En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

02.

Et le vilain petit secret des athlètes des épreuves d'ultra-endurance n'est pas de savoir mieux supporter la douleur

03.

La dette européenne s’arrache comme des petits pains. Mais il y a une très mauvaise nouvelle derrière la bonne

04.

La Corée du nord craint que des nuages de sable venant de Chine ne soient porteurs du coronavirus

05.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

06.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

07.

Île-de-France : hausse importante des cambriolages de pharmacies

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

05.

Islamisme : la République de la complaisance

06.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 8 sec
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 4 min 13 sec
décryptage > Politique
On y pense à l’Elysée

Etrangers fichés S : vers un Guantanamo à la française ?

il y a 8 min 44 sec
décryptage > Economie
Phénoménale dette

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

il y a 9 min 16 sec
light > Politique
"Make America Great Again"
L'expert en sécurité Victor Gevers serait parvenu à se connecter au compte Twitter de Donald Trump en devinant son mot de passe
il y a 13 heures 59 min
pépites > Société
Extension
Congé paternité : l'Assemblée nationale vote le passage à 28 jours
il y a 14 heures 55 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand un gros œil surveille les minutes et quand le ricin tisse les bracelets : c’est l’actualité des montres
il y a 17 heures 46 min
décryptage > Santé
Mesures contre la Covid-19

Demi-confinement, demi-mesures et omnipotence de l’Etat : la soviétisation de la France

il y a 21 heures 4 min
pépite vidéo > Politique
Election américaine
Ultime débat : Joe Biden focalise ses attaques contre Donald Trump sur sa gestion du coronavirus
il y a 21 heures 50 min
pépites > Justice
Terrorisme
Des obstacles juridiques affaiblissent, voire paralysent, la lutte contre l’islamisme selon l’ancien secrétaire général du Conseil constitutionnel, Jean-Éric Schoettl
il y a 22 heures 7 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseil à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 3 min 28 sec
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’Occident : un coupable idéal aux yeux de la pensée décoloniale

il y a 7 min 43 sec
décryptage > Economie
L'impossible Budget 2021

Récession Covid : le grand écart s'accentue entre ceux qui vont bien et ceux qui coulent

il y a 8 min 56 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Sublime royaume" de Yaa Gyasi : de la relation mère-fille entre science et spiritualité, un roman qui ne peut laisser indifférent

il y a 13 heures 53 sec
pépites > Santé
IHU Mediterranée
Covid-19 : l’Agence du médicament refuse d’autoriser massivement l’hydroxychloroquine
il y a 14 heures 34 min
pépites > Politique
Nouvelles mesures
Jean Castex intensifie la lutte contre la haine en ligne avec le renforcement de la plateforme Pharos et de nouvelles sanctions
il y a 16 heures 50 min
décryptage > France
Liberté d'expression

Les islamistes tuent ? Qu’à cela ne tienne, les autorités s’en prennent aux libertés publiques

il y a 20 heures 42 min
pépites > Politique
Séculier
Des ministres considèrent que plutôt que la défendre, l'Observatoire de la laïcité se concentre sur la lutte contre l'islamophobie avec des alliés pas toujours fréquentables
il y a 21 heures 13 min
Sécurité
Île-de-France : hausse importante des cambriolages de pharmacies
il y a 21 heures 51 min
décryptage > Sport
N'ayez plus honte d'être des petites natures…

Et le vilain petit secret des athlètes des épreuves d'ultra-endurance n'est pas de savoir mieux supporter la douleur

il y a 22 heures 33 min
© ARIS OIKONOMOU / AFP
© ARIS OIKONOMOU / AFP
Commission européenne

Union européenne : l’intérêt général otage des bien-pensants ?

Publié le 27 mars 2020
La Commission européenne semble céder de plus en plus face à l'émotion médiatique.
Bruno Alomar
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Alomar, économiste, auteur de La Réforme ou l’insignifiance : 10 ans pour sauver l’Union européenne (Ed.Ecole de Guerre – 2018)  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La Commission européenne semble céder de plus en plus face à l'émotion médiatique.

Jean Monnet s’est-il retourné dans sa tombe en voyant la Présidente de la Commission européenne, Ursula Von der Leyen, recevoir en grande pompe l’activiste Greta Thunberg, laquelle a raillé dans son style inimitable par sa brutalité infantile les efforts actuels et à venir de l’Union européenne en matière de lutte contre le réchauffement climatique ? La question mérite d’être posée tant la mansuétude exprimée par la Présidente de la Commission européenne à l’égard de la jeune activiste suédoise ravale la Commission européenne – mais le Parlement européen n’est hélas pas en reste - à l’exact inverse de la façon dont les Pères de l’Europe l’ont pensée : le lieu de l’intérêt général européen, bâti à l’image du Commissariat au Plan que Jean Monnet a présidé, fondé sur une administration technicienne puissante, de très haute compétence, sérieuse, averse à l’émotion médiatique.

