En direct
Best of
Best of du 16 au 22 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

02.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

03.

Ces technologies inquiétantes qui ont envahi le monde du travail depuis la pandémie

04.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

05.

Camelia Jordana accuse la police française de "massacrer quotidiennement des gens pour leur couleur de peau"

06.

Harry & Laeticia Hallyday ont le blues sous le soleil de LA, Vanessa Paradis l’a pour Johnny D.; Laura Smet enceinte; Stéphane Plaza ne sait pas faire sa toilette seul; Zahia milliardaire (vraiment ?); Olivier Sarkozy & Mary-Kate Olsen : sanglant divorce

07.

Tempête d’argent gratuit… et de prélèvements en vue

01.

Loi Avia : la mort d’une liberté

02.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

03.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

04.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

05.

Coronavirus : Combien de temps faut-il vraiment aux malades pour s’en remettre ?

06.

Tempête d’argent gratuit… et de prélèvements en vue

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

03.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

04.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

05.

Euro-miracle ? Comment ne pas louper le tournant historique que Macron et Merkel proposent à l’Europe

06.

Mais au fait, quel est le plan des « anti-mondialisation-libérale » pour empêcher des dizaines de millions de personnes dans le monde de retomber dans la grande pauvreté ?

ça vient d'être publié
Vigilance
La Californie fait face à une importante vague de chaleur
il y a 31 min 25 sec
pépites > Justice
Moteurs truqués
Dieselgate : la justice condamne Volkswagen à rembourser partiellement un client
il y a 2 heures 1 min
pépite vidéo > Insolite
La grande évasion
Saturne, "l'alligator d'Hitler", est mort au zoo de Moscou à l'âge de 84 ans
il y a 3 heures 19 min
décryptage > Europe
Disraeli Scanner

La réindustrialisation de l’Europe suite au COvid-19. Sera-t-elle centrée sur l’Allemagne ou également répartie entre les nations d’Europe ?

il y a 5 heures 3 min
décryptage > France
Ils sont des dizaines de milliers à l’écouter

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

il y a 5 heures 32 min
décryptage > High-tech
Zoom

Voilà à quoi nous expose l’extension du domaine du virtuel pendant la pandémie

il y a 6 heures 19 min
décryptage > Politique
Prolétaires de Tourcoing, unissez-vous

Le camarade Darmanin réclame "une politique pour le peuple" ! Parce qu'avant c'était une politique pour les riches ?

il y a 7 heures 11 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Guerre commerciale : Donald Trump argue du coronavirus pour relancer les hostilités avec Pékin

il y a 7 heures 24 min
pépite vidéo > International
Add Oil
Hong Kong : les manifestations reprennent, cette fois contre un projet de loi sur la sécurité imposé par la Chine
il y a 23 heures 28 min
pépites > Economie
Puits sans fond
La dette française dépassera "très certainement" 115% du PIB en fin d'année
il y a 1 jour 30 min
pépites > Justice
Colère des syndicats
Déclarations de Camélia Jordana : Christophe Castaner ne saisira pas la justice
il y a 1 heure 22 min
pépites > Santé
Bilan de la crise
François Hollande reconnaît une "part de responsabilité dans la situation de l’hôpital"
il y a 2 heures 40 min
décryptage > International
Vague épidémique

Le Brésil, nouvel épicentre du Covid-19 ?

il y a 4 heures 46 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Ces technologies inquiétantes qui ont envahi le monde du travail depuis la pandémie
il y a 5 heures 17 min
décryptage > Politique
Encore des mots, toujours des mots…

Les mots-clés du macronisme post-covid décrivent-ils sa réalité ?

il y a 5 heures 58 min
décryptage > Santé
Pandémie

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

il y a 6 heures 47 min
décryptage > Consommation
Crash

Energie : la plus grande chute de la demande depuis la crise des années 30 redéfinit les marchés

il y a 7 heures 13 min
décryptage > Economie
Automatisation

Post-pandémie : cette fois-ci, les robots pourraient vraiment remplacer de très nombreux emplois salariés

il y a 7 heures 37 min
light > Culture
Visites
Déconfinement : quels sont les musées français qui ont rouvert ?
il y a 23 heures 59 min
pépite vidéo > Société
Polémique
Camelia Jordana accuse la police française de "massacrer quotidiennement des gens pour leur couleur de peau"
il y a 1 jour 1 heure
© GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP
© GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP
Dérapages à répétition

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

Publié le 04 avril 2020
Le préfet de police de Paris, Didier Lallement, a provoqué la polémique en déclarant que les personnes hospitalisées à cause du Covid-19 sont celles qui n'avaient pas respecté le confinement.
Arnaud Benedetti est professeur associé à l'Université Paris-Sorbonne. Il vient de publier Le coup de com' permanent (éd. du Cerf, 2017) dans lequel il détaille les stratégies de communication d'Emmanuel Macron.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Arnaud Benedetti
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Arnaud Benedetti est professeur associé à l'Université Paris-Sorbonne. Il vient de publier Le coup de com' permanent (éd. du Cerf, 2017) dans lequel il détaille les stratégies de communication d'Emmanuel Macron.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le préfet de police de Paris, Didier Lallement, a provoqué la polémique en déclarant que les personnes hospitalisées à cause du Covid-19 sont celles qui n'avaient pas respecté le confinement.

Atlantico : "Ceux qui sont aujourd'hui hospitalisés, ceux qu'on trouve dans les réanimations, ce sont ceux qui, au début du confinement, ne l'ont pas respecté", a déclaré le préfet de police de Paris, Didier Lallement, qui a rapidement provoqué l'indignation sur les réseaux sociaux et dans la classe politique. En tant qu'expert en communication, que pensez-vous de ce dérapage (étant donné qu'il n'en est pas à son premier) ? Comment se fait-il qu'à part un court communiqué de Christophe Castaner le gouvernement ne se soit pas indigné ?

Arnaud Benedetti : Les provocations verbales du Préfet Lallement sont devenues un marronnier de la République. Elles infectent la parole d’Etat, elles abîment l’image des forces de l’ordre, elles nuisent à celle de ce grand corps qu’est le corps préfectoral, et dans les circonstances actuelles elles sont, il faut le dire, insupportables car elles sont fausses factuellement, appartenant au registre d’une forme de fake-news d’Etat, elles sont enfin insultantes moralement. Nous assistons de facto depuis le début de cette crise à un recul, sous couvert d’impératif sanitaire, de l’indignation citoyenne. Celle-ci au demeurant est stigmatisée au nom de la cohésion nationale que les autorités et un certain nombre d’éditorialistes "organiques" ne cessent d’invoquer à l’épreuve de la crise. Tout se passe comme si sous le choc du confinement, en quelques jours, la sidération acculturait une partie de l’opinion à une certaine "servitude volontaire". Pour le dire simplement, nous remettons nos libertés dans les mains d’un "Léviathan" censé nous protéger. Cette atmosphère développe une sensibilité de résignation au pire, d’attentisme au mieux qui rend peu audible pour le moment les paroles de questionnement. Le Préfet par ses mots aussi stupides qu’inconvenants a laissé parler un inconscient d’Etat particulièrement préoccupant. Il s’est cru autorisé par cet arrière-fond à monter d’un cran dans l’échelle de la transgression dont il est coutumier. Ceci étant, l’expression restant libre, les réseaux sociaux aidant aussi, l’énormité de ses déclarations a provoqué un tollé salutaire. D’où le communiqué de presse de son ministre qui a fait le service minimum en matière de rappel à l’ordre. C’est très nettement insuffisant car cela apparaît comme un artifice communicant visant à couvrir un comportement indécent.

Quels sont les risques - à court terme comme à long terme - de cette parole pour le gouvernement ? Doit-il débarquer Didier Lallement afin de tenir le cap ?

L’exécutif fait le pari que le flux continue et permanent de l’actualité consommera le dérapage de ce Préfet. C’est possible à court terme. Mais c’est oublier que les opinions disposent d’une mémoire qui met en pause certes pour mieux sédimenter et conserver. C’est la réputation de la bienveillance étatique que le pouvoir souhaite mettre en scène, notamment à travers la parole toujours soignée du Premier ministre, qui est mise à mal à travers cette "sortie" du préfet. Ce dernier, par sa fonction, est le délégataire du logos de l’Etat. Il ne peut en aucun cas jouer son propre registre, sauf à contredire la partition générale, la tonalité d’ambiance de ses donneurs d’ordre. On a déjà vu dans cette période exceptionnelle ce que l’absence de maîtrise rhétorique de la porte-parole du gouvernement avait suscité comme controverses. Être un homme ou une femme publique, à fortiori en situation de responsabilité, nécessite de résister à la pression et de discipliner son expression. Le problème du Préfet de police c’est qu’il est un récidiviste, et qu’il s’arroge en outre une liberté de ton absolument rédhibitoire au regard de son devoir de neutralité. Ce professionnel de l’ordre public entretient un désordre communicant que seul son remplacement permettrait de réparer.

Didier Lallement a, vendredi dans l'après-midi, présenté ses excuses. Le gouvernement devrait-il en finir avec les paroles non contrôlées et ne pas tout accepter ? N'en sortirait-il pas renforcé ?

Ce rétropédalage n’efface en rien le fait déclencheur. Car encore une fois, Il n’en est pas à son "coup d’essai". L’un des problèmes de l’exécutif c’est que les exigences de civisme et de maîtrise qu’il sollicite des français et des oppositions en ces temps indéniablement complexes, il ne l’exige pas de ses serviteurs. Les mots d’excuse du Préfet sont le produit d’une ingénierie communicante qui s’efforce d’éteindre la polémique. Ils apparaissent pour ce qu’ils sont : un exercice de com’ insincère. Il ne suffisait pas de faire avaler sa casquette au préfet, il eut fallu la lui faire raccrocher au vestiaire. Un acte d’autorité eut été mille fois plus efficient que de molles paroles de repentance. Les Français sont entravés dans leur liberté de circuler, pour certains d’entre eux la visibilité de leur avenir est une source légitime d’angoisse ; faut-il en plus les stigmatiser pour une situation dont ils ne sont pas responsables ?

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (25)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
evgueniesokolof
- 06/04/2020 - 09:47
Il y a 24 commentaires
On serait tenté de dire ...pour une fois!!!!
Impossible de lire au dela des trois premiers! un message d'erreur s'affiche! pitoyable machinerie
Papy Geon
- 05/04/2020 - 13:29
Je ne suis qu’un humain de base…
Je me contente d’exprimer ce que je ressens, en me contre-foutant de tout ce qui est politique. La gauche, la droite, cela ne m’intéresse pas. J’ai arrêté de jouer au hochet depuis des lustres, et les tristes jeux de guignols de la politique entre adultes me semblent imbéciles. La seule chose à considérer sur un plan purement humain, c’est le lent pourrissement qui nous envahit depuis plusieurs décennies, avec de bien tristes élites devant les projecteurs. Il y a quelques faire-valoir intègres, mais sans pouvoir, qui passent de temps en temps à la tribune, sans masques, et qui ne résistent pas longtemps aux émanations de la foultitude qui grouille alentours. La tribune recouvre une fosse septique remplie d’une nomenklatura d’ineptes, elle commence à déborder, et ça pue.
evgueniesokolof
- 05/04/2020 - 11:56
J'ai dit et répété que ceux
J'ai dit et répété que ceux qui s'en prennent à l'ENA sont comme le con qui regarde le doigt qui montre la lune. L'ENA produit des canailles car les canailles savent toujours trouverun chemin.Lallement est trop con pour avoir fait l'ENA : i était vague attaché territorial dans une commune du 9.3 dont le député ou le maire devait être Bambuck lequel noméministre parr Jospin je crois emmena cette ordure dans ses bagages. Avant la fin Le Schutzstaffel fut nommé sous préfet. Vaillant est il ministre qu'il revient au cabinet et en sort préfet. Il fera un passage à la DAP ( direction de l'administration pénitentiaire) où entre autres exploits, il interdit à un agent de prendre l'ascenseur avec lui car son altesse cradissime monte seul. Il fait faire des manoeuvre pas possible au chauffeur pour monter du côté du trottoir! Bref! ordurissime qui passera par la préfecture de région aquitaine ( comme Papon son modèle) avant d'être préfet de police à Paris: bref: la quintessence de l'ordure
http://kelenborn.e-monsite.com/pages/nouvelles-1/le-rat-qui-rit/201-papa-schultz-exulte.html