En direct
Best of
Best of du 16 au 22 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

02.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

03.

Ces technologies inquiétantes qui ont envahi le monde du travail depuis la pandémie

04.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

05.

Camelia Jordana accuse la police française de "massacrer quotidiennement des gens pour leur couleur de peau"

06.

Harry & Laeticia Hallyday ont le blues sous le soleil de LA, Vanessa Paradis l’a pour Johnny D.; Laura Smet enceinte; Stéphane Plaza ne sait pas faire sa toilette seul; Zahia milliardaire (vraiment ?); Olivier Sarkozy & Mary-Kate Olsen : sanglant divorce

07.

Tempête d’argent gratuit… et de prélèvements en vue

01.

Loi Avia : la mort d’une liberté

02.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

03.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

04.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

05.

Coronavirus : Combien de temps faut-il vraiment aux malades pour s’en remettre ?

06.

Tempête d’argent gratuit… et de prélèvements en vue

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

03.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

04.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

05.

Euro-miracle ? Comment ne pas louper le tournant historique que Macron et Merkel proposent à l’Europe

06.

Mais au fait, quel est le plan des « anti-mondialisation-libérale » pour empêcher des dizaines de millions de personnes dans le monde de retomber dans la grande pauvreté ?

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Réforme
Plan Ségur de la santé : Edouard Philippe promet des changements rapides et annonce une hausse des salaires "significative"
il y a 3 min 58 sec
pépites > Justice
Colère des syndicats
Déclarations de Camélia Jordana : Christophe Castaner ne saisira pas la justice
il y a 1 heure 59 min
pépites > Santé
Bilan de la crise
François Hollande reconnaît une "part de responsabilité dans la situation de l’hôpital"
il y a 3 heures 17 min
décryptage > International
Vague épidémique

Le Brésil, nouvel épicentre du Covid-19 ?

il y a 5 heures 23 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Ces technologies inquiétantes qui ont envahi le monde du travail depuis la pandémie
il y a 5 heures 54 min
décryptage > Politique
Encore des mots, toujours des mots…

Les mots-clés du macronisme post-covid décrivent-ils sa réalité ?

il y a 6 heures 35 min
décryptage > Santé
Pandémie

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

il y a 7 heures 24 min
décryptage > Consommation
Crash

Energie : la plus grande chute de la demande depuis la crise des années 30 redéfinit les marchés

il y a 7 heures 50 min
décryptage > Economie
Automatisation

Post-pandémie : cette fois-ci, les robots pourraient vraiment remplacer de très nombreux emplois salariés

il y a 8 heures 14 min
light > Culture
Visites
Déconfinement : quels sont les musées français qui ont rouvert ?
il y a 1 jour 36 min
Vigilance
La Californie fait face à une importante vague de chaleur
il y a 1 heure 8 min
pépites > Justice
Moteurs truqués
Dieselgate : la justice condamne Volkswagen à rembourser partiellement un client
il y a 2 heures 38 min
pépite vidéo > Insolite
La grande évasion
Saturne, "l'alligator d'Hitler", est mort au zoo de Moscou à l'âge de 84 ans
il y a 3 heures 56 min
décryptage > Europe
Disraeli Scanner

La réindustrialisation de l’Europe suite au COvid-19. Sera-t-elle centrée sur l’Allemagne ou également répartie entre les nations d’Europe ?

il y a 5 heures 40 min
décryptage > France
Ils sont des dizaines de milliers à l’écouter

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

il y a 6 heures 9 min
décryptage > High-tech
Zoom

Voilà à quoi nous expose l’extension du domaine du virtuel pendant la pandémie

il y a 6 heures 56 min
décryptage > Politique
Prolétaires de Tourcoing, unissez-vous

Le camarade Darmanin réclame "une politique pour le peuple" ! Parce qu'avant c'était une politique pour les riches ?

il y a 7 heures 48 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Guerre commerciale : Donald Trump argue du coronavirus pour relancer les hostilités avec Pékin

il y a 8 heures 1 min
pépite vidéo > International
Add Oil
Hong Kong : les manifestations reprennent, cette fois contre un projet de loi sur la sécurité imposé par la Chine
il y a 1 jour 5 min
pépites > Economie
Puits sans fond
La dette française dépassera "très certainement" 115% du PIB en fin d'année
il y a 1 jour 1 heure
© Reuters
© Reuters
Nerf de la guerre

Crise de trésorerie généralisée : tensions (évitables) sur le secteur bancaire

Publié le 28 mars 2020
Face à la crise de trésorerie qui menace, chacun veut rester "liquide" afin de se protéger et conserver autant que possible des liquidités.
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Face à la crise de trésorerie qui menace, chacun veut rester "liquide" afin de se protéger et conserver autant que possible des liquidités.