Disons-le tout net : il y a longtemps que la Commission européenne n’est plus l’organe technocratique respecté et surpuissant imaginé par Jean Monnet. Sa capacité à impulser seule la production normative européenne, le fameux « monopole de l’initiative législative » en jargon européen, si critiqué, y compris par la Présidente de la Commission qui n’a pas hésité à le remettre en question c’est-à-dire à rien de moins que jouer contre son camp, est battu en brèche. Une telle évolution n’est pas forcément négative. Au fond, la Commission européenne n’a pas nécessairement raison surtout, et il est naturel qu’elle prenne en compte l’opinion exprimée par la société civile (ONG), et plus encore, qu’elle recueille l’avis d’entreprises dont les business model sont fondés non sur l’émotion mais en raison, c’est-à-dire sur la science et la technique.

Il reste que cette évolution vers une Commission qui tienne plus en compte l’opinion des parties prenantes, les « stakeholders », n’est pas ce qui se passe aujourd’hui. La réalité est que la Commission devient l’otage des communicants et des ONG. Ceci handicape le processus normatif européen de plusieurs manières.

D’abord, l’émotion remplace l’analyse au fond. Pour disposer d’une analyse approfondie sur laquelle bâtir des normes juridiques et des politiques publiques solides, la Commission doit se donner le moyen de recueillir l’expression de toutes les sensibilités. Dans le domaine de la politique des pêches, par exemple, il n’est pas de Politique commune des pêches (PCP) qui puisse faire l’économie de prendre en considération les arguments des « amis du poisson » (les pays du Nord favorables à la restriction de la pêche) mais aussi les « amis du pêcheur » (les pays du Sud plus soucieux de l’état du secteur de la pêche), pour in fine trancher. 

Ensuite, alors que l’UE clame qu’elle veut réduire le déficit démocratique, c’est bien la démocratie est blessée. Si l’ensemble des stakeholders n’est pas écouté, sans discrimination, alors l’on assiste à une « capture » bien connue de la décision publique, par tel ou tel qui crie plus fort ou plus habilement que les autres. Ceci est d’autant plus dommageable que beaucoup d’ONG qui se font les hérauts de la planète, contrairement aux États et aux entreprises qui, eux, rendent des comptes (à leurs électeurs, aux actionnaires), ne sont comptables de rien devant quiconque, et agissent sans contre-pouvoirs. C’est bien ce à quoi l’on assiste progressivement. Ainsi, dans le domaine énergétique, il est impossible, ou extrêmement difficile, à une entreprise comme EDF qui a quelques mérites en matière de nucléaire civil – dont même le GIEC reconnaît qu’il fait partie de la « solution » au problème du réchauffement climatique - à faire valoir son point de vue. Toujours en matière énergétique, l’opprobre est systématiquement jeté sur les grandes « majors » pétrolières (Total, Exxon), alors même que ces acteurs ont évidemment une connaissance intime des énergies fossiles qu’il serait plus opportun à l’Union européenne d’utiliser plutôt que de faire comme si nous étions capables de nous passer du jour au lendemain de ces énergies. Et que dire, dans le domaine numérique, des GAFAM, ravalées au rang de méchant de la fable, mais qui sont, de fait, des acteurs essentiels de la vie et de l’économie européenne, et qui participent à quantité de programmes européens. On pourrait continuer. 

C’est dire, en définitive, combien l’UE et la Commission européenne, tout à leur légitime désir de mieux écouter la société civile et de mieux prendre en compte l’opinion des experts, ne doivent pas céder à la facilité médiatique. Le Green Deal doit être l’occasion d’écouter tout le monde, sans discrimination. Une telle posture n’interdit pas de prendre des décisions fortes. C’est le contraire qui est vrai : seule une connaissance approfondie des sujets qu’elle traite, laquelle passe par l’écoute d’avis contradictoires, peu permettre à l’Europe de prendre des décisions véritablement audacieuses, car fondées sur une analyse en raison, et non en émotion.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Hiris
- 27/03/2020 - 14:00
Cette nouvelle équipe de la commission européenne
Est scandaleusement absente alors que l on subit la pire crise sanitaire de notre histoire ! Sa présidente est un monument de nullité criminelle ,se réjouissant il y a 2 jours de l avancée du dossier de l intégration de la Macédoine et de l Albanie ...Mais qu' est ce qu' on en a à fo....en ce moment !!!A quoi servent ils ,où sont ils pour trouver des solutions pour soutenir Italie et L Espagne,où passe tout ce fric rackétté par leur instance????? Ils sont en train de donner raison aux brexiteurs ! Du blabla ,des normes,des interdictions ,des contraintes pondues par un collectif socialiste et socialisant ....où sont les stocks de masques ,les stocks de tests,que font ils pour activer les besoins en respirateurs?Pourquoi ne pas décréter la fermeture des frontières dès le début de l aggravation sanitaire en Chine ?A part Christine Lagarde qui a pris des mesures jugées insuffisantes par certains mais mesures tout de même, elle est où l implication Européenne ? Le fait que la numéro un soit allemande et juge peut être la situation à l aune du faible nombre de morts dans son pays aurait il une incidence sur sa totale indifférence de ce que les pays vivent ??Leur attitude est criminelle