En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

02.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

03.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

04.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

05.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

06.

Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"

07.

Pierre Manent : "Nous souffrirons longtemps de la passivité qu’a imposé le gouvernement aux Français avec le Covid"

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

06.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

ça vient d'être publié
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 29 min
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 51 min 12 sec
décryptage > Environnement
Anticipation

Vers des coupures d’électricité cet hiver ? Ces avertissements que le gouvernement s’est ingénié à ne pas comprendre

il y a 1 heure 26 min
pépites > Politique
Etats-Unis
Donald Trump finit par débloquer le processus de transmission du pouvoir à Joe Biden
il y a 2 heures 11 min
décryptage > Europe
Capital politique en jachère

2020, l'année où l'Union européenne conserva l'approbation d'une majorité d'Européens contre vents et marées... sans rien savoir en faire

il y a 2 heures 37 min
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 15 heures 31 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 17 heures 9 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 19 heures 56 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 20 heures 57 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 22 heures 4 min
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 33 min
pépites > Santé
Coronavirus
Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"
il y a 1 heure 14 min
décryptage > International
Prévisions

Doubler le PIB chinois d’ici 2035 ? Voilà pourquoi l’objectif de Xi Jinping est un pur fantasme

il y a 2 heures 4 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Bercy force les assureurs à couvrir les risques de pandémie mais pas ceux du Covid. Ce n’est pas gagné

il y a 2 heures 33 min
décryptage > Santé
Tester, tracer, isoler

Covid-19 : mais pourquoi l’Isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

il y a 2 heures 40 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 16 heures 3 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 17 heures 55 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 20 heures 36 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 21 heures 43 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 22 heures 19 min
© JOHANNES EISELE / AFP
© JOHANNES EISELE / AFP
Le point de vue de Dov Zerah

Pour une nouvelle gouvernance mondiale

Publié le 31 mars 2020
Avec Dov Zerah
Dov Zerah revient cette semaine sur le conséquences de la crise sanitaire du Covid-19 et sur la crise de gouvernance mondiale.
Dov Zerah
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ancien élève de l’École nationale d’administration (ENA), Dov ZERAH a été directeur des Monnaies et médailles. Ancien directeur général de l'Agence française de développement (AFD), il a également été président de Proparco, filiale de l’AFD spécialisée...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dov Zerah revient cette semaine sur le conséquences de la crise sanitaire du Covid-19 et sur la crise de gouvernance mondiale.
Avec Dov Zerah

La pandémie du COVID 19 démontre une nouvelle fois, s’il en était besoin, le besoin de gouvernance mondiale.

L’épidémie est partie de Chine et s’est progressivement étendue à l’ensemble de la planète. Quelle que soit son intensité dans chacun des 177 pays, le COVID 19 a fini par devenir une pandémie. Face à la soudaineté et à la brutalité du virus, chaque pays a pris ses dispositions en fonction de ses propres intérêts, de ses propres capacités hospitalières.

Les réponses ont été différentes malgré des points communs. Sans être exhaustif, les points de questionnement portent sur les masques, les tests, le confinement et ses conditions de fonctionnement, les installations hospitalières, les capacités techniques en matière de respirateurs, les qualités de la chloroquine…

Certes, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a fini par donner des indications, par décréter que le phénomène était une pandémie. Néanmoins, une fois celle-ci dépassée, il faudra comprendre les conditions de fonctionnement de l’organisation internationale et en tirer les conséquences.

Pour faire taire toutes les rumeurs et autres « fake news », il conviendrait de connaître, le moment venu, la cause, le point de départ de l’épidémie ainsi que les responsabilités. Et pourquoi ne pas appliquer le principe environnemental de « pollueur–payeur ». Il serait peut-être temps et opportun de créer une responsabilité environnementale et sociale au niveau international.

Pour pouvoir se projeter dans le futur, remémorerons-nous les origines de la création de la Croix rouge. L’idée en incombe à l’homme d’affaires suisse naturalisé français Henri Dunant. Au cours d’une visite à Solferino, lieu de la bataille du 24 juin 1859, il découvre les drames humains des 40 000 victimes de guerre. Au-delà de son engagement personnel pour secourir le maximum de blessés, il va être un des fondateurs en 1863 de la croix rouge. Un an plus tard est signée la première convention de Genève relative aux blessés de guerre.

Inspirons-nous de cet exemple historique pour concevoir et bâtir une nouvelle gouvernance mondiale sanitaire.

Combien de temps devons-nous attendre l’Europe, notamment pour avoir une réponse européenne à ce type de situation inédite ?

Il est également grand temps de rénover l’organisation des Nations-Unies (ONU). Créée au lendemain de la seconde guerre mondiale, l’ONU était censée corriger les défaillances de la Société des Nations (SDN) mise en place par le Traité de Versailles mais qui n’a pas empêché la seconde guerre mondiale. Dirigée par le conseil de sécurité et un directoire des cinq vainqueurs, l’ONU va se révéler toute aussi inefficace que la SDN. Qui pourrait citer un « success story » ?

