En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

03.

Pierre Manent : "Nous souffrirons longtemps de la passivité qu’a imposé le gouvernement aux Français avec le Covid"

04.

La décennie qui s'ouvre pourrait être encore pire que la précédente et voilà pourquoi

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

07.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

05.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

06.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

ça vient d'être publié
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 1 heure 5 sec
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 2 heures 38 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 5 heures 25 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 6 heures 26 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 7 heures 33 min
pépites > Santé
Ecrans
L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) s'inquiète du temps passé par les jeunes devant leurs écrans, sans activité physique, aggravé par le confinement
il y a 8 heures 37 min
décryptage > High-tech
Réseaux sociaux

Et si la Chine était en train de doubler la créativité d'une Silicon Valley en panne d'idées ?

il y a 9 heures 30 min
pépite vidéo > Economie
Engagements face à la crise
Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"
il y a 9 heures 54 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

A la fin, est-ce le capitalo-marxisme qui l’emportera?

il y a 10 heures 34 min
pépites > Santé
Coronavirus
Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"
il y a 10 heures 58 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 1 heure 31 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 3 heures 24 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 6 heures 5 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 7 heures 12 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 7 heures 48 min
pépites > High-tech
Gaffe
Un journaliste débarque dans une réunion Zoom secrète des 27 ministres européens de la Défense qui a du être annulée
il y a 9 heures 17 min
pépites > International
Environnement
Un ancien bureaucrate a inspiré le discours du président chinois Xi Jinping changeant l'histoire du réchauffement climatique
il y a 9 heures 44 min
pépites > Finance
Economie
Danone annonce 1.500 à 2.000 suppressions de postes dont près de 400 en France
il y a 10 heures 28 min
décryptage > Media
Sur le divan

"L’élection de Joe Biden est bonne pour l’équilibre mental des Français". Et c’est la psy attitrée de France Info qui vous le dit

il y a 10 heures 51 min
décryptage > Société
La germination des mots

Existerait-il des complotistes sans comploteurs ?

il y a 10 heures 59 min
© ludovic MARIN / POOL / AFP
© ludovic MARIN / POOL / AFP
Ralentissement

Inflation en chute libre : la déflation est en marche et nous ne réagissons pas (assez)

Publié le 03 avril 2020
Selon l'Insee, le rythme de l'inflation sur un an a ralenti plus que prévu en France en mars alors que le confinement décrété par le gouvernement pour ralentir la propagation du coronavirus a entravé l'activité économique. La déflation est-elle en marche ?
Mathieu Mucherie
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mathieu Mucherie est économiste de marché à Paris, et s'exprime ici à titre personnel.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon l'Insee, le rythme de l'inflation sur un an a ralenti plus que prévu en France en mars alors que le confinement décrété par le gouvernement pour ralentir la propagation du coronavirus a entravé l'activité économique. La déflation est-elle en marche ?

Atlantico.fr : L'Insee a annoncé ce mardi un fort ralentissement de l'inflation en mars. Si cela n'est pas une surprise, en raison des mesures de confinement, s'attendait-on à ce que le ralentissement soit aussi marqué ? 

Mathieu Mucherie : Je vais renverser votre question : ce qui est très curieux, c'est que l'appareil statistique n'enregistre pas une déflation intense, c'est même anormal. Mais ce n'est pas une problématique nouvelle puisque ça fait douze ans que je travaille sur ce thème et donc des années que j'en parle. Seulement, effectivement, depuis le début du confinement c'est encore plus marquant.

Si aujourd'hui, alors qu'il n'y a plus de consommateurs et qu'il n'y a plus de producteurs, l'appareil statistique n'enregistre pas de déflation intense, quand est-ce qu'il le fera ? Si maintenant, on n'enregistre pas une chute verticale de l'indice des prix à la consommation (CPI) -le panier de la ménagère- on ne l'enregistrera jamais.

On a éradiqué le consommateur et le producteur. Il n'y a plus une banque qui peut créer massivement de la monnaie. Et les mesures de la BCE ne sont qu'une toute petite compensation par rapport à ce capharnaüm de destruction monétaire. Donc, avec des agents économiques qui épargnent en masse puisqu'ils n'ont même pas accès aux magasins, comment peut on encore penser qu'on n'a pas une déflation de 5% ou de 10% ? A cause de l'indicateur statistique.  C'est cette mesure statistique qui est en cause. Ça fait des années qu'on le dit, mais là maintenant, c'est encore plus criant et ça le sera encore davantage dans les mois qui viennent.

