En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si la nouvelle la plus importante pour l’avenir du climat de la planète venait de passer quasi inaperçue

02.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

03.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

04.

L’Allemagne mobilise 1300 milliards d’euros pour se sortir de la crise... La France 3 fois moins, cherchez l’erreur

05.

Tenue libre exigée : les dangereuses impasses du néo-féminisme

06.

Brexit : ces 50 milliards de frais de divorce que Boris Johnson est tenté de ne pas payer à l’UE

07.

Les troubles obsessionnels compulsifs d’Erdogan : Le panislamisme, la résurgence de la grandeur ottomane… et incidemment attaquer la France

01.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

02.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

05.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

06.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

01.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

04.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

05.

"Le plaisir sexuel est simplement divin" a déclaré le pape François. Il nous étonnera toujours…

06.

L’islamisme, cette lèpre qu'Emmanuel Macron ignore

ça vient d'être publié
light > Santé
Des propos "à l'emporte-pièce"
Olivier Véran répond à Nicolas Bedos suite à son appel sur l'arrêt du port du masque et des gestes barrières
il y a 1 heure 55 min
pépites > Santé
Désengorger les SERVICES
Covid-19 : les Hôpitaux de Paris vont reporter 20% des opérations chirurgicales dès ce week-end
il y a 3 heures 58 min
pépites > Santé
Health Data Hub
Santé : l’Assurance maladie met son avis en suspens sur le mégafichier de données individuelles
il y a 4 heures 55 min
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
Covid : les épargnants devront payer la facture; Bayrou trouble la coordination gouvernementale; Les bonnes affaires d’Édouard Philippe : payé 50 000€ pour se former au numérique...; La fraude sociale sert (aussi) à financer le terrorisme islamiste
il y a 6 heures 39 min
décryptage > France
Loi

La France, paradis des squatteurs et qui entend bien le rester

il y a 7 heures 55 min
décryptage > France
Drame humain

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

il y a 8 heures 54 min
pépite vidéo > Société
Fermeture des bars et des restaurants
Covid-19 : l'incompréhension de la maire de Marseille, Michèle Rubirola, suite aux annonces d'Olivier Véran
il y a 9 heures 22 min
décryptage > Economie
Industrie

Sauver Bridgestone à tout prix ? Et si on parlait de ces emplois industriels qui ne trouvent pas preneurs...

il y a 10 heures 10 min
décryptage > Santé
Lutte contre le virus

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

il y a 10 heures 55 min
pépites > Santé
Lutte contre le virus
Olivier Véran dévoile de nouvelles mesures dans le cadre de la lutte contre la Covid-19 et précise que "la situation continue globalement de se dégrader"
il y a 22 heures 58 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Comédies françaises" de Eric Reinhardt : un magnifique roman d’initiation, itinéraire d’un millénial gâté

il y a 2 heures 41 min
light > Culture
Ministère de la Culture
Gabriel Matzneff est définitivement privé d'aide publique
il y a 4 heures 30 min
pépites > Europe
Vers de nouvelles sanctions de l'UE ?
Biélorussie : l'Union européenne refuse de reconnaître Alexandre Loukachenko comme président malgré sa "prestation de serment"
il y a 6 heures 16 min
pépites > Justice
Justice
Financement libyen : la cour d'appel de Paris rejette les recours de Nicolas Sarkozy et de ses proches
il y a 6 heures 52 min
décryptage > International
Influence de la Turquie

Les troubles obsessionnels compulsifs d’Erdogan : Le panislamisme, la résurgence de la grandeur ottomane… et incidemment attaquer la France

il y a 8 heures 39 min
décryptage > France
Il m’a démasqué

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

il y a 9 heures 11 min
décryptage > Environnement
Transition écologique

Et si la nouvelle la plus importante pour l’avenir du climat de la planète venait de passer quasi inaperçue

il y a 9 heures 53 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’Allemagne mobilise 1300 milliards d’euros pour se sortir de la crise... La France 3 fois moins, cherchez l’erreur

il y a 10 heures 38 min
décryptage > Politique
Candidat idéal ?

