En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 1 semaine 3 jours
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 1 semaine 3 jours
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 1 semaine 3 jours
© EZRA SHAW / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP
© EZRA SHAW / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP
Petite réflexion de confinement

Comment l’éducation de nos parents détermine lourdement notre capacité à devenir leader ou non

Publié le 08 avril 2020
Une étude réalisée par des psychologues d'une université de Pékin sur treize écoles de la ville a montré que plus les parents étaient protecteurs envers leur enfant, plus leur potentiel de leadership était réduit. Comment peut-on expliquer ce phénomène ?
Agnès Delneufcourt
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Agnès Delneufcourt est Psychologue du Travail & Gestalt Thérapeute du Lien 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Une étude réalisée par des psychologues d'une université de Pékin sur treize écoles de la ville a montré que plus les parents étaient protecteurs envers leur enfant, plus leur potentiel de leadership était réduit. Comment peut-on expliquer ce phénomène ?

Atlantico.fr : Comment les relations parents / enfants peuvent-elles influencer sur les relations que nos enfants entretiennent avec leurs camarades ? 

Agnès Delneufcourt : Les modèles parentaux sont les premiers référentiels pour l’enfant. Il va s’en imprégner sans autre élément de comparaison au départ. Les valeurs, les modes de communication du système familial vont être les modèles pour l’enfant, qui risque fort dans un premier temps de les reproduire au dehors. Il peut tout autant observer d’autres modalités qui vont soit s’agréger au modèle de base, soit venir bousculer ou perturber le modèle de base, selon là encore, la capacité des parents à accueillir les différents modèles, à les expliciter à leurs enfants, afin qu’ils puissent développer leur propre esprit critique Il est également possible qu’un modèle systémique où l’enfant ne peut s’exprimer, soumis au pouvoir parental, l’enfant pourra alors développer soit une soumission au système, soit au contraire une rébellion qui va passer par l’agressivité au dehors. Une agressivité qui dans sa polarité « saine » peut se déployer dans la créativité par exemple ou dans des métiers ou trajectoires où l’individu sera toujours sensible à pouvoir trouver sa place et à la défendre. Dans sa polarité plus négative, l’agressivité peut se retourner contre soi, dans une posture de repli et de retrait au monde et à l’autre. Je vois que ma démonstration est assez binaire. Soumission ou rébellion. Il y a aussi d’autres voies, médianes, où l’enfant peut intégrer les deux modèles et trouver en lui-même, le modèle qui lui ressemble le plus, par une appropriation des deux, et du coup en créant un troisième, qui serait plus que la somme des parties. 

Une étude réalisée par des psychologues de l'Université normale de Pékin sur 13 écoles de la ville a montré que, plus les parents étaient protecteurs envers leur enfant, plus leur potentiel de leadership était réduit. Comment peut-on expliquer cela ? 

L’autonomie s’acquiert par l’expérience de la frustration, de l’absence et de l’échec. Si le parent, à chacune de ses expériences a tendance à penser, à ne pas accueillir la frustration de l’enfant, il pourra favoriser une vision du monde pour l’enfant, où l’échec n’existe pas ou peu, car régulièrement, adouci, par le parent. L’enfant a une vision du monde « tronquée » où il ne connait que le « bon » et fait peu l’expérience du « mauvais » ou plus exactement de l’imparfait. Car le monde est fait d’expériences réussies parfois, ratées parfois, toujours imparfaites. L’autonomie pourrait donc, être la capacité à intégrer l’imperfection, la différentiation et donc l’humilité et ce faisant, une capacité à s’ajuster aux changements et à l’impermanence, tranquillement et sans anxiété. Pour le dire autrement, une certaine plasticité au changement. Je ne saurais dire si le leadership est un critère d’adaptation aux changements. Selon moi, le leadership est une donnée « naturelle », un critère de personnalité, par nature. Le leadership n’est ni bon ni mauvais en soi et il est plutôt sain qu’il soit « harmonieusement » réparti. Dans chaque groupe (La dynamique des groupes restreints, Kurt Lewin-Didier Anzieu) il y a des personnalités, des fonctions et des rôles. Il est possible que le leadership d’un enfant soit « réprimé, contrôlé  et empêché » pour des raisons diverses. Il n’en demeure pas moins que l’enfant, pourra, probablement reconnecter ou redynamiser sa nature première, soit de manière ajustée, soit de manière plus inadaptée (de la simple rigidité à l’autoritarisme) ou dans un abus de pouvoir aléatoire (cadre et non cadre, jouant avec les limites). 

Un parent qui manque de confiance en lui a-t-il plus de probabilité de transmettre ce manque d’estime de soi à son enfant? 

Je n’ai aucune idée sur les statistiques en termes de probabilité de reproduction sur l’enfant. Je pourrais imaginer cependant au moins 3 stratégies possibles pour l’enfant. L’estime de soi fragilisée du parent peut à la fois nourrir l’envie chez l’enfant de faire différemment. De se différencier du parent. Si la différentiation est « radicale » et opposée, on pourra parler de fidélité inversée, où l’enfant pensant s’affranchir de ce qu’il ne veut pas ou plus, risque d’opter pour une stratégie d’être-au-monde téméraire par exemple ou de toute puissance, qui sera donc corrélée directement à son modèle de base, le parent, donc fidèle. D’un autre côté, il peut aussi être envahi et nourri par des introjects de valorisation faible qui ne lui permettront pas ou peu de s’affranchir de ces croyances, et il pourrait alors poursuivre le scénario/pattern parental, peu confiant en lui-même. Enfin, il peut aussi, être le parent de son propre parent, le « sauveur » visant à réparer le parent, et s’oubliant lui-même, il pourra / pourrait nourrir des stratégies de « sur-adaptation » où sa propre identité serait « gommée » au profit du parent. Dans les 3 cas… l’estime de soi ne se nourrit pas des bons sédiments à savoir, l’encouragement, le soutien, l’expérimentation des expériences qui elles, seules, permettent à l’enfant, soutenu par le regard ajusté du « bon parent » de sécuriser les enjeux d’estime de soi.  

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
nobobo
- 09/04/2020 - 00:24
Leader, leadership ras le bol
Dans le monde de l'entreprise actuel, influencé par la domination anglo-saxonne, on voue un culte aux "leaders". Dans mon entreprise comme dans beaucoup d'autres, les "leaders" sont des personnes qui arrivent à des postes de responsabilité par le népotisme, la focalisation sur la communication, l' absence d' éthique et la flatterie des puissants et en aucun cas par la compétence et la conscience professionnelle. Le " leader" est celui qui marche sur les autres pour atteindre ses objectifs de carrière sans aucune considération pour les objectifs de l'entreprise.
Pour devenir "leader", il faut sans doute avoir eu une éducation dénuée de principes moraux et d'empathie pour les autres.