En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

02.

La délinquance de jeunes venus pour la plupart du Maghreb explose à Paris

03.

COVID-19 : mais pourquoi le gouvernement est-il incapable de communiquer sur le véritable indicateur de gravité de l’épidémie ?

04.

Les écologistes ont oublié qu'il faut du vent pour faire tourner les éoliennes

05.

Le risque d’une généralisation de l’épidémie à toute la France est pris très au sérieux par les chefs d’entreprise, mais pas par les Français. Alors pourquoi ?

06.

La coupe est pleine. Insurrection ? Désobéissance ? Révolte ? Les PME et TPE ont-elles encore le choix ?

07.

Malaise au poignet ? Le nouvel bracelet connecté de santé d'Amazon analyse votre voix et vos émotions

01.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

02.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

03.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

04.

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

05.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

06.

Alerte aux grandes oreilles chinoises : voilà pourquoi vous devriez tourner 7 fois votre pouce avant de poster quelque chose sur les réseaux sociaux...

01.

Eric Zemmour condamné pour injure et provocation à la haine

02.

Louis Hausalter : "L'histoire de Marion Maréchal éclaire l’état de décomposition et de recomposition du paysage politique"

03.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

04.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

05.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

06.

Plongée dans les coulisses de l’organisation de la Convention de la droite : l'engagement de Marion Maréchal et Eric Zemmour en faveur de l’union des droites

ça vient d'être publié
pépites > Société
Solidarité
Le congé du proche aidant indemnisé va entrer en vigueur ce jeudi
il y a 8 heures 9 min
light > Santé
Coronavirus
Covid-19 : Alexandre Benalla est sorti de l'hôpital après une semaine en réanimation
il y a 9 heures 6 min
pépites > Politique
Organigramme
LREM : Aurore Bergé est nommée "présidente déléguée" des députés marcheurs
il y a 11 heures 1 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Nez" de Nikolaï Gogol : une farce nasale et masquée

il y a 12 heures 4 min
Faune
La ministre de l'Ecologie annonce la fin des animaux sauvages dans les cirques itinérants et dans les parcs aquatiques
il y a 14 heures 22 min
décryptage > Santé
Evolution de la pandémie

COVID-19 : mais pourquoi le gouvernement est-il incapable de communiquer sur le véritable indicateur de gravité de l’épidémie ?

il y a 15 heures 16 min
décryptage > Société
Distanciation sociale

Bulle sociale ou cérémonies restreintes : petits conseils pour bien choisir ses proches sans se fâcher

il y a 15 heures 36 min
pépite vidéo > Economie
Mesures contre le virus
Bruno Le Maire évoque son expérience du Covid-19 : "Une fois qu'on y est passé, on voit les choses différemment"
il y a 15 heures 54 min
pépites > Société
Sécurité
La délinquance de jeunes venus pour la plupart du Maghreb explose à Paris
il y a 16 heures 40 min
Poison
Cueillette de champignons : ne pas faire confiance aux applications de reconnaissance sur téléphone mobile
il y a 17 heures 13 min
pépites > Politique
Signatures
Pétitions citoyennes : l'Assemblée nationale lance officiellement sa plateforme
il y a 8 heures 39 min
pépites > France
Craintes pour les rémunérations
Covid-19 : des agents de la SNCF testés positifs auraient continué à travailler
il y a 10 heures 38 min
pépites > Terrorisme
Profil
Attaque devant les anciens locaux de Charlie Hebdo : l'assaillant a reconnu être âgé de 25 ans et non de 18
il y a 11 heures 38 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Nuit sombre et sacrée" de Michael Connelly : une enquête minutieuse au suspens garanti

il y a 12 heures 23 min
light > Science
Loin
Nouvelle découverte d'eau sur Mars : plusieurs lacs sur des milliers de km2
il y a 14 heures 50 min
pépites > Santé
Succès
Coronavirus : plus de 12 millions de téléchargements pour l'application britannique officielle de traçage
il y a 15 heures 22 min
décryptage > Economie
Compétitivité

Veut-on vraiment être compétitifs ?

il y a 15 heures 42 min
décryptage > Politique
Impact sur l'opinion

Des Français déboussolés et désemparés

il y a 16 heures 19 min
décryptage > Consommation
Craintes chez les consommateurs

Reconfinement non exclu : avec le recul, faut-il se jeter sur le papier toilettes au cas où ?

il y a 16 heures 50 min
décryptage > Politique
La France a-t-elle les moyens de ses ambitions (à lui)...?

