En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"

03.

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

04.

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Virginia Raggi, la maire de Rome, révèle être menacée par la mafia

07.

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Vers un nouveau confinement ?
Covid-19 : Emmanuel Macron annoncera de nouvelles restrictions ce mercredi à 20 heures
il y a 8 heures 2 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Chambre des dupes" de Camille Pascal : Louis XV et les soeurs Mailly-Nesle : amours, intrigues, courtisans... Un roman brillant et bien documenté

il y a 9 heures 7 min
pépites > Politique
Campagne sous tension
Virginia Raggi, la maire de Rome, révèle être menacée par la mafia
il y a 10 heures 3 min
pépites > France
Tchétchénie
Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"
il y a 10 heures 59 min
pépites > Justice
Décision
La justice administrative valide la fermeture temporaire de la mosquée de Pantin
il y a 12 heures 40 min
décryptage > Culture
Septième art

Les banalités subversives de Maïwenn

il y a 15 heures 15 min
pépites > Santé
Choix cornélien : épidémie ou économie
Coronavirus : le reconfinement n'est plus tabou, couvre-feu élargi, confinement général ou local ?
il y a 15 heures 59 min
pépites > Politique
Relations humaines
Tensions internes dans la cellule diplomatique de l'Elysée et rapports tendus avec le Quai d'Orsay
il y a 16 heures 35 min
décryptage > Société
Dangers des nouveaux outils

Les objets connectés, des armes redoutables aux mains des auteurs de violences familiales

il y a 17 heures 11 min
décryptage > Economie
Réindustrialisation

Et pendant ce temps là, sur le front de l’industrie, on continue à faire des âneries

il y a 18 heures 2 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Gaulois réfractaires demandent des comptes au Nouveau Monde" de Philippe de Villiers : La Vendée se prend pour Bibracte. La révolte gronde. Les 2 Villiers sont à la manoeuvre

il y a 8 heures 56 min
light > Media
Bon rétablissement
Michel Drucker ne sera pas de retour sur France 2 avant 2021 après son opération
il y a 9 heures 41 min
Pollution
Réchauffement climatique : des gisements de méthane se décongèlent dans l'océan Arctique relâchant du gaz à effet de serre
il y a 10 heures 24 min
pépites > Education
Education Nationale
Rentrée du 2 novembre : un hommage à Samuel Paty sera organisé dans les écoles
il y a 11 heures 54 min
décryptage > Histoire
Identifier la menace

Guerre des civilisations ou guerre au sein de l’islam ?

il y a 15 heures 7 min
décryptage > France
Vocabulaire

Ensauvagement : une fois encore, Laurent Mucchielli parle trop vite…

il y a 15 heures 41 min
pépite vidéo > Europe
Paris - Ankara
L'Union européenne apporte son soutien à la France après l'appel au boycott des produits français
il y a 16 heures 2 min
décryptage > Histoire
Origines du mythe

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

il y a 16 heures 57 min
décryptage > Santé
Hiver de la dépression

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

il y a 17 heures 40 min
décryptage > Politique
Sondage pour 2022

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

il y a 18 heures 28 min
© Alexei Druzhinin / AFP
© Alexei Druzhinin / AFP
Le point de vue de Dov Zerah

Retrouvailles américano-russes grâce au coronavirus ?

Publié le 07 avril 2020
Avec Dov Zerah
Dov Zerah revient sur les relations et les échanges entre les Etats-Unis et la Russie à l'occasion de la crise du coronavirus. Donald Trump a notamment accepté l'assistance médicale russe de Vladimir Poutine.
Dov Zerah
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ancien élève de l’École nationale d’administration (ENA), Dov ZERAH a été directeur des Monnaies et médailles. Ancien directeur général de l'Agence française de développement (AFD), il a également été président de Proparco, filiale de l’AFD spécialisée...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dov Zerah revient sur les relations et les échanges entre les Etats-Unis et la Russie à l'occasion de la crise du coronavirus. Donald Trump a notamment accepté l'assistance médicale russe de Vladimir Poutine.
Avec Dov Zerah

La semaine dernière, j’appelais votre attention sur l’exigence d’une gouvernance mondiale mise en évidence par la pandémie du COVID 19. Nombreux ont réagi ; certains ont cherché à me rappeler à la stricte réalité ; d’autres, nonobstant cette réalité, ne désespèrent pas…

La semaine dernière, les États-Unis et la Russie nous ont fourni un bon exemple de solidarité. Après un entretien téléphonique avec Vladimir Poutine, Donald Trump a accepté « avec reconnaissance » l’assistance médicale russe, un cargo et un avion à destination de New York ; soixante tonnes d’équipements de protection individuelle, masques, respirateurs et autres matériels ont été livrés mercredi 1er avril.

Comment comprendre une telle aide alors que la pandémie est totalement sous-estimée en Russie, que le système hospitalier russe est défaillant… ? Est-ce une simple initiative médiatique ou un prétexte pour renouer les liens ?

Pour affronter la crise économique consécutive au COVID 19, Vladimir Poutine plaide pour la levée de tous les mécanismes de sanctions mis en place au cours des dernières années, notamment à l’égard de la Russie et de certains de ses dirigeants.

Donald Trump pourrait-il s’entendre avec son homologue russe sans implication des Européens ? Ces sanctions étaient justifiées par l’annexion de la Crimée et le soutien à des milices dans l’Est ukrainien.

Le principe de l’intangibilité des frontières est un des éléments de la gouvernance mondiale ; sa remise en cause déstabiliserait de nombreuses régions du Monde, et encouragerait Vladimir Poutine à poursuivre sa politique de reconstitution de l’ancienne Union soviétique et de ses sphères d’influence. Cela explique ses interventions en Syrie, en Libye, et pourrait justifier ses visées sur la Biélorussie…

Á l’heure de l’internet et de l’immatériel, Vladimir Poutine considère que la puissance d’un pays repose encore sur sa surface, quoiqu’il en coûte. Quels avantages la Russie en a-t-elle tiré ? 3ème producteur mondial de pétrole, 2ème de gaz naturel, l’économie russe repose sur la rente des hydrocarbures et n’a pas réussi un développement pérenne qui l’en affranchirait.

Or, l’économie russe est aujourd’hui confrontée aux effets négatifs des sanctions internationales, au récent effondrement des prix des hydrocarbures, et depuis peu aux effets du COVID 19.

En ce qui concerne la pandémie, Vladimir Poutine déclare que « tout est sous contrôle ». Son voisin biélorusse, le Président Alexandre Loukachenko n’hésite pas à affirmer « l’infection du Coronavirus flambe en Russie », alors que, dans le même temps, il ignore le fléau, refuse de prendre toute mesure de confinement ou de fermeture, recommande de boire la vodka ou de se rendre à un sauna… !

Au-delà de ce nouvel épisode inquiétant entre les deux voisins, les autorités russes devront bien s’attaquer à la pandémie. Elles déclarent un nombre de contaminés et de morts anormalement bas pour une population de 140 millions d’habitants, en réduction de plus de 3,5 millions de personnes depuis l’éclatement de l’Union soviétique en 1991.

Dans ce contexte plus que délicat, il est difficile de comprendre l’intérêt de la Russie à avoir engagé une guerre du prix des hydrocarbures. Était-ce l’intérêt du pays ou celui de Igor Setchine, patron du géant pétrolier Rosneft ? Personnellement concerné par les sanctions il a plaidé pour qu’il n’y ait pas d’accord de réduction de la production avec l’Arabie saoudite, de ne pas reconduire l’accord conclu avec l’OPEP, il y a trois ans.

Ce refus russe a entraîné une réaction épidermique du Prince héritier Mohamed ben Salmane (MBS) … Le résultat de cette guéguerre a porté le baril à moins de 30 $. Pour justifier cette situation préjudiciable aux économies russe et saoudienne, les parties ont avancé que cela allait faire sortir du marché des producteurs américains dont le prix de revient est autour de 40-45 $. Comment se tirer une balle dans le pied pour atteindre le voisin ? La Russie a-t-elle les moyens d’engager une telle guerre ? C’est autre chose que la Syrie ou la Libye. Les Russes pourront écouler leur production, mais à quel prix ?

Cette baisse des prix des hydrocarbures va aussi pénaliser tous les producteurs. Le Venezuela va s’enfoncer un peu plus dans la crise. Il en sera de même des pays africains, de l’Algérie au Nigéria en passant par le Cameroun, le Congo, le Gabon, le Tchad… Alors que nous ne connaissons pas la réelle situation africaine face au COVID 19, l’économie africaine va se trouver confrontée à de graves difficultés, car la baisse des prix pétroliers s’accompagne de celle de certaines matières premières comme le coton, production essentielle aux pays sahéliens.

Vladimir Poutine doit faire face à toutes ces adversités à un moment où il a deux échéances :

  • Le référendum constitutionnel prévu pour le 22 avril. L’objectif principal de la révision est de modifier la durée du mandat présidentiel, et éventuellement de permettre à Vladimir Poutine de poursuivre jusqu’en 2036 ; Certains n’hésitent pas à affirmer que le président a fini par prendre des mesures de confinement pour empêcher toute manifestation d’opposition à son projet.
  • La célébration du 75ème anniversaire de la victoire sur les Nazis. Vladimir Poutine a invité de très nombreux chefs d’États à assister à un défilé de 10 000 militaires dont des Français.

La Russie a tout intérêt à trouver un accord global avec les États-Unis sur le pétrole, les armes de destruction massive, l’Arctique… De son côté, Donald Trump peut y trouver son compte à un moment où sa réélection en novembre peut être remise en cause pour au moins deux raisons :

  • Les Américains pourraient lui reprocher le retard mis à prendre les mesures de confinement ainsi que son dé tricotage du système d’assurance maladie mis en place par Barack Obama.
  • L’explosion du chômage consécutive au COVID 19. Après trois années d’une exceptionnelle prospérité économique, les États-Unis risquent de s’enfoncer dans une grave crise économique et conduire les Américains à aspirer au changement.

Le Coronavirus n’a pas fini de nous réserver des surprises…

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires