En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Roselyne Bachelot affiche sa confiance pour l’organisation des festivals d’été

ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 1 semaine 1 jour
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 1 semaine 1 jour
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 1 semaine 1 jour
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 1 semaine 1 jour
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 1 semaine 1 jour
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 1 semaine 1 jour
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 1 semaine 1 jour
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 1 semaine 1 jour
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 1 semaine 1 jour
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 1 semaine 1 jour
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 1 semaine 1 jour
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 1 semaine 1 jour
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 1 semaine 1 jour
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 1 semaine 1 jour
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 1 semaine 1 jour
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 1 semaine 1 jour
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 1 semaine 1 jour
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 1 semaine 1 jour
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 1 semaine 1 jour
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 1 semaine 1 jour
© ALAIN JOCARD / AFP
© ALAIN JOCARD / AFP
Premier ministre face à la crise

Edouard Philippe joue la carte de l'humilité (et s'avère meilleur acteur qu'Emmanuel Macron)

Publié le 03 avril 2020
TF1 a diffusé une longue interview d'Édouard Philippe sur la crise du coronavirus. L'exercice, encadré par Gilles Bouleau, a donné l'occasion au Premier Ministre de livrer un numéro de communication sur le mode de l'humilité qui tranche avec la "pédagogie" verbeuse du Président. Mais la chaîne a soigneusement évité les questions embarrassantes.
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est l'ancien Président de l'APEC (l'Association pour l'emploi des cadres) et auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr ...
Voir la bio
Florian Silnicki
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Florian Silnicki est Expert en communication et Président Fondateur de l'agence de communication de crise LaFrenchCom (https://www.lafrenchcom.fr)
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
TF1 a diffusé une longue interview d'Édouard Philippe sur la crise du coronavirus. L'exercice, encadré par Gilles Bouleau, a donné l'occasion au Premier Ministre de livrer un numéro de communication sur le mode de l'humilité qui tranche avec la "pédagogie" verbeuse du Président. Mais la chaîne a soigneusement évité les questions embarrassantes.

Retrouvez l'analyse de Florian Silnicki sur l'intervention du Premier ministre Edouard Philippe : 

Florian Silnicki : Cette intervention illustre parfaitement les choix stratégiques de communication de crise de l''exécutif basée sur la saturation médiatique et sur l'installation progressive d'un storytelling autour des contraintes de confinement.

Le positionnement du Premier ministre tenait à montrer qu'il était là pour informer les Français sur la situation de crise que le pays traverse. Jamais un Premier ministre n'avait reconnu ne pas savoir répondre à autant de questions posées par un journaliste. Il est vrai que c'est effiace, cela valorise l'humilité de la posture adoptée par le Premier ministre. L'humilité est la condition sinequanone de la résilience dont il a besoin pour le pays mais il y a beaucoup d'incertitudes dans les réponses faites ce jeudi soir, il y a peu de concret qui pourrait rassurer les Français à ce stade.

De nombreux Français avaient besoin ce soir d'être informés de l'évolution de l'épidémie, d'être rassurés sur la mobilisation du gouvernement, sur l'efficacité du confinement et sur les perspectives du déconfinement. C'est donc ainsi qu'il a séquencé sa communication de crise. 

Edouard Philippe tente d'être pédagogue, mais ses réponses sont vraiment trop longues. Elles perdent le spectateur dans un tunnel d'éléments de langage parfois peu lisibles. 

Cette intervention du Premier ministre souligne un point intéressant : est-ce qu'à ce moment de la crise il était préférable ou non de communiquer alors que le gouvernement n'a pas d'éléments concrets nouveaux à faire partager aux Français ?

C'est un choix stratégique de communication de crise qui est ici illustré. Au-delà de quelques informations factuelles données notamment sur le bac ou, en creux, sur le déconfinement qui n'est pas à l'ordre du jour, cette intervention illustre la stratégie de saturation médiatique adoptée par le Premier ministre : il a choisi de communiquer pour occuper l'espace médiatique, en communiquant sur la mobilisation de l'équipe gouvernementale. La communication de crise  a horreur du vide, la communication politique encore plus. Il s'agit donc de ne pas laisser les messages de l'opposition s'imposer dans le débat.

C'est enfin un Premier ministre qui insiste sur l'imprévisibilité de la crise, comme pour contrer les critiques qui pourraient naître sur le manque d'anticipation, et qui ne cède rien face aux critiques émises sur la gestion de la crise. C'est un Edouard Philippe qui ne fait pas de mea culpa. Cela manque sans doute. Notamment sur les masques quand il a été interrogé par le docteur Pothet.

 

Retrouvez le décryptage et l'analyse d'Eric Verhaeghe sur l'intervention d'Edouard Philippe sur TF1

Eric Verhaeghe : TF1 n’a rien à envier au service public. L’interview d’Édouard Philippe avait tout pour permettre au chef du gouvernement de rassurer les ouailles, tous ces Français que le détenteur du pouvoir exécutif a présenté comme des gens indisciplinés et un peu immatures qui ont besoin d’être mis sous pression pour ne pas se relâcher face au confinement. Dans cet ensemble, qui tranchait avec l’exercice plus incisif de France 2 à la même heure, aucun détail n’a été laissé au hasard. 

TF1 permet à Édouard Philippe de jouer aux modestes

Le coronavirus angoisse beaucoup les Français, autant qu’il nourrit en eux un vif ressentiment contre un gouvernement qui ne les a pas préparés à la crise, et qui n’a tout simplement pas préparé la crise. Jour après jour, les révélations se succèdent sur la gestion cataclysmique d’une épidémie pourtant prévisible depuis le mois de janvier. L’enquête publiée par Mediapart a permis d’étayer le sentiment que le gouvernement et les hauts fonctionnaires qui le servent ont gaspillé de précieuses semaines dans l’anticipation des événements. 

Pour Édouard Philippe, il devient donc indispensable de recoller les morceaux d’un vase dangereusement cassé en amenant dans les esprits un autre story-telling que celui qui tourne désormais en boucle sur les réseaux sociaux. 

Pour y parvenir, Édouard Philippe a eu droit à près de deux heures de réponses qui lui ont permis de nuancer l’image d’arrogance et de moralisation hautaine qu’imprime Emmanuel Macron quand il prend la parole. À de nombreuses reprises, le Premier Ministre a confié qu’il n’avait pas de réponses aux questions posées, et que la période qui s’annonce serait dure. 

Cet exercice de modestie permet un atterrissage progressif du gouvernement au milieu d’une population interloquée par le naufrage de la gestion de crise et par l’incapacité du gouvernement à la reconnaître. 

Une complaisance qui sera retenue contre la chaîne

Une question se pose dans cet exercice : arrive-t-il trop tard et est-il encore temps de colmater les brèches ? Gilles Bouleau n’aura en tout cas ménagé ni son temps ni sa peine pour y parvenir. 

Par exemple, sur la question désormais explosive du port du masque pour se protéger de la contamination, le présentateur a bien pris garde de ne pas porter la contradiction à son interlocuteur. On sait désormais que l’État a tardé à commander des masques en nombre suffisant, et qu’il s’est montré incapable de les commander en urgence. Face à la pénurie (qui explique 1.200 collaborateurs de l’AP-HP soient, semble-t-il, contaminés), le gouvernement a fait contre mauvaise fortune bon coeur en expliquant que le masque n’était pas utile pour freiner l’épidémie. 

Lorsqu’Édouard Philippe a dû répondre à la question posée sur le nombre de masques, Bouleau a soigneusement évité de lui demander de réagir à l’enquête de Mediapart, et il a évité de le taquiner sur le mensonge évident sur le sujet. Bien entendu, les pays qui s’en sortent le mieux sont ceux qui imposent le port du masque à l’ensemble de la population. 

À une autre question sur le fait que les élites avaient accès aux tests interdits à la population, Édouard Philippe a esquivé en mode énarque qui t’embrouille, et Gilles Bouleau l’a remercié d’avoir répondu clairement. Ce petit jeu de connivence peut-il encore berner une opinion qui s’informe désormais sur les réseaux sociaux ?

Même en Chine, le pouvoir communiste n’ose plus pratiquer de cette façon, ce qui classe la France à un rang proche de la Corée du Nord en termes de soumission des médias. 

C’est ce qui embarrasse dans cette émission. Il y a deux mois, elle aurait pu passer pour un exercice d’humilité appréciable. Aujourd’hui, elle ressemble à une prise de conscience trop tardive qui intervient à contre-temps. Dans l’esprit des Français qui s’informent sur les réseaux sociaux, les sujets traités par Philippe étaient déjà dépassés. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Bobby Watson
- 03/04/2020 - 23:21
Gilles Bouleau larbin du pouvoir
Depuis, TF1 roule pour Macron et la Macronie sans vergogne. Les intérêts de Bouyghes sont certainement en jeu.Ses journalistes n'ont aucune éthique. Boycottons ces larbins sans vergogne. Seul Pernault a eu l'audace de dire la vérité avant d'être confiné: " nous interdisons le port du masque...parce que nous n'en avons pas" . Son cancer, et sa proximité supposée avec ses médecins, l'ont certainement poussé à dire la vérité. Mais il est bien le seul..
DAN976
- 03/04/2020 - 19:50
MANIPULATION 2/2
Quid de nos anciens qui meurent dans les EPHAD et dont on commence à distiller seulement les chiffres, tout cela pour faire correspondre la mortalité avec la fameuse courbe aplatie que nous présenté le ministre de la santé. Comme si dans un pays comme le nôtre il était impossible de faire remonter les infos via les ARS où même par les services de police ou de gendarmerie !
C’est tout simplement scandaleux, et tous ceux qui parlent de démocratie et de liberté de la presse feraient mieux de se laver la bouche avant de raconter des âneries pareilles.
Je suis révolté devant tant de mensonges, de veulerie, à un point que je pensais jamais connaitre.
DAN976
- 03/04/2020 - 19:47
MANIPULATION
Non seulement l’exercice est d’une tournure intellectuelle incroyablement avachie, mais en plus on prend les français vraiment pour des cons, il n’y a pas d’autre mot. Pire encore, on met sur le plateau des « experts » (Lacombe et consorts) chargés de seconder la parole sacrée et de surcroît, lorsque l’émission est finie, les complices de ces experts poursuivent leur travail de sape, puisqu’il a été interdit, par esprit de soumission, d’évoquer notamment les préconisations médicales de l’IHU MARSEILLE qui sont désormais adoptées dans la majorité des pays suite aux publications d’essais randomisés par la Chine et les US. Il faut remonter à l’affaire Fillon pour voir de quelle manière absolument méthodique les télés, radios, journaux sont acteurs de cette vaste panurgie médiatique. Il y a moins d’une semaine, tout le monde parlait de ce traitement en essayant de démonter Raoult. N’arrivant pas à leurs fins, quelques jours après, c’est le silence, seuls les réseaux sociaux sont encore actifs sur le sujet, comme si désormais il était évident que le sujet n’avait plus lieu d’être.