Cash is king: l’argent liquide est roi. Dans toute crise, chacun essaie de garder devant lui, autant que possible des liquidités, pas trop en billets (crainte du virus caché oblige), mais en compte bancaire. Mais aujourd’hui, nombre d’entreprises industrielles ne peuvent plus vendre. Il leur manque des pièces et des composants, du fait de la quarantaine qui frappe aussi leurs fournisseurs. Donc l’argent ne rentre pas et il faut payer au moins les salaires et peut-être les loyers. On verra plus tard pour les impôts et les charges sociales. Les commerces de vêtements ou de meubles sont fermés. Les halls commerciaux sont déserts. L’argent ne rentre pas dans les caisses, les fournisseurs appellent. Et même dans l’alimentaire, l’idée de ne pas régler trop vite peut survenir, on ne sait jamais. De proche en proche, les trésoreries se tendent, menaçant les entreprises les plus petites, fragiles et surtout les services. Que faire quand il faut fermer le cinéma, quand la fête est annulée, le pot de départ en retraite « reporté » ? Et comment rembourser les emprunts ?

Appeler la banque. L’employé qui suit votre compte est au courant, confiné chez lui. Il voit d’ailleurs se détériorer les trésoreries de tous ses clients, et de plus en plus passer au rouge. Il faut qu’il laisse faire, avec l’accord de son chef bien sûr (autrement la boîte va vers la faillite), et ainsi de suite. Les problèmes de trésorerie montent aux responsables de la banque : sa propre trésorerie se tend et ses Chefs vont aller voir la Banque Centrale, ici la Banque de France, pour avoir plus de facilités, notamment en escomptant plus de papier commercial et en faisant plus d’avances. Mais tout a des limites. Les difficultés de ses clients peuvent bloquer la banque elle-même. Il faut donc la refinancer plus et surtout moins cher, pour qu’elle fasse face à ses problèmes de liquidité aujourd’hui, elle comme toutes les autres, et de solvabilité demain, si rien n’est fait.

Voilà pourquoi la Banque Centrale Européenne s’engage à refinancer sans limite les banques à des conditions privilégiées (-0,65%), à racheter du papier commercial et des obligations d’entreprises, plus les obligations publiques, en relevant le niveau maximum d’achat de chaque émission nouvelle, auparavant fixé à 33% (le 26 mars). Les trésoreries doivent tenir ! Et comme les déficits budgétaires seront davantage achetés par la Banque Centrale, l’état peut davantage soutenir à son tour les entreprises et les ménages à moindre coût. Ainsi les taux longs remonteront moins, notamment pour les pays et les entreprises les plus fragiles.

Cependant, les milliards d’euros prévus par la BCE pour refinancer les banques commerciales, plus les 1050 milliards d’achats de bons du trésor prévus jusqu’en décembre (13 mars), soit 10 milliards par mois pour la France, ne suffiront pas si des signes encourageants n’apparaissent pas dans la lutte contre le COVID-19. Il faudra continuer : plus de déficits budgétaires, plus d’achats de bons du trésor, plus de soutiens aux banques.

En attendant, des entreprises ont des soucis de trésoreries. Certaines, très fragiles, trop endettées ou dans les secteurs exposés au virus (ou tous ces critères) ne pourront être sauvées par l’employé de la banque, ni son chef, ni le chef de son chef. Elles peuvent donc faire faillite, ce qui impliquera une perte pour la banque qui ne recouvrera pas ses crédits. 

Les agences de rating l’ont vu. Le 26, l’agence de notation Moody’s met « sous surveillance négative » le secteur bancaire français. Les dégradations effectives suivront. L’agence s’explique : « L'ampleur et la croissance des bouleversements économiques et commerciaux déclenchés par la pandémie vont accroître la pression sur l'environnement opérationnel et la performance des banques françaises ». Le raisonnement est évident, à tel point que, pour les mêmes raisons, les secteurs bancaires belge, danois, néerlandais, italien et espagnols sont mis aussi sous surveillance négative. Evidement les autres agences vont suivre, dégradant aussi des entreprises, petites et grandes, avant de s’attaquer aux Etats.

Mieux vaut prévenir, que le Gouverneur de la Banque de France dise que les agences de rating font leur travail d’alerte. Il ne faut pas s’affoler et il entend le message. Oui, le risque des entreprises remonte aux banques, mais la Banque Centrale est là, qui les protège. Pas de risque de faillites en chaîne donc, des entreprises aux banques. A leur tour, les banques (et les entreprises) expliqueront qu’elles vont soutenir l’économie mais aussi, pour rester « fortes » elles-mêmes, qu’elles vont limiter les hausses des salaires et des bonus les plus élevés, et sauter le dividende. Là, il s’agit de renforcer la banque, notamment sa propre trésorerie. Les marchés et les actionnaires devraient le comprendre, même s’ils n’aiment pas.

Dans la crise de trésorerie qui menace, chacun veut rester « liquide » pour se protéger : c’est le risque de propagation. Déjà, les crédits bancaires ont commencé à monter en février. C’est donc aux patrons des banques de dire à leurs clients de parler à leur chargé de compte de leurs problèmes en cours et surtout prévus. Bien sûr, personne n’aime avertir des problèmes et préfère attendre. Mais dans une épidémie de trésorerie, attendre un peu, c’est trop ! Avec le refinancement de la Banque Centrale Européenne, il n’y aura pas de credit crunch ! Qu’on se le dise ! 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires