sec
décryptage > International
Prévisions

Doubler le PIB chinois d’ici 2035 ? Voilà pourquoi l’objectif de Xi Jinping est un pur fantasme

il y a 1 heure 36 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Bercy force les assureurs à couvrir les risques de pandémie mais pas ceux du Covid. Ce n’est pas gagné

il y a 2 heures 5 min
décryptage > Santé
Tester, tracer, isoler

Covid-19 : mais pourquoi l’Isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

il y a 2 heures 12 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 15 heures 35 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 17 heures 27 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 20 heures 8 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 21 heures 16 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 21 heures 51 min
© PHILIPPE HUGUEN / AFP
© PHILIPPE HUGUEN / AFP
Le mal français

Ces raisons qui empêchent le secteur public français de gérer son argent efficacement

Publié le 08 avril 2020
Eric Verhaeghe évoque la crise du service public et des difficultés administratives en pleine crise du coronavirus.
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est l'ancien Président de l'APEC (l'Association pour l'emploi des cadres) et auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Eric Verhaeghe évoque la crise du service public et des difficultés administratives en pleine crise du coronavirus.

Le naufrage du service public dans la gestion de la pandémie est patent. Les exemples affluent d’une administration tatillonne et psychorigide qui multiplie les empêchements à freiner la contamination après ne l’avoir pas préparée. Mais à quoi peuvent bien servir les 57% de PIB engloutis dans les dépenses publiques chaque année ? Désespérément, l’intérêt général cherche le service public pour lequel il a payé. 

Le service public a failli, gravement.

Si le service public avait fonctionné normalement, le bilan des morts serait très inférieur à ce qu’il sera dans quelques semaines. Beaucoup, dans les partisans du service public, ont flairé le danger. Ils ne manquent pas une occasion de plaider le manque de moyens. On aurait dépouillé les hôpitaux publics depuis plusieurs années. 

Mais qu’en est-il au juste ?

Le service public gavé de moyens, mais totalement inefficace

Un problème de service public ? Ah ben oui, c’est la faute au néo-libéralisme, y avait pas assez de moyens! la rengaine est connue. Et la France a beau compter un nombre record de fonctionnaires (5 millions environ) et des dépenses publiques hors norme (on n’égrènera pas ici la litanie des chiffres bien connus), le même refrain revient inlassablement, de préférence dans la bouche d’anciens fonctionnaires plus ou moins reconvertis dans la politique. Mais pas que. 

Comme tout le monde en a marre des chiffres (par ailleurs longuement détaillés dans un papier de début d’année), je préfère opposer à ces arguments dogmatiques un schéma qui aide à montrer que notre service public ne manque pas de moyens mais au contraire qu’il en a trop, qu’il gaspille en pertes de temps bureaucratiques :

Ce schéma, glané sur Internet, illustre à merveille le problème de l’hôpital public, appelé « établissement de santé » dans notre jargon technocratique. Les établissements de santé, comme les médecins de ville (appelés « professions de santé ») sont figurés dans le quart inférieur gauche du schéma, dans des rectangles jaunes. 

Alors qu’ils constituent les maillons essentiels de notre système de santé, le schéma ci-dessus montre combien ils ne sont devenus que des acteurs marginaux d’un éco-système qui les étouffe à force de coordination, d’impulsions, de concertations, de planification et autres actions contre-nature connues et comprises de la seule technostructure qui les invente. 

Notre système de santé manquerait de moyens ? Non. Il en a trop, tellement trop qu’il s’offre de luxe de financer des milliers d’emplois qui ne servent qu’à fabriquer de la procédure administrative.

Une bureaucratie parfaitement inefficace

Ici encore, nous ne répéterons pas comment cette bureaucratie sanitaire qui menace la santé publique est dénoncée depuis des années pour son ineptie. Nous ne contenterons simplement d’épingler quelques-unes de ses innombrables défaillances à l’occasion de la crise du coronavirus. 

Un excellent article de Libération (une fois n’est pas coutume) vient par exemple de montrer comment il a fallu attendre la mi-mars pour que l’administration de la Santé ne mette en action sa cellule « épidémie » inventée à l’occasion de la grippe aviaire. 

La Cellule de crise interministérielle (CIC) n’a été mise en place que le 17 mars, c’est une aberration.» Ce choix tardif est assumé par l’exécutif, qui a préféré laisser la Santé gérer pour ne pas affoler les Français : la CIC, c’est l’instance qui a géré les attentats de 2015. Un affichage anxiogène.

Selon sa bonne règle, Libération protège l’administration et met en cause les politiques. Mais l’activation de la cellule interministérielle aurait très bien pu procéder d’une décision administrative. 

La bureaucratie sanitaire incapable de trouver des masques

Pour identifier la responsabilité écrasante des fonctionnaires dans le naufrage de cette gestion de crise, on lira avec fruit l’enquête détaillée de Mediapart, qui montre comment le ministère de la Santé et sa nébuleuse d’établissements annexes se sont révélés incapables de satisfaire au besoin (pourtant très prévisibles) de masques FFP2. 