Vous verrez, dans les mois qu'il viennent l'indicateur statistique relèvera une inflation nulle ou légèrement négative, une mesure qui sera toujours aussi loin de la réalité et tiendra uniquement au fait que le coût du baril de pétrole a baissé. Ainsi, plutôt que de traquer l'inflation, l'indicateur traque en réalité les mouvements du baril de pétrole. Il rend ainsi compte, de ce qu'a été, au cours des semaines passées, des mois précédents ou sur une année glissante, le marché pétrolier. C'est ça, le CPI officiel qui sert de boussole à la BCE et que traque l'Insee. Ça n'a en réalité rien à voir avec l'inflation. L'inflation comme phénomène économique, c'est beaucoup plus large. C'est le panier de la ménagère, mais c'est aussi l'ensemble, par exemple, de l'effet richesse sur les marchés financiers.C'est donc très large. 

Va-t-on vers une déflation ? 

Nous y sommes déjà ! En effet, l'inflation comme phénomène économique est très large et c'est pour cette raison que je propose la définition suivante, nous sommes en déflation dès lors que nous ne respectons pas la cible d'inflation du banquier central et, qu'au lieu de s'en rapprocher, on s'en éloigne.Quand pendant 8 ans, on viole la cible des 2% de la BCE, toujours dans le même sens, et qu'on continue à s'en éloigner toujours un peu plus et que les anticipations d'inflation des agents économiques et des marchés financiers s'écartent toujours plus de ce 2%; alors, on est en déflation objective. 

Et ce n'est pas la mesure statistiques de l'Insee ou des différents organismes dont le rôle est essentiellement de faire du commentaire sur la variation annuelle du prix du baril de pétrole qui me fera changer d'avis. Ce que je veux dire par-là, c'est que si le prix le baril augmente à nouveau, et qu'en une année seulement il atteint à nouveau un baril 75 dollars, alors vous verrez que statistiquement, vous aurez de l'inflation. En fait, la déflation comme phénomène et non pas comme mesure, baisse quand le baril baisse. Et ce que nous disent les statistiques, c'est l'inflation baisse parce que le baril baisse. C'est donc une méprise.

Comme je le disais, nous sommes donc aujourd'hui en déflation. A l'heure actuelle le déclencheur en est le coronavirus mais vous aviez déjà un soubassement déflationniste depuis des années : les banques ne produisent plus assez de crédit, la création monétaire est brisé depuis des années, les salaires sont comprimés... Bon, bref, je ne vais pas vous faire la totale, mais tout est déflationniste depuis des années. A cette tendance vous ajouter le coronavirus, vous vous trouver ainsi avec une déflation comme nous n'en avons pas connu depuis 1931 et donc évidemment, l'une des conséquences c'est l'effondrement du prix du baril, mais ce n'est l'unique conséquences : toutes les matières premières chutent. Tout ce qui, de près ou de loin, est lié à la thématique de l'inflation chute puisqu'on est en déflation intense.

Et contrairement à ce que nous dit l'Insee, les prix ne baissent pas légèrement, non, ils s'effondrent. Par exemple, actuellement, dans certains Etats américains on s'attend à ce que le prix du baril devienne, peut-être, négatif du fait des phénomènes de stockage.

J'ai pris le prix du baril parce que c'est assez parlant, mais j'aurais pu vous donner d'autres éléments de tels efforts de stockage, considérant qu'il y a plus de consommateurs si ça dure pendant des semaines. Vous n'avez même plus de marché où on parlait et quand vous n'avez même plus de marché et que vous êtes emmerdé à stocker quelque chose qui vous coûte cher à stocker.

Quelles pourraient être les conséquences d'une telle baisse ? Certains économistes estiment qu'un mois de confinement pourrait se traduire par une baisse de trois de pourcentage de PIB brut annuel en moins, une telle estimation est-elle plausible  ?

Oui, c'est ce qu'a dit l'Insee : 3% par mois de confinement si l'activité économique est maintenue à 65%. Donc, vous maintenez l'activité économique à 65% parce qu'il y a encore des gens qui produisent, qui vont au travail ou qui font semblant de travailler en télétravail. Et alors, vous perdez un tiers de votre PIB de votre pays divisé par 12 mois. Vous voyez donc que cela équivaut à 3% pour un mois. Mais si vous ajouter un deuxième mois de confinement vous vous trouvez à 6 points de PIB et là, ça commence à faire beaucoup.

Une conséquence naturelle et directe, de cette baisse de PIB et donc de la déflation, c'est que les salariés "de bases", et les cadres aussi, connaîtront des mois difficiles. Plus question d'avoir d'augmentation, c'est certain, mais surtout il y aura une pression plus forte qui se fera ressentir sur les salaires, qui baisseront. Et bien sûr ce ne sera pas la seule conséquence. Il y en aura de nombreuses autres. Evidemment, les entreprises perdront beaucoup d'argent, certaines feront même faillite.

Tout ça donne lieu à une perte de production qui peut, éventuellement, affecter la croissance potentielle ce qui serait plus embêtant. Mais nous n'y sommes pas encore. Pour le moment, ce que l'on sait c'est que c'est un choc conjoncturel très fort, le plus violent que l'on ai jamais vu en temps de paix. Ça, c'est clair. Mais, normalement il ne devrait pas avoir d'important sur la croissance potentielle, à condition que les chômeurs conjoncturels ne deviennent pas des chômeurs structurels, à condition qu'ils ne perdent pas leur capital humain et à condition que les difficultés de crédit ou de trésorerie des entreprises ne se transforment pas en faillite et donc en baisse de l'investissement productif.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ajm
- 04/04/2020 - 12:39
Porte-helicopteres.
En matière d'argent hélicoptère pour la France on déjà a des porte- hélicoptères géants. Le total des transferts monétaires de l'état et des collectivités publiques aux populations en âge de travailler ( allocations familiales, aides au logement, rentrée scolaire, chèque énergie, RSA, chômage etc....) dépasse 10% du PIB , plus de 200 milliards par an. Pour être juste il faudrait ajouter toutes les aides non évaluées ( loyers HLM, tarifs privilégiés pour la cantine des enfants...) et la partie des pensions de retraite versées à des gens qui chez la plupart de nos voisins continueraient à travailler compte tenu des âges dérogatoires multiples dans notre pays pour prendre sa retraite.
Ganesha
- 03/04/2020 - 12:13
Revenu Universel
Un certain nombre des abonnés de ce site ne viennent ici publier des commentaires que dans l'espoir de sauvegarder les dividendes qui complètent leur retraite : ils font donc semblant de ne pas comprendre même lorsqu'on essaie de leur expliquer clairement...
Mr. Mucherie nous parle surtout du prix du baril de pétrole, mais le problème est beaucoup plus vaste.
Depuis 30 ans, tous les gouvernements de tous les pays occidentaux, quelle que soit leur prétendue couleur pokitique, on conduit la ''Guerre des Riches contre les Pauvres'' : au moins 90% de la population s'est continuellement appauvrie.
Mais certains papys-Atlantico se considèrent, à tort ou à raison, comme faisant partie des privilégiés, et se déclarent prêts à lécher les bottes, ou même l'anus, de mr. Bernard Arnault !
Le scandale, c'est que les milliers de milliards de l'Assouplissement Quantitatf n'ont pas été utilisés pour aider le peuple, mais seulement pour alimenter une gigantesque bulle boursière.
Les solutions qui vont être mises en oeuvre sont : ré-industrialisation, priorité nationale, et Marine Le Pen se garde bien de le dire : face à l' urgence, Revenu Universel !
Ganesha
- 03/04/2020 - 12:13
Revenu Universel
Un certain nombre des abonnés de ce site ne viennent ici publier des commentaires que dans l'espoir de sauvegarder les dividendes qui complètent leur retraite : ils font donc semblant de ne pas comprendre même lorsqu'on essaie de leur expliquer clairement...
Mr. Mucherie nous parle surtout du prix du baril de pétrole, mais le problème est beaucoup plus vaste.
Depuis 30 ans, tous les gouvernements de tous les pays occidentaux, quelle que soit leur prétendue couleur pokitique, on conduit la ''Guerre des Riches contre les Pauvres'' : au moins 90% de la population s'est continuellement appauvrie.
Mais certains papys-Atlantico se considèrent, à tort ou à raison, comme faisant partie des privilégiés, et se déclarent prêts à lécher les bottes, ou même l'anus, de mr. Bernard Arnault !
Le scandale, c'est que les milliers de milliards de l'Assouplissement Quantitatf n'ont pas été utilisés pour aider le peuple, mais seulement pour alimenter une gigantesque bulle boursière.
Les solutions qui vont être mises en oeuvre sont : ré-industrialisation, priorité nationale, et Marine Le Pen se garde bien de le dire : face à l' urgence, Revenu Universel !