Emmanuel Macron et les tentations dangereuses

il y a 17 heures 15 min
© Reuters
© Reuters
Mythe et réalité

Crise sanitaire : non le secteur public n’a pas été abandonné ces dernières années. La preuve par les chiffres

Publié le 29 mars 2020
De l’opposition en passant par les réseaux sociaux, nombreuses sont les voix qui dénoncent le sous investissement de l’Etat dans des secteurs vitaux. Le problème est en fait plutôt celui d’un gigantesque gaspillage…
Michel Ruimy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Ruimy est professeur affilié à l’ESCP, où il enseigne les principes de l’économie monétaire et les caractéristiques fondamentales des marchés de capitaux.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
De l’opposition en passant par les réseaux sociaux, nombreuses sont les voix qui dénoncent le sous investissement de l’Etat dans des secteurs vitaux. Le problème est en fait plutôt celui d’un gigantesque gaspillage…

Atlantico : Quels sont les secteurs privilégiés qui profitent le plus de ces investissements ? À l’inverse, d’après vous, existent-il des secteurs défavorisés ? Pour quelles raisons ? 

Michel Ruimy : L’importance des investissements publics varie selon la définition choisie. Toutefois, nous pouvons considérer qu’en France, leur montant annuel est proche de 100 milliards d’euros soit environ 4% du Produit intérieur brut (PIB). Un niveau relativement stable depuis les années 2000. Notre pays est le premier investisseur de l’Union européenne et, en proportion du PIB, il se situe au niveau des pays de l’Europe centrale et orientale. 

L’État investit essentiellement dans des domaines régaliens : la Défense (80% des investissements), la Sécurité intérieure (4%), la Justice (4%) et la Culture (3%) mais aussi dans des secteurs d’« avenir » comme l’Education et la Santé publique. Les investissements civils concernent, pour l’essentiel, des dépenses immobilières (entretien du patrimoine culturel, universitaire et des bâtiments administratifs, entretien et construction d’établissements pénitentiaires…) et des équipements, notamment en faveur de la Police et de la Gendarmerie. 

Mais, la plupart des dépenses sont confiées aux collectivités territoriales, qui investissent essentiellement dans les domaines du BTP (routes, logement…), de l’urbanisme ou des réseaux (gestion des eaux…) et, dans une moindre mesure, aux administrations de Sécurité sociale, qui investissent surtout dans les hôpitaux, essentiellement en immobilier (50%) et en équipements (30%).

En fait, la France ne souffre pas d’un déficit d’investissements publics mais plutôt d’un d’éparpillement de l’effort dans des secteurs moins porteurs que d’autres pour son développement. Il conviendrait de sortir de ces anciens schémas d’expansion pour nous engager dans une logique « transformante » à moyen terme en vue d’un futur modèle de développement c’est-à-dire un modèle de développement durable fondé, à la fois, sur la « matière grise » et l’« économie verte », ce qui nécessite des investissements appropriés dès aujourd’hui.

Si l’investissement est présent, quels sont les acteurs qui le freine ? 

Ce ne sont pas uniquement des acteurs qui peuvent freiner l’investissement mais aussi des évènements, des comportements… voire une conjonction de facteurs. 

En effet, alors qu’un peu plus de 50% de l’investissement public en France est réalisé par les collectivités territoriales - poids prépondérant mais en ligne avec la moyenne de l’Union européenne -, la part de l’État représente environ 35% du total. 

Or, au niveau local, les efforts en matière d’investissement public sont liés au cycle électoral du bloc communal. En effet, à l’approche des échéances électorales, de nombreux investissements sont réalisés. Mais, ils répondent plus, à des objectifs de court terme visant à satisfaire les attentes des électeurs en vue de la prochaine élection, qu’à une perspective de long terme. C’est donc, parfois, un comportement opportuniste des élus qui privilégient davantage leur propre intérêt que l’intérêt général. 

Il n’en demeure pas moins que si ce cycle explique les variations à la hausse ou à la baisse, il n’invalide pas, pour autant, une stabilité structurelle sur longue période. 

 

Quels sont les pouvoirs dans le service public qui empêchent le bon fonctionnement des investissements ? 

Il n’y a pas que le pouvoir de certains hommes. Il y a aussi des  règles qui empêchent le bon fonctionnement des investissements. Une relance efficace de l’investissement public en France, et plus largement en Europe, se heurte à une application restrictive des traités européens actuels. C’est pourquoi une réflexion préalable doit consister à déterminer le niveau adéquat de relance de l’investissement public : national ou européen. 