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

il y a 11 heures 19 min
light > Culture
Icône de la chanson française
La chanteuse Juliette Gréco est morte à l'âge de 93 ans
il y a 1 jour 10 min
© ALAIN JOCARD / AFP
© ALAIN JOCARD / AFP
Schtroumpfs paresseux

Et si les accusateurs du libéralisme essayaient d’abord de comprendre ce dont ils parlent

Publié le 31 mars 2020
Pascal Salin revient sur l'entretien du secrétaire général des Républicains, Aurélie Pradié, accordé à Libération et sur les questions du libéralisme et de la droite.
Pascal Salin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal Salin est Professeur émérite à l'Université Paris - Dauphine. Il est docteur et agrégé de sciences économiques, licencié de sociologie et lauréat de l'Institut d'Etudes Politiques de Paris.Ses ouvrages les plus récents sont  La...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal Salin revient sur l'entretien du secrétaire général des Républicains, Aurélie Pradié, accordé à Libération et sur les questions du libéralisme et de la droite.

Atlantico.fr : Lundi 30 Mars, le secrétaire général LR Aurélien Pradié a accordé un entretien à Libération dans lequel il explique que son parti va devoir "réviser plusieurs de ses certitudes traditionnelles", fustigeant au passage le libéralisme qu'il veut continuer à "interroger" notamment.

Les hommes politiques français de droite semblent avoir un problème de fond avec le libéralisme et ce depuis des décennies. Est-ce le cas ? Si oui, pourquoi ? Ne confondent-ils pas "libéralisme" et "capitalisme", "libéralisme" et "néolibéralisme" ?

Pascal Salin : L’entretien dans Libération du secrétaire général du parti Les Républicains, Aurélien Pradié, est extrêmement surprenant et décevant car il consiste largement à critiquer le libéralisme et à revendiquer un renforcement des activités étatiques. Il est pourtant évident que la France est titulaire d’un record mondial de l’interventionnisme étatique, aussi bien en ce qui concerne l’importance des règlementations que le montant des dépenses publiques et de la fiscalité. Or, il est clair par ailleurs que la France connait depuis des décennies – pour cette raison - une situation économique médiocre (par exemple en ce qui concerne le taux de croissance et le niveau de l’emploi). Mais très curieusement on entend souvent dire que cette situation est la conséquence des politiques libérales – ou « néo-libérales » - adoptées en France. Pourquoi dit-on cela ? Parce qu’il y a eu, au cours des décennies passées un grand nombre de gouvernements de droite et on assimile a priori – mais à tort – droite et libéralisme. Or, malheureusement, ce qui caractérise les décennies récentes c’est que les gouvernements de droite n’ont pas fait de politiques plus libérales que les gouvernements de gauche . On peut se demander pourquoi il en est ainsi. L’une des raisons en est, me semble-t-il, que l’opinion publique n’est pas favorable au libéralisme parce qu’elle ignore sa véritable signification et ses mérites considérables. Ceci peut paraître surprenant dans un pays – la France – qui a connu certains des plus célèbres penseurs libéraux (par exemple Jean-Baptiste Say ou Frédéric Bastiat), penseurs qui ont eu une influence considérable à l’étranger : c’est ainsi que Ronald Reagan avait souligné ce qu’il devait à ces penseurs et il a fait des politiques libérales extrêmement efficaces. Une des raisons de la situation française vient du fait que l’éducation – aussi bien dans les écoles que dans les Universités – est totalement nationalisée, ce qui permet à l’État de faire en sorte qu’on n’enseigne jamais les mérites du libéralisme. 

Il est par ailleurs probablement vrai que les hommes politiques français de droite confondent le libéralisme et le capitalisme. Mais ce qui est grave ce n’est pas tellement de confondre libéralisme et capitalisme, mais de critiquer l’un et l’autre. Le terme de capitalisme est peut-être un peu ambigu. Il est souvent interprété, plus ou moins implicitement, selon les préjugés marxistes, à savoir que les « capitalistes » sont censés exploiter leurs salariés. En fait il conviendrait surtout de dire qu’il s’agit d’un système productif reposant sur des droits de propriété légitimes et un respect des contrats. Quant au néo-libéralisme, considéré comme caractéristique de la situation française, il s’agit là d’un terme ambigu qui est parfois interprété comme une situation de « social-libéralisme » ou comme un libéralisme favorable à l’interventionnisme étatique.

Aurélien Pradié - comme d'autres l'ont prôné à droite auparavant - fait l'éloge du Gaullisme, expliquant qu'il veut un État fort et qu'il faut arrêter de faire en sorte que "l'argent [soit] la seule échelle de valeur." Or, en 1958 existait le plan Pinay-Rueff...

Sait-on encore ce qu'est le Gaullisme à droite ? Pourquoi en vouloir autant à l'économie ?

Charles de Gaulle a été célèbre à juste titre à cause de son activité au cours de la seconde guerre mondiale, mais ses activités politique ultérieures ont été purement pragmatiques et n’ont été rattachées à aucune idéologie, en particulier pas à une idéologie libérale. Le caractère très ambigu de ce qu’on appelle le « gaullisme » devrait conduire à éviter d’utiliser ce terme et surtout de prétendre faire une politique « gaulliste ». En fait Charles de Gaulle a été, par exemple, très favorable à la planification, considérée comme une « ardente obligation ». Mais le hasard a fait qu’il a toléré le « plan Pinay-Rueff ».
En fait on a peut-être tendance à assimiler le gaullisme et la droite. En effet, ce qui caractérise le mieux Charles de Gaulle a été son nationalisme. Mais on confond facilement en France nationalisme et droite, en particulier parce qu’on appelle « extrême-droite » un parti nationaliste comme le Front national. En réalité il y a des nationalistes de droite comme de gauche et Marine Le Pen, par exemple, a défendu une politique économique qu’on aurait dû appeler d’extrême-gauche.

Le parti Les Républicains est censé être un parti de droite, mais je considère pour ma part comme regrettable d’avoir choisi cet intitulé – Les Républicains – car on peut être un républicain de droite ou de gauche, libéral ou anti-libéral : la République est un pouvoir politique dont les dirigeants ne sont pas nommés héréditairement ou par leur prise du pouvoir, mais où ils sont élus.  

Ce qui est contestable c’est en fait la distinction entre droite et gauche, ces deux termes étant en fait ambigus. Ce qu’on devrait opposer c’est libéralisme et collectivisme. Il serait donc extrêmement souhaitable qu’apparaisse prochainement un parti politique qui s’intitulerait « parti libéral ».

Soulignons-le enfin, pour un libéral l’argent n’est pas la seule échelle de valeur, contrairement à ce que dit Aurélien Pradié; l’échelle de valeur c’est la satisfaction des individus, mais pas nécessairement par le marché  et donc par l’argent; et cela n’implique pas la négation de l’État, celui-ci devant avoir des fonctions régaliennes, par exemple pour défendre un pays.

La droite (et ce que dit Aurélien Pradié) fait-elle le bon diagnostic dans la crise actuelle ? Fait-elle le bon diagnostic sur les problèmes actuels ?

Le problème actuel constitue ce qu’on peut appeler une crise économique. Mais celle-ci n’est pas le résultat des causes habituelles des crises économiques, en particulier l’instabilité de la politique monétaire; Elle est le résultat transitoire des difficultés rencontrées par les activités productives. Mais tous les hommes politiques de droite comme de gauche réagissent avec leurs réflexes habituels, à savoir que c’est l’État qui peut résoudre tous les problèmes. Il y a donc le risque que l’interventionnisme étatique en soit accru en France et qu’il le soit de manière durable. La crise économique actuelle s’ajoute à la situation de long terme regrettable qui résulte des excès de l’interventionnisme étatique. La seule chose qui serait souhaitable c’est qu’on plaide pour une diminution de cet interventionnisme, sachant par ailleurs que la crise actuelle est une crise transitoire qui ne peut pas être surmontée par la politique économique et la politique monétaire, celles-ci ne pouvant avoir que des conséquences nuisibles en provoquant des distorsions dans les structures productives.  

Propos recueillis par Edouard Roux

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
cmjdb
- 31/03/2020 - 10:52
article d'Aurélien Pradié dans Libération
lLa droite naïve dans Libération , pourquoi pas dans L.O. ?