En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

02.

La France et l’Allemagne tentent de rallier l’Europe à sa folie. Ils résistent pour protéger l’économie. Tant mieux 

03.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

04.

10000 volontaires sont recherchés pour mesurer les conséquences psychologiques de la crise sanitaire

05.

Un des policiers qui suspectent, à tort, 6 jeunes dans une voiture, tire, sans raison, deux coups de feu sur eux, il n'a pas fait l'objet de sanction

06.

La France n’est-elle plus qu’une somme de colères dirigée par un gouvernement incapable de les comprendre ?

07.

La crise du Covid pourrait faire perdre aux Britanniques 1350 euros sur leur rémunération annuelle d’ici 2025. Quid des Français ?

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Liberté de la presse
L'article 24 contesté de la loi «sécurité globale» sera réécrit
il y a 8 heures 28 sec
pépites > Culture
Littérature
Le prix Goncourt est attribué à Hervé Le Tellier pour son roman «L'Anomalie» chez Gallimard
il y a 9 heures 38 min
pépites > Société
Exode
Un Français sur dix a quitté sa résidence principale à l'occasion du deuxième confinement, un million de plus que lors du premier confinement
il y a 12 heures 32 min
pépites > Justice
Police
Un des policiers qui suspectent, à tort, 6 jeunes dans une voiture, tire, sans raison, deux coups de feu sur eux, il n'a pas fait l'objet de sanction
il y a 13 heures 40 min
décryptage > Economie
Perte de pouvoir d'achat

La crise du Covid pourrait faire perdre aux Britanniques 1350 euros sur leur rémunération annuelle d’ici 2025. Quid des Français ?

il y a 14 heures 20 min
décryptage > Santé
Protocole ultra-renforcé

Delta Airlines lance un programme pour réduire le risque de contamination Covid à 1 sur 1 million sur ses vols transatlantiques. Pourquoi ne pas s'en inspirer pour des Noëls en famille sans risque ?

il y a 14 heures 52 min
pépite vidéo > Justice
Jour J
Le procès de Nicolas Sarkozy pour corruption dans "l'affaire des écoutes" reprend aujourd'hui
il y a 15 heures 19 min
décryptage > Politique
Janus

Ce qui se cache vraiment derrière le paradoxe Macron

il y a 16 heures 35 min
pépites > Justice
Bavure
4 policiers mis en examen dont 2 ont été écroués dans l'affaire Michel Zecler
il y a 16 heures 42 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Huit jeux auxquels vous pouvez jouer en famille par écran interposés pendant le confinement
il y a 17 heures 7 min
décryptage > Politique
Un mea culpa qui fera date

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

il y a 8 heures 39 min
pépites > Santé
Wanted
10000 volontaires sont recherchés pour mesurer les conséquences psychologiques de la crise sanitaire
il y a 9 heures 54 min
décryptage > Economie
LES ENTREPRENEURS PARLENT AUX FRANÇAIS

La France et l’Allemagne tentent de rallier l’Europe à sa folie. Ils résistent pour protéger l’économie. Tant mieux 

il y a 12 heures 36 min
décryptage > Economie
Panorama

COVID-19, vaccins, politique et vérités

il y a 13 heures 57 min
pépites > Politique
Dilemme
Emmanuel Macron pris au piège de la loi sur la sécurité globale et de l'article 24, Darmanin sur le grill
il y a 14 heures 30 min
pépites > Santé
Covid-19
Coronavirus : la Haute Autorité de Santé recommande de vacciner en 5 phases avec priorité aux Ehpad
il y a 15 heures 11 min
décryptage > Politique
Surprise Surprise

Comment la gauche a subitement découvert les vertus de la vidéosurveillance

il y a 16 heures 18 min
décryptage > France
Union de la colère

La France n’est-elle plus qu’une somme de colères dirigée par un gouvernement incapable de les comprendre ?

il y a 16 heures 42 min
décryptage > France
Glottophobie

Il faut sauver l'accent de Jean Castex !