L’impossibilité des grandes puissances de s’entendre va conduire à marginaliser l’ONU. Les exemples sont nombreux :

  • Des guerres engagées sans autorisation du Conseil de sécurité, seconde guerre d’Irak à l’initiatives de Georges BUSH Jr, intervention russe en Syrie et au Lybie, conquêtes chinoise des îlots de la Mer de Chine, interventions d’ERDOGAN en Syrie et en Lybie…
  • Les forces d’interposition mises en place par l’ONU dans certains lieux n’ont pas permis de limiter les tensions, sans oublier l’exemple des soldats népalais qui ont apporté le choléra en arrivant à Haïti pour aider la population à faire face aux effets collatéraux du séisme
  • Les tentatives de résolution des conflits comme ceux du Proche Orient ne viennent pas de l’ONU et de ses émissaires
  • Enfin, l’organisation s’est déconsidérée en acceptant que sa commission des droits de l’homme soit présidée par des pays problématiques en la matière.

L’échec de l’ONU est une des raisons des tentatives de gouvernance mondiale par différents groupes représentant les principales puissances économiques, G5, G7 G8, et depuis la dernière crise financière G20. Ce mode de gouvernance a eu quelques succès, notamment dans les années quatre-vingts avec la gestion du contre choc pétrolier et la gestion des changes.

La semaine dernière, dans ma chronique sur le « Coronavirus, le scénario catastrophe », j’appelais votre attention sur l’augmentation importante des déficits publics par la conjugaison des diminutions des rentrées fiscales et de l’explosion des dépenses, et par voie de conséquence de l’envolée de l’endettement public. J’écrivais alors :

« Tout cela ne sera possible que si la Banque centrale fournit les liquidités nécessaires. Les banques centrales américaine, britannique, européenne et japonaise sont en mesure d’assumer ce rôle. La BCE vient d’annoncer le nécessaire après des premières mesures mal reçues par les marchés. Qu’en sera-t-il des autres pays et banques centrales ? »

La réponse à la question posée la semaine dernière est le Fonds monétaire international (FMI). Les nombreux pays qui n’ont pas les moyens américain, britannique, européen ou japonais n’ont que le FMI pour les aider. Comme dans les années quatre-vingt-dix pour les pays africains, pour le Mexique ou pour l’Argentine, il faut mobiliser le FMI pour accompagner tous les pays en difficultés et éviter la propagation de la crise.

Dans un monde globalisé, il ne peut y avoir de démarche solitaire ; toute stratégie nationale doit s’inscrire dans des démarches collectives pour avoir une chance de succès. Nous sommes condamnés à vivre ensemble et à être de plus en plus nombreux. En conséquence, l’instinct de survie doit conduire à la coordination internationale et à éviter toute solution nationale.

C’est facile à dire, à écrire, mais plus difficile à faire avec des dirigeants, Donald Trump, Wladimir Poutine, Hu Jintao… arcboutés sur l’intérêt national et peu enclins à se projeter dans l’universel. Cette crise fera peut-être bouger les lignes.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Le gorille
- 01/04/2020 - 03:58
L'ONU
Il y a erreur commune (pas chez les politiques, bien sûr, mais chez le commun des mortels) sur le rôle de l'ONU : ce n'est pas à elle de gouverner.
L'Union Européenne, dans sa moindre dimension, en montre plus que les inconvénients : l'Union en montre l'erreur, sanctionnée par le Brexit (aujourd'hui, et demain un autre "...exit" ?).
L'ONU doit avoir pour rôle, je dis bien "doit", et donc s'y limiter, d'offrir une tribune où tous les pays discutent.
Les règlements internationaux sont issus de ces discussions, mais chacun de ces règlements a été avalisé par le pays signataire. Il y a le respect de la souveraineté nationale. Ce n'est pas une "gouvernance". Des pays refusent d'ailleurs certains de ces règlements internationaux..
Le gorille
- 01/04/2020 - 03:25
Niet et re-niet...
"En conséquence, l’instinct de survie doit conduire à la coordination internationale et à éviter toute solution nationale."
Ah ! non, et non ! le centralisme à tout crin est une erreur majeure humaine ! Nous en crevons déjà. L'Europe en est la preuve... Et le Brexit est la conclusion d'une volonté humaine contraire à l'homme.
Le mot "coordination" est parfaitement acceptable : effectivement, des mesures prises dans un pays peuvent avoir des conséquences chez le voisin, et donc un dialogue doit se nouer.
Et de "frontière" à "frontière", et pas forcément en passant par New-York (ou, plus petitement, Bruxelles)... quitte à l'en tenir informé, soit. Et "informé" seulement : la décision doit rester au chef "national".
C'est un refus absolu de l'expression "éviter toute solution nationale" : c'est tuer l'initiative, c'est tuer la réactivité, c'est tuer l'homme en fait.
Non, monsieur le rédacteur de l'article : non ! Vous méprisez l'homme.