En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"

03.

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

04.

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Virginia Raggi, la maire de Rome, révèle être menacée par la mafia

07.

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Vers un nouveau confinement ?
Covid-19 : Emmanuel Macron annoncera de nouvelles restrictions ce mercredi à 20 heures
il y a 8 heures 6 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Chambre des dupes" de Camille Pascal : Louis XV et les soeurs Mailly-Nesle : amours, intrigues, courtisans... Un roman brillant et bien documenté

il y a 9 heures 11 min
pépites > Politique
Campagne sous tension
Virginia Raggi, la maire de Rome, révèle être menacée par la mafia
il y a 10 heures 7 min
pépites > France
Tchétchénie
Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"
il y a 11 heures 3 min
pépites > Justice
Décision
La justice administrative valide la fermeture temporaire de la mosquée de Pantin
il y a 12 heures 44 min
décryptage > Culture
Septième art

Les banalités subversives de Maïwenn

il y a 15 heures 19 min
pépites > Santé
Choix cornélien : épidémie ou économie
Coronavirus : le reconfinement n'est plus tabou, couvre-feu élargi, confinement général ou local ?
il y a 16 heures 3 min
pépites > Politique
Relations humaines
Tensions internes dans la cellule diplomatique de l'Elysée et rapports tendus avec le Quai d'Orsay
il y a 16 heures 39 min
décryptage > Société
Dangers des nouveaux outils

Les objets connectés, des armes redoutables aux mains des auteurs de violences familiales

il y a 17 heures 15 min
décryptage > Economie
Réindustrialisation

Et pendant ce temps là, sur le front de l’industrie, on continue à faire des âneries

il y a 18 heures 6 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Gaulois réfractaires demandent des comptes au Nouveau Monde" de Philippe de Villiers : La Vendée se prend pour Bibracte. La révolte gronde. Les 2 Villiers sont à la manoeuvre

il y a 9 heures 24 sec
light > Media
Bon rétablissement
Michel Drucker ne sera pas de retour sur France 2 avant 2021 après son opération
il y a 9 heures 45 min
Pollution
Réchauffement climatique : des gisements de méthane se décongèlent dans l'océan Arctique relâchant du gaz à effet de serre
il y a 10 heures 28 min
pépites > Education
Education Nationale
Rentrée du 2 novembre : un hommage à Samuel Paty sera organisé dans les écoles
il y a 11 heures 58 min
décryptage > Histoire
Identifier la menace

Guerre des civilisations ou guerre au sein de l’islam ?

il y a 15 heures 11 min
décryptage > France
Vocabulaire

Ensauvagement : une fois encore, Laurent Mucchielli parle trop vite…

il y a 15 heures 45 min
pépite vidéo > Europe
Paris - Ankara
L'Union européenne apporte son soutien à la France après l'appel au boycott des produits français
il y a 16 heures 6 min
décryptage > Histoire
Origines du mythe

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

il y a 17 heures 1 min
décryptage > Santé
Hiver de la dépression

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

il y a 17 heures 44 min
décryptage > Politique
Sondage pour 2022

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

il y a 18 heures 32 min
© ERIC PIERMONT / AFP
© ERIC PIERMONT / AFP
Bulletin

Coronavirus : petit bilan des mesures d’aides aux entreprises et aux salariés

Publié le 31 mars 2020
Alors que le gouvernement est mobilisé sur le plan sanitaire face au Covid-19, Bruno Le Maire tente d'apporter des solutions afin d'aider l'économie française et pour sauver les entreprises et l'emploi en cette période difficile liée au confinement.
Jean-Paul Betbeze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que le gouvernement est mobilisé sur le plan sanitaire face au Covid-19, Bruno Le Maire tente d'apporter des solutions afin d'aider l'économie française et pour sauver les entreprises et l'emploi en cette période difficile liée au confinement.

Le gouvernement, par l’entremise de Bruno Le Maire, vient de publier neuf types de mesures pour les entreprises et l’emploi. « Le gouvernement est en solidarité totale avec les entreprises et leurs salariés, et continuera d'être pleinement mobilisé dans les jours et les semaines à venir ». Les voici donc, par grands thèmes, et ce qu’on peut en penser.

Les types de mesures

1 – Stopper les faillites, en allongeant notamment le règlement des impôts. L’idée est d’éviter une cascade de faillites par l’allongement des délais de paiement, avec les problèmes de trésorerie qui suivent. C’est l’État qui monte au front et accepte d’être payé plus tard. Il s’agit ainsi de pouvoir reporter sur trois mois les cotisations sociales et les impôts des entreprises et de demander à étaler dans le temps les impôts dus, suite à un accord individuel du percepteur. En même temps, le paiement des factures de gaz et d’électricité pourra être décalé (sur demande) et les loyers commerciaux seront suspendus pendant un ou deux mois (sur demande aussi). Evidemment, compte tenu du cas de force majeure qu’est cette crise, les « pénalités de retard ne seront pas appliquées». Ceci concerne surtout, bien sûr, le secteur des BTP.