il y a 17 heures 6 min
décryptage > Economie
ATLANTICO BUSINESS

Le Covid touche les plus vieux mais les jeunes vont en payer les factures

il y a 17 heures 8 min
© BERTRAND GUAY / AFP
© BERTRAND GUAY / AFP
Lourde casquette

Pourquoi qualifier les médecins et autres travailleurs du « front » de héros n’est pas forcément leur rendre service

Publié le 05 avril 2020
Qualifier les soignants de "héros" peut avoir pour conséquence de nier leur vulnérabilité, et donc la possibilité de pouvoir exprimer leur désarroi face à une situation exceptionnelle et parfois dramatique.
Sylviane Barthe-Liberge
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sylviane Barthe-Liberge est psychologue clinicienne et psychothérapeute. Elle anime et publie sur son site personnel : www.consultations-psychologue.com.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Qualifier les soignants de "héros" peut avoir pour conséquence de nier leur vulnérabilité, et donc la possibilité de pouvoir exprimer leur désarroi face à une situation exceptionnelle et parfois dramatique.

Atlantico : Alors que la pression est déjà à son paroxysme pour le personnel hospitalier, le terme de « héros » peut-il être lourd à porter ? Ce rôle peut-il rajouter un stress supplémentaire à nos soignants ? 

Sylviane Barthe-Liberge : Nous vivons une situation exceptionnelle et particulièrement angoissante pour chacun de nous sur cette planète. Les soignants, et tous les professionnels qui œuvre actuellement, font un travail exceptionnel sans aucun doute. Mais ce ne sont pas des surhommes. Ce sont des personnes engagées de part leur profession, de part leurs convictions et valeurs. Les qualifier de « héros », c’est leur faire porter un costume sacrificiel. C’est nier leur vulnérabilité, et donc la possibilité de pouvoir exprimer leur désarroi face à une situation exceptionnelle et parfois dramatique, leur interdire de parler de leur stress et de leurs angoisses. Car, au-delà de leur engagement, ils ont les mêmes craintes que chacun de nous, l’infection par le coronavirus, pour eux, pour leurs proches.

Aujourd’hui, les politiques et la population semblent découvrir ces professionnels. Mais ce qu’ils font aujourd’hui, ils le font chaque jour de l’année, avec autant d’implication et de bienveillance. Le coup de projecteur de la pandémie devrait nous alerter sur leurs conditions de travail devenues délétères depuis ces dernières années.

Il me semble que, encore plus avec cette pandémie, nous devrions éviter de leur mettre une charge mentale supplémentaire avec ce terme de « héros». La société et les médias ont besoin de héros. Mais c’est un leurre car nous référer à des icônes nous déresponsabilise : le risque est de tout attendre de quelques professionnels, oubliant que nous avons nous aussi notre rôle à jouer dans la lutte contre ce virus.

Dépeindre leur engagement comme héroïque permet en fait de masquer l’état de destruction du système hospitalier : on loue l’engagement de professionnels, dont le métier est de sauver des vies, mais avec un manque manifeste de moyens qui les rend aujourd’hui héroïques.

Que signifie le rôle de héros ? Avons nous tendance à négliger l'« humain » sous la blouse en appelant ainsi le personnel soignant ? 

Le terme de héros surgit fréquemment à l’occasion de faits divers, produit du système médiatique, généralement drapé de l’étoffe éphémère que lui accordent les médias et l’opinion publique. L’héroïsme est aussi difficile à définir aujourd’hui qu’hier. Il prend les héros eux-mêmes par surprise. Dans l’instant de l’héroïsme, la vie des héros vaut moins que l’évidence qui traverse leurs corps. Mais le définir trop précisément, ce serait déjà trahir l’héroïsme.

Le héros accomplit un exploit extraordinaire au service de la communauté. Son engagement physique le conduit au dépassement de lui-même, au péril parfois de sa vie. En cela, nos soignants se montrent héroïques. Et si l’on en croit André Malraux, « Il n’y a pas de héro sans auditoire ». Ainsi, depuis des semaines, les médias relatent leur travail et leur engagement, trouvant écho dans l’estime publique.

