En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"

03.

Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse

04.

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

05.

Black Friday et soldes en ligne : voilà pourquoi des Bots rafleront vraisemblablement les meilleures affaires sans vous laisser le temps de réagir

06.

Ultra Covid Solitude : à la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

07.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

01.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
pépites > France
Manifestations
Loi "sécurité globale" : très forte mobilisation à Paris et dans toute la France
il y a 3 heures 35 min
pépites > Economie
Covid-19
Le plafond d'indemnisation pour les entreprises fermées sera doublé, à 200.000 euros par mois
il y a 4 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Histoires du Vendée Globe 2" : L’Everest de la voile vu de l’intérieur !

il y a 7 heures 12 min
light > Insolite
Ah
Lille : la Grande roue sera installée, mais restera fermée au public
il y a 7 heures 24 min
pépites > Politique
Le confinement leur réussit
Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse
il y a 8 heures 24 min
pépites > France
Libérés, délivrés
Déconfinement : retrouvez la nouvelle attestation et le résumé des changements du jour
il y a 9 heures 30 min
décryptage > Santé
Ils en ont vu d'autres

Ultra Covid Solitude : à la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

il y a 10 heures 51 min
décryptage > Société
Visitez avec nous le XVIIIème arrondissement de Paris

A cause de l’insécurité la bibliothèque de la Goutte d’Or a fermé ses portes. Tiens, il y avait une bibliothèque à la Goutte d’Or ?

il y a 11 heures 13 min
décryptage > Culture
Bonnes feuilles

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

il y a 11 heures 16 min
décryptage > High-tech
Bonnes feuilles

Monde de demain : la vague de l'intelligence artificielle en action

il y a 11 heures 16 min
light > Media
C'est d'actualité
France Télévisions prépare une adaptation en série TV de "La peste" d'Albert Camus
il y a 4 heures 7 min
pépites > Justice
Justice
Nice : un homme écope de 18 mois de prison ferme pour avoir menacé de mort un professeur
il y a 5 heures 2 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La voyageuse de nuit" : une enquête magistrale où se côtoient révolte et tendresse

il y a 7 heures 16 min
pépites > France
Juste une mise au point
Violences : le préfet de police de Paris Didier Lallement rappelle à l'ordre les policiers
il y a 7 heures 53 min
pépite vidéo > Sport
Rugby
Avant d'affronter l'Argentine, les All Blacks rendent hommage à Maradona
il y a 9 heures 6 min
pépite vidéo > Politique
Déplorable
Manon Aubry (LFI) choque en déclarant que l'insulte "sale macaroni" n'est pas raciste envers les immigrés italiens
il y a 10 heures 20 min
décryptage > International
Chasse ouverte

Iran : assassinat d’un haut scientifique iranien spécialiste du nucléaire

il y a 10 heures 58 min
décryptage > Environnement
Bas-carbone

Énergie nucléaire : l’Union européenne au risque de l’incohérence ?

il y a 11 heures 13 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

il y a 11 heures 16 min
décryptage > Atlantico business
Mauvais arguments

La 5G se déploie mais beaucoup d’édiles locaux la refusent au prix de l’isolement qu’ils reprocheront ensuite à l’Etat

il y a 11 heures 16 min
© DENIS CHARLET / AFP
© DENIS CHARLET / AFP
Nouveau monde

Vie par temps de pandémie : combien de temps mettons-nous à intégrer vraiment une nouvelle réalité ?

Publié le 05 avril 2020
L'épidémie de Covid-19 entraîne un bouleversement de notre quotidien, dans le monde entier. Un séisme qui n'a pas de précédent dans l'Histoire.
Serge Berstein
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Serge Berstein est un historien français du politique. Docteur ès lettres, il enseigne à l'Institut d'études politiques de Paris. Membre des conseils scientifiques de la Fondation Charles de Gaulle et de l'Institut François-Mitterrand, il est  également...
Voir la bio
Agnès Delneufcourt
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Agnès Delneufcourt est Psychologue du Travail & Gestalt Thérapeute du Lien 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'épidémie de Covid-19 entraîne un bouleversement de notre quotidien, dans le monde entier. Un séisme qui n'a pas de précédent dans l'Histoire.

Atlantico : La crise du COVID-19 entraîne une restriction de nos libertés. Peut-on faire un parallèle avec des événements historiques majeurs liés ou non à des pandémies ?