2 – Soutenir les entreprises les plus faibles. Dans les cas plus graves de fragilités de petites et très petites entreprises, une aide de 3500 euros sera accordée aux entreprises, microentreprises et travailleurs indépendants qui auront cessé leur activité ou auront connu une baisse de 70% de leur chiffre d’affaires en mars. Si nécessaire, la Médiation du crédit, logée à la Banque de France et dans ses antennes aidera à rééchelonner les crédits et la Médiation des entreprises interviendra pour régler au mieux et au plus vite les conflits (retard de paiement, services ou marchandises non conformes…).

3 – Prêter 3 mois de chiffre d’affaires à toutes les entreprises avec garantie d’État. Jusqu’au 31 décembre, les entreprises de toute taille pourront demander à leur banque habituelle un prêt garanti par l’État, pour soutenir leur trésorerie. Ce sera un prêt jusqu’à 3 mois de chiffre d'affaires, ou deux années de masse salariale pour les entreprises innovantes ou créées depuis janvier 2019. Ce prêt sera accordé rapidement par les banques, sans remboursement la première année et amortissable sur cinq  ans au maximum.

4 – L’État financera 84% du salaire net des personnels en chômage partiel. Plus précisément, l’entreprise verse d’abord une « indemnité égale à 70% du salaire brut (environ 84% du net) à ses salariés. Les salariés au SMIC ou moins sont indemnisés à 100% ». L’entreprise sera remboursée par l’Etat pour les salaires jusqu’à 6 927 euros bruts mensuels, soit 4,5 fois le SMIC.

Ce qu’on peut en penser

1 – Il faudra mieux estimer les coûts. Evidemment c’est difficile et risqué, puisque c’est donner une idée sur la durée et les modalités de la crise de production, sur les milliards prévus pour soutenir les trésoreries des entreprises, avec les garanties publiques, plus le coût du PIB perdu, plus celui du chômage partiel. Immédiatement, les uns diront que c’est trop peu (syndicats), les autres trouveront les conditions trop restrictives (entreprises), mais d’« autres » feront les calculs. Ils verront monter la dette publique, vers 130% du PIB : une dérive italienne, si la croissance ne repart pas assez vite ! Les agences de rating vont vite dégainer, en abaissant la note France. Il faudra que la Banque Centrale Européenne achète plus de Trésor, pour que les rendements ne s’envolent pas. A -0,1% aujourd’hui pour le bon à 10 ans France, c’est parfait : il ne faut pas faire trop peur. La dette française augmente, mais c’est contrôlé et pour mieux repartir !

2 – La solidité du système bancaire est cruciale. Pour aider les trésoreries, les entreprises qu’elles connaissent, il n’y a que les banques, surtout de proximité pour les TPE et PME. Elles vont prendre les premiers risques et il faudra que l’état les aide : leurs notations baissent déjà. Plus tard, on devra se souvenir qu’un financement bancaire stable quand le temps se couvre vaut mieux qu’un financement un peu moins cher par le marché, mais qui disparaît sous la pluie. Et que dire par temps de tornade ?

3 – Avoir une attitude économique, ni morale, syndicale ou politique, par rapport aux dividendes. Les dividendes sortent toujours de la trésorerie de l’entreprise, ils ne l’enrichissent jamais. Ils n’enrichissent pas plus l’actionnaire (ânerie constamment entendue) que vous ne vous enrichissez en retirant 20 euros sur votre compte, au distributeur de billets ! Il faut donc que tous les dividendes soient stoppés pour les entreprises qui demandent quoi que ce soit : ceci les affaiblirait encore plus ! Il est évident aussi qu’il est exclu qu’elles rachètent leurs titres, si elles cherchent des aides. Si elles le font c’est la preuve qu’elles n’ont pas besoin d’aides !

4 – Faire la chasse aux « optimiseurs » : il faut annoncer des sanctions pour tous ceux qui profiteront indûment de ces aides (chiffres gonflés…). Ils peuvent exister, qui sait ?

5 – Quelle homogénéité en zone euro ? Difficile de savoir ce qui se fait ailleurs : mieux vaudrait agir et, autant que possible, comme les autres, avec des mesures semblables. On aurait une meilleure vision de l’action européenne ! On doit travailler à des présentations homogènes.

6 – Sortir du concours de pronostics sur le PIB perdu. L’Insee a dit 3% par mois de confinement : les experts ont mieux à faire à trouver les meilleures sorties qu’à recalculer.

7 – Surtout, mettre le redémarrage de l’économie au cœur du dispositif. Peut-on demander que les salariés confinés prennent une semaine de vacances ou deux, et leur donner alors une prime ? Le soutien au  chômage partiel est un palliatif, pas une vitamine. Il a été demandé par 220 000 entreprises pour 2,2 millions de salariés en quelques jours, ce qui peut représenter un coût énorme. Il ne sera pas tenable s’il dure et s’étend. Donc il faut repartir, en étant confinés, en attendant.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires