En direct
Best of
Best of du 16 au 22 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

02.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

03.

Ces technologies inquiétantes qui ont envahi le monde du travail depuis la pandémie

04.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

05.

Camelia Jordana accuse la police française de "massacrer quotidiennement des gens pour leur couleur de peau"

06.

Harry & Laeticia Hallyday ont le blues sous le soleil de LA, Vanessa Paradis l’a pour Johnny D.; Laura Smet enceinte; Stéphane Plaza ne sait pas faire sa toilette seul; Zahia milliardaire (vraiment ?); Olivier Sarkozy & Mary-Kate Olsen : sanglant divorce

07.

Tempête d’argent gratuit… et de prélèvements en vue

01.

Loi Avia : la mort d’une liberté

02.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

03.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

04.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

05.

Coronavirus : Combien de temps faut-il vraiment aux malades pour s’en remettre ?

06.

Tempête d’argent gratuit… et de prélèvements en vue

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

03.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

04.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

05.

Euro-miracle ? Comment ne pas louper le tournant historique que Macron et Merkel proposent à l’Europe

06.

Mais au fait, quel est le plan des « anti-mondialisation-libérale » pour empêcher des dizaines de millions de personnes dans le monde de retomber dans la grande pauvreté ?

ça vient d'être publié
Vigilance
La Californie fait face à une importante vague de chaleur
il y a 53 min 10 sec
pépites > Justice
Moteurs truqués
Dieselgate : la justice condamne Volkswagen à rembourser partiellement un client
il y a 2 heures 23 min
pépite vidéo > Insolite
La grande évasion
Saturne, "l'alligator d'Hitler", est mort au zoo de Moscou à l'âge de 84 ans
il y a 3 heures 41 min
décryptage > Europe
Disraeli Scanner

La réindustrialisation de l’Europe suite au COvid-19. Sera-t-elle centrée sur l’Allemagne ou également répartie entre les nations d’Europe ?

il y a 5 heures 25 min
décryptage > France
Ils sont des dizaines de milliers à l’écouter

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

il y a 5 heures 54 min
décryptage > High-tech
Zoom

Voilà à quoi nous expose l’extension du domaine du virtuel pendant la pandémie

il y a 6 heures 41 min
décryptage > Politique
Prolétaires de Tourcoing, unissez-vous

Le camarade Darmanin réclame "une politique pour le peuple" ! Parce qu'avant c'était une politique pour les riches ?

il y a 7 heures 33 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Guerre commerciale : Donald Trump argue du coronavirus pour relancer les hostilités avec Pékin

il y a 7 heures 46 min
pépite vidéo > International
Add Oil
Hong Kong : les manifestations reprennent, cette fois contre un projet de loi sur la sécurité imposé par la Chine
il y a 23 heures 49 min
pépites > Economie
Puits sans fond
La dette française dépassera "très certainement" 115% du PIB en fin d'année
il y a 1 jour 52 min
pépites > Justice
Colère des syndicats
Déclarations de Camélia Jordana : Christophe Castaner ne saisira pas la justice
il y a 1 heure 44 min
pépites > Santé
Bilan de la crise
François Hollande reconnaît une "part de responsabilité dans la situation de l’hôpital"
il y a 3 heures 2 min
décryptage > International
Vague épidémique

Le Brésil, nouvel épicentre du Covid-19 ?

il y a 5 heures 8 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Ces technologies inquiétantes qui ont envahi le monde du travail depuis la pandémie
il y a 5 heures 39 min
décryptage > Politique
Encore des mots, toujours des mots…

Les mots-clés du macronisme post-covid décrivent-ils sa réalité ?

il y a 6 heures 20 min
décryptage > Santé
Pandémie

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

il y a 7 heures 9 min
décryptage > Consommation
Crash

Energie : la plus grande chute de la demande depuis la crise des années 30 redéfinit les marchés

il y a 7 heures 35 min
décryptage > Economie
Automatisation

Post-pandémie : cette fois-ci, les robots pourraient vraiment remplacer de très nombreux emplois salariés

il y a 7 heures 58 min
light > Culture
Visites
Déconfinement : quels sont les musées français qui ont rouvert ?
il y a 1 jour 21 min
pépite vidéo > Société
Polémique
Camelia Jordana accuse la police française de "massacrer quotidiennement des gens pour leur couleur de peau"
il y a 1 jour 1 heure
© GONZALO FUENTES / POOL / AFP
© GONZALO FUENTES / POOL / AFP
Contagion

Abjurez le libéralisme et vous serez sauvé !