Serge Berstein : Il me semble vain de chercher des précédents historiques à la crise du coronavirus, phénomène lié à la mondialisation qui a atteint son apogée au début du XXI° siècle. Il y a évidemment corrélation entre l’importance des échanges mondiaux, l’extrême rapidité des transports , l’instantanéité de l’information et la manière dont, en quelques semaines, un virus inconnu s’abat sur la planète entière . Si le monde a connu au cours de l’histoire bien des vagues épidémiques dévastatrices, aucune n’a revêtu cette expansion foudroyante ; ni d’ailleurs cette mobilisation de toutes les sociétés humaines.

En ce qui concerne les restrictions de liberté, le seul élément comparable serait celui des deux guerres mondiales du XX° siècle, mais avec des différences fondamentales. L’interdiction de se déplacer et de circuler librement ne concernait que les zones militaires et n’était en rien un confinement. En revanche la censure bridait très largement le liberté de pensée comme la liberté de parole, ce qui n’est pas, loin s’en faut, le cas aujourd’ hui où les opinions réclament la transparence.

En 1991, à la chute de l’URSS, le monde fait face à des bouleversements économiques, culturels et sociétaux. Comment les populations ont-elles réagit à cette époque ? Retrouvez-vous dans ces comportements un effet miroir avec nos sociétés actuelles ?

Serge Berstein : L’effondrement de l’Union soviétique en 1991 et sa corrélation, la disparition des régimes communistes européens ne saurait non plus être comparée à cette crise. Sans doute a-t-elle entraîné des bouleversements économiques, sociaux, culturels en Europe de l’est, mais elle a été l’épilogue d’une confrontation qui débute en 1945 entre le communisme et la démocratie libérale et elle a plutôt renforcé cette dernière au point de faire penser à une « fin de l’histoire ». Bien entendu, il n’en a rien été, de nouveaux clivages apparaissant dans les années qui ont suivi.

Agnès Delneufcourt : Oui à l’évidence. Cependant il faut comparer à périmètre égal… et prendre l’exemple peut être d’une autre crise sanitaire. Toutefois, l’impact de la crise sanitaire va toucher à la fois tous les modèles : qu’ils soient financiers, politiques, économiques, géo-politiques, climatiques, sociétaux, collectifs et individuels. Je considère que l’Histoire n’est qu’une succession de cycles avec genèse /déploiement et rupture. Nous sommes à un point de rupture qui en soi est très « apprenant » si tant est que chacun et collectivement puissions intégrer et modifier post crise.

Ces bouleversements (économiques, culturels et sociétaux) peuvent-ils, selon vous, avoir de nouveau lieu après le coronavirus ? 

Serge Berstein : Pour autant, il existe sans doute un élément de comparaison avec les effets possibles du coronavirus, c’est celui de la crise économique de 1929. Elle a touché le monde entier, elle a provoqué des bouleversements économiques, sociaux et culturels et elle a conduit les responsables politiques à chercher des remèdes inédits, les sociétés à évoluer et les intellectuels à s’interroger sur les solutions adéquates à l’organisation d’un monde nouveau. De cette réflexion sont sortis au lendemain de la seconde guerre mondiale de remarquables réformes économiques et sociales, un renouveau de la démocratie, des sociétés plus solidaires. On ne peut que souhaiter que la crise sanitaire qui ébranle le monde aujourd’hui, aboutisse à une révision du même ordre face aux problèmes de tous ordres que doit affronter aujourd’hui une planète désemparée.

Nos modes de vie ont été réadaptés en l’espace de quelques jours. Ces démarches et prises de conscience ont d’abord été individuelles. Combien de temps faut-il à une société pour accepter puis s’adapter collectivement à de tels changements ? 

Agnès Delneufcourt : Tout dépend de l’état de « maturité » d’un sujet, d’un collectif, d’un pays… L’ex de la Suède par ex souligne une stratégie différente dans la gestion de la crise, avec une relative indépendance face à la contrainte du confinement. Je ne dis pas qu’ils sont plus ou moins matures que l’Europe ou autres pays. Je pense que la prise de conscience sera post confinement même si cette expérience y participe… Cependant, pour l’heure, la crise met chacun face à l’enjeu de mort possible et motive des comportements « dérives » issus de la peur du manque, de la mort.. Donc dissociés d’une quelconque prise de conscience mais motivée par l’enjeu de survie. Je pourrai imaginer que les transformations pourraient s’intégrer dans un délai de 5 ans, pour le pays. Avec déjà bien sur des prises de conscience individuelles et transformations en sortie de crise. Perso, je vais modifier mon rapport au travail, à l’alimentation, à une conscience plus « écologique » et aussi à une façon de vivre visant plus de plaisir et d’essentiel.

Quelle(s) distinction(s) peut-on faire entre acceptation individuelle et collective ? Existe-t-il un rapport d’influence pour faire évoluer l’individuel ? 

Agnès Delneufcourt : Du collectif vers l’individuel, ils sont d’un impact plus fort mais je pourrai imaginer de plus courte durée. Les applaudissements du 20 h soulignent une volonté collective de mobiliser l’individuel pour honorer les soignants et plus. Les stratégies étatiques diverses fédèrent (ou pas) un pays tout entier, le temps de la gestion de crise Le collectif des soignants participe à un dépassement de soi soutenue par une action individuelle qui devient collective, sans doute le temps du confinement

De l'individuel vers le collectif, ils sont d’un impact plus discret et pourraient perdurer ? Pas certaine non plus. Des actions de solidarité individuelle qui se déploie dans les immeubles / villages ?

Dans quelques semaines, à la fin de ce confinement, la notion de collectif peut-elle perdurer ? Sera-t-il tout aussi complexe de retrouver ses habitudes que cela l’a été en les perdant ? 

Agnès Delneufcourt : Tout dépend du comment chacun s’est approprié cette « expérience ». Selon les histoires personnelles de chacun, ce « confinement » va réactiver des angoisses, peurs, doutes, pertes de sens tout autant qu’il peut participer à des changements, durant même ce confinement. L’expérience du confinement nous met face aux 5 contraintes existentielles qui sont :

La solitude / La finitude (la mort) / La quête de sens / La responsabilité / L’imperfection.

Chacun, là encore, selon son chemin, sa maturité, va accueillir avec plus ou moins de sagesse ces contraintes. Il est clair que le besoin d’être relié se manifeste de manière forte, avec les aperos-skype, l’ingéniosité pour reprendre lien. Reste à savoir si ce lien permet de panser l’angoisse où s’il est nourri par la prise de conscience que rien n’est définitif et qu’il est important d’aller à l’essentiel ?

Je pourrai toutefois être optimiste en pariant sur le fait que des transformations auront lieu, plus à titre individuel mais que celles-ci vont se heurter aussi à la nécessité de remettre le pays debout, ce qui va réactiver, post confinement, le besoin pour tous soit de « relever les manches et de « rattraper le temps perdu ».. ??? ou de relancer autrement l’économie dans une conscience raisonnée, c'est-à-dire, en acceptant le processus de « pertes »… financières, et ce, à quelque niveau que ce soit… ?

Je ne suis pas dans une vision idéalisée du monde. La part sombre de l’humanité sera toujours présente… et quelque part, c’est normal. Une société où ne résiderait que le « bien » serait presque idéologiquement dictatoriale… Je pense toutefois, qu’une part importante des individus participera à être garante des transformations.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
evgueniesokolof
- 06/04/2020 - 11:49
Hi Hi
"Le Sida profita pour se répandre de la perte de plaisir masculin engandrée par les capotes et de l'opposition crapuleuse et criminelle de l'Eglise Catholique."
Il est malin le Sida hein Ganesha ?
Je pensais bêtement que c'était après l'arrivée du Sida que l'on a enjoint aux mâles toujours trop libidineux de mettre des capotes, non pour le plaisir des curés ( ou de Dany Braguettte) qui se faisaient sucer par les petits garçons mais pour satisfaire les dispensateurs de moraline toujours persuadés que la vue d'Alain Duhamel est préférable à celle des fesses de Tabatha Cash...
evgueniesokolof
- 06/04/2020 - 11:42
Voila
le genre de propos imbécile que l'on peut déféquer dans les merdias
"Perso, je vais modifier mon rapport au travail, à l’alimentation, à une conscience plus « écologique » et aussi à une façon de vivre visant plus de plaisir et d’essentiel."
Ah bon! on pourrait savoir en quoi Greta Thunberg va guérir les patients et aussi comment écouter la parole des abrutis décroissants comme le lugubre Cochet procure le plaisir?
Les bobottes rentrez dans le 10 eme et allez offrir une botte d'ortie à 10 euros à Hidalcrotte! A commencer par Gnangnesse!
Ganesha
- 05/04/2020 - 18:29
Chloroquine
Des comparaisons historiques plus appropriées auraient été la syphillis importée en Europe par les marins de Christophe Colomb, et le Sida venu d'Afrique.
Pour la première, outre les préservatifs en cahoutchouc, la vraie solution fut la découverte de la Pénicilline par Alexandre Fleming en 1928.
Le Sida profita pour se répandre de la perte de plaisir masculin engandrée par les capotes et de l'opposition crapuleuse et criminelle de l'Eglise Catholique.
Il existe maintenant des médicaments, mais il faut les prendre à vie.
Pour le covid-19, la solution semble être la Chloroquine, mais il va falloir du temps pour qu'elle soit disponible pour l'ensemble de la planète !