Mi-février, le ministère sonne l’alerte auprès de Santé publique France, notamment à l’occasion d’une réunion technique destinée à la mise en place du schéma directeur de stockage et de distribution. Il faut passer à la vitesse supérieure, arrêter de passer par ses traditionnels marchés publics longs, prospecter partout, « en mode guerrier », leur dit-on.

L’agence ne semble pas prendre pleinement conscience de l’urgence de la situation. Sa léthargie est, plus largement, due à son fonctionnement : elle est née en 2016 de la fusion de trois instituts sanitaires et « armée comme un plan quinquennal au temps de l’Union soviétique », estiment certaines sources.

Censée être plus réactive et moins soumise aux contraintes administratives que le ministère, la machine SPF souffre en fait de la même lourdeur alors qu’elle doit mener des opérations urgentes.

Il faudrait beaucoup de mauvaise foi pour penser que la « léthargie » de Santé Publique France, très bien décrite par Mediapart, relève du manque de moyens. Ce qui se joue ici, c’est l’incapacité de quelques fonctionnaires murés dans leurs automatismes à s’adapter aux urgences imposées par une crise sanitaire qui met le pays sens dessus dessous. 

La psychorigidité des services achats dans le service public : une plaie bien connue que personne n’ose traiter en face. Et qui, à force d’avoir été banalisée, admise, excusée pendant les années fastes, devient un piège qui se referme sur les soignants et les mourants. 

Le scandale des tests dont la bureaucratie ne veut pas

Cette fois, c’est Le Point qui révèle une autre complication administrative : la France pourrait réaliser jusqu’à 300.000 tests hebdomadaires en s’appuyant sur les laboratoires départementaux. Cette option est cruciale, puisqu’on sait depuis longtemps que la conduite de tests de grande ampleur permet de limiter la sinistralité de la maladie. 

Mais, pour des raisons extravagantes, l’administration de la Santé refuse d’actionner cette option :

L’ARS : l’Agence régionale de santé, instance administrative dépendant du ministère, qui refuse pour l’instant l’hypothèse, d’après des motifs flous. « On ne nous a pas vraiment dit ce qui bloquait », explique Jean-Gérard Paumier, président du conseil départemental d’Indre-et-Loire. « On me parle de blocages juridiques, qui seraient à l’étude… Mais moi, sur le terrain, je dois gérer mon personnel d’Ehpad, qui vient travailler sans être testé, la peur au ventre, et qui menace de s’arrêter chaque jour ! »

Des blocages juridiques, en temps de guerre. L’incompétence a encore de beaux jours devant elle dans l’administration française. 

Quand les ARS se disputent les patients

Dans la gestion délirante de cette crise, les ARS, c’est-à-dire les Autorités Régionales de Santé, compliquent le jeu avec des procédures toujours aussi compliquées et autoritaires qu’en temps de paix. Ainsi, début avril, un transport de malades parti de Reims pour Tours a finalement été rappelé alors qu’il était en route

En soi, l’incident n’est pas essentiel. Il a seulement donné l’occasion de découvrir qu’une nouvelle procédure compliquée était en oeuvre ! encore une !

La procédure de transfert doit normalement être validée par les hôpitaux, mais aussi par les agences régionales de santé concernées et par le centre de crise national de la Direction générale de la santé.

Ainsi, pour transporter des malades en réanimation, il faut cinq validations : celle de l’hôpital d’origine, celle de l’hôpital d’accueil, celle de l’ARS d’origine, celle de l’ARS d’accueil, et celle du centre national de crise. Une fois de plus, on a fait ceinture et bretelles : surtout, pas de mouvements agiles, tout doit être encadré, contrôlé et recevoir toutes les autorisations officielles. 

La lourdeur administrative triomphe de l’intérêt général

Ces quelques exemples, qui s’ajoutent à ceux que nous avons déjà donnés la semaine dernière, montrent de façon pragmatique que la gestion de crise n’est pas dévastée par un manque de moyens, mais plutôt par un excès de moyens bureaucratiques.

C’est tout le problème du service public aujourd’hui : il est très éloigné de l’intérêt général. Il se préoccupe de procédures, de dilution des responsabilités dans des circuits de décision interminables. Il ne s’intéresse plus à l’intérêt général. Le service public ne sert plus le public, il se protège du public. 

L’urgence n’est pas d’ajouter des moyens au service public, mais plutôt de diminuer la couche de procédures lourdes, rigides, qui entravent l’agilité nécessaire des services de l’État. Pour y parvenir, il faut sabrer dans les effectifs des bureaux et réorienter les moyens vers les services opérationnels. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
TPV
- 08/04/2020 - 20:14
Du lierre sur un arbre sein
L'administration des hôpitaux comme le lierre entraîne l'étouffement du corps sain.
Anouman
- 08/04/2020 - 20:11
Public
Mais c'est la France… Il faut bien tous ces organismes qui se marchent sur les pieds pour placer des incapables méritants, et paralyser le système. Mais qui sont ceux responsables de tous ces furoncles? Nos braves élus, évidemment. Et nos braves électeurs continuent de voter comme si le merdier administratif français était dû à la fatalité. Qu'ils ne se plaignent pas des conséquences.