Le héros résiste à toutes les tempêtes (ou épidémies), contre vents et marées (contre tous virus), sans sourciller, sans le moindre doute. Il est le sauveur espéré. Qualifier les soignants de héros, c’est oublier que derrière les blouses (et les masques), il y a des être humains en proie à des angoisses, des stress, des doutes, des peurs. Leurs nerfs sont mis à rude épreuve depuis des semaines, sans connaître la date de fin de cet enfer. Ils sont parfois amener à faire des choix qui vont à l’encontre de leurs valeurs. Ils parent au plus pressé sans vraiment avoir de visibilité. En cela, leurs actes sont héroïques.

Enfin, être un héros, c’est nier ses besoins, ses envies, mais aussi ses peurs, ses craintes, ses angoisses… C’est être uniquement au service des autres, quelles que soient les conditions. Le héros privilégie l’être à l’avoir : par fidélité à ce qu’il est, il est capable de renoncer au « confort matériel ». Or il n’est pas acceptable que nos soignants se « sacrifient » par manque de moyens techniques. En cela, ils ne sont pas des héros, et n’ont pas à l’être. Ce sont des personnes courageuses, mais pas des héros.

Ces dernières semaines, les initiatives positives en faveur du personnel hospitalier sont nombreuses  : applaudissements à 20 heures, repas envoyés, banderoles ou dessins d’enfants collés aux fenêtres, cellules psychologiques dédiées aux personnels soignants mis en place… Comment, pouvons-nous à notre échelle, alléger la charge mentale de ces professionnels ?

Alléger la charge mentale de tous ces professionnels, et pas seulement les soignants, qui œuvrent actuellement pour notre sécurité sanitaire, c’est déjà de respecter le confinement et les gestes barrières. C’est arrêter la discrimination comme on a pu l’entendre : des infirmières qui se font prendre à parti parce qu’elles font leurs courses au supermarché, ou des injonctions de voisins qui demandent à des soignants de se garer ailleurs que dans leurs résidences par peur de la transmission du virus… C’est aussi les respecter en ne volant pas leur matériel.

Toutes les actions mises en place depuis plusieurs jours sont les bienvenues : les applaudissements, les dessins d’enfants, les livraisons de repas, les cellules d’écoute (même si je doute qu’ils aient le temps d’y avoir recours car ils gèrent des urgences)… Tout cela est précieux. Le rire et l’humour sont aussi des armes indispensables dans cette guerre, autant que la solidarité et le respect.

Mais il ne faut pas que cela soit temporaire et qu’une fois l’épidémie passée, nous oublions qu’ils ont besoin de moyens pour travailler décemment. C’est aussi reconnaître leur travail par une revalorisation prenant en considération leur expertise et leur engagement, en leur donnant les moyens de se protéger. Il serait également souhaitable que les cellules d’écoute restent actives après l’épidémie, car c’est plus à ce moment-là qu’ils auront besoin de notre écoute et de notre expertise. Quand ils pourront enfin, à nouveau, penser à eux.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Dorine
- 05/04/2020 - 16:28
Héros
Effectivement, ils donnent leur temps, leur santé et parfois leur vie pour leurs malades, et cela s'appelle de l'héroïsme. On pourrait aussi bien les appeler les serviteurs de la Vie et des êtres humains. Après l'humiliation infligée par Marisol Touraine, cela redonne du baume au coeur....
ajm
- 05/04/2020 - 15:51
Payer en médailles immatérielles..
L'avantage de donner des médailles à des " héros " c'est que l'on peut éviter de payer des heures sup, des gardes etc... en fait, on évite de payer sérieusement à leur vrai prix les prestations fournies pour du personnel très qualifié, et même extrêmement qualifié....il.suffit de dire que l'on est en guerre, en plus, contrairement à une vraie guerre, pas besoin de vraies médailles ni de régimes de retraite ad hoc...
assougoudrel
- 05/04/2020 - 13:09
@Forbane
Voici l'article en question. Il faut lire les commentaires, car certains l'ont vu au Touquet. ...https://actu.orange.fr/france/coronavirus-brigitte-macron-se-demene-en-coulisses-magic-CNT000001p6NKA.html