Deux principes doivent guider les évolutions institutionnelles. Premièrement, il ne faut pas opposer les deux niveaux d’investissement mais penser leur complémentarité. Deuxièmement, dans tous les cas, un rôle essentiel doit être laissé à une hausse de l’investissement public national pour des raisons économiques, sociales et politiques. Les situations économiques nationales étant très différentes entre les pays, le besoin d'investissement public et la nature de ces derniers diffèrent grandement d’un pays à l’autre. Ensuite, les préférences nationales conduisent à des demandes d’investissement différentes. Le principe de subsidiarité doit donc guider une réforme institutionnelle permettant une relance de l’investissement public.

Quelles seraient, d’après vous, les mesures à prendre pour que le service public ait un meilleur fonctionnement, que les investissements soient réellement utilisés à leur pleine ampleur ?

Le problème de la France réside d’une part, dans le fait que les domaines des infrastructures, des transports ou des équipements collectifs représentent une proportion importante des investissements publics par rapport à ceux destinés à la recherche et le développement et le « capital humain ». En d’autres termes, les investissements effectués ne se situent ni dans les secteurs, ni sur les segments de marché les plus porteurs au plan économique. D’autre part, ceux-ci ne doivent pas se limiter à leur impact sur le PIB potentiel. Ils peuvent tenir à une amélioration des conditions de vie des ménages (réduction du temps de transport…), à une réduction des nuisances environnementales (limitation des émissions de gaz à effet de serre…) ou à une réduction des coûts de fonctionnement des administrations (informatisation des procédures…). 

C’est pourquoi, plus que de s’intéresser au volume des investissements, il s’agirait d’évaluer systématiquement leur qualité et leur efficacité socio-économiques - et donc sa rentabilité ou sa valeur actualisée nette collective - en réalisant un bilan coûts-bénéfices global y compris lorsqu’ils sont non marchands (pollution, sécurité, gain de temps des usagers des transports…) car, à la différence des entreprises privées, les critères financiers tels que le retour sur investissement ou la valeur actualisée nette financière d’un projet ne sont pas pertinents dans le secteur public. 

Cette analyse, dont le principal objet serait le ciblage et la qualité des projets, permettrait ainsi d’améliorer leur efficacité par un meilleur choix des projets.

 

 

Toutefois, la valorisation des bénéfices non marchands reste parfois conventionnelle et l’évaluation socio-économique, pour être complète, nécessite une uniformisation de la méthodologie entre les secteurs afin de permettre à terme de hiérarchiser les projets et d’apprécier le bien-fondé des investissements.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
zelectron
- 30/03/2020 - 22:43
Si c'était vrai, ce dont je doute !
Tout ceci au détriment du secteur manufacturier privé PME/PMI/ETI , mais là ça demande du travail et nos ponctionnaires ignorent ce que c'est
zelectron
- 30/03/2020 - 06:27
L'état est affligeant d'impéritie !
Ce sont les personnels administratifs qui reçoivent la manne de l'état, ils se servent les premiers et ceux du terrain passent devant la glace, comment voulez vous qu'un système aussi nul ne provoque pas de dégâts ?
Liberte5
- 29/03/2020 - 19:36
C'est la gestion des hôpitaux publics qui pose problème
Rappelons qu'il y a aujourd'hui deux fois plus de non-soignants dans les hôpitaux publics que de médecins. Pour être clair, les hôpitaux publics comptent 130.000 médecins pour 260.000 non-soignants, c'est-à-dire des administratifs ou des personnels ouvriers. C'est une proportion énorme. Dans les cliniques privées, on compte 40.000 médecins et 35.000 non-soignants. Ce rapport du simple au double illustre parfaitement les problèmes de gestion de l'hôpital public. Ce ne sont en rien des problèmes de moyens, ni de marché, mais plutôt de monopole et de management.Martin Hirsch dirige les hôpitaux de Paris. Un énarque, qui comme tous les énarques ne connaissent rien au management et sont dans leur très grande majorité des incompétents. Je vais être provocateur je propose pour diriger les hôpitaux de Paris un entrepreneur qui pourra redresser la situation : Carlos Ghosn. Je suis sûr qu'il arriverait à remettre de l'ordre entre un ou deux ans. Ensuite que ces méthodes devraient être mises en pratique dans tous les hôpitaux de France.