Publié le 03 avril 2020
Julie Graziani revient sur la crise du coronavirus, son impact sur la société, le message de la classe politique et sur le modèle libéral.
Julie Graziani est porte-parole du collectif Ensemble pour le bien commun.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Julie Graziani
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Julie Graziani est porte-parole du collectif Ensemble pour le bien commun.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Julie Graziani revient sur la crise du coronavirus, son impact sur la société, le message de la classe politique et sur le modèle libéral.

Aux temps anciens, les épidémies trainaient dans leur sillage une cohorte de prophètes qui, de processions en pénitences, clamaient qu’elles trouvaient leur origine dans les péchés de la multitude. Il fallait les prendre comme un signe du courroux divin, avertissement délivré par le ciel en vue de notre conversion, une perche à saisir en quelque sorte pour éviter de plus grandes catastrophes. Vous trouvez cela stupide et arriéré et vous avez raison. 

L’épidémie contre laquelle l’humanité se bat depuis plusieurs mois fait pourtant ressurgir ce vieux canevas narratif. Dans son discours inaugural de la période de confinement le Président de la République avait donné le ton : « le jour d’après ne sera pas comme le jour d’avant ». Sans surprise, c’est du côté des écologistes que ses bénéfices secondaires sont les plus appréciés : confinement oblige, l’empreinte de l’homme sur la planète se fait moins visible et la nature reprend ses droits, de la qualité de l’air au retour d’espèces sauvages dans des zones rendues au silence et à la solitude. Un mal pour un bien en quelque sorte ou, comme le dit Nicolas Hulot avec un brin de superstition, « un ultimatum que la nature nous adresse ». Dans le même esprit, le député Matthieu Orphelin (ex-LREM), en plein débats sur la loi d’urgence sanitaire, se prenait à rêver d’un « grand plan de transformation de notre société en faveur du climat, de la biodiversité, de la solidarité et de la justice sociale ». Visionnaires de l’après-crise, Philippe Martinez (CGT), Aurélie Trouvé (Attac), Jean-François Julliard (Greenpeace) et Cécile Duflot (Oxfam) lui emboitent le pas, dans une tribune commune publiée, vendredi 27 mars, sur France Info, faisant de la crise du coronavirus un révélateur des « profondes carences des politiques néolibérales » et lançant un appel "à toutes les forces progressistes et humanistes (...) pour reconstruire ensemble un futur, écologique, féministe et social, en rupture avec (…) le désordre néolibéral". Convertissez-vous ou vous resterez vulnérables et démunis lorsque frappera le prochain virus.

Le cerveau humain est configuré pour produire du signifiant, même à partir d’éléments disparates. Il déteste le hasard, la contingence, l’absurde. Il est insoutenable que des gens meurent par milliers et que cela n’ait aucun sens. Cela s’appelle un biais cognitif et c’est cette caractéristique de notre intelligence qui permet à l’humanité d’élaborer des récits. Sauf que cette disposition de l’esprit est aussi le terreau de toutes les crédulités. Les oracles des militants de la justice sociale ne sont que la version sécularisée de la théorie du châtiment divin : la crise sanitaire y devient le produit de notre faute collective et l’occasion d’une rédemption si nous acceptons de les écouter et de changer notre modèle de société. Il faut pourtant, quand la mort rode, avoir la décence de ne pas nourrir ses obsessions habituelles, ne serait-ce que par respect pour les victimes qu’il est douteux d’instrumentaliser au service d’un agenda politique. Il faut aussi, quand la maladie vient bouleverser tous nos repères, avoir l’humilité d’avouer qu’aucun modèle de société n’est spontanément configuré pour affronter, sans tanguer, une catastrophe de cette ampleur. Il faut enfin ne pas faire d’un cas de force majeure, par hypothèse imprévisible et dramatique, le fondement d’une nouvelle norme. 

La seule chose que révèle cette crise est que notre modèle libéral se fait spontanément solidaire quand les circonstances l’exigent, et c’est tant mieux. Les banques prêtent à taux zéro, des entreprises participent à l’effort national en produisant qui du gel, qui des masques, la grande distribution écarte le spectre de la pénurie sans considération de rentabilité et l’Etat suspend certains prélèvements obligatoires. Aussi nécessaires soient-ils aujourd’hui ces comportements désintéressés n’ont pas vocation à perdurer, une fois la crise passée. Le jour d’après, nous reprendrons le cours de vos vies : les entreprises chercheront à réaliser des bénéfices, les prêts produiront intérêts et l’Etat lèvera l’impôt tandis que nous nous inquiéterons de notre pouvoir d’achat. Aujourd’hui comme hier, les agents pathogènes ne sont porteurs d’aucun message.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
tatouzou
- 04/04/2020 - 22:05
La mondialisation n'est pas responsable du manque de masques - s
L'exemple des stocks stratégiques de pétrole montre qu'il est tout à fait possible dans une economi mondialisée de sécuriser l'approvisionnement d'une ressource essentielle qui n'est pas disponible sur le territoire national.

Et ces stocks ne sont pas financés par l'Etat, c'est une obligation réglementaire imposée au niveau européen et international à tous les distributeurs. L'exigence actuelle en France est de 80 jours de consommation, c'est à dire que chaque distributeur doit stocker en France plus de 29,5% de ce qu'il a vendu l'année précédente. Ce sont donc les clients qui financent ces stockss.

A noter que la plupart des distributeurs sont des grands groupes multinationaux qui font de jolis profits et distribuent de confortables dividendes, ces mêmes multinationales si souvent accusés d'être la cause de bien des malheurs.
Preuve que la mondialisation n'est pas antinomique de la sécurité des peuples.
Encore faut-il une volonté politique des régulateurs.
tatouzou
- 04/04/2020 - 21:43
L'imprévoyance n'a pas d'idéologie
Nous manquons de masques parce que le stock de précaution constitué il y a douze ans a été progressivement réduit à presque rien pour économiser quelques petits millions sur un budget santé qui se compte en centaine de milliards.
Cette décision n'a rien à voir avec la mondialisation ou le libéralisme, ni avec la localisation des usines. C'est une erreur de jugement des experts et des politiques face à une situation totalement inattendue.
Même si toutes les usines étaient en France elles n'auraient pas été dimensionnées pour produire un milliard de masques en quelques jours.
Si nous ne voulons pas que ça se reproduise lors de la prochaine pandémie, il faudra reconstituer des stocks de précaution, suffisants pour satisfaire les besoins urgents en attendant la montée des cadences de production.
Et avoir la ferme volonté de conserver ce niveau de stocks même s'il ne se passe rien pendant trente ans. Idem pour d'autres fournitures essentielles.
C'est une décision politique, nous le faisons depuis 70 ans pour le pétrole, avec des stocks couvrant en permanence 90 jours de consommation. Et ça marche. Pourtant nous n'avons pas de gisements de pétrole.
Nargath
- 04/04/2020 - 10:46
libéralisme
"les agents pathogènes ne sont porteurs d’aucun message"
Eux non, et certainement pas d'une vengeance de la nature comme le disent certains khmers verts. Par contre, la rapidité de diffusion de ces agents est facilitée par la société ouverte, laquelle est largement encouragée par le libéralisme.
Cette doctrine devenue bancale car trop jusqu'au boutiste devra donc rendre des comptes.